Oméga 3

En bref

  • Une récente recherche suggère que de hautes doses (de 4 grammes) d'acides gras oméga-3 EPA et DHA pourraient contribuer à améliorer la récupération après un infarctus
  • Une autre étude a démontré que des patients ayant survécu à un infarctus, qui prenaient quotidiennement 1 gramme d’acides gras oméga-3 pendant trois ans, voyaient leur risque de mort cardiaque subite diminuer de 50 %
  • Il est important de comprendre que les oméga-3 provenant d'animaux marins et ceux d'origine végétale ne sont PAS interchangeables. Les ALA d'origine végétale sont une source d'énergie, tandis que les DHA et EPA sont des éléments structurels importants de vos cellules
Article Antérieur Article Suivant

Les oméga-3 pourraient améliorer la récupération après un infarctus

11 Octobre 2017 | 273 Visualisations |

Dr. Mercola

Un nombre croissant de recherches démontrent l'importance des acides gras oméga-3 d'origine animale pour la santé cardiaque.

Après avoir longuement étudié le sujet, je suis aujourd'hui convaincu que la consommation régulière d'acide docosahexaénoïque (DHA) en quantités appropriées pourrait être l'une des principales priorités en termes d'alimentation.

Le DHA est un acide gras oméga-3 composé de 22 atomes de carbone, provenant de fruits de mer. On trouve des acides gras oméga-3 dans les animaux marins, ils peuvent être également d'origine végétale, mais contrairement à ce que pensent la plupart des gens, ces deux types ne sont PAS interchangeables.

L'acide alpha-linoléique (ALA), un acide gras oméga-3 composé de 18 atomes de carbone, présent dans des végétaux comme les graines de lin ou de chia, se convertit en DHA, mais dans une proportion généralement inférieure à 1 à 3 %, ce qui représente des quantités très insuffisantes pour une bonne santé cérébrale et cardiaque.

Bien que les acides gras oméga-3, tant d'origine végétale qu'animale, soient importants pour la santé, ce sont les DHA d'origine animale qui sont les plus étroitement liés à la santé cardiaque et à d'autres bienfaits importants pour la santé.

De plus, le DHA, grâce à son nuage d'électrons, est capable de transformer directement la lumière en courant électrique continu, ce qui est particulièrement important pour définir votre horloge biologique et votre rythme circadien.

Les DHA et EPA protègent votre cœur

Une récente recherche suggère que la consommation de poissons gras et d'autres aliments riches en oméga-3, notamment d'origine végétale, pourrait diminuer votre risque de crise cardiaque mortelle (infarctus du myocarde) d'environ 10 %.

Pris APRÈS une crise cardiaque, les acides gras oméga-3 peuvent également considérablement améliorer vos chances de survie.

Une étude à grande échelle a montré que des patients ayant survécu à un infarctus, qui prenaient quotidiennement 1 gramme d'acides gras oméga-3 pendant trois ans, voyaient leur risque de mort cardiaque subite diminuer de 50 %.

Une autre récente étude contrôlée contre placébo a démontré que de hautes doses de suppléments d'oméga-3 aident le cœur à récupérer après une attaque cardiaque.

Un total de 360 patients ayant subi une crise cardiaque ont été répartis en deux groupes. Les sujets du groupe de traitement prenaient 4 grammes de Lovaza, un médicament à base d'huile de poisson riche en oméga-3.

Les sujets du groupe témoin prenaient de l'huile de maïs. Au bout de six mois, il a été constaté dans le groupe de traitement une diminution de 5,6% des lésions de la partie intacte du muscle cardiaque.

Le cœur des patients pompait également mieux le sang que celui des patients du groupe témoin. Ceci étant dit, il faut souligner que l'huile de maïs est un très mauvais placébo. Les placébos sont censés être totalement inactifs, comme de l'eau.

Or, l'huile de maïs est une graisse oméga-6 nocive, transformée industriellement et génétiquement modifiée, qui affecte clairement votre cœur négativement.

Je ne précise pas cela pour dénigrer les résultats, mais il a été démontré que les oméga-3 sous forme de médicaments, du fait qu'ils soient une forme semi-synthétique d'oméga-3 marins liés à des esters d'éthyle, ont tendance à avoir un faible taux d'absorption par rapport aux triglycérides naturels (tels que l'huile de poisson ou l'huile de krill).

