Les Oméga-3 présents dans les suppléments à base d'huile de poisson

En bref

  • Les personnes présentant un risque élevé de développer une psychose pourraient retarder l’apparition de la maladie d’environ sept ans … simplement en prenant un supplément d'acides gras oméga-3
  • Les acides gras oméga-3 pourraient représenter une alternative naturelle plus sûre aux médicaments antipsychotiques
Article Antérieur Article Suivant

Les huiles de poisson peuvent-elles prévenir ou retarder l’apparition des psychoses ?

1 Mai 2017 | 1,933 Visualisations |


Dr. Mercola

En 1999, le Dr. Andrew Stoll, psychiatre à Harvard, a publié une étude montrant que les acides gras oméga-3 améliorent le cours de la maladie chez les personnes atteintes de trouble bipolaire. En 2001, il a publié le livre The Omega-3 Connection, qui est l’un des premiers ouvrages à avoir attiré l'attention et à avoir appuyé l’utilisation des acides gras oméga-3 pour traiter la dépression.

Aujourd'hui, plus de dix ans plus tard, des recherches supplémentaires ont été menées qui soutiennent l’importance des acides gras oméga-3 pour la santé mentale, notamment une étude qui pourrait se révéler révolutionnaire et qui a été présentée en novembre 2014 à l’International Early Psychosis Conference (Conférence Internationale sur les premiers stades de la Psychose) à Tokyo, au Japon.

Si l’un de vos proches est atteint d'une forme quelconque de psychose ou présente des signes d’un trouble éventuel, une supplémentation en acides gras oméga-3 d'origine animale peut représenter une forme de traitement efficace et sans danger.

Les acides gras oméga-3 pourraient retarder l'apparition de la psychose

Votre cerveau est composé à 60% de graisse. Les acides gras oméga-3 DHA représentent à eux seuls environ 15 à 20% du cortex cérébral de votre cerveau. On en trouve en quantités assez élevées dans les neurones - les cellules de votre système nerveux central, dans lesquels ils apportent un soutien structurel.

Votre cerveau étant pour ainsi dire constitué d'acides gras oméga-3, il semble logique qu’ils jouent un rôle essentiel dans son fonctionnement. Mais les oméga-3 possèdent également des propriétés antioxyantes et anti-inflammatoires, dont on pense qu’elles sont responsables en partie de leurs effets thérapeutiques sur la santé mentale.

Dans l’une des études les plus récentes, des chercheurs de l’Orygen Youth Health Research Center, en Australie, ont révélé que les personnes présentant un risque élevé de développer une psychose peuvent retarder l’apparition de la maladie d’environ sept ans... en prenant simplement un supplément d'acides gras oméga-3.

Parmi les patients prenant des oméga-3 d'origine animale, seuls 10% ont développé une psychose au cours de l'étude. Le taux était de 40% dans le groupe « sans oméga-3 ».

De plus, les patients du groupe placébo ont présenté une progression plus rapide de la psychose que ceux du groupe oméga-3. Ceux qui prenaient des oméga-3 ont également noté une amélioration significative de leurs symptômes en général et de leur fonctionnement psychosocial.

L’étude s'appuie sur une recherche menée en 2010 par le même groupe, qui a découvert qu'une supplémentation d’acides gras oméga-3 d'origine animale sur 12 semaines réduit le risque d'apparition de psychose pendant plus d'un an chez les personnes présentant un risque élevé. L’étude de 2014 a aujourd'hui établi que les oméga-3 peuvent retarder l'évolution d’une psychose pendant bien plus longtemps - c’est-à-dire une période d'au moins sept ans.

À noter également, l'étude de 2010 a révélé que les effets bénéfiques des oméga-3 sur la progression de la psychose perduraient même après l'arrêt des suppléments - un avantage qui n'a pas été constaté dans les essais de médicaments antipsychotiques, a déclaré le Dr. Paul Amminger, auteur principal de l’étude.

