Les véritables dangers des appareils électroniques et des EMF

Dangers électroniques EMF

En bref -

  • L’exposition aux rayonnements hyperfréquences des téléphones portables, des routeurs, des téléphones sans fil, des compteurs 'intelligents’, des moniteurs de surveillance pour bébé, et autres dispositifs sans fil, entraine un important dysfonctionnement mitochondrial, dû aux dommages provoqués par les radicaux libres
  • La surproduction de radicaux libres engendrée par l’exposition aux micro-ondes basse fréquence des technologies sans fil est associée à l’arythmie cardiaque, à l'anxiété, à la dépression, à l'autisme, à la maladie d’Alzheimer, à la stérilité, et à bien d'autres troubles
Taille du texte:

Dr. Mercola

J’ai récemment été interviewé par Dave Asprey, à l’occasion de ma visite de son Bulletproof lab, sur l’île de Vancouver. Dans cette interview, je passe en revue les véritables dangers des champs électromagnétiques (EMF) qu’émettent les appareils électroniques.

Éviter l’exposition excessive aux EMF est une composante importante pour optimiser la santé mitochondriale.

Votre téléphone portable constitue une source importante d’exposition aux EMF

Dave Asprey souligne que le réseau de son studio est filaire, et c’est là une façon simple de réduire l’exposition aux ondes Wi-Fi.

Vous pouvez également éteindre votre Wi-Fi lorsque vous ne l’utilisez pas, et bien entendu le soir lorsque vous vous couchez.

Lorsque vous utilisez votre téléphone portable, servez-vous de la fonction haut-parleur et tenez-le à 90 cm de vous, à l’aide d'une perche à selfie. J'ai mesuré les rayonnements, et cela vous permet de réduire votre exposition d’environ 90 %.

Lorsque vous ne l’utilisez pas, veillez à mettre votre téléphone en mode avion et/ou placez-le dans un sac Faraday. Ce ne sont là que quelques exemples de la façon dont vous pouvez protéger votre santé tout en vivant dans la société moderne.

J'ai mesuré très précisément les rayonnements émis par mon téléphone portable et lorsqu’il est allumé, même si je ne suis pas en train de passer un appel, je dois m’en tenir à près de huit mètres pour que les rayonnements descendent en-dessous des limites de sécurité.

C’est pourquoi je laisse mon téléphone en mode avion la plupart du temps et je ne l’utilise qu’en cas d'urgence ou lorsque je suis en déplacement.

Il m'a fallu un certain temps pour le comprendre. J'ai éliminé chez moi tous les appareils sans fil ainsi que la Wi-Fi, mais les EMF étaient toujours élevés.

Puis j’ai finalement réalisé qu’ils provenaient de mon téléphone (lorsqu’il était allumé). Le niveau de rayonnements est descendu en-dessous de 0,01 Volts/mètre (V/m) lorsque je l’ai mis en mode avion.

C’est là un point essentiel. Pour la plupart d’entre vous, qui lisez ceci, la majeure partie des rayonnements auxquels vous êtes exposé ne provient pas de l’extérieur, mais des appareils qui se trouvent chez vous.

Des dommages non thermiques

La plus grande partie des rayonnements auxquels nous sommes exposés aujourd'hui sont des rayonnements hyperfréquences, qui comprennent ceux provenant de votre four à micro-ondes. Si vous disposez encore d'un tel four, je vous recommande de le remplacer par un four à convection vapeur, qui réchauffera vos plats tout aussi rapidement, mais de façon bien plus sûre.

Lorsque vous faites fonctionner votre four à micro-ondes, vous vous exposez à des rayonnements hyperfréquences très dangereux, d'une intensité bien plus élevée que ceux de votre téléphone portable. Il ne s'agit pas ici de dommages thermiques (liés à la chaleur). Il s'agit de dommages non thermiques.

