Une utilisation intensive du téléphone portable peut multiplier par quatre votre risque d’une forme mortelle de cancer du cerveau

Les dangers des téléphones portables

En bref -

  • Les personnes qui utilisent le plus leur téléphone portable ont deux fois plus de risques de développer un cancer mortel du cerveau (gliome) que celles dont l’exposition est minimale
  • Les personnes qui utilisent un téléphone portable ou un téléphone sans fil depuis plus de 25 ans ont trois fois plus de risques de développer un gliome, que celles qui les utilisent depuis moins d'un an
Taille du texte:

Dr. Mercola

Personne ne veut entendre que quelque chose d'aussi « indispensable » qu’un téléphone portable peut être nocif pour la santé, mais c’est pourtant exactement ce que nous indiquent des preuves de plus en plus nombreuses.

Les téléphones sans fils et autres gadgets peuvent potentiellement provoquer toutes sortes de problèmes de santé, allant des maux de tête aux tumeurs du cerveau. Le lien établi entre cancer du cerveau et utilisation du téléphone portable est particulièrement fort, et des recherches de plus en plus nombreuses ne cessent de le renforcer ...

Une recherche antérieure a montré que les personnes qui commencent à utiliser leur téléphone portable de façon intensive avant l’âge de 20 ans ont quatre à cinq fois plus de cancers du cerveau lorsqu’elles approchent la trentaine, que celles dont l’exposition est minimale.

En 2011, sur la base de la recherche disponible, le Centre International de Recherche sur le Cancer (CIRC), une branche de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), a déclaré les téléphones portables comme étant cancérogènes du groupe B, c’est-à-dire « des agents possiblement cancérogènes ».

Cela place les téléphones portables dans la catégorie des échappements de moteurs diesel, de certains pesticides et de certains métaux lourds. Le groupe d’experts a établi qu’il existe « certaines preuves » indiquant que l'utilisation régulière d'un téléphone portable augmente le risque de deux types de tumeurs - la tumeur du cerveau (gliome) et le névrome acoustique.

Si l'on considère le fait que notre corps est bioélectrique, il est facile de comprendre comment et pourquoi les téléphones sans fil peuvent provoquer des dommages biologiques.

Tout d'abord, votre corps utilise des électrons pour communiquer ; chaque cellule contient une mitochondrie, qui est sa « centrale énergétique », et ces mitochondries peuvent être affectées par les champs électromagnétiques, entrainant un dysfonctionnement cellulaire. D'autres mécanismes de dommages ont également été découverts ces dernières années.

L’utilisation des téléphones sans fil augmente le risque de tumeur maligne du cerveau

L’analyse la plus récente, publiée en ligne avant d’être imprimée en octobre, a été menée par le Dr. Lennart Hardell, professeur d'oncologie à l’université d’Örebro en Suède, et Michel Carlberg, statisticien dans la même université.

Ils ont étudié les données de deux précédentes études cas-contrôle sur des patients suédois atteints de tumeurs cérébrales malignes, au cours des périodes 1997-2003 et 2007-2009.

Les patients avaient entre 18 et 80 ans lorsque leur tumeur avait été diagnostiquée. L’utilisation de téléphones portables a été vérifiée au moyen de questionnaires (l’utilisation d'un dispositif mains libres ne comptant pas comme une exposition). En tout, l’étude a porté sur près de 1.500 patients atteints d’un cancer du cerveau, et 3.530 contrôles non atteints d'un cancer.

En utilisant une analyse de régression, ajustée en fonction du genre, de l’âge, de l’année du diagnostic et de l’indice socio-économique, ils ont déterminé que les risques de développer un gliome - une tumeur du cerveau maligne et hautement létale - augmentaient parallèlement à l’augmentation de l’utilisation du téléphone portable.

Plus ils avaient passé d'heures un téléphone portable pressé contre l’oreille, et plus ils avaient passé d'années à utiliser un téléphone portable, plus les risques étaient élevés.

Ceux qui avaient passé le plus grand nombre d'heures avec leur téléphone portable à l’oreille avaient deux fois plus de risques de développer un gliome que ceux qui y avaient passé moins de temps

Ceux qui utilisaient un téléphone portable ou un téléphone sans fil depuis plus de 25 ans avaient trois fois plus de risques de développer un gliome, que ceux qui les utilisent depuis moins d'un an

Pour situer ce taux de risque dans son contexte, rappelons que cinq personnes seulement sur 100.000 ont développé un cancer du cerveau entre 1995 et 2002. Si ce taux triple, les risques de développer une tumeur maligne du cerveau passent à environ 16 sur 100.000. 

