La tendance du « No Shampoo » (pas de shampoing) est-elle saine ?

Soin Des Cheveux

En bref -

  • Shampouiner vos cheveux trop souvent les prive de leurs graisses naturelles ; de plus, de nombreux shampoings du commerce contiennent des substances chimiques nocives
  • Si vous espacez vos shampoings, votre cuir chevelu réagira en conséquence et apprendra à produire moins de graisse
Taille du texte:

Dr. Mercola

La mode du « no poo » - abréviation de « no shampoo » (pas de shampoing) - fait fureur.

Suivre cette mode est très simple : il suffit de jeter vos shampoings (en tous cas les détergents classiques) et de « laver » (ou simplement rincer) vos cheveux moins souvent, par exemple tous les cinq jours au lieu de tous les jours ou tous les deux jours.

L'idée est que shampouiner vos cheveux trop souvent les prive de leurs graisses naturelles. Il est de plus en plus reconnu que notre société est peut-être devenue trop propre. Votre peau est couverte de bactéries et autres microorganismes, dont la plupart sont bienfaisants.

Des lavages trop fréquents peuvent perturber cet équilibre microbien. Sans parler du fait que les shampoings que la plupart des gens appliquent sur leur cuir chevelu sont chargés de substances chimiques et posent déjà problème en eux-mêmes.

Le lavage quotidien des cheveux est un phénomène nouveau

La « tendance » qui prône de ne pas se laver les cheveux trop souvent n’est pas vraiment récente. L'idée d'une douche quotidienne était pratiquement inouïe il y a 100 ans.

Ce n’est qu'au début du 20ème siècle, lorsque la publicité s’est développée, ce qui n’est pas une coïncidence, que les américains ont commencé à s'intéresser de près à l’hygiène corporelle.

À l’origine, la plupart des gens se lavaient les cheveux avec le savon multi-usages qu’ils utilisaient pour se laver le corps. En Amérique du Nord, le premier shampoing est apparu au milieu des années 1930, à peu près à l’époque où marketing et publicité commençaient à se développer.

C’est seulement à partir de cette époque, que les shampoings fréquents sont progressivement devenus une pratique courante. Avant cela (dans les années 1900), les gens se lavaient généralement les cheveux une fois toutes les deux à six semaines seulement.

Encore aujourd'hui, la plupart des gens ne se lavent pas les cheveux à chaque douche. Aux États-Unis par exemple, même s’ils prennent pratiquement sept douches hebdomadaires, en moyenne, ils ne se lavent les cheveux que quatre fois par semaine.

Est-il bon pour vos cheveux d’abandonner le shampoing ?

De nombreux membres du mouvement « no-poo » soutiennent que se passer de shampoing rend leurs cheveux plus sains, plus brillants et plus lisses. Lorsque (et si) ils ont besoin d'un shampoing, ils utilisent uniquement des produits non détergents, ou des shampoings contenant des huiles naturelles.

Bien que la plupart des bienfaits en soient anecdotiques, il est bien connu que vous pouvez « entrainer » votre cuir chevelu à devenir moins gras en espaçant progressivement vos shampoings. Si vous lavez actuellement vos cheveux tous les jours, cela reviendrait à les laver d'abord tous les deux jours, puis au bout de trois mois, tous les trois jours.

Bien que cela ne fonctionne pas pour tout le monde (en particulier les personnes ayant des cheveux très fins et/ou un cuir chevelu très gras), de nombreuses personnes trouvent que leur cuir chevelu devient moins gras et parviennent facilement à attendre plusieurs jours entre deux shampoings.

D'autres partisans abandonnent leur shampoing au profit du bicarbonate de soude additionné d’eau, suivi d'un rinçage au vinaigre de cidre. Bien que cela convienne parfaitement à certaines personnes, l’association risque de perturber le pH de vos cheveux et de les rendre cassant.

Si vous voulez utiliser du vinaigre sur vos cheveux, essayez-le de préférence dilué (1/3 tasse de vinaigre pour 4 tasses d’eau) ; c’est une astuce pour leur apporter volume et brillance et pour aider à équilibrer le pH de votre cuir chevelu.

Si vous envisagez de passer au bicarbonate de soude et au vinaigre, sachez que de nombreuses personnes ont indiqué que leurs cheveux avaient été affreux pendant quelques jours (paraissant gras et sales) puis s’étaient finalement améliorés.

Chacun a une nature de cheveux différente, vous pouvez donc faire l’essai sur les vôtres, et voir si vous pouvez abandonner le shampoing.

Vous ne courrez aucun risque à le tenter (en dehors de ne pas avoir de très beaux cheveux pendant quelques jours), bien que certains dermatologues mettent en garde contre le fait que ne pas laver le cuir chevelu peut entrainer des irritations, une inflammation, et des pellicules.

