Fruit légume pesticide

En bref

  • Les fraises sont en tête des produits les plus contaminés par les pesticides ; 98% des échantillons testés contiennent au moins un résidu de pesticide détectable
  • Parmi les autres fruits et légumes lourdement contaminés, on trouve les pommes, les nectarines, les pêches et le céleri
  • Manger bio est l’une des meilleures façons de diminuer votre exposition globale aux pesticides
Article Antérieur Article Suivant

Quels fruits et légumes contiennent le plus de pesticides ?

3 Janvier 2017 | 8,439 Visualisations |

Dr. Mercola

Lorsque vous mangez des fraises dans votre smoothie du petit déjeuner, ou en en-cas, veillez à ce qu’elles soient bio. Dans une analyse de l’EWG (Environmental Working Group - Groupe de travail pour l’environnement) portant sur 48 fruits et légumes, les fraises ont gagné le triste titre des « plus contaminées » par les résidus de pesticides.

Elles battent les pommes (les coupables n° 1 de l’année dernière) et sont pratiquement toutes contaminées - 98% des échantillons contenaient au moins un résidu détectable de pesticide.

Il n’est sans doute pas surprenant que les produits cultivés de façon conventionnelle soient contaminés par des pesticides, mais il existe de grands écarts de niveau de contamination entre les différentes cultures.

La plupart des gens se demandent quels fruits et légumes acheter bio, et savoir lesquels sont les plus contaminés vous aidera à savoir lesquels acheter bio en priorité et lesquels, parmi ceux cultivés de façon conventionnelle, peuvent être consommés sans risque.

Manger des fraises pourrait vous exposer à des douzaines de pesticides

Les fraises font partie des fruits les plus populaires aux États-Unis. Les américains en mangent en moyenne 3,5 kg par personne et par an, « et avec elles des douzaines de pesticides, y compris des substances chimiques associées au cancer et à des troubles de la reproduction, ou qui sont interdites en Europe », ont déclaré Bill Walker et Sonya Lunder, de l’EWG.

L’EWG a utilisé des données de l’U.S Department of Agriculture (USDA - Département américain de l’Agriculture) qui a découvert que des fraises testées en 2009 et en 2014 contenaient presque six pesticides différents par échantillon, en comparaison à moins de deux par échantillon pour tous les autres produits.

Selon les données de Californie, près de 135 kg de pesticides ont été répandus par demi-hectare de fraises cultivées dans cet État en 2014. Comparez cela au maïs, qui est aspergé d’environ 2kg de pesticides pour la même surface - et est considéré comme une culture lourdement traitée.

Des pesticides perturbateurs endocriniens et potentiellement cancérigènes utilisés sur les fraises

Quels types de pesticides sont utilisés sur les fraises ? D'après l’EWG :

  • La carbendazime, un fongicide perturbateur endocrinien qui a été interdit par l’Union Européenne
  • La bifenthrine, un insecticide identifié comme potentiellement cancérigène pour l’homme par les autorités réglementaires californiennes
  • Le malathion, une toxine du système nerveux que le centre international de recherche sur le cancer classifie également de cancérogène probable pour l’homme

L’analyse de l’EWG a révélé que 40% des fraises testées présentaient des résidus de 10 pesticides au moins (un échantillon présentait même 17 résidus de pesticides différents).

On sait également que certains producteurs de fraises utilisent 60 pesticides différents dans leurs champs. Dans la mesure du possible, choisissez des fraises bio ou, mieux encore, cultivez-les vous-même.

Les fraises sont faciles à faire pousser et, en prime, elles sont vivaces et repoussent chaque année sous la plupart des climats. De plus, lorsque vous les cultivez vous-même, vous avez la satisfaction de récolter en été vos propres gourmandises de la saison. Comme le souligne l’EWG, les fraises ne sont disponibles tout au long de l’année que depuis relativement peu de temps :

« Les fraises étaient autrefois une gourmandise saisonnière, disponible en quantités limitées pendant quelques mois du printemps et de l'été.