J'ai récemment interviewé Martin Pall, Ph.D., qui a identifié les mécanismes moléculaires par lesquels les EMF provenant des téléphones portables et des technologies sans fil nuisent aux plantes, aux animaux et à l’homme, et a publié plusieurs articles sur ce sujet.

De nombreuses études ont montré que lorsque vous êtes exposé aux EMF, la concentration de calcium intracellulaire augmente. Martin Pall a également découvert plusieurs études démontrant qu'il est possible de neutraliser ou de réduire les effets des EMF de façon significative, en utilisant des bloqueurs des canaux calciques - des médicaments couramment prescrits aux patients souffrant de maladies cardiaques.

Il s'agit là d'un point essentiel, puisque c’est l’excès de calcium dans les cellules et l’augmentation de la signalisation du calcium qui sont responsables d'une grande majorité des effets biologiques des EMF.

Martin Pall a découvert non moins de 26 articles démontrant que les EMF agissent en activant les canaux calciques voltage-dépendants (CCVD), qui sont situés sur la face externe des membranes cellulaires. Une fois activés, ils permettent un afflux considérable de calcium dans les cellules - environ 1 million d’ions calcium par seconde et par CCVD.

Fait important, la membrane cellulaire est 7 millions de fois plus sensible aux EMF que les particules chargées situées à l’intérieur et à l’extérieur des cellules, sur lesquelles sont basées les normes de sécurité. En d’autres termes, le coefficient des normes de sécurité est erroné de 7 millions !

Des dégâts en chaine

Lorsqu'il y a un excès de calcium dans les cellules, les taux d’oxyde nitrique (NO) et de superoxyde augmentent. Bien que le NO présente de nombreux effets bénéfiques sur la santé, un excès important de NO provoque une réaction avec le superoxyde, formant du peroxynitrite, qui est un oxydant extrêmement puissant.

Les peroxynitrites, à leur tour, se décomposent pour former des radicaux libres réactifs, à savoir des espèces réactives azotées et des espèces réactives oxygénées (ROS), notamment des radicaux hydroxyles, des radicaux carbonates et des radicaux NO2 - les trois provoquant des dommages. Les peroxynitrites provoquent également des dommages eux-mêmes.

Les EMF ne « cuisent » donc pas vos cellules. Leur effet n’est pas thermique. Les rayonnements activent les CCVD sur la face externe des membranes cellulaires, ce qui déclenche une réaction en chaine d’évènements dévastateurs qui, à terme, anéantissent votre fonction mitochondriale et provoquent de graves dommages cellulaires et des cassures de l’ADN.

Ils déciment également vos membranes cellulaires ainsi que les protéines cellulaires. En résumé, ils accélèrent considérablement le vieillissement.

Problèmes de santé courants liés aux EMF

Dave Asprey explique qu’il avait autrefois l'habitude de porter son téléphone portable dans la poche droite de son pantalon. Il présente aujourd’hui une diminution de 10 % de la densité osseuse du fémur droit, dont il pense qu’elle est liée au fait d'avoir porté son téléphone de ce côté. Inutile de dire qu’aujourd'hui, il ne porte plus son téléphone sur lui.

Les dommages biologiques étant provoqués par l’activation des CCVD, il semble donc évident que les tissus qui présentent la densité de CCVD la plus élevée, sont les plus exposés aux dommages.

Quels sont donc ces tissus ? Le cerveau, le pacemaker cardiaque naturel (nœud sinusal), le système nerveux, la rétine et les testicules. En effet, des études remontant aux années 1950 et 1960 montrent que le système nerveux est l’organe le plus sensible aux EMF.

Certaines de ces études montrent des effets considérables sur la structure des neurones, mort cellulaire et dysfonction synaptique notamment.

Lorsque les CCVD sont activés dans le cerveau, ils libèrent des neurotransmetteurs et des hormones neuroendocriniennes, et il a été démontré qu'une activité importante des CCVD dans certaines parties du cerveau entraine une multitude d’effets neuropsychiatriques.

