La Gentillesse : Loin de nous tuer, elle nous rend plus forts

Gentillesse

En bref -

  • Des études montrent que la gentillesse – qu’il s’agisse d’une action ou juste d’une pensée dirigée vers vous-même ou vers d'autres – peut prolonger votre vie.
  • Quant aux possibilités de donner et de recevoir de la gentillesse, les études montrent que, en moyenne, les personnes ayant moins de relations sociales meurent plus tôt que celles ayant plus de relations sociales.
  • Avec ou sans contact régulier avec d'autres, une attitude gentille améliore votre état d’esprit dont les avantages peuvent être comparés à maintenir un poids sain ou à réduire votre tension artérielle.
  • Les sujets ayant participé à des exercices de médiation « gentillesse » ont noté une augmentation de la joie, de la sérénité et de l’espoir, ainsi qu’une meilleure connexion avec les autres.
  • L’aptitude d'un individu à être altruiste peut être liée à l'abondance de matière grise dans son cerveau.
Taille du texte:

Dr. Mercola

D’après la science, la gentillesse aurait une influence directe sur votre propension au bonheur. Mais la gentillesse fait plus que cela ; non seulement elle améliore votre santé, mais elle augmente aussi votre espérance de vie. C’est un fait biologique prouvé.

Mais que se passe-t-il dans le scénario inverse ? Certaines recherches montrent que les personnes qui ne sont pas gentilles avec les autres ou qui ne connaissent pas  la gentillesse des autres, sont aussi tristes que désagréables, et le plus dommage est que les personnes qui sont tristes de façon chronique ont une vie plus courte que les autres.

Voilà de quoi vous motiver à être plus joyeux, n’est-ce pas ? Mais, même si la clé principale est la gentillesse, cela implique souvent d'autres personnes, que ce soit la famille, les collègues ou la caissière de l'épicerie.

Des relations saines – une vie plus longue

Il n’est donc pas surprenant que la façon dont une personne interagit avec les autres soit directement liée à son état d’esprit et à sa santé émotionnelle, et vice-versa.

Une méta-analyse de 2010 portant sur la relation entre la gentillesse et une vie plus longue combine les résultats de 148 études. La conclusion est que les types de relations sociales dont bénéficie (ou non) une personne peuvent être mises en relation avec un risque de mort prématurée. En fait, les chercheurs ont découvert que :

…une augmentation de 50% de probabilité de survie pour les participants ayant des relations sociales riches. Ce résultat est resté constant avec l'âge, le sexe, l'état de santé initial, la cause du décès et la période de suivi. 

Des différences significatives ont été trouvées en fonction du type de mesure sociale évaluée... L'association a été plus forte pour les mesures d'intégration sociale complexe... et plus faible pour les indicateurs binaires de statut résidentiel (vivant seul  ou en communauté).

L'étude continue :

Certains experts pensent que l'isolement social est mauvais pour la santé. Ils rappellent l’examen en 1988 de cinq études prospectives ... qui a montré que, en moyenne, les personnes ayant moins de relations sociales meurent plus tôt que celles ayant plus de relations sociales.

L’étude explique aussi que les personnes, en particulier aux États-Unis, sont de plus en plus isolées socialement. Le fait d’être isolé implique aussi moins de chances d’être en contact avec la gentillesse, que ce soit en la montrant ou en en bénéficiant.

Les études des interactions sociales étaient si précises que les scientifiques pourraient comparer les résultats négatifs de l’isolement social avec les statistiques de mortalité produites par le tabagisme, la consommation d’alcool, l'obésité et le manque d'activité physique. En même temps, il a été démontré qu’entretenir des relations sociales affecte positivement l’espérance de vie, tout comme la réduction de la pression artérielle et le maintien d’un poids sain.

Méditation de la « gentillesse » – Ouvrez votre cœur, en plus de votre esprit

Une autre étude clinique menée à l'Université de Caroline du Nord, Chapel Hill, s’est intéressée aux aspects des relations sociales : lesquels sont les plus importants dans la détermination des chances des participants de bénéficier d'une vie longue et satisfaisante ?

Soixante-cinq professeurs et membres du personnel ont participé à l'étude, qui visait à déterminer si une pensée positive et des exercices centrés sur la bonne volonté mentale et destinés à eux-mêmes et à d'autres pourraient combattre le stress de manière mesurable.

Chaque participant a été assigné au hasard à l'un des deux groupes : le premier groupe a rejoint un cours générant des émotions positives à travers la médiation de la « gentillesse » pendant une heure pour une période de six semaines ; le deuxième à une liste d'attente sans traitement utilisé en tant que groupe de référence pour le contrôle.

Dans le cours, les participants ont été invités à s'asseoir et à réfléchir avec compassion sur les autres en commençant par se concentrer sur leurs propres préoccupations et soucis, puis en incluant ceux de leurs contacts sociaux.

Les gens ont appris à répéter silencieusement des expressions comme « vous pouvez vous sentir en sécurité, vous pouvez vous sentir heureux, vous pouvez vous sentir en bonne santé, vous pouvez vivre simplement», et à revenir sur ces pensées quand leurs esprits erraient. Ils ont également été invités à se concentrer sur ces pensées, et sur les autres, dans les situations stressantes comme lorsqu’ils étaient coincés dans un embouteillage.

Les résultats suggèrent que « les émotions positives, les connexions sociales positives et la santé physique influent les unes sur les autres dans une haute spirale autonome et dynamique ». Comme l'a expliqué le professeur de psychologie Barbara Fredrickson : « C’est une sorte d’attendrissement de votre propre cœur qui est plus ouvert aux autres ».

