Une augmentation des apports en sélénium diminue le risque de contracter un cancer de la vessie


Noix Du Brésil

En bref -

  • D’après les résultats d'une étude, l'apport en sélénium est associé à une diminution du risque de contracter un cancer de la vessie.
  • Le sélénium est un micronutriment essentiel que l'on trouve dans environ 25 protéines différentes. La plupart de ces sélénoprotéines sont en fait des enzymes aux propriétés antioxydantes.
  • Les principales sources alimentaires de sélénium sont les végétaux cultivés dans des sols riches en sélénium et les animaux qui se nourrissent de ces végétaux.
Taille du texte:

Dr. Mercola

Le sélénium est un oligo-élément incorporé à des protéines, formant des sélénoprotéines, qui agissent comme de puissants antioxydants pour aider à prévenir les dommages cellulaires provoqués par les radicaux libres. Ce sont les puissantes propriétés antioxydantes du sélénium qui peuvent être bénéfiques dans les affections suivantes :

  • Le cancer
  • Les maladies cardiaques
  • Le VIH
  • Le déclin cognitif
  • La cataracte et la dégénérescence maculaire
  • L’herpès labial et le zona
  • L’arthrite

Comment le sélénium aide-t-il à prévenir le cancer ?

D'après les recherches les plus récentes, les personnes ayant d’importants apports en sélénium verraient leur risque de contracter un cancer de la vessie réduit de 39%, ce qui va tout à fait dans le sens des études précédentes qui ont également associé le minéral à de plus faibles taux de cancer du sein, de la prostate, du poumon, colorectal et de la peau.

Une étude de 1996 conduite par le Dr. Larry Clark de l’Université de l’Arizona, a également démontré à quel point le sélénium peut s'avérer efficace dans la prévention du cancer.

Dans cette étude portant sur 1.300 personnes âgées, l’occurrence de cancers parmi les personnes ayant pris chaque jour 200 microgrammes de sélénium pendant environ sept ans fût réduite de 42 % par rapport à celles qui avaient pris un placébo.

D'après l’étude, il y eut presque moitié moins de décès des suites des cancers chez les personnes qui avaient pris du sélénium. De plus, chez les hommes qui avaient pris du sélénium, il fût constaté 63% de cancers de la prostate en moins, 58% de cancers colorectaux en moins, 46% de cancers du poumon en moins, et 37% de cancers en moins, tous types confondus.

Le sélénium s’est même avéré plus efficace que l’arrêt du tabac dans la réduction du risque de cancer du poumon.

Voici certaines explications scientifiques de l’effet anti-cancer du sélénium :

  • Il augmente la protection antioxydante et renforce le système immunitaire
  • Il régule la prolifération des cellules et l'apoptose (la mort cellulaire programmée)
  • Il déclenche la réparation de l'ADN dans les cellules endommagées
  • Il stoppe la croissance des vaisseaux sanguins qui nourrissent le cancer
  • Il inhibe l’invasion des cellules tumorales

Le sélénium joue également un rôle dans l’activation du glutathion peroxydase, une enzyme qui aide le foie à détoxifier l'organisme de substances nocives, participant ainsi à la prévention du cancer.

Le dosage du sélénium fait toute la différence

Entre la quantité de sélénium qui est bénéfique, et celle qui est nocive, la frontière est très mince. Une dose journalière comprise entre 150 et 300 µg est généralement sans danger pour un adulte moyen, mais si votre taux de sélénium est trop élevé, cela peut augmenter votre risque de développer un diabète et devenir cytotoxique (toxique pour les cellules).

Si vous souhaitez prendre un supplément de sélénium pour vous maintenir en bonne santé, choisissez de préférence un supplément biodisponible de très bonne qualité, en dosage faible (200 µg par exemple).

Les dosages les plus faibles sont recommandés pour prévenir les maladies, dont le cancer, alors que les dosages plus élevés sont utilisés pour traiter les cancers déclarés. Les dosages élevés ont pour but de réguler la prolifération des cellules en provoquant l’apoptose (la mort cellulaire programmée).

Dans le traitement du cancer, il existe une base de données probantes qui appuie l'utilisation de doses assez élevées sous une forme posologique adaptée - en particulier le sélénite de sodium en gouttes - dans le cadre d’un protocole complémentaire intégré et bien élaboré, de traitement du cancer.

Il est important de ne prendre des doses élevées de sélénium que sous la supervision d'un professionnel de santé compétent qui comprend les stimulations des mécanismes impliqués, et, je le répète, les doses élevées sont réservées au traitement des cancers déclarés.

Est-il possible d'avoir un apport suffisant de sélénium à partir de l’alimentation ?

Il est assez difficile de déterminer l'apport en sélénium de son alimentation car le taux dépend largement du niveau de sélénium du sol dans lequel les aliments ont été cultivés.

Aux États-Unis, le taux de sélénium du sol est relativement élevé (les sols du nord du Nebraska et du Dakota du Nord et du Sud sont particulièrement riches en sélénium). Cependant, dans d'autres parties du monde telles que la Chine, la Russie, l’Australie, la Nouvelle Zélande et l’Europe, les niveaux de sélénium des sols ont tendance à être bien plus bas, et si vous consommez principalement des aliments cultivés dans ces régions, un supplément de sélénium de bonne qualité peut être bénéfique.