Si vous êtes prêt à essayer le « no-poo », toutefois, vous pourriez bien être récompensé par les cheveux les plus sains que vous n'avez jamais eus.

Moins de shampoings peut signifier moins d’exposition aux produits chimiques

Si vous utilisez les shampoings du commerce, vous appliquez des produits chimiques sur votre cuir chevelu à chaque shampoing. Il y a plusieurs années en arrière, de nombreuses personnes ont été choquées d'apprendre que même le shampoing pour bébé de Johnson & Johnson contenait des substances chimiques toxiques telles que du formaldéhyde et du 1.4-dioxane.

En réponse à la demande des consommateurs, Johnson & Johnson a accepté en 2012 de retirer certaines substances chimiques toxiques de ses produits (et aurait retiré le formaldéhyde et le 1.4-dioxane de ses produits de soins corporels depuis de 2015).

Cependant, certains shampoings connus contiennent toujours de nombreuses substances chimiques douteuses.

Les shampoings contiennent par exemple couramment des perturbateurs endocriniens, qui sont des substances chimiques connues pour interférer avec le développement et la reproduction, et pour avoir de graves effets secondaires neurologiques et immunitaires.

Quelles autres substances pourraient se cacher dans votre shampoing ?

Le lauryl sulfate de sodium, un tensio-actif, détergent et émulsifiant utilisé dans des milliers de produits cosmétiques ainsi que dans des nettoyants industriels.

On en trouve dans presque tous les shampoings, traitements du cuir chevelu, agents colorants et décolorants pour les cheveux, dentifrices, gels douches et nettoyants corporels, fonds de teint, savons liquides, lessives pour le linge, huiles et sels pour le bain.

Le vrai problème des SLES/SLS provient du fait que le procédé de fabrication (l’ethoxylation) provoque leur contamination par du 1,4 dioxane, un sous-produit cancérigène.

Les phtalates sont des ingrédients plastifiants qui sont impliqués, entre autres, dans des malformations congénitales du système reproducteur chez les garçons et dans des problèmes de faible mobilité du sperme chez l’homme. Sachez que les phtalates sont souvent cachées sur les étiquettes des shampoings sous le terme générique « parfum ».

La méthylisothiazolinone (MIT), une substance chimique utilisée dans les shampoings pour empêcher le développement des bactéries, et qui peut avoir des effets néfastes sur le système nerveux.

Le parabène, un produit chimique que l’on trouve dans les shampoings, déodorants, et autres produits cosmétiques, et dont il a été démontré qu’il imite l'action de l’hormone féminine, l’œstrogène, qui peut provoquer la formation de tumeurs dans la poitrine.

Une étude publiée en 2012 indique que les parabènes présents dans les anti-transpirants et certains autres produits cosmétiques augmentent effectivement les risques de cancer du sein.

La recherche s’est penchée sur la localisation des tumeurs et il est apparu que les concentrations en parabène étaient supérieures dans le quadrant supérieur de la poitrine et dans la région axillaire, c’est à dire les endroits habituels d'application des anti-transpirants.

Vous n’êtes pas prêt à abandonner tout à fait votre shampoing ?

Si vous voulez savoir si le mouvement « no-poo » peut convenir à vos cheveux mais n’êtes pas tout à fait prêt à vous lancer directement, commencez par espacer vos shampoings. Cela vous permettra de conserver les huiles naturelles présentes dans vos cheveux et de diminuer votre exposition aux détergents et autres substances chimiques.

Mieux encore, lorsque vous faites un shampoing, choisissez un produit naturel qui soit plus qu’un simple produit à base de savon. Le pH des nettoyants à base de savon est très basique, environ 8 ou 9, ce qui peut endommager vos cheveux en ouvrant les cuticules et en provoquant des réactions, ce qui affecte les liaisons disulfures de vos cheveux.

Des ingrédients comme le silicate de sodium et le borax sont ajoutés pour éviter la formation d’un voile et l’effet matifiant sur vos cheveux. Choisissez un shampoing naturel sans substances chimiques nocives, qui contienne des extraits de plantes comme la camomille pour faire briller et renforcer les cheveux (et éviter pointes fourchues et cheveux cassants).

Il existe d'autres ingrédients bienfaisants, comme la protéine de triticum vulgare (blé), une huile qui aide vos cheveux à rester hydratés, et le trèfle rouge, qui donne un aspect sain à vos cheveux.

Certaines personnes essayent aussi de se « shampouiner » les cheveux avec un après-shampoing. C’est une autre solution pour éviter de démunir vos cheveux de leurs huiles naturelles, mais veillez à choisir un après-shampoing non toxique. Une autre possibilité est d'utiliser de l’huile de noix de coco sur vos cheveux.

