Une nouvelle découverte : le brocoli aide à guérir les intestins perméables

Santé Intestinale

En bref -

  • Le brocoli est réputé pour ses propriétés chimioprotectrices. Une nouvelle recherche montre que ce légume crucifère peut également être très efficace dans le traitement de la colite et de la perméabilité intestinale
  • La perméabilité intestinale est due à la formation d'espaces entre les cellules composant la membrane qui tapisse votre paroi intestinale. Ces espaces permettent à des substances, qui devraient restées confinées dans votre système digestif, de pénétrer dans le sang
  • Lorsque vous mangez des brocolis, ils produisent un composé que l'on appelle l’indolocarbazole (ICZ). En se liant à certains récepteurs présents sur votre muqueuse intestinale, et en les activant, l’ICZ renforce la fonction immunitaire et améliore l’équilibre de votre microbiote intestinal
  • Pour profiter de cet effet curatif, il faudrait manger environ trois tasses et demi de brocolis par jour. Vous obtiendrez une quantité équivalente d’ICZ avec une seule tasse de choux de Bruxelles, car ils contiennent trois fois plus de ce composé que les brocolis
Taille du texte:

Dr. Mercola

Le brocoli, un proche parent des choux de Bruxelles, du chou et du chou-fleur, est surtout connu pour ses propriétés chimioprotectrices.

C’est une excellente source de glucosintes et de flavonoïdes, qui sont des phytonutriments, d'antioxydants, bénéfiques pour la santé, et de composés anticancer.

Le sulforaphane, un composé soufré naturel connu pour son activité anticancer, est l’un des composés que l’on trouve dans le brocoli.

Des études ont montré que le sulforaphane favorise le bon fonctionnement cellulaire et la division cellulaire, tout en provoquant l'apoptose (mort cellulaire programmée) des cellules malignes des cancers du côlon, du sein et du cancer du poumon provoqué par le tabac ; il réduit également le nombre de tumeurs cancéreuses du foie chez les souris.

Trois portions de brocoli par semaine pourraient réduire le risque de cancer de la prostate de plus de 60%.

Ses effets bénéfiques sur l’obésité, le diabète de type 2 et la stéatose hépatique d'origine non-alcoolique (SHNA), ont également été mis en évidence dans un certain nombre d’études.

Les chercheurs ont aujourd'hui identifié un autre bienfait majeur de ce légume crucifère, pour la santé des intestins. Ils suggèrent en effet que le brocoli peut être très efficace dans le traitement de la colite et de la perméabilité intestinale.

Comme le rapporte CBS :

« Une étude a été réalisée par l’Université d’État de Pennsylvanie sur des souris, et il a été observé qu’elles toléraient beaucoup mieux les problèmes digestifs que celles qui n’avaient pas reçu une alimentation à base de brocolis.

Les scientifiques ont ajouté que ces résultats pourraient représenter une découverte capitale pour l’homme, car on sait que les problèmes digestifs peuvent entrainer d'autres problèmes graves. »

Le brocoli aide à guérir les intestins perméables

Ils ont découvert que lorsque vous mangez des brocolis, ils produisent un composé que l’on appelle l’indolocarbazole (ICZ), qui catalyse un bon équilibre non seulement dans vos intestins, mais également dans votre système immunitaire, les deux étant intimement liés.

Au cours de cette étude, l’alimentation des animaux était composée de 15 % de brocoli cru, ce qui équivaut pour un humain à la consommation quotidienne de 3 tasses et demi de brocoli.

Certes, cela représente une grosse portion de brocoli, mais les chercheurs soulignent que vous obtiendrez une quantité équivalente d’ICZ avec une seule tasse de choux de Bruxelles, car ils contiennent trois fois plus de ce composé que les brocolis.

Des études antérieures avaient confirmé que l’un des bienfaits du brocoli était sa capacité à apaiser l’inflammation, il est donc logique qu’il soit également efficace contre l’inflammation gastro-intestinale.

La perméabilité intestinale est une maladie due à la formation d’espaces entre les cellules (les entérocytes) qui composent la membrane tapissant votre paroi intestinale. Ces minuscules espaces permettent à des substances telles que des aliments non digérés, des bactéries et des déchets métaboliques, qui devraient être confinées dans votre appareil digestif, de passer dans le sang.

Lorsque la totalité de votre paroi intestinale est endommagée, permettant à des substances toxiques de pénétrer dans votre sang, votre organisme subit une augmentation significative de l’inflammation. Votre système immunitaire risque également d’être perturbé et de commencer à attaquer votre propre organisme comme s'il était un ennemi - une caractéristique des maladies auto-immunes.

Une inflammation chronique peut également contribuer et/ou entrainer d'autres problèmes de santé, tels que de l’arthrite et des maladies cardiaques.

Bien que le syndrome de l’intestin perméable soit principalement associé à des maladies inflammatoires de l’intestin, telles que la maladie de Crohn, la colite ulcéreuse et la maladie cœliaque, des personnes en bonne santé peuvent néanmoins présenter des degrés variables de perméabilité intestinale, entrainant des symptômes très variés, et ce problème peut être considérablement influencé par votre alimentation.