Certaines régions des États-Unis ont également été identifiées comme étant pauvres en sélénium, notamment :

  • Le nord-ouest du Pacifique
  • Une partie de la région des grands lacs et l’est de cette région, en direction de la Nouvelle Angleterre
  • Certaines régions de la côte Atlantique

Si vous vivez dans l’une de ces régions et que vous vous nourrissez principalement de produits locaux, il se peut que vous soyez carencé en sélénium.

En revanche, si votre alimentation provient de différentes régions, y compris de régions riches en sélénium, vous recevez certainement suffisamment de sélénium naturellement et profitez donc des bienfaits du minéral sans risquer de surdosage. Voici certaines excellentes sources alimentaires de sélénium (à condition, bien sûr, que ces aliments aient été cultivés dans des conditions idéales) :

  • Les noix du Brésil (qui en contiennent environ 70 à 90 microgrammes par noix)
  • Les champignons de Paris et les champignons shiitake
  • Les œufs
  • Les graines de tournesols
  • Les graines de moutarde

11 conseils supplémentaires pour votre arsenal de prévention du cancer

Le sélénium fait depuis longtemps partie de mes recommandations pour aider à prévenir et à traiter le cancer, en particulier les cancers du sein et de la prostate, mais ce minéral n’est qu'un des éléments de ma stratégie générale de prévention du cancer. Les méthodes naturelles suivantes fourniront à votre organisme les éléments fondamentaux essentiels, nécessaires à la prévention de maladies et de cancers :

  1. Optimisez votre taux de vitamine D. Il est aujourd'hui pratiquement impossible de parler de prévention et de traitement du cancer sans évoquer la vitamine D, car les preuves scientifiques de ses vertus anti-cancéreuses sont réellement impressionnantes. 
  2. Les théories établissant un lien entre la vitamine D et certains cancers ont été vérifiées et confirmées par plus de 200 études épidémiologiques, et l’interprétation de leurs bases physiologiques repose sur plus de 2.500 études en laboratoires, d'après Cedric Garland, épidémiologiste, Médecin de la Santé Publique, Professeur en médecine généraliste et préventive à l’École de Médecine de l’Université de Californie à San Diego.

  3. Contrôlez votre taux d'insuline en limitant autant que possible votre consommation d'aliments transformés, de fructose et de sucres.
  4. Veillez à consommer suffisamment d'acides gras oméga-3 d'origine animale, en particulier en consommant de l’huile de krill.
  5. Pratiquez une activité physique. L’une des principales explications de l’efficacité de l’activité physique est qu’elle fait baisser le niveau d'insuline. Contrôler son niveau d'insuline est l’un des moyens les plus efficaces pour réduire les risques de contracter un cancer.

    L'activité physique est également un élément important du traitement du cancer, les chercheurs de l’école de médecine de Harvard ayant découvert que les patientes ayant une activité physique modérée - 3 heures et demie par semaine - réduisent leur risque de mourir d’un cancer du sein d’environ 50% par rapport aux femmes sédentaires.
  6. Ayez un outil pour supprimer définitivement tout court-circuit neurologique qui pourrait activer les gènes du cancer. Même le CDC (Le Centre américain de prévention et de contrôle des maladies) affirme que 85% des maladies sont provoquées par les émotions. Il est probable que ce facteur puisse être plus important que tous les autres facteurs physiques mentionnés dans cet article, il est donc important de vous en préoccuper. 
  7. Mon outil préféré à ce propos, comme vous le savez peut-être, est l’ EFT (Emotional Freedom Technique - Technique de Libération Émotionnelle).

  8. 24 % seulement de la population consomme suffisamment de légumes, consommez-en donc autant que vous le souhaitez et que vous le pouvez. Dans l’idéal, choisissez-les frais et biologiques. 

    Sachez toutefois qu’il vaut souvent mieux consommer des légumes frais cultivés de façon « conventionnelle », plus sains que des légumes biologiques qui dépérissent depuis un moment dans le magasin. C’est en tous cas mieux que de ne pas manger de légumes du tout. Si vous avez un type nutritionnel sucré, vos besoins en légumes peuvent être jusqu'à 300% plus élevés que ceux d’une personne de type nutritionnel protéinique.
  9. Mangez selon votre type nutritionnel. Lorsque nous traitons des patients atteints de cancer dans notre clinique, ceci est l’une de nos méthodes anti-cancer les plus efficaces.
  10. Maintenez un poids idéal.
  11. Veillez à la qualité de votre sommeil.
  12. Réduisez votre exposition aux toxines environnementales telles que les pesticides, les nettoyants ménagers chimiques, les désodorisants d'intérieur synthétiques et la pollution atmosphérique.
  13. Faites bouillir, pocher ou cuisez vos aliments à la vapeur, plutôt que de les faire frire ou griller. Encore mieux consommez vos aliments crus aussi souvent que possible.