Le Monde Fantastique des Hormones

Hormones

En bref -

  • Un nouveau documentaire fascinant explore la science des hormones et nous explique à quel point nos connaissances à leur sujet ont évolué au cours des dix dernières années.
  • Les hormones sont essentielles à presque tous les processus vitaux, de la croissance et du développement au métabolisme, en passant par les passions.
  • Le fonctionnement des hormones peut être perturbé par les maladies, le stress, le vieillissement, les médicaments et les perturbateurs endocriniens qui ont des effets dévastateurs sur la santé.
  • Nous allons vous donner des conseils, y compris des suggestions diététiques spécifiques, pour optimiser vos hormones sans avoir recours à des compléments alimentaires hormonaux.
Taille du texte:

Dr. Mercola

Le Monde Fantastique des Hormones est un nouveau film fascinant qui explore l’histoire et la découverte des hormones, ainsi que les énormes progrès de la science médicale dans ce domaine au cours des dix dernières années.

Les récentes découvertes sur le fonctionnement du système endocrinien ont transformé notre compréhension du rôle essentiel que jouent les hormones dans la santé et les maladies. Les hormones sont essentielles à presque tous les processus vitaux, de la croissance et du développement au métabolisme, en passant par les passions. Tout organisme multicellulaire, végétal ou animal, utilise des hormones - des vers de terre aux orques.

Le mot « hormone » vient du Grec « hormon », qui signifie « stimuler » ou « mettre en mouvement ». Elles ont commencé à influencer votre vie alors que vous n’étiez encore qu’un embryon - pourtant, aussi importantes puissent-elles être, les hormones sont toujours restées quelque peu un mystère médical.

A l’inverse des battements du cœur ou du péristaltisme du tube digestif, ou d'autres processus biologiques qui sont plus faciles à observer et à quantifier, les hormones ne sont pas visibles.

Comprendre les hormones nécessite que les scientifiques soient aussi des détectives médicaux, et ces « détectives hormonaux » ont été à l’origine de nombreux rebondissements dans le domaine de l’endocrinologie, comme raconté dans le film.

Le présent article est une introduction qui vous aidera à comprendre ce que sont les hormones, d’où elles viennent et ce qu’elles font dans votre corps. Nous parlerons ensuite de ce que vous pouvez faire pour optimiser votre fonction hormonale.

Emballer beaucoup d’énergie dans de petits paquets

Plus de 80 hormones humaines différentes ont été identifiées, chacune d’entre elle jouant un rôle bien distinct. Chaque hormone est destinée à une cellule cible spécifique et elle n’a aucun effet sur aucune autre cellule qui croise son chemin.

Lorsqu’une hormone agit sur sa cellule-cible, elle peut changer la façon dont elle se comporte pour lui faire effectuer une tâche spécifique. Par exemple, l’adrénaline fait battre votre cœur plus vite, et la gastrine fait secréter de l'acide gastrique à votre estomac lorsque vous consommez certains aliments.

Les hormones exercent leur influence de façon très concentrée - chaque molécule est un véritable concentré d’énergie ! C’est pourquoi les perturbateurs endocriniens comme les BPA et les phtalates sont si dangereux, même en toutes petites quantités.

Certaines hormones sont conçues pour stimuler la libération d'autres hormones. Certaines ont des effets dans tout votre corps alors que d'autres agissent uniquement sur de petites parties localisées du tissu cellulaire. Certaines hormones ont des effets très importants par rapport à d'autres, aux effets plus discrets.

Types d'hormones - les essentielles

Les hormones peuvent être classées en quatre catégories, selon la façon dont elles agissent : Les stéroïdes, les peptides, les dérivés d'acides aminés (amines) et les eicosanoïdes. Les hormones stéroïdiennes comprennent les hormones sexuelles et les hormones corticosurrénales.

