La transpiration est-elle bonne ou non pour la santé ?


transpirer

En bref -

  • Transpirer aide votre corps à évacuer les toxines, ce qui favorise la fonction immunitaire et aide à prévenir les maladies liées à une surcharge toxique
  • Transpirer peut aider à tuer les virus et les bactéries qui ne peuvent pas survivre à une température supérieure à 37°C (98,6°F), ni à la surface de la peau
  • N’importe quel exercice intense vous fera transpirer, mais vous pouvez également provoquer la transpiration en faisant une séance de sauna, traditionnel ou infrarouge
  • Pensez surtout à faire le plein de liquides et d’électrolytes lorsque vous avez transpiré abondamment
Taille du texte:

Dr. Mercola

Transpirer est un processus naturel et essentiel du corps humain, dont le but est d’aider votre corps à rester frais. Mais vous vous demandez peut-être s'il est bénéfique de pousser votre corps à transpirer davantage, pour des raisons qui vont au-delà du contrôle de la température.

Le New York Times a récemment publié un article qui concluait que « transpirer, en soi, ne procure aucun bienfait pour la santé » en dehors d’empêcher une surchauffe, mais je pense, comme de nombreux autres experts, que l'histoire ne s'arrête pas là.

Pourquoi il est important de transpirer

Il existe deux types de glandes sudoripares : les glandes sudoripares eccrines, qui sont réparties sur tout le corps, et les glandes sudoripares apocrines, situées au niveau du cuir chevelu, des aisselles et des parties génitales.

Bien que nombreux sont ceux qui détestent transpirer, c’est un processus qui présente de nombreux bienfaits tant esthétiques que thérapeutiques. Votre peau est le plus grand organe de votre corps, et joue un rôle aussi important que n'importe quel autre organe. Par exemple, transpirer aide votre corps :

  • À maintenir une température adéquate et à vous empêcher de surchauffer
  • À évacuer les toxines, ce qui favorise la fonction immunitaire et aide à prévenir les maladies liées à une surcharge toxique
  • À tuer les virus et les bactéries qui ne peuvent pas survivre à des températures supérieures à 37°C
  • À nettoyer les pores, ce qui aide à éliminer les points noirs et l’acné

À la naissance, nous disposons d'un certain nombre de glandes sudoripares, situé entre 2 et 4 millions, et c’est ce nombre qui détermine, en partie, la façon dont nous transpirons. Bien que les femmes possèdent généralement plus de glandes sudoripares que les hommes, celles des hommes ont tendance à être plus actives et à produire plus de sueur.

À mesure que la température de votre corps augmente, il transpire automatiquement pour libérer un liquide salé par les glandes sudoripares, afin de faire baisser sa température.

Ce phénomène est contrôlé par votre système nerveux autonome, que vous ne pouvez pas contrôler consciemment. Toutefois, certaines émotions comme l’anxiété, la colère, l’embarras ou la peur, peuvent vous pousser à transpirer davantage.

Le sport augmentant la température du corps, la transpiration qui y est associée est le signe que vous vous dépensez et que vous profitez des nombreux bienfaits qu’offre l’activité physique. Toutefois, transpirer peut aussi être bénéfique en soi.

La transpiration combat les infections cutanées via ses propriétés antimicrobiennes, et réduit les calculs rénaux

La dermcidine est un peptide antimicrobien à large spectre d'activité, qui est exprimé dans les glandes sudoripares eccrines et sécrété sous forme de sueur. Chez une personne en bonne santé, la recherche montre que transpirer entraine une diminution du nombre de bactéries viables sur la peau, ce qui peut diminuer les risques d'infections cutanées.

Une étude a d'ailleurs suggéré que la sueur des personnes souffrant de dermatite atopique, et qui sont régulièrement atteintes d’infections cutanées bactériennes ou virales, pourrait manquer de dermcidine, ce qui pourrait affecter le système immunitaire inné de la peau.

La recherche montre également que les personnes ayant une activité physique, et qui transpirent donc davantage, ont un risque de calcul rénal plus faible. L’une des explications à cela pourrait être qu’ils éliminent plus de sel par la transpiration, et qu’ils en ont donc moins dans les reins, où il risque de contribuer à la formation de calculs. Les personnes qui transpirent davantage ont aussi tendance à boire plus d’eau, ce qui est un autre moyen de diminuer le risque de formation de calculs rénaux.

Transpirer peut aider votre corps à se détoxifier

Votre peau est un organe majeur d'élimination, mais de nombreuses personnes ne transpirent pas régulièrement. C’est pourquoi la pratique régulière du sauna, qui déclenche la transpiration, restaure progressivement la capacité d’élimination de la peau, ce qui peut aider à réduire votre charge toxique de façon assez significative.