L'utilisation d'huile de maïs comme placébo pourrait donc faire apparaître le médicament comme plus efficace qu'il ne l'est réellement. Selon Reuters :

« Certaines personnes absorbent mieux et tirent un meilleur parti de l'huile de poisson, et celles dont l'augmentation du taux d'oméga-3 dans les globules rouges était la plus élevée, présentaient une réduction de 13% du sang restant dans le ventricule gauche, par rapport à une réduction de 6 % pour le groupe global ayant pris de l'huile de poisson. »

Les oméga-3 d'origine animale sont bénéfiques pour le cœur à de nombreux égards

Les acides gras oméga-3, en particulier les DHA, sont bénéfiques pour votre santé cardiovasculaire à de nombreux égards, notamment par les effets suivants :

Ils font baisser la tension artérielle

Ils diminuent la concentration de triglycérides dans le sang

Ils améliorent la fonction endothéliale (qui favorise le développement de nouveaux vaisseaux sanguins)

Ils contrent ou préviennent l'arythmie cardiaque

Ils contribuent à prévenir les thromboses (caillots sanguins se formant dans les vaisseaux sanguins)

Ils préviennent les dépôts graisseux et la fibrose des parois internes de vos artères

Ils contrent l'inflammation

Autres bienfaits des acides gras oméga-3 pour la santé

Votre cœur n'est pas le seul organe ayant besoin d'oméga-3 pour fonctionner de façon optimale. Ces bonnes graisses sont également importantes pour la digestion, l'activité musculaire, la coagulation sanguine, l'acuité visuelle, la mémoire et l'apprentissage, la division cellulaire et le fonctionnement des récepteurs cellulaires.

La recherche suggère par exemple que les oméga-3 sont importants pour :

Des os sains et forts

La régulation de l'humeur

Réduire votre risque de maladie de Parkinson

Réduire votre risque de décès, TOUTES causes confondues

Protéger vos tissus et organes de l'inflammation

Le développement du cerveau et des yeux des bébés, et la prévention des accouchements prématurés

Réduire votre risque de maladie d'Alzheimer

Ralentir la progression vers la psychose chez les patients à risque élevé de schizophrénie

Protéger de l'arthrose et de l'arthrite rhumatoïde (AR)

Protéger du syndrome métabolique, notamment de l'obésité, de la stéatose hépatique, et du diabète de type 2 (en réduisant l'inflammation et la glycémie)

Atténuer le syndrome prémenstruel (SPM) et la dysménorrhée

Réduire votre risque de troubles neurologiques/cognitifs, notamment les pertes de mémoire, le vieillissement cérébral, les troubles de l'apprentissage et le TDAH, l'autisme et la dyslexie

Réduire votre risque de maladie de Crohn

Réduire votre risque de cancer du côlon.

Des patients atteints d'un cancer du côlon consommant un minimum de 0,3 grammes par jour d'oméga-3 provenant de poisson, ont également réduit de 41 % leur risque de mourir au cours des dix années suivantes

Réduire votre risque de maladie rénale

Réduire votre risque de maladies auto-immunes, telles que le lupus et la néphropathie

Il existe des différences essentielles entre les oméga-3 d'origine animale et végétale

Comme nous l'avons mentionné précédemment, il existe des différences importantes entre les oméga-3 présents dans les animaux marins, et ceux d'origine végétale.

Oméga-3 provenant d'animaux marins

Sources : poissons gras (tels que saumon, anchois, sardines et harengs), huiles de poisson et de krill.

Principaux types d'oméga-3 : DHA et EPA, acides gras polyinsaturés à longue chaine (AGPI), composés respectivement de 22 et 20 atomes de carbone, facilement utilisables par votre corps.

Effets biologiques : les DHA et EPA sont des éléments structurels aux nombreux effets biologiques, plus particulièrement une action anti-inflammatoire et une action de communication au sein des cellules et entre elles. Le DHA est particulièrement important car il entre dans la composition de toutes les cellules du corps.