L’huile de noix de coco est un excellent traitement naturel pour vos cheveux

D'après une étude ayant comparé l’huile minérale, l’huile de tournesol et l’huile de noix de coco comme produits potentiels pour nourrir et traiter les cheveux, l’huile de noix de coco est la seule huile qui réduise la perte de protéines tant pour les cheveux abimés que pour les cheveux sains.

Les chercheurs ont souligné dans le Journal of Cosmetic Science :

« L'huile de coco étant composée d'acide laurique (acide gras essentiel), un triglycéride, elle présente une affinité élevée pour les protéines des cheveux et, en raison de son faible poids moléculaire et de sa chaine linéaire droite, parvient à pénétrer au cœur de la fibre capillaire. »

Si l’huile de noix de coco est aussi bénéfique pour vos cheveux, c’est en partie parce qu’elle est hydrophobe, c’est-à-dire qu’elle repousse l’eau. Appliquée en soin avant le shampoing, l’huile de coco empêche donc l’eau de pénétrer le cheveu, ce qui décollerait le cuticule ou la fibre capillaire, et la rendrait fragile et cassante.

De plus, appliquée en pré-shampooing, une petite partie de l’huile de coco parvient à pénétrer plus profondément dans la fibre capillaire pendant le shampooing, au moment où la fibre gonfle légèrement. Ceci peut également expliquer pourquoi tant de personnes vantent la capacité de l’huile à prévenir les « frisottis » par temps humide - une autre caractéristique de son action hydrophobe.

Si vous envisagez le « no poo », envisagez aussi de vous laver le corps moins souvent

Une minorité croissante de personnes abandonnent non seulement leur shampoing quotidien, mais aussi leur douche quotidienne. Certains trouvent même « tendance » de se laver moins souvent.

Ce mouvement est en partie dû à la prise de conscience croissante que les microbes, y compris les bactéries, ne sont pas des ennemis, et que nous devons même vivre avec eux en bon équilibre afin de survivre et d’être en bonne santé.

D'autres évoquent des raisons environnementales de prendre moins de douches, en particulier par économie d’eau. Une douche de sept minutes consomme plus d’eau qu'un bain, et on estime que la consommation d’eau pour les douches sera multipliée par cinq d’ici 2021.

D'autres encore souhaitent diminuer leur consommation de gels-douche (et de shampoings) chargés en substances chimiques, et remarquent que leur peau, comme leurs cheveux, n’ont jamais été aussi bien que depuis qu’ils prennent moins de douches.

Même les dermatologues tendent à désapprouver les douches quotidiennes, en particulier à l’eau chaude et avec un savon agressif, en raison des dommages qu’elles peuvent infliger à votre peau. D'après John Oxford, professeur de virologie à l’école de médecine et de médecine dentaire Queen Mary :

« Une douche quotidienne vigoureuse perturbe la flore microbienne naturelle de la peau, ainsi que les graisses présentes sur la peau ... Tant que les gens se lavent les mains suffisamment souvent et font attention aux parties intimes, une douche ou un bain tous les deux jours ne pose pas de problème.

… même deux fois par semaine ne pose pas de problème si les gens utilisent un bidet quotidiennement car la plupart des agents infectieux se situent en dessous de la ceinture … nous devons nous laver pour éviter les surinfections, et non pour des raisons d'apparence. »

Souvenez-vous, la toilette quotidienne (voir plus) est un phénomène relativement récent, et la science montre clairement que le microbiome de votre corps joue un rôle majeur non seulement pour votre santé, favorisant ou repoussant les maladies de peau par exemple ; elle peut également altérer considérablement des choses comme les odeurs corporelles.

C’est donc véritablement dans votre intérêt de travailler avec votre microbiome, plutôt que contre lui. Ironiquement, le savon a tendance à éliminer le sébum protecteur qui contient les graisses bénéfiques que votre corps utilise pour protéger votre peau.

Pourtant, de nombreuses personnes utilisent régulièrement du savon pour laver tout leur corps et éliminent cette couche protectrice... Puis dépensent de l'argent en crèmes pour restaurer ce qu’elles viennent d’éliminer.

Cela s'applique également aux cheveux. Nous éliminons les graisses naturelles des cheveux avec le shampoing et appliquons ensuite des après-shampoings couteux et chimiques pour les réhydrater. Comme je l’ai déjà expliqué, vous n’êtes pas obligé de renoncer à votre shampoing du jour au lendemain.

 Essayez plutôt de les laver uniquement lorsque c’est nécessaire et utilisez du savon (ou un shampoing naturel) uniquement pour les parties qui ont réellement besoin d’être lavées, comme les aisselles ou les parties intimes ou, pour les cheveux, uniquement la frange qui a tendance à graisser plus rapidement.