Le jeûne - un puissant traitement métabolique qui peut booster votre santé

Jeûne à l’eau

En bref -

  • Le jeûne à l’eau apporte de nombreux bienfaits : il permet notamment de faire des économies, d’améliorer la clarté mentale et d'augmenter radicalement la capacité de votre organisme à digérer les cellules endommagées (autophagie), et il permet également d'augmenter le nombre de cellules souches guérisseuses.
Taille du texte:

Dr. Mercola

Je suis extrêmement heureux de vous présenter une personne remarquable, qui m’a incité à appliquer ce que je considère comme le plus puissant traitement métabolique qui soit.

Bien que ce traitement soit destiné aux plus de 80 % d'individus qui souffrent de résistance à l’insuline, il peut également être utile pour chacun d’entre nous.

À tel point que je me suis engagé à jeûner cinq jours par mois, et à l’heure où vous lisez ces lignes, je suis dans le troisième jour d'un jeûne de cinq jours.

George Newman, que j’ai rencontré au cours d'une conférence sur l'alimentation pauvre en glucides, à laquelle je participais et qui s’est tenue à San Diego l’été dernier, évoque de nombreux détails importants à propos du jeûne à l’eau, pratiqué sur plusieurs jours. George Newman n'a suivi aucune formation médicale officielle.

Il est ingénieur, mais il connait très bien son sujet, et après lui avoir parlé, j’ai revu ma position à propos du jeûne à l’eau prolongé, dont je pensais qu’il était utile uniquement dans le traitement de l'obésité, du diabète ou d'autres problèmes de santé particuliers tels que le cancer.

« J'ai eu un long et intéressant parcours de santé », raconte George Newman. « Il y a treize ans, on m'a diagnostiqué une fibrillation auriculaire. Dans mon cas, elle avait été provoquée par une pratique sportive excessive… à l’époque, je pratiquais la course longue distance à haute altitude. Je suivais un entrainement assez intensif.

J’ai participé par exemple à la course du Pikes Peak, qui commence à 1.900 mètres d'altitude (6.300 pieds) et monte jusqu’à 4.300 mètres (14.100 pieds), en 20 km. C’est après une course d’entrainement que j'ai fait ma première crise de fibrillation auriculaire… j’ai eu une réponse parasympathique, un déclenchement vagal de la fibrillation auriculaire, ce qui signifie que mon système … a beaucoup ralenti pendant quelques jours, et ce ralentissement a déclenché ma fibrillation auriculaire.

Pour faire court, j’ai réussi, après une période de deux mois et demi, à élaborer ma propre thérapie, qui comprend des doses élevées de magnésium, ce qui a relativement bien stabilisé mon rythme jusqu’à aujourd'hui. J’ai ralenti la cadence. Je ne pratique plus la course d’endurance longue distance. Je suis toujours en bonne forme physique (je pratique l’escalade, le ski alpin, le HIIT et des exercices au poids du corps) mais j'ai arrêté la course. »

Le traitement de la fibrillation auriculaire

À la suite de cet incident, comme il refusait la « sagesse » de la médecine conventionnelle qui recommande la prise de médicaments ou l’ablation cardiaque chirurgicale, il a commencé à faire des recherches pour savoir comment optimiser sa santé.

La fibrillation auriculaire est une maladie caractérisée par l’augmentation, ou par une activité électrique anormale dans l'atrium, le plus petit des compartiments du cœur.

En bref, l'atrium se contracte de façon irrégulière et ne parvient pas à se synchroniser avec les ventricules dans un ratio normal de 1 pour 1.

La fibrillation auriculaire est un problème assez courant chez les athlètes d’endurance. Bien qu’il existe un facteur génétique, les exercices d’endurance augmentent vos risques en infligeant un stress excessif à votre cœur.

