Syndrome Piriforme

En bref

  • La douleur provoquée par le syndrome piriforme apparaît généralement au niveau du fessier et irradie le long de la jambe jusqu’au pied, l'inflammation du muscle piriforme irritant le nerf sciatique
  • Le syndrome piriforme est souvent le résultat d'un traumatisme infligé à cette partie du corps ou d'une mauvaise mécanique corporelle qui provoque une inflammation ou une contraction du muscle piriforme
  • En modifiant votre façon d’utiliser votre corps, en ajoutant des étirements spécifiques à votre programme d’entraînement et en utilisant des stratégies naturelles anti-inflammatoires, vous pourrez peut-être réduire l’inflammation et la douleur, et améliorer vos capacités fonctionnelles
Article Antérieur Article Suivant

Douleur dans la fesse : le syndrome piriforme

24 Février 2017 | 39,034 Visualisations |

Dr. Mercola

Une douleur dans le fessier et des douleurs sciatiques irradiantes sont parfois le résultat du syndrome piriforme, c’est à dire de la contraction ou de l’irritation du muscle piriforme.

Il s'agit d'un muscle petit mais extrêmement important qui part du sacrum, passe sous la grande échancrure sciatique et est attaché en haut du grand trochanter, au sommet du fémur (l’os de la cuisse).

La fonction du piriforme est de permettre la rotation externe de la hanche. Le syndrome piriforme passe parfois inaperçu dans un tableau clinique car il est très similaire à d'autres affections musculo-squelettiques pelviennes ou lombaires, telles que la radiculopathie lombaire ou les troubles primaires du sacrum.

Le syndrome piriforme réagit très souvent à une approche thérapeutique holistique, qui vous permet de prévenir l'apparition d'autres dommages dans cette partie du corps, sans avoir recours à un traitement médicamenteux. Il existe en fait deux types de syndrome piriforme. Dans le syndrome piriforme primaire, il y a une origine anatomique du trouble, telle qu’une division du muscle piriforme.

Le syndrome piriforme secondaire est plus courant et est déclenché par une cause extérieure, telles qu’une blessure ou une mauvaise posture. Moins de 15% des personnes souffrant du syndrome piriforme sont atteintes de sa forme primaire.

La fonction de vos muscles piriformes

Bien que petit et apparemment insignifiant, le muscle piriforme joue un rôle important dans votre capacité à marcher. Ce muscle permet la rotation externe de la jambe, la hanche étant en position neutre, de façon à ce que le pied pointe vers l’extérieur du corps.

Cependant, sa fonction la plus importante est de stabiliser les articulations sacro-iliaque (SI), situées entre le sacrum et les deux os iliaques, lorsque vous marchez et vous déplacez.

Nous avons deux muscles piriformes qui se situent entre l'angle de chaque fémur et le sacrum. Ils sont réunis au niveau du sacrum par une bande de tissu conjonctif qui l’entoure et l’ajuste lorsque vous bougez. C’est là le secret de la régulation et de la stabilisation des articulations sacro-iliaques par votre corps lorsque vous marchez.

Vos articulations SI doivent être suffisamment souples pour permettre aux os du bassin de bouger lorsque vous marchez et courrez, mais suffisamment stables pour soutenir votre colonne vertébrale. Elles sont importantes pour l’équilibre et la stabilité des articulations, et sont impliquées dans la plupart des mouvements de vos hanches et de votre fessier, et c’est pourquoi une affection du muscle piriforme peut être douloureuse et perturbante.

Chez la plupart des personnes, le nerf sciatique passe en-dessous du muscle piriforme. Pour 22% des individus, le nerf passe au travers du muscle piriforme, prédisposant au syndrome piriforme. Lorsque le muscle se contracte et se resserre, cela irrite le nerf sciatique.

Le nerf sciatique est un nerf épais qui descend le long de la jambe et se ramifie en nerfs plus fins vers le bas de la jambe et le pied. C’est le nerf le plus long du corps humain, qui fournit aux jambes les sensations et la force.

Lorsque le nerf sciatique est irrité, cela provoque une douleur neurologique qui part de la cuisse, traverse le mollet et descend jusqu’au pied.

Un diagnostic tardif peut entrainer une affection perdurante du nerf sciatique ou un trouble somatique chronique. Le fait d'utiliser des mécaniques corporelles compensatoires en réponse à la douleur et à la faiblesse musculaire, peut aussi provoquer d'autres dommages musculaires et ligamentaires dans vos membres inférieurs ou la région lombaire.

Les mécaniques corporelles qui peuvent provoquer des douleurs

L'origine exacte du syndrome piriforme ne peut pas toujours être identifiée. Voici certaines des plus courantes :

  • Des spasmes musculaires survenant après une irritation du muscle ou d'une structure voisine, telle que l’articulation sacro-iliaque ou la hanche.
  • Une contraction du muscle ou le gonflement du muscle piriforme qui fait suite à une blessure, ou un spasme musculaire.
  • Des saignements dans la région du muscle piriforme qui provoquent son inflammation.