Les peptides agissent comme de nombreux messagers chimiques, et comprennent l’hormone de croissance (GH), l’insuline et la mélatonine. L'adrénaline est une amine, et les prostaglandines (qui jouent un rôle dans les inflammations) sont des eicosanoïdes. L’équilibre hormonal (l’homéostasie) est maintenu grâce à un système complexe de rétroaction, et la libération des hormones est provoqué par trois mécanismes principaux :

  1. Certaines molécules de votre sang (par exemple certains minéraux ou nutriments qui agissent comme des mécanisme de rétroaction)
  2. Stimulation par d'autres hormones (ce qui conduit généralement à une libération rythmée des hormones, augmentant et diminuant selon un schéma prévisible)
  3. Stimulation par des signaux de votre système nerveux (ce qui donne généralement une libération brève d’une forte dose d'hormones, par exemple d'adrénaline)

Les hormones peuvent être endocrines ou exocrines, selon la façon dont elles sont libérées :

  • Endocrines : Les hormones sont libérées directement dans le flux sanguin par une glande sans canaux (l’hypophyse, la glande surrénale, la thyroïde, l’ovaire, les testicules, le pancréas, etc.)
  • Exocrines : Les hormones sont libérées au travers d'un canal excréteur, comme c’est le cas pour les glandes salivaires ou les glandes gastriques de l’estomac.

Certains organes, comme les reins, le pancréas et les gonades, ont des fonctions à la fois endocrines et exocrines. Le terme « système endocrinien » fait généralement référence au système des huit glandes qui secrètent des hormones, mais n’inclut pas les autres organes et tissus qui secrètent également des hormones, tel que le placenta qui secrète des œstrogènes et de la progestérone durant la grossesse.

La découverte des « Hormones Grasses » a bouleversé l’Endocrinologie

Le domaine de l’endocrinologie a été totalement bouleversé en 1994 lorsque le généticien moléculaire Jeffrey Friedman, de l’Université Rockefeller, a découvert que la leptine, « l’hormone de satiété », était produite par des cellules graisseuses.

Jusqu'à cette date, il n’avait jamais été envisagé que les cellules graisseuse pouvaient être un organe endocrinien, et l’obésité n’était généralement pas considérée comme un problème endocrinien. Tout cela a changé lorsqu'on a découvert que les cellules graisseuses « contrôlent » plus ou moins votre cerveau - jusqu'à vous dire à quel moment arrêter de manger, par l’intermédiaire de la leptine.

Selon l’Université Rockefeller :

« La leptine est secrétée par les cellules graisseuses et déversée directement dans le flux sanguin pour réguler les prises alimentaires et la dépense d’énergie. Lorsque la masse grasse diminue, le niveau de leptine plasmatique baisse, stimulant l’appétit et stoppant la dépense énergétique jusqu'à ce que le niveau de masse grasse soit rétabli.

Lorsque la masse grasse augmente, le niveau de leptine monte, coupant l’appétit jusqu’à ce que l’excès de poids disparaisse. Ce système contrôle la régulation homéostatique de la masse adipeuse. »

Le problème est que ce circuit de rétroaction entre les cellules graisseuses et le cerveau fonctionne parfois mal, provoquant une perte de sensibilité des récepteurs de leptine. Plus vous avez de cellules graisseuses, plus votre niveau de leptine est susceptible d’être élevé et plus vous risquez de devenir « résistant à la leptine » -ce qui rejoint le principe de la résistance à l’insuline développée à cause d’un niveau d’insuline chroniquement élevé.

La résistance à l’insuline et à la leptine sont toutes les deux associées à l’obésité et au diabète de type 2 et sont des problèmes fondamentaux à la base de presque toutes les maladies dégénératives chroniques.

Il y a peu de chances pour que les médicaments puissent résoudre la résistance à la leptine, tout comme ils sont inefficaces et même contre-productifs sur la résistance à l’insuline. La meilleure façon de corriger la résistance à la leptine est au travers de son régime alimentaire. Un régime alimentaire riche en aliments complets, axé sur les bonnes graisses et qui évite les pics de glycémie, améliorera à la fois la sensibilité à l’insuline et à la leptine.

Quand les Hormones se Déchaînent

Un certain nombre de facteurs, tels que le vieillissement, le mode de vie ou les facteurs environnementaux, peuvent affecter vos fonctions hormonales. Ces changements peuvent modifier votre production d'hormones, leur métabolisme et la façon dont vos cellules cibles réagissent, plus ou moins bien, aux messagers hormonaux. Des changements liés au vieillissement ont été observés dans presque toutes les glandes. Voici d'autres facteurs connus pour nuire à la fonction endocrinienne :

  • La génétique : malformations congénitales et mutations (chromosomes manquants ou endommagés)
  • Maladies, infections, maladies auto-immunes, réactions allergiques et autres problèmes de santé
  • Le stress de toute nature, y compris les traumatismes émotionnels et les blessures ou maladies graves
  • Les interventions chirurgicales, les radiations, la chimiothérapie, les médicaments et autres procédures médicales
  • Les perturbateurs du système endocrinien (PE)

Les perturbations hormonales peuvent avoir sur vous de nombreuses conséquences, comme la baisse de la fertilité, une déficience immunitaire, et des changements neurologiques qui réduisent votre capacité à gérer le stress. Le régime alimentaire et le mode de vie sont importants pour contrôler les hormones, mais éviter les perturbateurs du système endocrinien est également extrêmement important.