‘L’espoir qu'il puisse exister des alternatives aux antipsychotiques’

Les médicaments antipsychotiques sont parmi les médicaments les plus puissants de la médecine, et parmi les plus susceptibles d’entraîner des effets secondaires, et c’est pourquoi il est si important de leur trouver une alternative naturelle. Et les chercheurs pensent que les acides gras oméga-3 d'origine animale pourraient représenter une solution viable. Selon le Dr. Amminger :

« La découverte d'un traitement à base d'une substance naturelle pouvant prévenir, ou du moins retarder l'apparition de troubles psychotiques, donne des raisons d’espérer qu’il pourrait exister des alternatives aux médicaments antipsychotiques... Les préparations à base d’huile de poisson riches en oméga-3 ont l’avantage d’être très bien tolérées, d’être généralement acceptées du public, d’être peu couteuses et d'être bénéfiques pour la santé en général.

… Bien que le traitement précoce de psychoses telles que la schizophrénie apporte de meilleurs résultats, il est souvent freiné par le fait que les jeunes gens acceptent mal les médicaments conventionnels qui provoquent souvent des effets secondaires indésirables. »

Les effets secondaires provoqués par ces médicaments comprennent, ironiquement, des symptômes psychotiques (comme entendre des voix ou de la paranoïa), des comportements agressifs, de l'hostilité, des convulsions, des crises cardiaques, un retard pubertaire, etc. Souvent, leurs effets secondaires sont bien pires que les symptômes pour lesquels ils sont prescrits, et rivalisent avec les drogues illicites en termes de dangerosité pour la santé.

Chez les enfants, les effets sur le long terme sont souvent méconnus, et pour ce qui est du court terme, on a vu des augmentations choquantes du nombre d'actes violents ou agressifs commis par des adolescents prenant un ou plusieurs médicaments antipsychotiques.

Comme l’explique le Dr. Barbara Cornblatt (directrice du programme de reconnaissance et de prévention à l’hôpital de Zucker Hillside) dans la vidéo ci-dessus, on sait qu'une intervention précoce peut aider les personnes susceptibles de développer une psychose. Il n’était donc pas rare jusqu’à présent de voir des médicaments antipsychotiques prescrits à des personnes en bonne santé - même avant qu'elles ne présentent des symptômes.

Elle précise que seuls 30% de ces personnes ont fini par développer une véritable psychose, tandis que les autres 70% prenaient des médicaments puissants et risquaient de souffrir de graves effets secondaires, pour rien.

D’un autre côté, prendre des acides gras oméga-3 d'origine animale peut avoir un effet similaire pour retarder les psychoses, sans provoquer aucun effet secondaire indésirable, et au contraire sans doute d'autres effets bénéfiques. Les acides gras oméga-3 sont si bénéfiques que je recommande pratiquement à chacun d’en optimiser ses apports, qu'il présente ou non des troubles de santé mentale.

L’huile de poisson pourrait aussi contribuer à protéger vos cellules cérébrales

Sur le même sujet, une étude publiée dans le journal Neurology a rapporté que « les femmes âgées présentant les taux les plus élevés d'acides gras oméga-3 DHA et EPA, que l’on trouve dans l’huile de poisson, ont un cerveau mieux conservé en vieillissant, par rapport aux autres, ce qui pourrait signifier qu’elles maintiendraient un meilleur fonctionnement cérébral pendant un ou deux ans de plus. »

Les chercheurs ont contrôlé ces taux d’acides gras oméga-3 dans les cellules sanguines de plus de 1.100 participantes au cours de l’Étude ‘Women’s Health Initiative Memory’. L’âge moyen des participantes était de 70 ans. Huit ans plus tard, le volume de leur cerveau a été mesuré au moyen d’un IRM.

Les femmes dont le taux d'oméga-3 était le plus élevé - 7,5% - au début de l’étude, avaient un cerveau plus volumineux de 0,7% huit ans plus tard. Leur hippocampe, qui joue un rôle important au niveau de la mémoire, était également plus volumineux de 2,7%.