Le fait d’éliminer les lectines de votre alimentation contribuera grandement à guérir un intestin perméable. Vous en saurez plus à ce propos en regardant l'entretien que j’ai eu avec le Dr. Steven Gundry, auteur du livre « The Plant Paradox ».

Comment le brocoli améliore la fonction intestinale

L’une des clés d'un intestin en bonne santé, est le bon fonctionnement de la barrière intestinale, qui empêche des particules de passer des intestins dans votre sang.

Les récepteurs d'aryl d'hydrocarbone (AhR), qui sont situés dans la muqueuse intestinale, jouent un rôle essentiel pour le bon fonctionnement de la barrière intestinale. L'une de leurs principales fonctions est de déclencher une réaction lorsqu’ils détectent des toxines.

Comme nous l’avons mentionné, les brocolis et autres légumes crucifères contiennent des glucosinolates, qui sont décomposés en ICZ et autres sous-produits lorsqu’ils sont digérés dans l’estomac. En se liant aux AhR, et en les activant, les ICZ contribuent à renforcer la fonction immunitaire et à améliorer l’équilibre de votre microbiote intestinal.

Le sulforaphane freine également l’inflammation en réduisant jusqu'à 73 % les espèces réactives de l’oxygène (ERO). Le sulforaphane est également un stimulant immunitaire, le brocoli a donc un effet bénéfique sur la fonction immunitaire à plusieurs égards.

Fait intéressant, une activation excessive des AhR a un effet inverse, néfaste. D'après les chercheurs de l’étude mentionnée plus haut, la dioxine active ces récepteurs, mais dans ce cas l’hyperactivation qui en résulte déclenche une toxicité.

L'auteur principal, Gary Perdew, professeur en sciences agricoles, explique, « La question que nous nous posions était la suivante : est-il possible d'activer le récepteur localement, de façon naturelle, pour ne provoquer qu'une activation modérée des AhR dans les intestins, sans provoquer une activation systémique, qui risquerait d’entrainer des effets négatifs ? »

La réponse, vous vous en doutez, est 'oui, c’est possible’ - avec les légumes crucifères. Il est important de souligner que le brocoli et les autres légumes crucifères riches en soufre améliorent également la détoxification, un autre facteur important qui influe sur votre santé, y compris sur votre santé intestinale.

Il a été démontré que les brocolis germés, en particulier, aident à se détoxifier de polluants environnementaux tels que le benzène.

Voici ce que souligne le World’s Healthiest Foods :

« ...Le sulforaphane augmente l'activité des enzymes hépatiques de détoxification de phase 2. Ces enzymes … sont connues pour leur capacité à éliminer de nombreux composés toxiques de l’organisme, non seulement de nombreux carcinogènes, mais également des espèces réactives de l’oxygène, qui sont des radicaux libres particulièrement nocifs.

En boostant ces importantes enzymes de détoxification, les composés présents dans les crucifères offrent une protection contre les mutations cellulaires … et contre les nombreux autres effets nocifs que ces toxines provoqueraient. »

L'importance des fibres pour le bon fonctionnement des intestins

Les brocolis, et les autres membres de sa famille, sont également de bonnes sources de fibres - un autre ingrédient important pour une bonne santé intestinale. Les fibres contribuent à nourrir votre microbiote intestinal, ce qui renforce votre fonction immunitaire et réduit votre risque de maladies inflammatoires.

Les fibres activent également un gène, le T-bet, qui est essentiel à la production de cellules immunitaires dans les muqueuses de votre système digestif.

Ces cellules immunitaires, les cellules lymphoïdes innées (CLIs), aident à maintenir l’équilibre entre immunité et inflammation dans votre organisme et produisent une hormone, l’interleukine-22 (IL-22), qui contribue à vous protéger des bactéries pathogènes.

Les CLIs aident même à résorber les lésions cancéreuses et à prévenir le développement du cancer du côlon et d'autres maladies inflammatoires.

Le brocoli offre de nombreux bienfaits précieux pour la santé

Comme vous le voyez, le brocoli apporte des bienfaits significatifs, qui valent la peine d'inclure régulièrement quelques fleurettes et/ou quelques pousses de brocolis dans vos repas. Il a été démontré qu'une consommation régulière de brocolis :

Renforce la santé mitochondriale et le métabolisme énergétique via le nicotinamide mononucléotide (NMN), une enzyme présente dans le brocoli dont votre corps a besoin pour produire du nicotinamide adénine dinucléotide (NAD).

Le NAD ralentirait la dégradation de la santé liée à l’âge, en restaurant la jeunesse de votre métabolisme. Une fois dans votre système, le NMN est rapidement converti en NAD

Contribue à la perte de poids. Il a été démontré que le sulforaphane ralentit la prise de poids, en particulier l'accumulation des dangereuses graisses abdominales, en accélérant le brunissement des tissus adipeux (les graisses brunes étant un type de graisse qui génère de la chaleur et brûle de l’énergie au lieu de la stocker), et en réduisant les bactéries intestinales associées à l’obésité.