Votre cœur est en fait conçu pour travailler très dur sur de courtes périodes, et non en continu pendant des périodes prolongées. Ceci étant dit, les athlètes de l’extrême ne représentent qu'une faible proportion des personnes atteintes de fibrillation auriculaire. La plupart d’entre elles sont âgées et sont atteintes d’autres comorbidités.

Le magnésium est extrêmement important pour une santé cardiaque optimale

George Newman prend aujourd'hui chaque jour un supplément de magnésium, à un dosage très élevé. Il prenait à une époque jusqu'à 5,5 grammes de magnésium élémentaire par jour.

Il en prend actuellement généralement 1,5 grammes par jour, ce qui est déjà beaucoup plus que la dose journalière recommandée de 400 mg. Il est cependant assez difficile de faire un surdosage de magnésium, puisqu’il a un effet laxatif. Si vous en prenez plus que ce dont votre organisme a besoin, il est simplement évacué naturellement.

Le fait qu’il était capable de tolérer des doses de plus de 5 grammes par jour sans souffrir de diarrhée suggère qu'il était gravement carencé. Il est important de souligner qu'une activité physique intensive épuise en effet les réserves de magnésium ; si vous faites beaucoup de sport, vos besoins en magnésium sont donc plus importants que si vous êtes sédentaire.

Bien que la stratégie de rémission de George Newman, basée sur le magnésium et le ralentissement du rythme des entrainements, fonctionne très bien, elle n’est pas parfaite. En plus du magnésium, il prend en cas de besoin de la flécaïnide, un médicament délivré sur ordonnance, pour retrouver un rythme cardiaque normal lorsque le magnésium ne fonctionne pas.

Au cours des 4 ou 5 ans passés, il a eu quatre crises de fibrillation auriculaire, soit un total d’environ cinq heures d'arythmie. Pour les personnes qui présentent des troubles de la fonction rénale, les suppléments d’électrolytes peuvent être tout à fait contre-indiqués. Pour celles dont la fonction rénale est normale, les excès d’électrolytes seront éliminés.

Le jeûne - Une thérapie métabolique puissante

George Newman m'a vraiment éclairé et motivé par les exemples de profonds bienfaits qu’apporte le jeûne à l’eau, même si vous n'avez pas de problème de poids ni de résistance à l’insuline. Ayant un taux d'insuline à jeun inférieur à 2, je ne pensais vraiment pas que le jeûne m’apporterait le moindre bienfait.

Toutefois, M. Newman m’a incité à me repencher sur le sujet, et grâce à nos discussions, je pratique aujourd'hui régulièrement un jeûne de quatre à cinq jours d'affilée. Mon premier jeûne a duré quatre jours, et je fais aujourd'hui chaque mois un jeûne de cinq jours.

J’attends maintenant ces cinq jours avec impatience. Ce n’est pas une souffrance. Vous êtes plus efficace - votre clarté mentale est intense, sans parler du fait que cela facilite la vie et vous fait faire des économies, puisque vous n’avez pas à faire de courses, à préparer de repas, à manger ou à faire de vaisselle pendant quelques jours.

Ce qui m’enthousiasme le plus, c’est que cela améliore nettement la capacité de votre corps à digérer les cellules endommagées, un processus que l’on nomme l’autophagie. Et le jeûne augmente également les cellules souches. Voici ce qu’explique George Newman :

« Si vous regardez les travaux de Valter Longo... Ils ont eu une révélation lorsqu’ils ont fait jeûner des souris atteintes de cancer, avant, pendant et après la chimiothérapie, puis en les nourrissant à nouveau jusqu'à ce qu’elles retrouvent leur poids initial...

Généralement, la chimiothérapie fait chuter le nombre de globules blancs, mais après six ou sept cycles [de jeûne et de retour à l’alimentation], ils ont remarqué que ces souris présentaient le même nombre de globules blancs que de jeunes souris, et non plus celui de souris atteintes de cancer, qui avaient subi de nombreuses chimiothérapies.