Ces découvertes suggèrent que l’oméga-3 peut être utile pour ralentir l’atrophie du cerveau liée à l’âge. Le rétrécissement du cerveau tend à s'accélérer chez les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer, et c’est pourquoi protéger votre cerveau est un élément clé de la prévention de la maladie d’Alzheimer. D’après Bloomberg :

« … des études supplémentaires sont nécessaires pour étudier les conséquences de ces découvertes pour la mémoire, explique James Pottala, l’auteur principal de l’étude. ‘Les oméga-3 sont des blocs de construction des membranes des cellules cérébrales’, a expliqué James Pottala...

‘Si atteindre un certain taux d’oméga-3 peut prévenir ou retarder la démence, cela pourrait avoir d’immenses bienfaits pour la santé mentale, sachant surtout que le taux peut être augmenté en toute sécurité et à moindre frais par le biais de l’alimentation et de la supplémentation.’ »

Le professeur Pottala a également indiqué que de précédentes études ont montré que manger du poisson gras non frit deux fois par semaine, et prendre des suppléments d'huile de poisson, peut élever votre taux sanguin moyen d’EPA et de DHA à 7,5% - le même taux que les femmes qui présentaient le taux le plus élevé dans cette étude.

Quelles sont les meilleures sources d'acides gras oméga-3 ?

De mon point de vue, basé sur mon expérience médicale et sur des preuves scientifiques irréfutables, il est absolument crucial pour une santé optimale, y compris pour la santé mentale, de veiller à avoir un apport suffisant d'oméga-3 dans votre alimentation, provenant soit de saumon sauvage d’Alaska, de sardines ou d'anchois, soit d'un supplément d’oméga-3 de haute qualité comme de l’huile de krill.

Bien que l’on puisse trouver une forme utile d’oméga-3 dans les graines de lin, de chia, dans le chanvre et quelques autres aliments, on trouve les formes les plus bénéfiques d’oméga-3 - qui contiennent deux acides gras, les DHA et les EPA, essentiels pour prévenir et lutter contre les maladies physiques et mentales - principalement dans les produits de la mer tels que le poisson et le krill.

Pratiquement tous les produits de la mer étant lourdement contaminés par des polluants environnementaux tels que les BPC et le mercure, vous devez être prudent quant aux types de produits de la mer que vous consommez pour augmenter vos apports d’oméga-3. La règle générale est que plus un poisson est au bas de la chaine alimentaire, moins il aura accumulé de contaminants.

Les sardines, en particulier, sont l’une des sources d'acides gras oméga-3 les plus concentrées, une portion comptant plus de 50% de vos AJR. Les anchois, les harengs et le saumon sauvage d’Alaska sont d'autres bonnes options.

Le risque que l'authentique saumon sockeye sauvage d’Alaska accumule de grandes quantités de mercure et d'autres toxines est réduit en raison de son cycle de vie court, qui n’est que de trois ans environ. Vous savez sans doute que si vous ne mangez pas beaucoup de poisson, vous pouvez augmenter vos apports d'oméga-3 d'origine animale en prenant de l’huile de poisson. Vous pouvez également obtenir vos oméga-3 à partir d’huile de krill, moins connue, mais qui peut s'avérer être une meilleure solution.

Pourquoi ? Les oméga-3 contenus dans l’huile de krill sont liés à des phospholipides qui augmentent leur absorption, ce qui signifie qu’il vous en faut moins, et ils ne provoquent pas de renvois contrairement à de nombreux autres produits à base d'huile de poisson. De plus, elle contient presque 50 fois plus d'astaxanthine, un puissant antioxydant, que l’huile de poisson. Cela prévient l’oxydation des acides gras oméga-3, qui sont extrêmement périssables, avant qu'ils ne soient intégrés dans vos tissus cellulaires.

