La maladie de Lyme est-elle contagieuse ?

Maladie de Lyme transmise par les tiques

En bref -

  • La maladie de Lyme ne peut pas se transmettre d'un individu à un autre
  • On attribue encore souvent sa transmission aux seules tiques, mais d'après l’un des éminents spécialistes de la maladie de Lyme, le Dr. Dietrich Klinghardt, la bactérie qui en est responsable peut également être transmise par d'autres insectes piqueurs ou hématophages
Taille du texte:

La maladie de Lyme ne peut pas se transmettre d'un individu à un autre. À ce jour, il n'a été rapporté aucun cas de transmission par le biais de transfusions sanguines ou d'animaux de compagnie infectés.

On attribue encore souvent sa transmission aux seules tiques, mais d'après l’un des éminents spécialistes de la maladie de Lyme, le Dr. Dietrich Klinghardt, la bactérie qui en est responsable peut également être transmise par d'autres insectes piqueurs ou hématophages, notamment les moustiques, les puces, les araignées et les acariens.

Les chiens et les chats peuvent être infectés, mais il n’existe aucune preuve démontrant qu’ils peuvent transmettre la maladie directement à l’homme.

Rappelez-vous par contre que vos animaux de compagnie sont susceptibles de rapporter des tiques et puces infectées chez vous. C’est pourquoi vous devez éviter de les emmener dans des zones infestées, et vérifier soigneusement chaque jour qu’ils n’ont pas de parasites sur eux.

D'après Norton Fishman, un médecin du Maryland spécialisé dans les maladies transmises par les tiques, trop peu d’études ont été menées sur la transmission gestationnelle de la maladie de Lyme, et c’est pourquoi il n’existe aucune preuve solide démontrant qu’elle soit possible.

Cependant, les scientifiques soupçonnent depuis longtemps que la bactérie responsable de la maladie de Lyme peut être transmise d’une mère à son enfant pendant la grossesse. Leurs soupçons sont fondés sur le fait que d'autres spirochètes, en particulier la bactérie responsable de la syphilis, peuvent être transmises dans l’utérus, et provoquer des malformations congénitales.

Ruth Kriz, infirmière praticienne de Washington D.C., spécialisée dans les infections provoquées par les tiques, explique qu’elle a vu des cas de maladie de Lyme transmise de la mère à son enfant. Lorsque la maladie de Lyme est contractée pendant la grossesse, l’infection peut atteindre le placenta et provoquer la naissance d'un enfant mort-né.

Toutefois, si la mère reçoit un traitement adéquat, il est possible d’éviter toute répercussion sur le fœtus. Il n’existe à ce jour aucun rapport de cas de transmission de la maladie de Lyme par le biais du lait maternel.

La bactérie responsable de la maladie de Lyme peut survivre dans le sang qui est stocké pour les transfusions ; toutefois, aucun cas de la maladie n'a jamais été lié à une transfusion sanguine. Cependant, d'après le CDC (Centre américain de contrôle et de prévention des maladies), les personnes qui sont traitées pour la maladie ne doivent pas faire de don de sang.

Peut-on guérir de la maladie de Lyme ?

Il existe un espoir de guérison complète pour les personnes atteintes de la maladie de Lyme. En dehors des traitements conventionnels, qui consistent en la prise d'antibiotiques, il existe des alternatives naturelles plus sûres, par exemple à base d’antimicrobiens végétaux.

Vous pouvez également envisager le protocole de traitement du Dr. Klinghardt. Il est par ailleurs bénéfique de stimuler votre système immunitaire grâce à une alimentation saine et en prenant des suppléments d'antioxydants tels que l’astaxanthine.

Souvenez-vous que traiter la maladie de Lyme par des antibiotiques tuera également les colonies de bonnes bactéries présentes dans vos intestins, ce qui nuira à votre système immunitaire naturel. Cela augmentera par ailleurs votre risque de contracter des infections résistantes aux antibiotiques, et mettra donc votre santé en danger.