Au cours des dernières décennies, l’augmentation de l’utilisation de pesticides et d'autres méthodes de production chimiquement assistée ont permis d'avoir des fraises peu coûteuses tout au long de l’année, et des campagnes de publicité agressives en ont encouragé la consommation. »

Les fruits et légumes les plus et les moins contaminés par les pesticides

À l’exception des fraises qui battent les pommes pour la première place, la liste d’EWG de 2016 des 12 fruits et légumes les plus contaminés par les pesticides, est très proche de celle de l’année dernière. Il en est de même pour leur liste des 15 produits qui contiennent très peu de résidus de pesticides.

L'analyse d’EWG combine six mesures différentes de contamination pour parvenir à un score composite pour chaque type de produit. Voici les résultats :

Les 12 produits les plus pollués en 2016 d’après EWG (achetez-les bio)

  • Les fraises
  • Les pommes
  • Les nectarines
  • Les pêches
  • Le céleri
  • Le raisin
  • Les cerises
  • Les épinards
  • Les tomates
  • Les poivrons
  • Les tomates cerises
  • Les concombres

Les 15 produits les moins pollués en 2015 d’après EWG (vous pouvez les acheter parmi les produits conventionnels)

  • Les avocats
  • Le maïs doux
  • L’Ananas
  • Le chou
  • Les petits pois (congelé)
  • Les oignons
  • L’asperge
  • Les mangues
  • Les papayes
  • Le kiwi
  • L’aubergine
  • Le melon Honey dew
  • Le pamplemousse
  • Le melon cantaloup
  • Le choux fleur

Les limites américaines de tolérance aux pesticides sont trop permissives

La plupart des échantillons testés tombent dans les limites légales autorisées pour les résidus de pesticides. Ainsi, seuls 5 échantillons de fraises testés ont dépassé le degré de tolérance fixé par l’Agence américaine de protection de l’environnement (EPA). Il s'agit de la limite supérieure autorisée pour les pesticides individuels sur les fruits et légumes.

Malheureusement, le fait que le taux de pesticide soit inférieur au niveau de tolérance ne garantit pas qu’il soit sans danger. Comme l’a souligné EWG :

« Certains comparent les tolérances en matière de pesticides à une vitesse limitée à 800 km/h. Si les règles sur la route sont si souples qu’il est impossible de les violer, alors personne ne peut se sentir en sécurité. »

Il n’y a par exemple aucune limite légale quant au nombre de pesticides autorisés sur un aliment. Les effets de ces cocktails chimiques sont inconnus, mais il faut s’en inquiéter, en particulier parce que les adultes comme les enfants sont exposés à de faibles doses pendant toute leur vie.

Les degrés de tolérance ne prennent pas non plus en compte les recherches les plus récentes qui montrent que ces substances chimiques peuvent être toxiques même à de très faibles doses. L’étude CHAMACOS fait partie de celles qui montrent que de très petites quantités de pesticides peuvent être dangereuses.

Des enfants nés à Salinas Valley, en Californie, une région hautement agricole, ont été suivis jusqu'à l’âge de 12 ans pour évaluer l’impact des pesticides sur leur développement. L’exposition des mères aux organophosphates pendant leur grossesse a été associée à :

  • Une durée de grossesse plus courte
  • De moins bons réflexes néonataux
  • Un QI plus faible et un moins bon fonctionnement cognitif chez les enfants
  • Une augmentation du risque de problèmes d’attention chez les enfants

Les résidus de glyphosates restent un mystère

Le glyphosate, l'ingrédient actif du Roundup, herbicide commercialisé par Monsanto, est le produit phytosanitaire le plus utilisé de tous les temps. Toutefois, on ne sait pas exactement combien de glyphosate contiennent vos aliments car l’USDA ne le contrôle pas.