Mais il existe aussi des signes indiquant que la technologie devient progressivement de plus en plus nocive - et non l’inverse... Comme indiqué dans l'article traitant de cette étude :

« Les études cas-contrôle couvraient des périodes au cours desquelles la technologie des téléphones avait considérablement évolué. Elles ont commencé avec la première génération de téléphones analogiques dont la puissance d’émission était de 1 W pour une fréquence d’environ 900 MHz.

La 2ème génération de téléphones 2G GSM (pour Global System for Mobile Communication, ou Groupe Spécial Mobile), dont la fréquence était de 900 ou de 1800 MHz, avaient une puissance pulsée qui atteignait en moyenne quelques dizaines de mW.

La 3ème génération (3G) de téléphones SUTM (Système Universel de Télécommunications Mobiles) utilise davantage la modulation d'amplitude que le signal pulsé, et utilise généralement une large bande de fréquence (de 5 MHz), de 700-3 590 MHz au niveau mondial, et de 900-2 170 MHz en Europe, avec une puissance d’émission de l’ordre de dizaines de μW. »

Les conclusions montrent que les téléphones 3G peuvent provoquer davantage de dommages que les versions précédentes, multipliant par quatre le risque de cancer du cerveau. Ils semblent également avoir une période de latence plus courte - seulement 5 à 10 ans, au lieu de 25 ans environ pour les versions antérieures de téléphones portables.

Mécanismes de dommages suggérés

L’un des mécanismes de dommages, publié en 2010, explique comment les champs électromagnétiques endommagent vos cellules et votre ADN en provoquant une réponse au stress cellulaire. La recherche a été menée par le Dr. Martin Blank, PhD, ancien Professeur agrégé à l’Université de Columbia, au département de physiologie et de biophysique cellulaire, et ancien président de la Bioelectromagnetics Society.

Il a fait un discours informatif dans le cadre de l’émission du Commonwealth Club of California, « les effets sur la santé des champs électromagnétiques », co-sponsorisée par ElectromagnieticHealth.org.

Au cours de son exposé, le Dr. Blank a expliqué que la structure « en spirale enroulée » de l’ADN est très vulnérable aux champs électromagnétiques. Il possède les mêmes caractéristiques qu'une antenne fractale (conduction électronique et auto-symétrie), et ces deux propriétés confèrent à l’ADN une plus grande réactivité aux champs électromagnétiques que les autres tissus.

De plus, ces dommages à l’ADN ont lieu même en dehors de toute chaleur. Le Dr. Blank pense que le danger potentiel des technologies sans fil peut être important, et qu’il existe de nombreuses recherches, revues par des pairs, pour corroborer ses soupçons.

Une revue de 11 études épidémiologiques sur le long terme, publiées dans le magazine Surgical Neurology en 2009, a révélé que l’utilisation d'un téléphone portable pendant 10 ans ou plus, double approximativement votre risque d’être atteint d'une tumeur cérébrale du côté de la tête où vous tenez habituellement votre téléphone. Les Dr. Hardell et Carlberg ont également participé tous deux à cette étude, et ces conclusions sont très similaires aux conclusions de leur revue la plus récente, évoquée plus haut.

Une autre étude importante, financée par le gouvernement américain, a été publiée dans JAMA en 2011. Grâce à un scanner cérébral spécial, capable de détecter les altérations du glucose, les chercheurs ont déterminé que les radiations des téléphones portables entrainent les cellules cérébrales à métaboliser le glucose plus rapidement. Le métabolisme du glucose correspond à l'activation des cellules, les conclusions indiquent donc que les radiations de votre téléphone portable ont une influence mesurable bien définie sur votre cerveau.

En substance, chaque fois que vous portez un téléphone portable à votre oreille, vous activez vos cellules cérébrales de façon artificielle. Bien que cela soit clairement établi, on ne sait pas encore si cette production excessive de glucose est nocive, ni si elle peut entrainer une série de problèmes par la suite.

Recommandations de bon sens pour protéger votre santé et celle de votre famille

Il est important de souligner que les chercheurs s'accordent de manière générale sur le fait qu’il existe une période de latence d’environ 10 ans, voire plus, avant l'apparition des dommages, ce qui signifie que ce sont les enfants qui courent le plus gros risque - un risque potentiellement exacerbé par les technologies 3G modernes, qui semblent encore plus dangereuses que les versions antérieures.

De mon point de vue, les faits montrent clairement que nous devons invoquer le principe de précaution en ce qui concerne l'utilisation du téléphone portable, ainsi que d'autres technologies sans fil. En attendant que l’industrie commence à prendre ce problème au sérieux, la responsabilité de la sécurité des enfants incombe aux parents. Afin de minimiser les risques pour votre cerveau et celui de votre enfant, tenez compte des conseils suivants :

Ne laissez pas votre enfant utiliser un téléphone portable. Sauf urgence et danger de mort, les enfants ne devraient pas utiliser de téléphone portable ni d'appareil sans fil de quelque type que ce soit. Les enfants sont bien plus vulnérables aux radiations des téléphones portables que les adultes, car les os de leur crâne sont plus fins.