L’une des questions les plus fréquemment posées par les personnes diagnostiquées de la maladie de Lyme est « Cette maladie est-elle potentiellement mortelle ? » Elle n’est généralement pas mortelle, mais en 2014, le CDC a lancé une mise en garde suite à trois morts subites d’origine cardiaque, associées à la cardite de Lyme. De plus, des études ont rapporté au moins 23 décès attribués à la maladie de Lyme.

Comment la maladie de Lyme est-elle transmise ?

La bactérie responsable de la maladie de Lyme infecte généralement l’homme par l’intermédiaire de la morsure d'une tique du cerf (Ixodes scapularis), d’une tique occidentale à pattes noires (Ixodes pacificus) ou d'une tique du mouton (Ixodes ricinus).

La tique du cerf est présente dans les régions du centre-nord, du nord-est et du mid-atlantic des États-Unis, tandis que la tique occidentale à pattes noires est présente sur la côte Pacifique du pays. La tique du mouton, quant à elle, vit généralement en Europe et dans les pays voisins.

Les tiques peuvent se fixer sur n’importe quelle partie du corps, mais on les trouve souvent dans des zones où elles sont difficiles à repérer, telles que le cuir chevelu, l’aine et les aisselles.

Les tiques porteuses de la maladie de Lyme doivent être fixées depuis au moins 36 heures avant que la bactérie puisse être transmise. Dans la plupart des cas, ce sont des tiques immatures, que l’on appelle des nymphes, qui transmettent la maladie aux humains.

Les nymphes se nourrissent généralement au printemps et en été, elles sont très petites (moins de 2 millimètres) et difficiles à repérer. Les tiques adultes peuvent également transmettre la maladie, mais du fait qu’elles soient plus grosses, elles sont plus susceptibles d’être découvertes et éliminées avant d'avoir transmis l’infection.

Comment savoir si vous êtes atteint de la maladie de Lyme ?

Si vous êtes infecté, vous avez 50 % de risques de développer une éruption cutanée, qui peut être accompagnée de fièvre récurrente, d'une fatigue constante, de maux de tête et de douleurs musculaires et/ou articulaires.

L’éruption cutanée se propage progressivement sur plusieurs jours, et peut finir par atteindre un diamètre de 30 cm. Les médecins pratiquant la médecine traditionnelle peuvent confirmer le diagnostic au moyen d'une analyse de sang qui identifie les anticorps produits pour lutter contre la bactérie responsable de la maladie de Lyme.

Le CDC recommande le système de test à deux niveaux, bien que 56 % des patients atteints de la maladie obtiennent avec celui-ci un résultat négatif. Il consiste à rechercher les anticorps produits par votre organisme lorsqu’il essaye de combattre la maladie. Les tests de laboratoire ne sont pas fiables pour diagnostiquer la maladie de Lyme, car la bactérie peut infecter également les globules blancs.

Ces tests se basent sur le fonctionnement normal de ces cellules, et mesurent les anticorps qu’elles produisent. Or, si vos globules blancs sont infectés, ils ne sont pas capables de réagir correctement à une infection.

Les tests sont généralement plus utiles lorsque vous êtes traité avant, car il faut que le système immunitaire commence à réagir normalement avant que les anticorps n'apparaissent sur les résultats de l’analyse sanguine. Ce phénomène est souvent appelé le « paradoxe de Lyme » - le diagnostic ne peut être réalisé qu'après que le patient ait été traité.

Il vaut mieux s'adresser à l’IGeneX, un laboratoire spécialisé qui propose des tests plus complets et plus ciblés pour diagnostiquer la maladie de Lyme.

Pourquoi les traitements antibiotiques ne sont pas la meilleure solution

Si vous pensez que la meilleure solution est un traitement antibiotique à long-terme, vous devez savoir qu’il peut entrainer des effets secondaires potentiellement mortels. Ce traitement, qui est prescrit par la plupart des médecins traditionnels, endommage gravement le microbiote intestinal.

Les antibiotiques augmentent également le risque d'infections à levures et d'infections fongiques, deux problèmes déjà courants de la maladie de Lyme. De plus, ils affaiblissent votre système immunitaire naturel, ce qui augmente votre risque de contracter une infection résistante aux antibiotiques. Pour toutes ces raisons, la meilleure chose à faire est d’essayer en premier lieu toutes les alternatives naturelles.