Plus de 90 % des oméga-3 présents dans les tissus cérébraux sont des DHA, qui sont donc très importants pour la santé du cerveau. Tous les autres types d'oméga-3 ne sont présents qu'en quantités infimes, y compris les ALA, indépendamment de votre consommation d'ALA.

Les EPA et DHA aident également vraisemblablement votre corps à exploiter correctement la lumière du soleil. Ils ont enfin une influence très importante sur la santé mitochondriale.

Acides gras oméga-3 d'origine végétale

Sources : certains végétauxtels que les graines de lin, les graines de chia, les fruits à coque (en particulier les noix) et les légumes verts feuillus.

Principaux types d'oméga-3 : ALA : un AGPI à chaine plus courte, composé de 18 atomes de carbone. Les oméga-3 d'origine végétale sont dépourvus d'EPA/DHA.

L'ALA est un précurseur d'EPA et de DHA. Toutefois, un enzyme est nécessaire pour convertir l'ALA, plus court, à 18 atomes de carbone, en oméga-3 à chaine plus longue. Chez la plupart des gens, cet enzyme ne fonctionne pas très bien et le taux de conversion est donc exceptionnellement bas.

Généralement, moins de 1 % des ALA sont convertis en DHA. Votre taux de conversion dépend également des autres taux de vitamines et de minéraux dont vous disposez.

Bien qu'une minuscule quantité des ALA que vous consommez puisse donc être convertie par votre corps en oméga-3 à longue chaine, il s'agit d'une option très inefficace, loin d'être aussi performante qu'un apport de DHA et d'EPA de sources marines.

Effets biologiques : source d'énergie (graisse).

Comme vous le constatez, les ALA sont principalement une source d'énergietandis que les EPA et DHA sont des éléments structurels. Les EPA et DHA ne sont donc pas de simples « aliments », ils sont des éléments qui composent vos cellules, et il s'agit là de deux fonctions totalement différentes.

Les EPA et DHA sont largement répartis à travers tout votre organisme, y compris dans votre cœur et votre cerveau, et c'est pourquoi une carence est si préjudiciable à votre cerveau et à votre fonction cardiaque.

De plus, la recherche montre qu'il existe des transporteurs spécifiques dans votre barrière hémato-encéphalique, dans le placenta (chez les femmes enceintes) et probablement également dans votre foie, qui transportent les molécules d'EPA et de DHA très précisément vers les membranes cellulaires auxquelles elles sont destinées.

Pourquoi je recommande l'huile de krill plutôt que l'huile de poisson

Les poissons gras et l'huile de poisson sont depuis longtemps les sources de référence d'acides gras oméga-3 d'origine animale. L'huile de krill est une source d'apparition plus récente, et la recherche suggère qu'elle présente de nombreux avantages par rapport au poisson et à l'huile de poisson.

L'une des différences les plus importantes est que l'huile de poisson est liée à des triglycérides et à des esters de méthyle, tandis que l'huile de krill est liée à des triglycérides et à des phospholipides.

Les esters ne sont pas absorbés efficacement, contrairement aux phospholipides. Le fait que l'huile de krill soit liée à des phospholipides rend ses EPA et DHA davantage biodisponibles que ceux de l'huile de poisson.

Les phospholipides sont extrêmement importants à la vie, car cette membrane est nécessaire à tout ce qui constitue une cellule.

Les phospholipides sont aussi parmi les principaux composés des lipoprotéines de haute densité (HDL), qu'il est important d'avoir en quantité, et en permettant à vos cellules de maintenir leur intégrité structurelle, les phospholipides les aident à fonctionner correctement.

L'huile de krill est également capable de traverser la barrière hémato-encéphalique pour atteindre d'importantes structures cérébrales.

Dans l'huile de poisson, les oméga-3 sont attachés à des triglycérides et à des esters qui doivent être décomposés dans vos intestins en acides gras DHA et EPA. Environ 80 à 85 % sont simplement éliminés dans vos intestins.

Une autre explication de la meilleure biodisponibilité de l'huile de krill est sa teneur en phosphatidylcholine (un précurseur d'acétylcholine, un neurotransmetteur essentiel).

Lorsque vous consommez de l'huile de poisson, votre foie doit la fixer à de la phosphatidylcholine afin qu'elle puisse être utilisée par l'organisme. Lorsque vous prenez de l'huile de krill, votre foie peut sauter cette étape puisque la phosphatidylcholine est déjà présente.

