La maladie de Ménière : présentation de cette maladie chronique de l’oreille

Maladie de Ménière

En bref -

  • La maladie de Ménière est un trouble de l’oreille interne caractérisé par des vertiges et des problèmes d'audition
  • Découvrez ce qu’est la maladie de Ménière, les symptômes caractéristiques auxquels vous devez prêter attention, ses causes possibles et les méthodes de traitement que vous pouvez adopter pour parvenir à gérer cette maladie
Taille du texte:

Avez-vous déjà été pris de vertiges, au point que tout semblait tourner autour de vous ? Ces vertiges étaient-ils accompagnés de sifflements dans une oreille ? Si c’est le cas, vous souffrez peut-être de la maladie de Ménière.

La maladie de Ménière est un trouble de l’oreille interne caractérisé par des vertiges et des problèmes d'audition.

Passage en revue de la maladie de Ménière

La maladie de Ménière est un trouble qui affecte le fonctionnement de l’oreille interne. Dans la plupart des cas, elle ne touche qu’une oreille, mais avec le temps, elle peut s’étendre aux deux.

Elle provoque généralement, par intermittence, des vertiges et des problèmes d'audition, qui peuvent durer de quelques minutes à plusieurs heures. Voici certains de ses autres symptômes courants :

Des vertiges

Des sifflements dans l'oreille

Des nausées

Une pression anormale dans l'oreille

Malheureusement, la maladie de Ménière est incurable, on ne lui connaît aucun remède à ce jour. On ne connait pas non plus sa cause précise, bien que les chercheurs suggèrent qu’elle peut être déclenchée par divers facteurs, notamment les allergies, le stress, une blessure à la tête, une pression auriculaire anormale, ou une infection de l’oreille interne ou de l’oreille moyenne.

Facteurs biologiques pouvant être à l’origine de la maladie de Ménière

Les prédispositions génétiques : la possibilité qu'une personne puisse hériter d’un gène de prédisposition à la maladie de Ménière a été évoquée dès 1941. Cette théorie doit son origine à l'influence reconnue des origines ethniques dans l’occurrence de la maladie.

Mauvais fonctionnement du système immunitaire : une étude publiée dans le magazine Audiology and Neuro-otology a démontré que les personnes atteintes de la maladie de Ménière ont un taux sérique élevé d'auto-anticorps ou de complexes immuns circulants. Ce résultat a conduit les chercheurs à émettre l’hypothèse qu’un système immunitaire défaillant pourrait effectivement jouer un rôle dans le développement de cette maladie.

Facteurs externes

Infections virales : plusieurs études suggèrent que la maladie de Ménière pourrait être provoquée par une infection virale de l’oreille interne. Le virus de l’herpès est souvent associé à cette maladie, des autopsies de personnes atteintes ayant révélé que ce virus était présent dans différentes parties de l’oreille interne, notamment dans le sac endolymphatique et dans les nerfs vestibulaires et cochléaires.

Traumatismes physiques : une blessure à la tête peut provoquer un blocage et/ou une anomalie anatomique permanente de l’oreille interne, pouvant conduire au développement de la maladie de Ménière. Un traumatisme acoustique peut également activer le virus de l’herpès dans l’oreille, provoquant indirectement la maladie.

Facteurs environnementaux : il existe de nombreux facteurs environnementaux susceptibles d’endommager différentes parties de votre oreille, et de conduire au développement de la maladie de Ménière. La pollution sonore, par exemple, peut détruire les cellules ciliées qui empêchent la poussière et d'autres contaminants de pénétrer dans l'oreille, ce qui augmente votre risque de développer des troubles de l’équilibre.

Allergies : le rôle des allergies dans l’occurrence de la maladie de Ménière est étudié depuis 1923, et il existe de très nombreuses données soutenant cette théorie. La recherche a montré que les personnes ayant des antécédents d’allergies ont un risque plus élevé de développer la maladie de Ménière que le reste de la population.