Réflexe vagal : tout est dans votre perception

Le nerf vague est le nerf crânien le plus long de votre cerveau, et il est intéressant de savoir qu’il peut connecter les émotions positives découlant de l'interaction positive avec les autres. Une augmentation des émotions positives augmente le « réflexe » vagal, (ou une réponse), décrit comme un « indice mandataire de la santé physique ». Le nerf vague est également le médiateur de votre système nerveux parasympathique et peut aussi avoir une influence positive.

Avant et après les classes de méditation, les participants ont été encouragés à noter le temps qu’ils dédiaient à prier et à méditer, et à tenir un journal des aspects positifs et négatifs associés à leurs incursions méditatives. Par la suite, les scientifiques ont enregistré la variabilité de la fréquence cardiaque de chaque participant, qui est en relation directe avec le réflexe vagal. D’après Time Health & Family :

Le nerf vague règule l’adaptation de la fréquence cardiaque à la respiration ; en général, plus votre réflexe est bon, plus la fréquence cardiaque varie et le risque de maladies cardiovasculaires et d'autres grandes causes de mortalité diminuent. Il peut également jouer un rôle dans la régulation du taux de glucose et les réponses immunitaires.

Le nerf vague est lui-même relié à d'autres nerfs qui:

« Adaptent notre ouïe à la parole humaine, coordonnent le contact visuel et règlent les expressions émotionnelles. Il influe sur la libération de l'ocytocine, une hormone qui est importante pour les liens sociaux. Les études ont établi qu’un réflexe vagal élevé est associé à une plus grande proximité avec les autres et à un comportement plus altruiste ».

Il est intéressant de noter que la réponse est en relation directe avec la perception du participant ; l'effet positif est une corrélation directe avec la perception de l'appartenance sociale des sujets individuels.

Les participants dans le segment méditatif de l'étude présentaient une augmentation de la joie, de l'intérêt, de l'amusement, de la sérénité et de l'espoir après le programme de six semaines. Les chercheurs ont découvert également un avantage résiduel important des changements émotionnels et psychologiques : un plus grand sentiment de connexion avec les autres.

Quand il s’agit d’altruisme, combien de matière grise avez- vous ?

L'altruisme peut être décrit comme une personne effectuant une action pour l’avantage d’un autre, au détriment d’elle-même. Un pompier est un bon exemple d'une personne altruiste. Un article paru dans Science Daily rapporte les résultats d'une autre étude, menée par une équipe de chercheurs de l'Université de Zurich, sur la base de la connexion entre l’anatomie du cerveau d'une personne et son altruisme. Le directeur du Département de l'Économie, Ernst Fehr, a expliqué :

Une certaine région du cerveau - l'endroit où les lobes temporal et pariétal se rencontrent - est liée à la capacité à se mettre dans la peau de quelqu'un d'autre, afin de comprendre ses pensées et sentiments.

Le chercheur postdoctoral Yosuke Morishima a été encore plus précis. « Les personnes ayant un comportement plus altruiste ont aussi une proportion plus élevée de matière grise à la jonction entre les lobes temporal et pariétal ». Cependant, Fehr a ajouté que les

processus sociaux pouvaient aussi être pris en considération pour expliquer les raisons pour lesquelles une personne est plus altruiste qu’une autre.

Si prendre les sentiments des autres en considération est l'une des définitions de la gentillesse, d'autres attributs dignes tels que la sympathie, l'empathie, la compassion, la bonté, la douceur et la bienveillance entrent aussi dans cette définition.De même qu’être un humain, puisque la gentillesse devrait aussi s’appliquer aux animaux.

La technique de libération émotionnelle (EFT) – Soyez gentil avec vous-même

Dans mon dernier article, je parle de « 22 choses que les personnes heureuses font différemment », et la deuxième place est « traiter tout le monde avec gentillesse ».

Non seulement la gentillesse est contagieuse ; en outre, il est prouvé qu’elle vous rend plus heureux. Lorsque vous êtes gentil avec les autres, votre cerveau produit des hormones du bonheur et des neurotransmetteurs comme la sérotonine et vous êtes en mesure d'établir de solides relations avec les autres, de favoriser des sentiments positifs tout autour de vous.

Vous cherchez comment rallonger votre espérance vie et diffuser de bonnes vibrations à d'autres dans le monde ? « Des actes aléatoires de gentillesse » peuvent être réalisés n'importe où et à tout moment. Il y a même une Fondation des Actes Aléatoires de Gentillesse (Random Acts of Kindness Foundation), la www.ActsOfKindness.org peut vous aider à exercer votre gentillesse d’une façon à laquelle vous n’aviez pas encore pensé. Si certains problèmes dans votre vie bloquent votre capacité à montrer (ou à recevoir) de la gentillesse, il y a des remèdes qui peuvent vous aider à changer votre vie.

Similaire à la méditation, axée sur la gentillesse envers les autres ainsi qu’envers vous-même, la Technique de Libération Émotionnelle (EFT) est une forme d'acupression psychologique basée sur les mêmes méridiens d'énergie utilisés en acupuncture depuis 5000 ans.

C’est un moyen efficace de restaurer rapidement votre équilibre intérieur et de guérir et d’aider votre esprit à se débarrasser des pensées et émotions négatives. Le mieux est qu’une fois que vous avez appris la technique, vous pouvez l'utiliser par vous-même, sans avoir besoin d'un thérapeute ou des aiguilles d'acupuncture. Rappelez-vous toutefois qu’il est préférable de trouver un professionnel avec qui  travailler si vous cherchez à résoudre des problèmes graves.