Méthodes naturelles pour aider à lutter contre la maladie de Lyme

Les antimicrobiens naturels, qui peuvent également être utilisés pour traiter la maladie de Lyme chronique, représentent un traitement intéressant. La ligne d'antimicrobiens végétaux de la gamme Nutramedix, du plus éminent spécialiste des médecines alternatives, le Dr. Lee Cowden, en est un exemple.

La caractéristique la plus intéressante de ce traitement naturel contre la maladie de Lyme, est son utilisation successive de plusieurs antimicrobiens végétaux différents, qui évite que les bactéries n’y deviennent résistantes.

Pour aider votre organisme à combattre l’infection, vous devez adopter une alimentation équilibrée, riche en antioxydants. Vous pouvez également prendre des antioxydants et d’autres suppléments pour aider votre corps à lutter contre l’infection et soulager les symptômes. Voici certaines recommandations de suppléments à prendre si vous décidez d'adopter un traitement naturel :

Astaxanthine: neutralise les toxines et soulage les douleurs articulaires

Probiotiques: optimisent la flore intestinale et renforcent l’immunité

Extrait de pépins de pamplemousse: peut aider à traiter la Borrelia sous forme kystique

L'huile de krill: aide à réduire l’inflammation et à soulager les symptômes de la maladie de Lyme

Coriandre: un chélateur naturel des métaux lourds

Resvératrol: favorise la détoxification et peut traiter la Bartonellose, co-infection courante

Quercétine: réduit le taux d’histamine, généralement élevé chez les patients atteints de la maladie de Lyme

Concentré de protéines de lactosérum: peut apporter des éléments nutritifs, qui manquent souvent aux personnes atteintes de la maladie de Lyme, qui ne parviennent pas à s’alimenter correctement

Andrographis et Artémisinine: plantes qui traitent la Babésiose, co-infection courante

Curcumine: aide à réduire l’œdème cérébral et élimine les toxines neurologiques

GABA et mélatonine traitent l’insomnie, dont souffrent souvent les personnes atteintes de la maladie de Lyme

CoQ10: favorise la santé cardiaque, soulage les douleurs musculaires et atténue la confusion mentale

Facteurs de transfert: contribuent à renforcer le système immunitaire

La stratégie de traitement du Dr. Dietrich Klinghardt

Le Dr. Dietrich Klinghardt est l’un des plus grands spécialistes de la maladie de Lyme. Il a établi un protocole de traitement de la maladie qui peut vous aider à soigner l’infection. Ce protocole est expliqué en détail sur son site internet, mais en voici les bases, pour vous donner une idée :

  1. Évaluez tous les facteurs externes. Ces facteurs comprennent les moisissures, les champs électromagnétiques, la pollution électromagnétique et les rayonnements micro-ondes provenant des technologies sans fil.
  2. Vérifiez et traitez les facteurs externes. Les facteurs externes sont vérifiés et traités après évaluation. Le Dr. Klinghardt conseille de protéger votre habitation avec une peinture YShield (peinture graphite) afin de réduire les radiations micro-ondes provenant de l’extérieur. Pour les rideaux, on utilise un tissu enduit d'argent. Il est conseillé aux patients de débrancher tous les fusibles le soir et d’éliminer tous les téléphones sans fil jusqu’à ce qu’ils soient guéris.
  3. Traitez les problèmes émotionnels. Des outils de psychologie énergétique tels que la psychokinésiologie sont utilisés pour traiter les composantes émotionnelles de la maladie de Lyme.
  4. Traitez les infections parasitaires, bactériennes et virales. Les parasites doivent être traités en premier lieu, suivis des bactéries et enfin des virus. Le Dr. Klinghardt utilise un cocktail antimicrobien composé d'armoise, de vitamine C, de phospholipides et de différentes plantes. Les infections virales sont traitées grâce à la ‘Viressence’, de la marque BioPure, une teinture de plantes amérindiennes.
  5. Traitez les autres facteurs d'hygiène de vie. Déterminez vos besoins en supplémentation (antioxydants) pour traiter vos carences nutritionnelles.

