Votre guide complet pour traiter et surmonter la polyarthrite rhumatoïde

Taille du texte:
Polyarthrite rhumatoïde

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie auto-immune au cours de laquelle votre corps s'auto-détruit. Elle peut être dévastatrice et réellement ruiner votre santé.

Bien entendu, le système de « santé » utilise aujourd'hui en priorité les médicaments et la chirurgie comme principaux moyens de traitement. Cela fonctionne parfaitement bien pour certaines maladies - les traumatismes aigus par exemple - mais pour d'autres, en particulier les maladies auto-immunes comme la polyarthrite rhumatoïde, ces traitements échouent lamentablement.

J'ai personnellement traité plus de 3000 patients souffrant de polyarthrite rhumatoïde dans mon cabinet, ce qui représente largement plus de 10 fois le nombre de cas qu’un médecin de famille soigne généralement au cours de sa carrière. J’ai donc une assez bonne expérience dans le domaine.

Le protocole de traitement que j’utilisais est à la disposition de quiconque souhaite le consulter. Il comprend les étapes suivantes :

  • Une version modifiée du Protocole Antibiotique du Dr. Brown

Des changements de style de vie

  • Améliorer votre alimentation en utilisant une combinaison de mes recommandations nutritionnelles. Il existe des principes de base qui semblent pouvoir s'appliquer à tous les types nutritionnels, et qui comportement notamment :
  • Éliminer le sucre et la plupart des céréales
  • Consommer des aliments non transformés, de bonne qualité, biologiques et si possible produits localement
  • Consommer vos aliments aussi crus que possible
  • Avoir un bon apport d'acides gras oméga-3 de bonne qualité, d'origine animale, en consommant par exemple de l’huile de krill
  • Pratiquer une activité physique quotidiennement.

Le traitement des traumatismes émotionnels

  • Avoir une méthode efficace pour traiter les détresses émotionnelles, qui sont presque universellement sous-jacentes dans presque toutes les maladies auto-immunes comme la PR.

Le traumatisme émotionnel intervient généralement avant l’âge de la formation de l’esprit conscient, c’est-à-dire aux alentours de 5 ou 6 ans, bien qu’il puisse avoir lieu à n’importe quel moment de votre vie.

Si cette agression émotionnelle spécifique n’est pas traitée au moyen d’une modalité de traitement efficace, le déclencheur émotionnel sous-jacent ne sera pas éliminé, ce qui permettra au processus destructeur de se mettre en place.

Dans certains cas, la PR est provoquée par une infection, et d'après mon expérience, cette infection intervient généralement lorsqu’un évènement stressant perturbe vos circuits bioélectriques, ce qui entraine ensuite un affaiblissement du système immunitaire.

Cet affaiblissement vous prédispose à développer l’infection initiale et contribue également à votre incapacité relative à la combattre efficacement.

Il est donc très important d'avoir un outil efficace pour traiter ces traumatismes émotionnels sous-jacents. Dans mon cabinet, la forme de traitement la plus couramment utilisée est la Technique de Tapotement des Méridiens.

Si vous souffrez déjà de PR, il vaut mieux faire traiter vos traumatismes émotionnels par un professionnel.

Remédier à toute carence en vitamine D

  • Faire vérifier votre taux de vitamine D et, si nécessaire, prendre un supplément si vous ne pouvez pas vous exposer quotidiennement au soleil. Parmi les milliers de patients que j'ai vus, rares étaient ceux qui n’étaient pas gravement carencés en vitamine D.

D'après moi, c’est une grave négligence professionnelle de traiter une personne atteinte de PR sans surveiller activement son taux de vitamine D pour s’assurer qu’il se situe dans une fourchette thérapeutique de 55 à 65 ng/ml.

Autres considérations

La naltrexone à faible dose est un ajout récent à mon protocole contre la PR, et je conseille à toute personne en souffrant de l’essayer. C’est un remède peu couteux et non toxique et j'ai vu de nombreux rapports de médecins soutenant son incroyable efficacité, qui a permis à des patients de cesser de prendre un traitement nocif contre la PR.