Les spasmes, l’irritation et les contractions peuvent être provoqués par de mauvaises mécaniques corporelles, qui infligent une contrainte excessive à vos muscles et à la structure environnante.

Les femmes sont plus souvent atteintes du syndrome piriforme que les hommes car leurs mécaniques corporelles sont différentes, en raison d’un angle plus large entre le quadriceps et la hanche, ce qui rend l'angle de l'articulation plus important.

Les positions qui maintiennent la jambe en rotation externe peuvent augmenter la contraction du muscle piriforme et les risques de souffrir de douleurs et d'inconforts.

Par exemple, s'asseoir avec un pied sous les fesses, dormir avec les hanches en rotation externe (les genoux tournés vers l’extérieur), ou s'asseoir à son bureau avec les jambes écartées, toutes ces positions maintiennent les hanches en rotation externe.

Se tenir en position d'hyperlordose inflige également une tension supplémentaire au bas de votre dos et au muscle piriforme. L'hyperlordose est une courbure excessive de la colonne vertébrale lombaire. En d'autres termes, le bas de votre dos est courbé vers l’intérieur plus qu’il ne le devrait, ce qui fait ressortir votre postérieur et votre abdomen, et inflige une contrainte à la région lombaire.

L’hyperlordose peut être provoquée par la contraction des muscles dans la région des hanches et de la colonne vertébrale. Cela étire et affaiblit certains muscles, et en resserre et contracte d'autres. Les muscles les plus fréquemment affectés sont :

  • Les érecteurs spinaux et le muscle carré des lombes, qui sont contractés : ce sont des muscles extenseurs du rachis qui servent à stabiliser la colonne vertébrale
  • Les muscles droits de l’abdomen, les muscles obliques internes et externes, les extenseurs de la hanche, les ischio-jambiers et/ou le grand glutéal, qui sont affaiblis
  • Les muscles fléchisseurs de la hanche, contractés

Une activité physique intense, comme courir un marathon, peut également contracter le muscle piriforme et provoquer des douleurs, tout comme une position assise prolongée et/ou le fait d'avoir une jambe légèrement plus longue que l’autre.

Tout commence par une douleur dans les fesses

Les symptômes du syndrome piriforme sont variés, selon la source du problème et le degré d'inflammation et/ou de la contracture du muscle. Ils commencent souvent par une douleur, des fourmillements ou un engourdissement dans les fesses.

La douleur s'accentue parfois en position assise, ou peut au contraire être soulagée par la position assise et s'aggraver lorsque vous vous levez et étirez le muscle piriforme.

De nombreuses personnes atteintes ne souffrent pas lorsqu’elles courent mais trouvent douloureux de monter des escaliers, de s'accroupir ou d’être assis. Une pression appliquée au milieu de la fesse provoque souvent une douleur ou une sensibilité.

La douleur du syndrome piriforme est centrée sur les fesses, tandis qu’un claquage du tendon proximal provoque une douleur non-irradiante en bas des fesses, au point d'attache du tendon sur le bassin.

Si vous souffrez d'un syndrome piriforme vous pouvez également avoir une amplitude de mouvement réduite au niveau de l’articulation de la hanche, en particulier en rotation externe. Il se peut également que vous ayez une faiblesse de la rotation externe des muscles de la hanche. Vous pouvez le vérifier en vous allongeant sur un lit ou une table, et en pivotant votre jambe vers l’extérieur, le genou dans le vide, en dessous du niveau du lit ou de la table. Essayez de lever et de baisser votre genou.

Si vous souffrez du syndrome piriforme, il se peut que vous ne parveniez pas à lever votre jambe lorsque vous êtes dans cette position. Le nerf sciatique étant anatomiquement proche du muscle piriforme, une inflammation du piriforme peut irriter le nerf sciatique et provoquer une douleur neurologique qui irradie vers le bas de la jambe, parfois jusqu’au pied.

La douleur sciatique est soulagée lorsque l’on marche ou que l’on s'allonge, mais accentuée en position assise ou debout. La douleur sciatique est vive et brûlante, plutôt que sourde, et est décrite comme des « piqures d’épingles et d'aiguilles ». Vous pouvez également ressentir un engourdissement et une faiblesse dans la jambe concernée. Cette douleur peut être handicapante et rendre la marche et la station debout difficiles.

Le diagnostic du syndrome piriforme est basé sur l'étude de vos antécédents médicaux, sur un examen physique et une évaluation de vos habitudes de vie qui peuvent influer sur l'apparition de spasmes et d'inflammation musculaire, par exemple une activité physique intense, des positions d'assise particulières ou une position assise prolongée.

Traitements possibles

Évitez les mauvaises positions

Que vous soyez atteint du syndrome ou que vous vouliez le prévenir, il est important d’éviter les positions corporelles qui provoquent une contraction et une irritation du muscle piriforme. En maintenant vos genoux droits lorsque vous êtes assis, allongé, ou lorsque vous marchez, vous évitez que vos hanches ne pivotent vers l’extérieur et réduisez ainsi la contraction et l’inflammation du muscle.

