Pourquoi l'ail est-il un aliment formidable

Les bienfaits de l’ail

En bref -

  • L'ail réduit l’inflammation, stimule le système immunitaire, améliore la santé cardiaque, et il est toxique pour les cellules cancéreuses
  • Il est connu pour ses puissantes propriétés antibactériennes et antivirales et il peut même lutter contre des super-bactéries résistantes aux antibiotiques
  • L'ail germé et l’ail noir fermenté pourraient être particulièrement sains
Taille du texte:

Dr. Mercola

L'ail est l’une des plantes condimentaires les plus importantes qui soient en cuisine, et il est également reconnu comme fortifiant pour l'organisme.

Manger une ou deux gousses d'ail par jour pourrait réellement préserver la santé car il est bénéfique à de multiples égards.

Fait intéressant, bien que l’ail soit souvent qualifié d’herbe ou d’épice, il n’est en fait ni l’un, ni l’autre. L'ail pousse sous la terre, sous forme de bulbe, à partir duquel se développent de longues tiges vertes.

Il est plus exact de qualifier l’ail de légume, que d'herbe ; il appartient d'ailleurs à la famille végétale des allium, tout comme l’oignon et le poireau.

C’est là que commencent ses bienfaits pour la santé, car les légumes de la famille des allium sont connus pour leur odeur forte (et l’ail est parfois surnommé en anglais « the stinking rose » - littéralement « la rose qui pue »).

Cette odeur particulière est due aux composés soufrés de l’ail, tels que l’alllicine, aux nombreux effets bénéfiques pour la santé.

L'ail permet de lutter contre 160 maladies, dont le cancer

Des études ont démontré les effets bénéfiques de l’ail dans le traitement de plus de 160 maladies. Ses bienfaits se répartissent généralement en 4 catégories principales :

  1. La réduction de l’inflammation (il réduit le risque d'arthrose et d'autres maladies associées à l’inflammation)
  2. Le renforcement du système immunitaire (par ses propriétés antibactériennes, antifongiques, antivirales et antiparasitaires)
  3. L'amélioration de la santé cardiovasculaire et de la circulation sanguine (il prévient la formation de caillots, retarde la formation de plaques d'athérome, améliore la lipidémie et réduit la tension artérielle)
  4. Il est toxique pour 14 types de cancers (dont les cancers du cerveau, du poumon, du sein, de l’estomac et du pancréas)

Il a été démontré au cours d’études en laboratoire que l’ail tue les cellules cancéreuses, et il se révèle également prometteur lorsqu’il est inclus dans l’alimentation. Une étude a révélé que des femmes consommant régulièrement de l’ail (ainsi que des fruits et légumes) présentaient un risque de cancer du côlon réduit de 35%.

Celles consommant de grandes quantités d'ail cru présentaient également un plus faible risque de développer un cancer colorectal ou de l’estomac.

De plus, chez des personnes atteintes de cancers inopérables du foie, du pancréas, ou colorectal, la prise d’extrait d'ail vieux pendant six mois a aidé à améliorer la fonction immunitaire, ce qui suggère qu’il pourrait être utile pour soutenir votre système immunitaire en période de stress ou de maladie.

Autre fait intéressant, il a été démontré que le disulfure de diallyle (DAS), un composé soufré présent dans l’ail, inhibe la formation d'amines hétérocycliques (HCA) cancérigènes, qui se forment lorsque la viande est cuite à des températures élevées.

Le DAS empêche un type particulier de HCA de se transformer en composés qui endommagent l’ADN, en réduisant la production de certaines enzymes hépatiques nécessaires à cette transformation.

Cela signifie que le fait d'ajouter de l’ail émincé dans vos hamburgers, vos pains de viande et éventuellement sur vos steaks, par le biais d’une marinade, peut aider à réduire les produits secondaires cancérigènes libérés par la cuisson.

Un effet ‘boosteur’ d'immunité pour lutter contre les maladies infectieuses (y compris contre des bactéries résistantes aux antibiotiques)

L'ail est connu pour ses puissantes propriétés antibactériennes et antivirales. Il aide également à lutter contre les infections par les levures, les champignons et les vers.