Voici certaines des conséquences les plus courantes d'une exposition chronique aux EMF :

  • Anxiété
  • Dépression
  • Autisme
  • Maladie d’Alzheimer

Ci-après certains des problèmes cardiaques courants liés à l’exposition aux EMF :

  • Arythmie cardiaque (associée à la mort cardiaque subite)
  • Fibrillation auriculaire / flutter auriculaire
  • Contractions auriculaires prématurées (PAC) et contractions ventriculaires prématurées (CVP), que l’on appelle également des palpitations
  • Tachycardie (rythme cardiaque rapide) et bradycardie (rythme cardiaque lent)

Nombre de ceux qui sont atteints de ces troubles de santé prennent des médicaments dangereux. Si vous souffrez d'un trouble cardiaque ou cérébral, quel qu’il soit, vous devez être particulièrement prudent quant à l’exposition aux EMF, et prendre des mesures pour vous en préserver.

Cela ne fait absolument aucun doute - l’exposition aux EMF peut provoquer ce type de maladie, et bien d'autres encore. Les médicaments ne traitent pas les causes du problème, et si vous souhaitez réellement guérir, vous devez traiter ces causes. Les EMF peuvent ne pas être le seul facteur contributif, mais c’est un facteur important, qui ne doit pas être négligé.

Comment réduire votre exposition

Utilisez un moniteur de surveillance pour bébé filaire, plutôt qu'un moniteur sans fil

Portez votre téléphone portable dans un sac plutôt que sur vous, et mettez-le en mode avion et/ou dans un sac ou un boitier Faraday (anti-ondes) lorsque vous n’êtes pas en communication

Désactivez votre Wi-Fi le soir. Mieux encore, n’utilisez pas le Wi-Fi et optez pour des câbles Ethernet

Posez votre ordinateur portable sur une table, plutôt que sur vos genoux

Utilisez votre téléphone portable avec des écouteurs ou en mode haut-parleur, et tenez-le aussi éloigné de vous que possible en utilisant une perche à selfie. Utilisez de préférence les téléphones fixes chaque fois que possible

Connectez vos appareils électroniques de préférence avec des câbles, afin d’éviter les champs électromagnétiques du Wi-Fi. Cela comprend les souris, les claviers et les imprimantes. Évitez toutefois d'avoir recours à la technologie CPL (Courant Porteur en Ligne), car elle favorise les variations de tension électrique, et donc une électricité ‘sale’. Vous pouvez partiellement pallier ce problème en utilisant des condensateurs de filtrage, mais ce n’est pas une solution idéale. La CPL est plus indiquée que le Wi-Fi, mais la meilleure solution consiste néanmoins à utiliser des câbles Ethernet.

Installez une cage de Faraday (avec des tissus métalliques à base de cuivre et/ou d’argent) autour de votre lit. Si vous vivez en immeuble et que vous avez des voisins en dessous de votre appartement, placez également du tissu Faraday sur le sol, sous votre lit. Cela pourrait nettement améliorer la qualité de votre sommeil, car les EMF sont connus pour perturber le sommeil

Si vous avez un compteur ‘intelligent’, faites-le enlever et remplacez-le par un ancien modèle, analogique. S'il est prévu que des compteurs intelligents soient installés dans votre quartier, soyez proactif et empêchez une telle installation.

Mesures nutritionnelles

Adopter certaines mesures nutritionnelles peut également contribuer à réduire les effets nocifs des EMF. Ce n’est pas une solution définitive, et elle ne peut remplacer un assainissement, mais elle peut être utile et accompagner la mise en place de solutions permanentes.

La première de ces mesures concerne le magnésium, car le magnésium est un inhibiteur calcique naturel. Tout d'abord, de nombreuses personnes sont carencées en magnésium, et je pense que nombreux sont ceux qui tireraient profit d'une dose d’un à deux grammes de magnésium par jour.