Utilisez le froid et le chaud pour réduire l’inflammation

En réduisant l'inflammation du muscle piriforme, vous réduisez l'irritation du nerf sciatique et donc la douleur neurologique qui irradie vers le bas de la jambe. La glace réduit localement l’inflammation et la douleur, tandis que la chaleur augmente l'afflux sanguin, ce qui accélère la guérison. Essayez d'alterner glace et chaleur pour réduire la douleur et accélère la guérison.

Les manipulations chiropratiques ou ostéopathiques

En pratiquant des étirements et manipulations spécifiques de votre région lombaire, un chiropracteur ou un ostéopathe peut aider à réduire la douleur tout en étirant les muscles enflammés et contractés par des spasmes.

La Iontophorèse

Il s'agit d'une procédure simple qui utilise un faible courant électrique pour accélérer la guérison, en améliorant la circulation et en stimulant les muscles. Certains praticiens utilisent la iontophorèse pour administrer un remède directement dans le muscle endommagé, mais la plupart du temps l’électrostimulation seule suffit à soulager la douleur.

Les massages

Les masseurs et kinésithérapeutes peuvent travailler la région du muscle piriforme contracté ainsi que les structures voisines. Vous pouvez obtenir des résultats similaires chez vous en utilisant un foam roller (rouleau de mousse). Faites cependant attention à votre technique pour éviter d'aggraver le mal.

Les étirements

Étirer les muscles du bas du dos aide à les faire fonctionner plus en douceur et de façon mieux coordonnée. Les étirements actifs isolés (AIS) favorisent l’oxygénation et la circulation dans la région concernée. Essayez cet étirement avec une corde, proposée par Runner’s World :

Allongé sur le dos, les jambes tendues, faites passer le milieu d’une corde sous un pied en tenant les deux extrémités. Verrouillez votre genou en position droite et tendez la pointe du pied vers vous. Levez la jambe à la verticale en utilisant vos quadriceps et fléchisseurs de la hanche de façon à ce qu’elle forme un angle à 90° avec le sol.

Maintenez d'une main une légère tension sur la corde tout en tendant l'autre bras (du côté de la jambe tendue) sur le côté pour stabiliser votre corps et vous empêcher de rouler. En gardant la jambe tendue, faites-la passer par-dessus votre corps et descendre vers le sol jusqu’à ce que votre hanche commence à remonter. Ne forcez pas sur votre jambe, cela risquerait d’irriter la zone.

Ramenez votre jambe perpendiculairement au sol, puis à sa position d'origine. Répétez ce mouvement huit à dix fois par jour de chaque côté.

Maintenez une bonne posture

Que vous soyez assis, debout, ou que vous fassiez du sport, pensez à garder les épaules, le dos et le bassin alignés. Évitez de rester assis trop longtemps lorsque vous travaillez. Levez-vous au moins toutes les 10 à 15 minutes pour marcher un peu. Évitez de courir sur des surfaces inclinées (qui placent une jambe plus haute que l’autre) car cela inflige davantage de tension d'un côté du corps que de l’autre.

Le yoga

Certaines postures et étirements de yoga contribuent à renforcer les muscles du tronc, à améliorer votre équilibre et à étirer les muscles du bas du dos.

Les exercices

Le pont et les mini-squats sont des exercices qui aident à renforcer les muscles fessiers et à soutenir les muscles piriformes. Attendez pour commencer de ne pas avoir ressenti de douleurs depuis un mois. Commencez doucement par une série de 10 et augmentez chaque jour le nombre de séries et de répétitions.

Le relevé de jambe latéral couché aide également à renforcer le bas du dos. Allongez-vous sur un côté, et répétez ensuite l’exercice de l’autre côté. Fléchissez les genoux et positionnez-les en avant de façon à ce que vos pieds soient alignés vec votre colonne vertébrale. Gardez les hanches alignées et le dos droit.

En gardant les chevilles jointes, levez le genou du dessus sans bouger le dos ni basculer le bassin. Tout le mouvement vient de la hanche. Répétez 15 fois et arrivez progressivement à deux séries de 20.

Article Antérieur Article Suivant

Clause de non-responsabilité: Tout le contenu publié sur le présent site web se fonde sur les opinions du Dr. Mercola, sauf indication contraire. Les articles individuels ont comme base les opinions de l'auteur respectif qui garde les droits d'auteur comme établis. Les informations fournies sur ce site web ne sont pas destinées à remplacer une relation directe avec un professionnel de santé qualifié et ne sont pas destinées à être considérées comme conseil médical. Toutefois, elles sont fournies avec le but de partager les connaissances et les données obtenues à partir des recherches et de l'expérience du Dr. Mercola et de son public. Le Dr. Mercola vous recommande de prendre vos propres décisions en matière de soins et de santé sur la base de vos recherches et en collaboration avec un professionnel de santé qualifié. Si vous êtes enceinte, si vous allaitez, si vous prenez un médicament ou si vous avez un problème médical, consultez votre professionnel de santé avant d'utiliser des produits sur la base du contenu de ce site web.