Les perturbateurs du système endocrinien (dont la structure est similaire aux œstrogènes et que l’on trouve en grande quantité dans les produits en plastique), associés à une nourriture toxique, un manque d’exercice et un taux de vitamine D bas, sont responsables en partie de la puberté précoce et du cancer.

Guide Pratique de Référence sur les Hormones

Hormone Où est-elle produite Principales Fonctions

I. HORMONES STÉROÏDIENNES : Dérivées du cholestérol, comprennent les hormones sexuelles et les hormones corticosurrénales

Œstrogènes Ovaires, placenta, poitrine, foie, glandes surrénales, cellules graisseuses, hypothalamus, etc. Développement sexuel féminin, développement de la poitrine, menstruation, grossesse, mémoire et anti-vieillissement
Progestérone Ovaires, placenta et système nerveux central Développement sexuel féminin, développement de la poitrine, menstruation et grossesse
Testostérone Testicules et ovaires Développement sexuel masculin, libido, production du sperme, masse musculaire et osseuse
DHEA (déhydroépiandrostérone) Adrénaline et cerveau Masse corporelle maigre, résistance des os, immunité, santé du cœur et résistance au stress
Pregnenolone Glandes surrénales Mémoire et résistance au stress
Cortisol Glandes surrénales Résistance au stress, production d’énergie, anti-inflammatoire et stabilité de l’humeur
Vitamine D (1,25 dihydroxyvitamine D ou calcitriol) Peau, foie et reins Variées, y compris santé des os et des muscles, santé du cœur, immunité, métabolisme, développement du cerveau, communication des cellules, etc.

II. HORMONES PEPTIDIQUES : Souvent sous forme de « pré-prohormones », nécessitant divers traitements pour devenir active

HCG (hormone chorionique gonadotrope humaine) Placenta Aide à soutenir l’endomètre pour le fœtus en développement (et stimule la progestérone)
HG (Hormone de croissance humaine, ou somatotropine/somatropine) Hypophyse ou glande pituitaire Favorise la croissance chez l’enfant et l’adolescent et aide à réguler la composition du corps, la croissance des tissus et le métabolisme chez l'adulte.
Mélatonine Glande pinéale Sommeil, favorise la santé du cerveau, santé du cœur, système immunitaire et prévention du cancer
Insuline Pancréas Signale le glucose devant être transféré de votre sang à vos cellule pour être utilisé comme combustible ; régulation des graisses par le corps
Glucagon Pancréas Signale au foie de libérer du glucose dans le sang
Prolactine Glande pituitaire, poitrine, utérus, prostate, peau, cellules graisseuse et immunitaires Favorise la lactation, les liaisons, et plus de 300 autres fonctions reproductives, métaboliques et immunitaires
Adrénocorticotrophine (ACTH) Hypophyse ou glande pituitaire Stimule la libération de cortisol
Leptine Cellules graisseuses Régulation des graisses
Ghréline Estomac et pancréas Stimule la sensation de faim
Parathormone (PTH) Glande parathyroïdienne Contrôle la quantité de calcium dans les os et le sang
Hormone thyréotrope (TRH) Hypothalamus Stimule la glande thyroïdienne pour libérer la TSH
Facteurs humoraux (par ex. thymosine) Thymus Développement d'un système immunitaire sain

III. DÉRIVÉS D’ACIDES AMINÉS (AMINES) : Dérivées de la tyrosine et du tryptophane, comprend les hormones thyroïdiennes et les catécholamines

Adrénaline Glandes surrénales Réponse « lutter ou fuir » : accélère les battements cardiaques, dilate les vaisseaux sanguins et libère du glucose
Hormone Thyroïdienne (TSH) Glande thyroïdienne Développement des organes et métabolisme

IV. Eicosanoïdes : Produites à partir des acides gras (acide arachidonique) ; durée de vie courte dans le corps et exerce ses effets principalement sur les tissus locaux

Prostaglandines Presque toutes les cellules du corps humain Variées, incluant les contractions utérines, la broncho dilatation, l’inflammation, etc.