Autres caractéristiques en faveur de l'huile de krill

L'huile de krill est plus puissante que l'huile de poisson. Cela signifie qu'il vous en faut beaucoup moins, comme l'a confirmé une étude de 2011. Les chercheurs avaient donné à certains sujets 63% moins d'EPA/DHA provenant de krill que ce qu'avait reçu le groupe prenant de l'huile de poisson, et pourtant les deux groupes présentaient des taux sanguins équivalents.

Le krill influe davantage sur votre métabolisme et votre expression génétique. Les gènes possèdent des « interrupteurs » qui peuvent être allumés et éteints et qui contrôlent littéralement tous les processus biochimiques de votre corps, et des nutriments comme les acides gras oméga-3 contrôlent ces interrupteurs.

Les acides gras permettent également de diriger les processus métaboliques tels que la production de glucose, la synthèse des lipides, l'énergie cellulaire, l'oxydation, et des douzaines d'autres.

En stimulant certaines voies métaboliques mitochondriales, notamment l'oxydation des acides gras, les complexes de la chaine respiratoire et le cycle du Krebs, l'huile de krill aide à restaurer le métabolisme énergétique mitochondrial.

Les divers types et sources d'acides gras oméga-3 affectent les tissus hépatiques différemment, et ce sujet a fait l'objet d'une étude en 2011.

Elle a comparé les foies de souris nourries à l'huile de krill à ceux de souris nourries à l'huile de poisson en examinant l'expression génétique déclenchée par chacune des deux. Bien que les deux huiles contiennent des oméga-3, elles affectent de façon très différente les gènes qui contrôlent votre métabolisme. L'huile de Krill : 

améliore le métabolisme du glucose dans votre foie, l'huile de poisson ne le fait pas

favorise le métabolisme des lipides, l'huile de poisson ne le fait pas

aide à réguler la chaine respiratoire mitochondriale, l'huile de poisson ne le fait pas

diminue la synthèse du cholestérol, alors que l'huile de poisson l'augmente

L'huile de krill résiste également à l'oxydation, tandis que l'huile de poisson y est très sensible, ce qui entraine la formation de radicaux libres - et ce n'est pas ce que vous recherchez lorsque vous prenez un supplément d'oméga-3 !

L'huile de poisson est également pauvre en antioxydants alors que l'huile de krill contient de l'astaxanthine, considérée comme l'un des antioxydants naturels les plus puissants qui soient. C'est en grande partie ce qui rend l'huile de krill si stable et résistante à l'oxydation.

Dernier point, et non des moindres, tandis que les poissons sont soumis à toutes sortes de contaminations, dues à la pollution des eaux, le krill d'Antarctique n'y est pas exposé. Non seulement il est pêché dans des eaux plus propres, mais le krill étant au bas de l'échelle alimentaire, il se nourrit de phytoplancton, contrairement aux poissons contaminés.

Le krill est également une source beaucoup plus durable que le poisson, car il s'agit de la biomasse la plus importante du monde. La récolte du krill est, de plus, sujette à une réglementation stricte, et 1 à 2 % seulement de la biomasse totale de krill est récoltée chaque année.

Article Antérieur Article Suivant

Clause de non-responsabilité: Tout le contenu publié sur le présent site web se fonde sur les opinions du Dr. Mercola, sauf indication contraire. Les articles individuels ont comme base les opinions de l'auteur respectif qui garde les droits d'auteur comme établis. Les informations fournies sur ce site web ne sont pas destinées à remplacer une relation directe avec un professionnel de santé qualifié et ne sont pas destinées à être considérées comme conseil médical. Toutefois, elles sont fournies avec le but de partager les connaissances et les données obtenues à partir des recherches et de l'expérience du Dr. Mercola et de son public. Le Dr. Mercola vous recommande de prendre vos propres décisions en matière de soins et de santé sur la base de vos recherches et en collaboration avec un professionnel de santé qualifié. Si vous êtes enceinte, si vous allaitez, si vous prenez un médicament ou si vous avez un problème médical, consultez votre professionnel de santé avant d'utiliser des produits sur la base du contenu de ce site web.