Symptômes de la maladie de Ménière

Vertiges

Caractérisés par une soudaine sensation de ‘tête qui tourne’, qui peut s'arrêter spontanément, les vertiges sont les symptômes les plus manifestes de la maladie de Ménière. Ils peuvent s'accompagner de suées et de palpitations.

Acouphènes

L'acouphène est le terme médical qui désigne l'apparition de sifflements ou de bourdonnements dans l’oreille. Ils sont généralement davantage perceptibles lorsque vous êtes dans un environnement calme.

Perte d'audition

Au départ, la perte d'audition peut survenir de façon intermittente chez les personnes atteintes de la maladie de Ménière. Elle peut cependant finir par devenir permanente.

Sensation de plénitude de l’oreille

La plénitude de l’oreille fait référence à la sensation de pression excessive ressentie dans l'oreille affectée, ou sur le côté de la tête.

Maux de tête

Les maux de tête surviennent souvent en même temps que la sensation de plénitude de l’oreille, car ils sont provoqués par l’augmentation de la pression auriculaire.

Nausées

Les nausées et vomissements surviennent généralement en même temps que les vertiges.

Les stades de la maladie de Ménière :

La progression de la maladie de Ménière peut être divisée en trois stades. Chaque stade est caractérisé par une sévérité et des symptômes différents :

Stade précoce : vous pouvez ressentir des vertiges imprévisibles qui durent de quelques minutes à une journée entière. Vous pouvez également faire face à des épisodes de perte auditive, et avoir l’impression que l’oreille affectée est bloquée et pleine, à cause des acouphènes.

Stade intermédiaire : le second stade de la maladie de Ménière est caractérisé par des vertiges moins sévères. Par contre, les acouphènes et pertes d'audition peuvent s'aggraver au cours de cette période. Après l'apparition des premiers symptômes, il est possible de connaître une rémission de plusieurs mois.

Stade avancé : à ce stade, les vertiges peuvent devenir moins fréquents, voire disparaître complètement. Vous risquez par contre d'avoir des pertes d'audition sévères et des problèmes d’équilibre.

Après les crises, vous risquez d’être extrêmement fatigué et de devoir dormir plusieurs heures pour récupérer. Il est également fréquent que les personnes atteintes de la maladie souffrent de problèmes psychologiques et/ou de stress émotionnel.

Ces symptômes sont d'ailleurs considérés comme des symptômes secondaires. Voici certains des troubles psychologiques pouvant apparaître :

Anxiété

Dépression

Perte de confiance en soi

Troubles de la concentration

Comment la maladie de Ménière est-elle diagnostiquée ?

Test auditif : également appelé audiométrie, le test auditif détermine votre capacité à identifier les sons, de différents volumes et de différentes fréquences. Au cours de ce test, on vous fait écouter des sons à l’aide d’un casque, et vous devez indiquer si vous les entendez, ou pas. Les patients atteints de la maladie de Ménière n’entendent généralement pas les sons de basse fréquence.

Une fois que votre médecin a confirmé que vous avez des troubles de l’audition, vous pouvez subir une électrocochléographie (ECochG), afin de mesurer l'activité électrique dans votre oreille interne, ou une réponse évoquée auditive du tronc cérébral, pour déterminer si le problème vient de votre nerf auditif.

Évaluation de l’équilibre : votre médecin peut vous demander de subir différents types de tests d’équilibre entre deux épisodes de crises. Le test le plus couramment utilisé pour les patients atteints de ce trouble est l'électronystagmographie (ENG), qui consiste à détecter les mouvements involontaires de l’œil au moyen d’électrodes placés autour des yeux.

Réfléchissez bien avant de recourir aux médicaments couramment prescrits contre la maladie de Ménière

Si l’on vous a diagnostiqué la maladie de Ménière, votre médecin vous prescrira peut-être des médicaments pour gérer vos symptômes sur le court et le long terme.

Les médicaments que l’on donne aux patients qui souffrent d'une crise sont généralement des médicaments servant à lutter contre la nausée ou le mal des transports. Il s'agit notamment de la méclizine, du diazépam et de la prométhazine.