Cela m'a intrigué. Je me suis demandé combien de temps devait durer le jeûne pour provoquer cet [effet]. Ils ont découvert que les cellules souches de ces souris fabriquaient de nouveaux globules blancs... j’ai donc regardé la vidéo d'une discussion entre Rhonda Patrick et Guido Kroemer.

C’est un confrère de Valter Longo... Il indiquait qu’une souris perds 10 % de son poids corporel lorsque vous la faites jeûner pendant une journée… Or, le fait est que si je jeûne pendant cinq jours, cela n’est pas comparable à une souris qui jeûne pendant deux jours. Je me demande donc combien de temps il faut jeûner pour déclencher cet effet ‘cellules souches’, et je ne connais pas la réponse à cette question. »

Éléments à prendre en compte pour devenir céto-adapté

Adoptez une alimentation cétogène, riche en bonnes graisses, pauvre en glucides nets et apportant une quantité modérée de protéines

Veillez à consommer suffisamment de sel. Vous avez probablement besoin d’environ 6 à 8 grammes par jour de sel naturel de bonne qualité. C’est un point difficile à respecter lorsque vous jeûnez, car l’eau salée n'a pas très bon goût.

J'utilise pour cela une parade, en versant simplement un peu de sel de l’Himalaya dans la paume de ma main et en le léchant. Je le fais plusieurs fois par jour pendant mes jeûnes. Cela vous aidera à éviter ce qu’on appelle le « keto flu », qui n’est rien d'autre qu’une carence en sodium. L'apport de sel via votre alimentation n’est généralement pas un problème lorsque vous suivez un régime cétogène.

Pour prévenir au maximum les inconforts et les effets secondaires associés à la période de transition qui vous permettra de brûler des graisses, commencez par prolonger votre période de jeûne intermittent.

Chaque jour, réduisez un peu plus l’intervalle de temps pendant lequel vous vous alimentez, jusqu’à arriver à une fenêtre de quatre, ou même deux heures. En suivant ce programme pendant environ un mois, vous brûlerez des graisses, ce qui vous facilitera la transition vers une alimentation cétogène.

Le jeûne à l’eau est une puissante méthode pour optimiser votre santé

Le jeûne à l’eau suscite de nombreuses peurs. Nombreux sont ceux qui pensent que leur corps va souffrir de ce manque de nourriture, et qu’il va en résulter toutes sortes de catastrophes, et qu’ils vont devoir lutter contre la faim pendant des journées entières.

En réalité, si vous vous renseignez bien et que vous appliquez les méthodes recommandées dans cette interview, vous ne ferez pas souffrir votre corps, vous améliorerez votre santé. Et vous ne serez pas affamé.

En jeûnant 5 jours sur 14, George Newman va bien au-delà de ce que la plupart des cliniciens et chercheurs tenteraient, et les résultats de ses travaux apportent de solides preuves anecdotiques qui démontrent que ce type de jeûne intense ne nuit pas à la santé - il l’améliore.

Au moment de cette interview, il avait effectué 13 cycles de cinq jours de jeûne par période de deux semaines, il n’avait perdu aucune masse musculaire, et sa densité osseuse était celle d'une personne de la moitié de son âge.

« J'ai passé une ostéodensitométrie pour avoir des preuves objectives... J’ai un score T de zéro, ce qui signifie que j’ai la densité minérale osseuse d'un homme de 30 ans. J’ai 62 ans. Un score de a+1 signifie que vous avez une densité osseuse supérieure d'une unité à la densité de référence ; a-1 correspond à une densité inférieure d'une unité à la densité standard.

Quant à ma composition corporelle globale, qui comprend donc mes bras et jambes, etc., mon pourcentage de masse grasse est de 16,7... Ce n’est pas l’indice d’un bodybuilder, mais j'ai peu de masse grasse. J’ai vérifié ma glycémie en pleine après-midi, elle était de 31. C’est aujourd’hui le cinquième jour de mon jeûne et mon taux sérique de cétones est de 6... je suis allé à la salle de sport et j’ai suivi un entrainement ‘super slow jusqu'au point de rupture’...