Il a même été découvert que la combinaison des substances chimiques présentes dans l’ail, notamment des tanins, des saponines, des phénols, des flavonoïdes et des huiles essentielles, lutte contre les bactéries résistantes aux antibiotiques.

Certains des super microbes éliminés par l'ail étaient résistants à plus de 10 antibiotiques différents.

Encore plus intéressant, l’ail utilisé dans l’étude était entier, simplement écrasé dans un mortier avec un pilon, et les chercheurs recommandent d'ajouter de l’ail dans votre alimentation afin d'aider à prévenir les infections. Selon les chercheurs :

« … intégrer de petites quantités d’épices (ail/gingembre) dans son alimentation peut réduire le risque de contamination alimentaire, protéger le consommateur de différentes maladies d'origine alimentaire, améliorer l’état de santé et lutter contre les maladies d'origine alimentaires.

… il est recommandé d'utiliser l’ail … cru, sous différentes formes, par exemple en saumure, sur du pain à l’ail et au gingembre, dans de la poudre de curry, en sauce, en jus, et de ne pas le faire cuire longtemps.

En conclusion, les résultats de la présente étude témoignent du potentiel thérapeutique des épices. L’utilisation d’épices comme traitement complémentaire ou alternatif … réduira non seulement le problème croissant de la résistance aux médicaments, mais également les effets secondaires et le coût des traitements de la médecine allopathique. »

Consommer de l’ail peut également contribuer à combattre le rhume et la grippe. Dans le cadre d’une étude, des personnes qui avaient consommé de l’ail quotidiennement pendant trois mois ont eu moins de rhumes que celles qui avaient pris un placébo.

Lorsque ces personnes ont attrapé un rhume, il a duré moins longtemps - une moyenne de 4,5 jours contre 5,5 pour les personnes du groupe placébo.

Bien que ces résultats puissent sembler peu impressionnants, ils sont néanmoins meilleurs que ceux du Tamiflu, un médicament contre la grippe qui fait l’objet d'une importante publicité et qui, s'il est pris dans les 48 heures du début de la maladie, est susceptible de réduire la durée des symptômes de 16 heures - c’est-à-dire un effet similaire à celui de la consommation quotidienne d'ail.

Des antioxydants, des vitamines et des minéraux, un puissant élixir de santé

Tout comme de nombreux autres aliments naturels, il est difficile de cantonner l'ail à un ou deux bienfaits, car il en apporte à tout l’organisme.

L'ail est riche en manganèse, en calcium, en phosphore, en sélénium et en vitamines B6 et C, il est donc bénéfique pour vos os ainsi que pour votre thyroïde.

L'ail contient également d'autres composés sains, tels que des oligosaccharides, des protéines riches en arginine, du sélénium et des flavonoïdes. Le centre médical de l’université du Maryland a résumé certaines de ses utilisations les plus prometteuses :

« … l'ail est utilisé pour contribuer à prévenir les maladies cardiaques, notamment l’athérosclérose, c’est-à-dire le durcissement des artères (l'accumulation de plaques d'athérome dans les artères, susceptibles de bloquer le flux sanguin, et d’entrainer une crise cardiaque ou un AVC), l’excès de cholestérol, l’hypertension artérielle, et pour booster le système immunitaire.

La consommation régulière d'ail peut également contribuer à protéger du cancer.

L'ail est riche en antioxydants. Des particules nocives, les radicaux libres, s'accumulent dans votre organisme à mesure que vous vieillissez, et peuvent contribuer à l'apparition de maladies cardiaques, de cancers et de la maladie d’Alzheimer.

Les antioxydants comme ceux présents dans l’ail luttent contre les radicaux libres, et peuvent réduire ou même contribuer à empêcher certains des dommages provoqués au fil du temps.

L'ail germé serait encore plus sain

Avez-vous déjà laissé une tête d'ail trainer si longtemps qu’elle a fini par germer et former des tiges vertes ? Inutile de la jeter si cela vous arrive !