La FDA (Food and Drug Administration - Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) vient seulement d'annoncer, en février 2016, qu’elle pourrait commencer à contrôler les aliments sur leur teneur en glyphosate.

Toutefois, en attendant, une analyse commandée par les organisations Moms Across America et Sustainable Pulse a suggéré que la consommation d’aliments génétiquement modifiés (GM) non bio (les premiers à être aspergés de Roundup) est associée à un taux de glyphosate plus élevé dans votre corps. Le Projet Detox a expliqué ce qui suit :

« Il a été démontré que le taux de glyphosate dans les urines est nettement plus élevé chez les personnes qui ne mangent pas bio, en comparaison à celles qui mangent majoritairement bio. Les personnes souffrant de maladies chroniques présentent bien plus de résidus de glyphosate dans les urines que les personnes en bonne santé.

Une étude détaillée séparée a détecté du glyphosate dans l’urine de vaches, d'hommes et de lapins. Les vaches élevées dans une zone sans OGM présentaient des concentrations de glyphosate dans les urines bien plus faibles que les vaches des troupeaux conventionnels.

Manger bio diminue le taux de pesticides dans votre corps

Selon les données du Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC), plus de 75% de la population américaine présente des taux détectables de pesticides organophosphorés dans les urines, et à moins d’être agriculteur, votre alimentation est l’une des voie d’exposition les plus probables.

Manger bio est l’une des meilleures façons de diminuer votre exposition globale aux pesticides. La plus grande étude menée dans sa catégorie a montré que les personnes qui mangent « souvent ou toujours » bio présentent des taux de résidus de pesticides plus faibles d’environ 65%, que celles qui consomment moins de produits bio.

La recherche a également démontré que les produits bio présentent en moyenne une teneur en pesticides 180 fois plus faible que les produits conventionnels. Ceci étant dit, tout le monde n'a pas accès à une large variété de produits bio, et ils sont parfois plus chers que les produits conventionnels.

Souvenez-vous que manger des légumes, même s'ils ne sont pas bio, vaut mieux que de ne pas en manger du tout. Toutefois, si vous avez besoin d’établir des priorités, référez-vous à la liste des 12 et achetez bio pour ces fruits et légumes autant que possible. Si vous faites vos courses dans les marchés de producteurs, ce que je vous recommande vivement, vous pouvez interroger les producteurs directement à propos de leur utilisation de pesticides.

Selon les agriculteurs, il est possible de trouver des produits qui, bien qu'ils ne soient pas certifiés bio, sont néanmoins moins chargés en pesticides que les produits conventionnels habituels. Si vous ne trouvez pas de produits bio, cherchez donc un producteur qui n’utilise pas de pesticides (ou qui en utilise en quantités réduites).

Finalement, si vous savez avoir été exposé à des pesticides, mangez des aliments fermentés comme du kimchi. Les bactéries lactiques développées au cours de la fermentation du kimchi peuvent aider votre corps à éliminer les pesticides.

Article Antérieur Article Suivant

Clause de non-responsabilité: Tout le contenu publié sur le présent site web se fonde sur les opinions du Dr. Mercola, sauf indication contraire. Les articles individuels ont comme base les opinions de l'auteur respectif qui garde les droits d'auteur comme établis. Les informations fournies sur ce site web ne sont pas destinées à remplacer une relation directe avec un professionnel de santé qualifié et ne sont pas destinées à être considérées comme conseil médical. Toutefois, elles sont fournies avec le but de partager les connaissances et les données obtenues à partir des recherches et de l'expérience du Dr. Mercola et de son public. Le Dr. Mercola vous recommande de prendre vos propres décisions en matière de soins et de santé sur la base de vos recherches et en collaboration avec un professionnel de santé qualifié. Si vous êtes enceinte, si vous allaitez, si vous prenez un médicament ou si vous avez un problème médical, consultez votre professionnel de santé avant d'utiliser des produits sur la base du contenu de ce site web.