Cela faisait environ un mois que je n’en avais pas suivi, et je ne m’étais jamais entrainé un jour de jeûne, mais j’ai réussi à améliorer mon temps sous tension d’environ 84 %. J'ai ensuite commencé à suivre cet entrainement... chaque cinquième jour, et progressivement, j’ai réussi à nettement augmenter mon temps sous tension, toujours le cinquième jour d'un jeûne, ce qui me semble intéressant puisque je n'ai aucun 'carburant’ ce jour-là. »

Le jeûne à l’eau est-il fait pour vous ?

La plupart des gens tireraient certainement profit du jeûne à l’eau prolongé, qu’ils soient ou non en surpoids ou diabétique.

La clé est de bien se préparer et de ne pas se lancer sur un coup de tête. À 62 ans, et alors qu’il souffre de fibrillation auriculaire, George Newman est un excellent exemple de la façon dont de simples pratiques d'hygiène de vie peuvent transformer votre santé.

Pour sa part, il a réussi à très bien contrôler sa fibrillation auriculaire en association l’adaptation cétogène, le jeûne et une supplémentation en magnésium.

Comme George, la plupart d’entre vous, qui lisez cet article, n’êtes pas des professionnels de santé, et il a vraiment montré qu’avec de l’intelligence et de la persévérance, il est possible de se documenter et d'appliquer en toute sécurité des stratégies en matière de santé, qui peuvent vous aider à résoudre la source de vos problèmes.

J’espère que vous allez envisager d'intégrer le jeûne dans votre hygiène de vie, car il s'agit réellement de l’un des traitements métaboliques les plus efficaces que je connaisse.

Cerise sur le gâteau, non seulement cela ne vous coutera pas un centime, mais cela vous fera même faire des économies puisque vous n'aurez pas à faire de courses pendant quelques jours.

D'après George Newman, « Si les gens pratiquaient ne serait-ce qu’un jeûne de 2 pour 5, c’est-à-dire un jeûne de deux jours par semaine en règle générale, cela changerait sans doute énormément l'évolution sanitaire de notre pays. » Malgré tout cela, il existe plusieurs contre-indications absolues à la pratique du jeûne. Si vous vous trouvez dans l’un quelconque des cas suivants, vous ne devez PAS pratiquer de jeûne prolongé :

  • Vous êtes en sous-poids, c’est-à-dire que votre indice de masse corporelle (IMC) est de 18,5 ou moins.
  • Vous souffrez de malnutrition (auquel cas vous devez opter pour une alimentation plus saine, plus nutritive).
  • Les enfants ne doivent pas jeûner plus de 24 heures, car les nutriments sont indispensables à leur croissance. Si votre enfant a besoin de perdre du poids, il est beaucoup plus sûr et plus approprié de supprimer les sucres raffinés et les céréales de son alimentation. Le jeûne est dangereux pour les enfants car il supprime TOUS les nutriments, y compris ceux dont ils ont un besoin permanent.
  • Vous êtes enceinte et/ou vous allaitez votre enfant. La mère a besoin d'un apport constant de nutriments pour le bon développement de son bébé, jeûner au cours de la grossesse ou lorsqu’on allaite son enfant est donc simplement trop dangereux pour l’enfant.

Je vous déconseille également de pratiquer le jeûne si vous souffrez d'un trouble du comportement alimentaire tel que l’anorexie, même si vous n’êtes pas cliniquement en insuffisance pondérale. Par ailleurs, soyez prudent si vous êtes sous traitement médical, car certains médicaments doivent être pris avec de la nourriture.

C’est le cas de la metformine, de l'aspirine, et de nombreux autres médicaments qui peuvent provoquer des maux d’estomac ou des ulcères gastriques. Les risques sont particulièrement élevés si vous suivez un traitement contre le diabète.