Non seulement l’ail germé est bon à consommer … mais il serait même encore plus sain que l'ail non germé.

Un article publié dans le Journal of Agricultural and Food Chemistry indique qu’il a été découvert que l’ail germé depuis cinq jours a une activité antioxydante plus importante que des bulbes plus frais et plus jeunes, et qu’il contient également des métabolites différents, ce qui suggère qu’il fabrique également des substances différentes.

Les chercheurs ont conclu que laisser germer l’ail peut être un moyen efficace d'améliorer son potentiel antioxydant. Des extraits de cet ail ont même protégé des cellules placées dans un récipient de laboratoire, de certains types de dommages. Cela n’est pas vraiment surprenant si l’on pense aux modifications des propriétés nutritionnelles des plantes, qui interviennent généralement lorsqu’elles germent.

Lorsque des semis se transforment en plantes vertes, ils fabriquent de nombreux nouveaux composés, dont certains qui protègent la jeune plante des agents pathogènes. C’est probablement le même phénomène qui se produit lorsque des vieilles têtes d'ail forment des pousses vertes. D'après Jong-Sang Kim, PhD :

« Les plantes sont très sensibles aux attaques de bactéries, de virus et d’insectes, pendant la germination … cela les pousse à produire de nombreuses substances chimiques, que l’on appelle des phytoalexines, pour se défendre. La plupart de ces substances sont toxiques pour les microorganismes et les insectes, mais bénéfiques pour l’homme. »

Connaissez-vous l’ail noir fermenté ?

L'ail noir, qui est tout simplement de l’ail fermenté, pourrait être encore meilleur pour la santé que les autres formes d'ail. Au cours d'une étude réalisée sur des souris, en 2009, des chercheurs japonais ont par exemple découvert que l’ail noir était plus efficace que l’ail frais pour réduire la taille de tumeurs.

L’étude a été publiée dans le magazine Medicinal and Aromatic Plant Science and Technology. Au cours d'une autre étude, il a été découvert que l’ail noir contient deux fois plus d'antioxydants que l’ail frais - le processus de vieillissement et de fermentation semble doubler les antioxydants.

L'ail noir est très riche en composés sulfurés, en particulier en s-allyl cystéine (SAC). La science a découvert de nombreux bienfaits de la SAC, notamment l’inhibition de la synthèse du cholestérol.

C’est peut-être ce qui explique que Choo Keng Kwang, un artiste-peintre mandarin, a totalement guéri de son psoriasis après avoir consommé une demi-tête d'ail noir par jour pendant seulement quatre jours - et cela après avoir essayé d’innombrables crèmes qui lui avaient été prescrites, dont aucune n'avait donné le moindre résultat.

L’un des avantages de la SAC est qu’elle est bien absorbée et bien plus stable que l’allicine, et 100 % biodisponible. Les chercheurs sont convaincus qu’elle joue un rôle important dans l’ensemble des bienfaits de l’ail pour la santé.

Malheureusement, la fermentation de l’ail est un processus long qui nécessite une pièce dont le taux d’humidité et la température sont contrôlés pendant environ un mois. La plupart des gens n’ont pas accès à un tel équipement pour préparer de l’ail fermenté chez eux, mais vous en trouverez des sources fiables sur Internet, sous forme de têtes entières (dont le goût est étonnamment sucré), ou sous forme de supplément.

Je vous recommande vivement aussi, pour ma part, d’intégrer de l’ail cru dans votre alimentation, mais lorsque vous le consommez, les gousses fraiches doivent être écrasées ou émincées de façon à favoriser la libération d'une enzyme, l’alliinase, qui elle-même catalyse la formation d'allicine.

L’allicine, à son tour, se décompose rapidement en nombreux composés organosulfurés. Pour « activer » les propriétés médicinales de l’ail, vous pouvez écraser une gousse fraiche avec le dos d’une cuillère avant de l’avaler, l’émincer finement et l’ajouter dans une salade, ou la placer dans votre centrifugeuse pour l'ajouter à votre jus de légumes.