L’utilisation de la transpiration comme forme de détoxification est minimisée par la médecine moderne, alors qu’elle est considérée comme une forme de purification depuis la nuit des temps. D'après une revue systématique publiée dans le Journal of Environmental and Public Health :

« On sait depuis longtemps que transpirer est bon pour la santé, pas seulement en accompagnement du sport, mais également par la chaleur. Les thermes romains, les cabanes de sudation des aborigènes, les saunas scandinaves (chaleur sèche, humidité relative entre 40% et 60%), et les bains turcs (à vapeur) font partie des traditions et coutumes du monde. »

La revue a déterminé que des toxines telles que l'arsenic, le cadmium, le plomb et le mercure, sont excrétées dans la sueur, et souligne ce qui suit :

« Nous observons que transpirer favorise non seulement l’excrétion des éléments toxiques qui nous intéressent dans cette étude, mais peut aussi augmenter l’excrétion de diverses substances toxiques, comme il a été observé chez les sauveteurs new-yorkais, ou sur des retardateurs de flammes persistants particuliers et sur le bisphénol A …

Les chercheurs ont noté les rôles prometteurs suivants de la transpiration dans la détoxification :

  • La transpiration peut être une voie importante d’élimination du cadmium lorsqu’un individu y est fortement exposé
  • La pratique du sauna, qui provoque la transpiration, peut être une méthode thérapeutique pour augmenter l’élimination des métaux traces toxiques
  • Transpirer devrait être le traitement initial et privilégié des patients présentant un taux élevé de mercure dans les urines

Transpirer peut aider à débarrasser votre corps du bisphénol-A (BPA) et des phtalates

L’un des contaminants les plus omniprésents du 21ème siècle est le BPA. Le BPA est un perturbateur endocrinien, ce qui signifie qu’il imite ou interfère avec les hormones de votre corps et « perturbe » votre système endocrinien. Les glandes de votre système endocrinien et les hormones qu’elles libèrent sont essentielles à la régulation de l’humeur, la croissance et le développement, la fonction des tissus, le métabolisme ainsi que les fonctions sexuelles et les processus reproductifs.

L’une des plus grandes inquiétudes concerne le début de la vie, l’exposition in utéro aux BPA, qui peut entrainer des erreurs chromosomiques dans le fœtus en cours de développement, provoquant des fausses couches et des dommages génétiques.

Mais il existe également des preuves solides montrant que ces substances chimiques influent aussi sur les adultes et les enfants, et entrainent une baisse de la qualité du sperme, une puberté précoce, la stimulation du développement des glandes mammaires, une perturbation du cycle de reproduction et des dysfonctionnements des ovaires, des cancers et des maladies cardiaques, et de nombreux autres problèmes de santé.

La recherche a montré que le BPA est souvent présent dans la sueur humaine, alors même qu’il n’est pas détecté par les tests sanguins et urinaires. L’étude a conclu que l'analyse de sueur devrait non seulement être considérée comme un outil de contrôle de la bioaccumulation du BPA, mais aussi que provoquer la transpiration pourrait être une méthode pour éliminer cette toxine très répandue.

De plus, il a également été découvert que provoquer la transpiration aide à éliminer de votre corps d’autres substances chimiques présentes dans l’environnement, les phtalates - en particulier le très toxique DEHP. À ce jour, il n’est pas possible de déterminer exactement combien d’éléments toxiques peuvent être excrétés par la transpiration, mais la recherche suggère qu'il y en a beaucoup.

Au cours d’une autre étude s’étant penchée sur le rôle de la transpiration dans l’élimination des substances toxiques, il a été découvert que de nombreux éléments toxiques étaient excrétés prioritairement via la sueur. Ces chercheurs ont également conclu :

« Probablement stockés dans les tissus, certains éléments toxiques facilement identifiés dans la transpiration de certains participants, n’étaient pas retrouvés dans leur taux sérique. La transpiration provoquée semble être une méthode potentielle pour éliminer de nombreux éléments toxiques du corps humain.

La biosurveillance des éléments toxiques dans le sang et/ou les tests urinaires pourraient sous-estimer la charge corporelle totale de telles substances toxiques. L'analyse de la sueur devrait être considérée comme une méthode supplémentaire de contrôle de la bioaccumulation des éléments toxiques chez l’homme. »

Fait intéressant, une transpiration abondante peut contribuer à diminuer les odeurs corporelles. Une mauvaise odeur corporelle est due aux toxines qui sont évacuées - ce n’est pas votre « parfum naturel ». Si vous menez une vie saine, c’est-à-dire que vous avez une exposition minimale aux toxines alimentaires et environnementales, et avez donc une faible charge toxique, votre transpiration sera presque inodore.

Comment transpirer davantage en toute sécurité

Pratiquement tout type d’exercice intense vous fera transpirer, bien que les pratiquer par temps chaud (ou dans une pièce chauffée, comme pour le yoga Bikram) augmentera encore davantage la transpiration. Vous pouvez également provoquer la transpiration en utilisant un sauna, traditionnel ou infrarouge. Les saunas infrarouges sont une excellente option et peuvent accélérer le processus de détoxification de façon significative.

Il chauffe vos tissus sur plusieurs centimètres de profondeur, ce qui peut renforcer votre processus métabolique naturel. Il améliore également la circulation et contribue à oxygéner vos tissus.
La différence entre un sauna infrarouge et les saunas traditionnels finlandais est que ces derniers vous réchauffent de l’extérieur, comme un four.

Le sauna infrarouge vous réchauffe de l’intérieur, augmentant la température corporelle interne, ce qui entraine une transpiration plus profonde et plus purificatrice. On dit que la sueur produite par l’utilisation d'un sauna infrarouge est composée à 20% de toxines, contre 3% seulement avec un sauna traditionnel.

Souvenez-vous que transpirer, en particulier abondamment, faire perdre à votre corps de précieux liquides et électrolytes. Veillez à bien vous hydrater si vous avez transpiré abondamment et remplacez vos électrolytes naturellement en buvant de l’eau de noix de coco ou de l’eau additionnée de sel de l’Himalaya. Vous pouvez mélanger un quart de cuillère à café de sel de l’Himalaya dans 4 litres d’eau pure filtrée (1 gallon).