Il est également utile d'augmenter les Nrf2. Le facteur Nrf2 a une action biologique hormétique qui augmente le niveau de superoxyde dismutase, de catalase et de tous les autres antioxydants intercellulaires bénéfiques. De plus, il :

  • Réduit l’inflammation
  • Améliore la fonction mitochondriale
  • Stimule la biogénèse des mitochondries
  • Aide à détoxifier l’organisme des xénobiotiques, des substances toxiques contenant du carbone, et des métaux toxiques
  • Active la transcription de plus de 500 gènes dans le génome humain, dont la plupart ont des fonctions cytoprotectrices. Cela comprend les trois gènes qui encodent les enzymes nécessaires à la synthèse du glutathion réduit, qui est l’un des plus importants antioxydants produit dans votre organisme.

Vous pouvez activer le Nrf2 :

  • En consommant des composés alimentaires boosteurs de Nrf2, tels que le sulforaphane, présent dans les légumes crucifères, des aliments riches en antioxydants phénoliques, des DHA et des EPA, qui sont des acides gras oméga-3 à longue chaine, des caroténoïdes (en particulier des lycopènes), des composés soufrés, présents dans les légumes de la famille des allium, des isothiocyanates présents dans la famille des choux, et des aliments riches en terpénoïdes.
  • En pratiquant des exercices de haute intensité, qui activent la voie de signalisation du NO (oxyde nitrique), tels que les exercices de décharge de NO
  • En pratiquant la restriction calorique (par le jeûne intermittent, par exemple)

Les bienfaits de l’hydrogène moléculaire

L’hydrogène moléculaire est un autre supplément utile. Vous trouverez sur le site Internet de Tyler LeBaron, molecularhydrogenfoundation.org., une liste de plusieurs centaines d’études sur l’hydrogène. Vous trouverez également de nombreux exposés de Tyler LeBaron sur YouTube.

Pour résumer, l’hydrogène moléculaire consiste en deux atomes d'hydrogène, la plus petite molécule de l’univers, qui :

  • Est une molécule neutre pouvant traverser instantanément toute membrane cellulaire
  • N'a aucune polarité
  • Est un antioxydant puissant et sélectif

Les radicaux libres sont utiles et servent des fonctions importantes pour la santé. Les problèmes qu'ils engendrent le sont par un excès de radicaux libres, ou par de 'mauvais’ radicaux libres. Il a été démontré que l’hydrogène moléculaire cible les radicaux libres produits en réaction aux rayonnements, tels que les peroxynitrites.

Des études ont montré que l’hydrogène moléculaire peut réduire ces dommages d’environ 80 %. Le message à retenir est qu'il peut être assez précieux lors d'un vol en avion, par exemple, pour contrer les dommages provoqués par les rayonnements gamma présents à 10.000 mètres d’altitude.

Votre corps fabrique environ 10 litres de gaz d'hydrogène par jour, bénéfique pour votre organisme. Toutefois, lorsque vous êtes exposé de façon constante, vous ne profitez pas de tous ses bienfaits, et il faut donc lui donner un ‘coup de pouce’, ce qui vous permettra d’en tirer des bienfaits.

J'ai pris des cachets d’hydrogène moléculaire lors de mes derniers voyages en avion, et cela a très bien fonctionné. Il existe sous différentes formes, mais le plus simple est prendre des cachets.

Lorsque vous arrivez à 5.000 ou 10.000 pieds, placez un cachet dans une petite bouteille d’eau tiède. Refermez-la et attendez que le cachet se soit dissout, pour éviter que les gaz ne s'échappent.

Une fois le cachet dissout, buvez l'eau aussi vite que possible. Le gaz d'hydrogène continuera à fonctionner pendant environ deux heures, donc si vous êtes sur un vol long-courrier, vous pouvez prendre une deuxième dose à mi-chemin.