Vérifiez quotidiennement la présence éventuelle de tiques

La première ligne de défense est une inspection approfondie pour repérer d’éventuelles tiques après avoir passé du temps en plein air. Ôter les tiques le plus vite possible peut diminuer votre risque d'infection, car les bactéries ne sont transmises qu'après qu'une tique soit restée fixée sur vous au moins 24 heures.

Inspectez vos vêtements et vos animaux de compagnie, et soyez particulièrement méticuleux lorsque vous examinez les parties suivantes de votre corps :

  • La tête et toutes les parties du corps présentant des poils
  • L’intérieur et le tour des oreilles
  • Les aisselles
  • Les genoux
  • L’entre-jambes

D'après le CDC, pour éviter le contact avec des tiques porteuses de la maladie de Lyme, il faut éviter les zones de végétation dense, utiliser un répulsif puissant et prendre un bain après avoir passé du temps en plein air.

Éliminez les tiques en toute sécurité

Si vous trouvez une tique fixée sur vous, saisissez-la aussi près que possible de la surface de la peau au moyen d'une pince à épiler bien effilée. Ne la touchez pas et ne l’ôtez pas avec vos mains.

Extrayez la tique en la tirant délicatement vers le haut. Si vous tirez trop brusquement, que vous écrasez ou tournez la tique, des parties de sa bouche risquent de rester sous la peau et de provoquer une infection. Lavez soigneusement la zone de la morsure à l’eau et au savon. Pour tuer toute tique qui serait restée dans vos vêtements, passez les une heure au sèche-linge à haute température.

Soyez attentifs aux symptômes de la maladie de Lyme

Il est possible que vous développiez une petite boursouflure rouge après avoir été mordu par une tique, mais cela ne signifie pas nécessairement que vous avez la maladie de Lyme. Surveillez toutefois la présence éventuelle de signes ou de symptômes d'infection dans les jours qui suivent, tels que fièvre ou éruption cutanée en « œil de bœuf ».

Soyez attentif même si vous ne vous souvenez pas avoir été mordu par une tique (ces petits vampires anesthésient votre peau de telle sorte qu'il est possible que vous ne sentiez pas la morsure), en particulier si vous avez récemment visité une région infestée de tiques.

Quelle alimentation pour favoriser la guérison de la maladie de Lyme

Maintenant que vous savez quels aliments éviter, vous devez connaître ceux qu’il est important d’inclure dans votre alimentation. D'une façon générale, il faut manger davantage d'aliments entiers, qui sont riches en nutriments. Voici les aliments auxquels vous devez faire la place belle dans votre ‘régime spécial maladie de Lyme’ :

  • Les acides gras oméga-3 d'origine animale: Les acides gras Oméga-3 provenant de poissons gras, tels que le Saumon sauvage d’Alaska, peuvent contribuer à réduire l’inflammation dans l'organisme. Veillez à ce que le poisson que vous consommez soit sauvage et exempt d’antibiotiques, d’hormones, de pesticides et d'autres substances chimiques.
  • Les légumes et aliments fermentés de façon traditionnelle: Pour que votre système immunitaire fonctionne de façon optimale, vous devez optimiser votre flore intestinale. Souvenez-vous que la plupart des maladies inflammatoires commencent dans les intestins, à cause d’un déséquilibre du microbiote.
  • Les légumes verts feuillus: Les légumes feuillus vert foncé tels que les épinards, le chou kale et le chou cavalier contiennent de puissants antioxydants, des caroténoïdes et des flavonoïdes, qui protègent tous des dommages cellulaires. Ils contribuent à soulager les douleurs articulaires, un symptôme très courant de la maladie de Lyme.

Si votre accès aux aliments entiers nutritifs est limité, prendre un supplément alimentaire peut vous être bénéfique. Vous pouvez par exemple prendre de l’huile de krill pour vous aider à combattre l’inflammation.

Il existe également des probiotiques de très bonne qualité qui peuvent contribuer à renforcer votre système immunitaire. Une supplémentation d'astaxanthine antioxydante soulagera vos douleurs articulaires et neutralisera également les toxines responsables d’inflammations.