Limitez au maximum l’utilisation de votre téléphone portable. Éteignez votre téléphone portable plus souvent. Réservez son utilisation aux urgences ou questions importantes. Tant que votre téléphone portable est allumé, il émet des radiations par intermittence, même lorsque vous n’êtes pas en communication. Utilisez un téléphone fixe lorsque vous êtes chez vous ou sur votre lieu de travail.

Réduisez ou n’utilisez pas d'autres appareils sans fil. Tout comme pour les téléphones portables, il est important de vous demander chaque fois si vous avez vraiment besoin de les utiliser. Si vous avez besoin d’utiliser un téléphone sans fil chez vous, utilisez un modèle ancien, qui fonctionne sur 900 MHz. Ils ne sont pas moins dangereux pendant les appels, mais certains d’entre eux au moins n’émettent pas constamment de radiations, même en dehors des communications.

Notez que la seule façon de savoir si votre téléphone portable vous expose à des radiations, est de le mesurer au moyen d'un électrosmogmètre, qui doit pouvoir mesurer la fréquence de votre téléphone (les anciens modèles ne sont donc pas très utiles). La plupart des téléphones portables ayant une fréquence de 5,8 Gigahertz, nous vous recommandons d’utiliser un fréquence mètre capable de mesurer jusqu’à 8 Gigahertz.

Vous trouverez des fréquencemètres sur www.EMFSafetyStore.com. Même si vous ne possédez pas de fréquencemètre, vous pouvez être assez certain que votre téléphone portable pose problème s’il est aux normes de la technologie DECT (Digital Enhanced Cordless Telecommunications, signifiant littéralement « téléphone sans-fil numérique amélioré »). Alternativement, vous pouvez faire attention à l’emplacement de la station de base, qui représente le plus gros du problème puisqu’elle émet des signaux 24h/24, même lorsque vous n’êtes pas en communication.

Si vous pouvez éloigner la station de base d'au moins trois pièces de celle où vous passez le plus de temps, et en particulier de votre chambre, elle ne sera pas aussi dangereuse pour votre santé. Idéalement, il faudrait éteindre ou déconnecter votre station de base le soir avant de vous coucher.

Limitez l’utilisation du téléphone portable aux lieux offrant une excellente réception. Plus la réception est faible, plus votre téléphone utilise de puissance pour le transmettre, et plus il utilise de puissance, plus il émet de radiations, et plus les dangereuses ondes radio pénètrent profondément dans votre corps. Dans l’idéal, vous ne devriez utiliser votre téléphone que s'il affiche des barres pleines et que la réception est bonne.

Évitez de porter votre téléphone portable sur vous et ne le placez pas sous votre oreiller ni près de votre tête lorsque vous dormez. L’idéal est de le ranger dans votre sac à main ou votre sac à dos. Placer un téléphone portable dans votre soutien-gorge ou dans la poche de votre chemise, sur votre cœur, revient à jouer avec le feu, tout comme le ranger dans sa poche de pantalon pour un homme, s'il veut préserver sa fertilité. La zone la plus dangereuse, en termes d’exposition aux radiations, se trouve dans un rayon de 15 cm autour de l’antenne émettrice. Aucune partie de votre corps ne devrait se trouver dans cette zone lorsque votre téléphone est allumé.

Ne pensez pas que certains téléphones portables sont plus sûrs que d'autres. Les téléphones portables « sans danger » n’existent pas.

Respectez les autres ; de nombreuses personnes sont très sensibles aux EMF. Certaines personnes, qui ont développé une sensibilité, peuvent ressentir les effets des téléphones portables des personnes qui les entourent, même s'ils ne sont qu’allumés et pas en communication. Lorsque vous êtes en réunion, dans les transports publics, dans un tribunal ou tout autre lieu public, comme la salle d'attente d'un médecin, éteignez votre téléphone portable par égard aux effets des radiations sur les autres. Les enfants sont les plus vulnérables, évitez donc d’utiliser votre téléphone portable près d’eux.

Utilisez des écouteurs filaires anti-ondes : des écouteurs filaires vous permettront de tenir le téléphone à distance de votre corps. Toutefois, sur des écouteurs mal protégés - et la plupart le sont - le fil lui-même peut agir comme une antenne, attirant et transmettant les radiations directement vers votre cerveau. Veillez donc à ce que le fil utilisé pour transmettre le signal vers vos oreilles soit protégé.

L’un des meilleurs types d’écouteurs associe un fil protégé et un tube d’air. Il fonctionne comme un stéthoscope, transmettant le son vers votre crâne sous forme d’onde sonore ; bien qu’il comporte tout de même des fils, qui doivent être protégés, aucun ne va jusqu’à la tête.