Gardez à l’esprit que ces médicaments peuvent avoir des effets secondaires, les prendre pour réduire temporairement les vertiges et les nausées n’en vaut peut-être pas le risque. Le diazépam peut par exemple provoquer des problèmes de coordination musculaire, et la prométhazine peut provoquer somnolence, constipation et sécheresse buccale.

Votre médecin peut également vous prescrire des diurétiques pour réduire la quantité de fluide dans votre oreille.

Ce type de médicament est toutefois connu pour provoquer de nombreux effets secondaires, notamment des maux de tête, des crampes musculaires et une augmentation du taux de cholestérol. Il existe des alternatives naturelles à ces médicaments, qui peuvent produire un effet diurétique sans nuire à votre santé.

Thérapies et interventions médicales habituelles pour traiter la maladie de Ménière

Rééducation vestibulaire : elle consiste en une série d’exercices faisant travailler les yeux, les épaules et le cou, destinés à aider le cerveau à retrouver sa capacité à maintenir l’équilibre de votre corps, en dépit des données erronées qui lui parviennent de vos oreilles, de votre système sensoriel et de vos yeux.

Prothèse auditive : si vous avez développé une perte d'audition permanente, vous aurez peut-être besoin de porter une aide auditive. Consultez un audioprothésiste qui vous conseillera sur le type de prothèse qui vous conviendra le mieux.

Générateur d’impulsions Meniett : ce dispositif applique des impulsions pressionnelles dans le conduit auditif afin d'améliorer les échanges de fluide à l’intérieur de l’oreille, et de soulager les vertiges.

Injections dans l'oreille : ce processus implique l’utilisation d’antibiotiques ou de stéroïdes. Les injections de stéroïdes ont pour but de soulager les vertiges, tandis que les antibiotiques permettent de réduire la fonction d’équilibrage de l’oreille affectée. N’oubliez pas, cependant, que ces deux médicaments peuvent entrainer de graves pertes d'audition.

Traitements naturels pour gérer la maladie de Ménière

Asseyez-vous ou allongez-vous confortablement : asseyez-vous ou allongez-vous dans un endroit confortable, à l'abri de toute lumière vive, et détendez-vous simplement en attendant que les symptômes s'atténuent. Fermer les yeux ou fixer un point précis peut également vous aider à retrouver doucement votre équilibre.

Évitez les mouvements ou les objets pouvant exacerber vos symptômes : évitez les mouvements brusques, comme tourner vivement la tête ou tourner sur vous-même, qui risquent d'aggraver vos vertiges. Il vaut mieux également éviter les lumières vives, et éviter de lire ou de regarder la télévision tant que les symptômes n’ont pas disparu.

Reposez-vous après une crise : un épisode de crise est généralement suivi d'une extrême fatigue, veillez donc à vous reposer suffisamment pour retrouver vos forces. Attendez d'avoir récupéré avant de reprendre vos activités quotidiennes.

Gérez votre stress : le stress fait inévitablement partie de notre vie, et vous pouvez apprendre à mieux le gérer pour éviter qu’il ne déclenche des épisodes de crise. Il existe différentes techniques qui peuvent aider à soulager l’esprit et le corps. Vous pouvez par exemple méditer pendant une dizaine de minutes (au moins), ou vous livrer à un passe-temps que vous aimez.

Limitez votre consommation d'aliments malsains : les aliments malsains, en particulier ceux qui contiennent beaucoup de sel, risquent d'aggraver les symptômes de la maladie de Ménière car ils poussent le corps à retenir les liquides. Évitez d'ajouter du sel dans vos plats et diminuez votre consommation de malbouffe et d'aliments transformés qui contiennent beaucoup de sucre et de glutamate de sodium (MSG). Consommez de préférence des aliments entiers, frais, nourrissants, et biologiques.

Débarrassez-vous de vos mauvaises habitudes : les mauvaises habitudes en termes d'hygiène de vie, comme la consommation excessive d'alcool, de tabac et le manque de sommeil, peuvent aggraver la maladie de Ménière.

Restez actif : une activité physique régulière, sous forme d’exercices ou de sport, peut contribuer à améliorer votre équilibre et lutter contre les effets de la maladie de Ménière. Veillez cependant à ne pas en faire trop, et de ne pas vous épuiser.