Stimule la fonction immunitaire globale, grâce à des composés tels que le diindolylméthane (DIM). Il a également été démontré que le DIM joue un rôle précieux dans la prévention et le traitement du cancer.

Diminue votre risque d'athérosclérose et de maladies neurodégénératives telles que la maladie de Parkinson et la maladie d’Alzheimer, grâce aux composés phénoliques qui luttent contre les radicaux libres.

Améliore la digestion et la santé intestinale, grâce à leur importante teneur en fibres et en AhR, qui activent l’ICZ

Favorise la santé oculaire, grâce aux taux élevés de caroténoïdes, de lutéine et de zéaxanthine

Est bénéfique pour la peau, car les sulforaphanes contribuent à réparer les dommages cutanés

Combat les allergies, grâce au kaempférol, un flavonoïde

Fournit des vitamines et minéraux importants, notamment du magnésium, du potassium, du calcium, des protéines et de la vitamine C

Aide à réduire la glycémie, car ils contiennent des fibres solubles et du chrome

Favorise la santé cardiaque et contribue à prévenir l’épaississement des artères

Réduit votre risque de développer une SHNA en diminuant le taux de triglycérides dans le foie

Réduit l’inflammation, qui est à la base de nombreuses maladies chroniques, notamment l’asthme, le diabète de type 2 et les maladies cardiaques.

Contribue à lutter contre le diabète de type 2 en diminuant la glycémie et en améliorant l’expression génique dans le foie

Comment tirer le meilleur parti de vos brocolis

Contrairement à ce que l’on pourrait penser, les qualités médicinales du brocoli à maturité sont optimisées par la cuisson. Cependant, il est important d’être précis car il n’y a qu'un pas entre l’optimisation de ses qualités nutritionnelles et leur destruction par une cuisson excessive.

Voici des indications et des astuces qui vous aideront à tirer le meilleur parti de vos brocolis :

Respectez les temps de cuisson : la recherche a montré que la cuisson à la vapeur des fleurettes de brocoli pendant trois à quatre minutes optimise leur teneur en sulforaphane en éliminant la protéine épithiospecifier - une protéine sensible à la chaleur qui retient le souffre et désactive le sulforaphane - mais tout en retenant l’enzyme myrosinase, qui convertit la glucoraphanine en sulforaphane.

Cette dernière est importante, car sans la myrosinase, vous ne pouvez pas absorber le sulforaphane.

Veillez à ne pas dépasser les cinq minutes, car au-delà de ce temps, vous commencez à perdre de précieux composés. Si vous choisissez de cuire vos brocolis à l'eau, faites-les blanchir dans l’eau bouillante 20 à 30 secondes maximum, puis plongez-les dans l’eau froide pour stopper la cuisson.

Mangez vos légumes crucifères avec de la poudre de graines de moutarde ou d'autres aliments riches en myrosinase : manger vos légumes crucifères avec un aliment contenant de la myrosinase tel que de la poudre de graines de moutarde, qui contient une forme particulièrement résiliente de myrosinase, maximisera davantage encore leur teneur en sulforaphane.

Le radis Daikon, le wasabi, l'aragula et le coleslaw sont d'autres alternatives possibles aux graines de moutarde. Il est particulièrement important de leur associer un aliment riche en myrosinase si vous mangez vos brocolis crus, ou que vous en utilisez des surgelés.

Optez pour les légumes frais : dans l’idéal, choisissez autant que possible des brocolis crus, fraichement récoltés, car les brocolis surgelés ont perdu de leur capacité à produire du sulforaphane, la myrosinase étant rapidement détruite au cours du processus de blanchiment.

Par ailleurs, le brocoli peut perdre jusqu’à 80 % de sa teneur en glucoraphanine - le précurseur du sulforaphane - dans les 10 jours qui suivent sa récolte.

Dans les recettes qui nécessitent une cuisson prolongée, coupez-les en avance : lorsque l’on coupe les légumes crucifères, cela active la myrosinase.

En les coupant et en les laissant reposer 40 minutes, le sulforaphane se sera formé, ce qui vous permettra de les cuire davantage que les trois à quatre minutes recommandées de cuisson à la vapeur, ou les 30 secondes de blanchiment, sans perdre le sulforaphane.

En effet, le précurseur du sulforaphane et le sulforaphane lui-même sont très résistants à la chaleur. C’est la myrosinase qui est détruite au cours de la cuisson, ce qui empêche ensuite la formation de sulforaphane.

En permettant la formation de sulforaphane avant la cuisson, vous contournez cet inconvénient. Si vous préparez par exemple une soupe de brocoli, commencez par couper le brocoli, attendez 40 minutes que le sulforaphane se soit formé, puis faites-le cuire.

+ Source et Référence