Au cours de tests en laboratoire, l’huile de krill est restée intacte après avoir été exposée à un flux constant d'oxygène pendant 190 heures. L’huile de poisson, par contre, a tourné rance après seulement une heure. Cela signifie que l’huile de krill est près de 200 fois plus résistante aux dommages oxydatifs que l’huile de poisson ! Lorsque vous achetez de l’huile de krill, vérifiez sur l’étiquette la quantité d'astaxanthine qu’elle contient. Plus elle en contient, mieux c’est, mais toute proportion au-delà de 0,2 mg par gramme d'huile de krill, la protège de la rancidité.

5 conseils pour préserver votre santé mentale

  1. Pratiquez une activité physique - Si vous souffrez de dépression, ou même si vous vous sentez simplement déprimé de temps en temps, l’activité physique est ESSENTIELLE. La recherche est parfaitement positive à ce propos, les études confirmant que l’activité physique est au moins aussi efficace que les anti-dépresseurs pour aider les gens déprimés. L’une des explications à cela est que l'activité physique augmente le niveau d’endorphines dans votre cerveau, « l’hormone du bien-être ».
  2. Gérez votre stress - Le stress peut aggraver les symptômes de la maladie mentale ainsi que provoquer des rechutes. La méditation ou le yoga peuvent être efficaces. Il suffit même parfois d'aller prendre l'air et de faire une promenade. Mais en plus de cela, je vous conseille d'avoir recours à un réseau de soutien solide, composé d'amis, de membres de votre famille, et si nécessaire, de conseillers professionnels, qui peuvent vous aider à gérer votre stress émotionnel. L’EFT (Technique de Libération Émotionnelle) est également souvent efficace.
  3. Mangez sainement - Votre alimentation est un autre facteur à ne pas négliger. Les aliments ont un impact très important sur votre humeur et votre capacité à faire face et à être heureux, et manger des aliments entiers est ce qu’il y a de mieux pour la santé mentale. Éviter le fructose, le sucre et les céréales aide à normaliser votre taux d'insuline et de leptine, ce qui est une autre méthode efficace pour parvenir à une bonne santé mentale.

    De plus, les preuves scientifiques sont de plus en plus nombreuses à montrer qu'il est extrêmement important pour le bon fonctionnement de votre cerveau, ce qui inclut le bien-être psychologique et le contrôle de l’humeur, de nourrir votre flore intestinale avec de bonnes bactéries, que l’on trouve dans les aliments fermentés de façon traditionnelle (ou dans un supplément de probiotiques). 
  4. Favorisez le fonctionnement optimal de votre cerveau grâce aux acides gras essentiels - je suis d'accord avec les résultats de l’étude mentionnée plus haut et je vous recommande également vivement de supplémenter votre alimentation avec des acides gras oméga-3 d'origine animale, comme de l’huile de krill, ou de manger régulièrement des sardines, des anchois, ou du saumon sauvage d’Alaska, pour vous assurer d'avoir un apport suffisant d'acides gras oméga-3.
  5. Faites le plein de soleil - Il est également essentiel pour traiter la dépression, ou la tenir en respect, de vous exposer suffisamment à la lumière du soleil pour avoir un taux de vitamine D optimal. La carence en vitamine D est monnaie courante, et est connue pour être impliquée dans de nombreux troubles psychiatriques et neurologiques.
Article Antérieur Article Suivant

Clause de non-responsabilité: Tout le contenu publié sur le présent site web se fonde sur les opinions du Dr. Mercola, sauf indication contraire. Les articles individuels ont comme base les opinions de l'auteur respectif qui garde les droits d'auteur comme établis. Les informations fournies sur ce site web ne sont pas destinées à remplacer une relation directe avec un professionnel de santé qualifié et ne sont pas destinées à être considérées comme conseil médical. Toutefois, elles sont fournies avec le but de partager les connaissances et les données obtenues à partir des recherches et de l'expérience du Dr. Mercola et de son public. Le Dr. Mercola vous recommande de prendre vos propres décisions en matière de soins et de santé sur la base de vos recherches et en collaboration avec un professionnel de santé qualifié. Si vous êtes enceinte, si vous allaitez, si vous prenez un médicament ou si vous avez un problème médical, consultez votre professionnel de santé avant d'utiliser des produits sur la base du contenu de ce site web.