La chirurgie ne doit être envisagée que si tous les autres traitements ont échoué

Si les symptômes de la maladie de Ménière deviennent invalidants et que les traitements indiqués ci-dessus ne suffisent plus à vous soulager, votre médecin peut vous conseiller de subir une intervention chirurgicale.

La décompression du sac endolymphatique, la section du nerf vestibulaire, et la labyrinthectomie font partie des procédures chirurgicales pratiquées pour traiter cette maladie.

Gardez cependant à l’esprit que la chirurgie ne doit être envisagée que si vous avez épuisé toutes les possibilités de traitements moins invasifs. Consultez votre médecin, et soyez sûr de bien comprendre les résultats de ces interventions avant de décider d'y avoir recours.

Gérer la maladie de Ménière : comment lutter contre les symptômes

Évitez les boissons alcoolisées ou contenant de la caféine : les boissons contenant de la caféine et les boissons alcoolisées peuvent gêner la régulation des fluides dans votre organisme et aggraver les symptômes de la maladie de Ménière. La caféine est par ailleurs reconnue comme étant un stimulant, qui peut accentuer les acouphènes.

Évitez de fumer : les cigarettes et autres produits tabagiques contiennent de la nicotine, qui est non seulement mauvaise pour votre santé globale, mais qui risque également de perturber la circulation sanguine au niveau de l’oreille interne. Cela risque d’exacerber les symptômes de la maladie de Ménière. Il vaut mieux éviter tous les produits contenant ce composé nocif si vous voulez améliorer votre état, et éviter d'autres problèmes de santé.

Surveillez votre consommation de sel et de sucre : le sel et le sucre peuvent augmenter la rétention d’eau dans l’organisme, ce qui peut aggraver la maladie. Évitez les aliments contenant de trop grandes quantités de ces deux ingrédients. Les boissons gazeuses, les jus de fruits et les bonbons font partie des produits contenant trop de sucre.

Il peut être difficile de réduire sa consommation de sel, car aujourd'hui la plupart des aliments en contiennent en grande quantité. On peut citer notamment les sauces toutes prêtes, les aliments marinés, les viennoiseries et pâtisseries industrielles, les céréales pour le petit déjeuner et les chips.

Faites des exercices pour améliorer votre équilibre : il existe de nombreux exercices spécifiquement conçus pour aider les patients à retrouver leur équilibre et pour prévenir les épisodes de vertiges. Les exercices vestibulaires ciblés sur les yeux, par exemple, aident à améliorer les mouvements de la tête et des yeux pour prévenir les vertiges. Les exercices vestibulaires ciblant la tête et les épaules, quant à eux, vous permettent de bouger librement la tête sans risquer de déclencher des vertiges.

N’hésitez pas à demander de l’aide

La maladie de Ménière peut être difficile à gérer, ses symptômes invalidants pouvant affecter votre capacité à effectuer vos activités quotidiennes.

À cause de son impact significatif sur votre qualité de vie, il n’est pas impossible que la maladie de Ménière provoque, avec le temps, de l’anxiété, une dépression et d'autres troubles mentaux.
Malheureusement, une mauvaise santé mentale peut aggraver votre état, car elle déclenche et/ou exacerbe les épisodes de crise.

L'une des meilleures façons d’empêcher la maladie de Ménière d'affecter votre santé mentale et émotionnelle est d'avoir un réseau de soutien solide, composé de proches auxquels vous pouvez parler de votre maladie.

Discuter de vos expériences, de vos sentiments et de vos inquiétudes avec eux peut non seulement contribuer à réduire votre stress, mais cela aide également votre famille et vos amis à comprendre ce que vous vivez.

Vous pouvez également rejoindre un groupe de soutien présent dans votre région, ou des groupes en ligne. Ces groupes offrent non seulement un soutien moral, mais ils apportent également des informations précieuses à propos de la maladie par le partage d’expériences et de conseils. L'aide d'un professionnel de la psychothérapie peut également s'avérer utile.

+ Source et Référence