Le Lien entre Régime Alimentaire et Santé des Hormones

Éviter les aliments transformés est l’une des meilleures stratégies pour préserver vos fonctions hormonales naturelles. Les glucides raffinés et les graisses saturées peuvent faire grimper votre taux d’œstrogènes - jusqu’à deux fois sa valeur normale.

C’est une des causes principales des symptômes de la ménopause. Les aliments transformés peuvent aussi faire baisser les taux d'autres d'hormones importantes et sont saturés d'ingrédients préjudiciables à la santé, tels que le sucre (en particulier le fructose), les ingrédients génétiquement modifiés, les gras trans, le sel raffiné et autres additifs chimiques.

Inversement, suivre un régime alimentaire riche en aliments complets bio, et des protéines et graisses de qualité, peut grandement contribuer à conserver l’équilibre de vos hormones lorsque vous prenez de l’âge - en particulier si vous l'associez à un programme de mise en forme efficace. En règle générale, les vitamines liposolubles ont un effet bénéfique sur les hormones sexuelles.

Une consommation d'aliments riches en vitamine A favorisera la production de progestérone. Ci-après une courte liste des recommandations diététiques du Dr. Hertoghe pour conserver des taux hormonaux sains :

Suivez un régime paléolithique, riche en légumes frais biologiques et aliments fermentés Évitez le sucre et le fructose, y compris les jus de fruits frais, les pics de sucres rapides bloquant la sécrétion d’hormones ; choisissez des fruits à faible teneur en fructose
Les légumes à feuilles vert foncé sont riches en magnésium, qui facilite la production des hormones sexuelles Évitez la consommation régulière d'alcool, qui diminue la production de vos hormones de croissance
Évitez les graines non germées Si vous consommez des graines (qu’il vaut toutefois mieux éviter purement et simplement), assurez-vous qu’elles soient germées Consommez des protéines de qualité, telles que du poisson, de la viande rouge nourrie au pâturage, des poulets élevés en plein air, mais cuisez-les à basse température

À prendre en compte avant de prendre un traitement hormonal pour la ménopause

Si, après avoir appliqué les changements dans votre régime alimentaire conseillés ci-dessus, vous continuez de souffrir des symptômes désagréables de la ménopause, vous pouvez essayer quelques-unes des autres stratégies ci-dessous avant de recourir à un traitement hormonal substitutif :

  • Phytoestrogènes : Consommer en quantité des phytoestrogènes (œstrogènes végétaux), tels que du réglisse et de la luzerne, avant la ménopause, peut aider à tempérer votre niveau d’œstrogènes au quotidien, de façon à ce que, lorsque la ménopause arrive, la chute ne soit pas trop importante.
  • Optimisez votre taux de vitamine D  : Ceci est une absolue nécessité pour la régulation des gènes et pour conserver une santé optimale.
  • Polyphénols : Il a été prouvé que certains polyphénols présentent les bénéfices des THS (traitements hormonaux substitutifs) sans en avoir les inconvénients, et qu’ils sont associés à un moindre risque de maladie cardiaque. La Maca est une excellente plante médicinale adaptogène pour traiter la ménopause, dont de nombreuses femmes admettent les bienfaits. Évitez les variétés bon marché qui ne fonctionnent généralement pas - choisissez plutôt la version authentique du Pérou.
  • Omega-3 d’origine animale : Il vous sera bénéfique également de consommer suffisamment d'acide gras omega-3 de qualité, d'origine animale, telle que de l’huile de krill.
  • Actée à grappes noires : Bien que rejetée par l’ACOG (American Congress of Obstetricians and Gynecologists) comme n’ayant aucun fondement scientifique, la consommation d’Actée à grappes noires peut aider certaines femmes à réguler leur température corporelle ainsi que les bouffées de chaleur.

Comme vous l’avez compris, les hormones sont un sujet complexe - mais qui vaut l’effort de s’y intéresser de par le rôle puissant qu’elles jouent sur votre santé. Je vous recommande grandement de prendre le temps de regarder ce documentaire, qui vous permettra d'élargir vos connaissances et vous aidera à prendre votre santé en main !