Les signes et symptômes de la dépression : en souffrez-vous en silence?

femme dépressive

En bref -

  • Certaines personnes disent parfois se sentir « déprimées » lorsqu’elles font face à des contrariétés - il peut s'agir d'un sentiment de tristesse temporaire, ou d'un simple « coup de cafard »
  • L’un des évènements qui rend fréquemment une personne vulnérable à la dépression, est la perte d'un être cher ou d'un proche
Taille du texte:

Certaines personnes disent parfois se sentir « déprimées » lorsqu’elles font face à des contrariétés - il peut s'agir d'un sentiment de tristesse temporaire, ou d'un simple « coup de cafard ». Mais elles ne sont peut-être pas réellement dépressives.

La dépression clinique, ou trouble dépressif majeur (TDM), est en fait beaucoup plus complexe. C’est une véritable maladie qui peut s'aggraver si elle n’est pas traitée.

Comment savoir si vous souffrez d’une dépression : soyez attentif à ces symptômes caractéristiques

La dépression clinique majeure est un trouble qui affecte généralement votre façon de voir la vie. Le symptôme le plus courant est de se sentir désespéré ou impuissant, comme pris dans la spirale d'un trou noir.

Certains ressentent un sentiment persistant de fatalité, de culpabilité ou de haine envers eux-mêmes, tandis que d'autres se sentent vides, éteints, ou apathiques. Les hommes se sentent parfois également nerveux et en colère.

Quelle que soit la façon dont elle se manifeste, ou les émotions négatives que vous ressentez, une chose est sûre : la dépression engloutit votre vie. Elle entrave vos activités quotidiennes et perturbe votre travail, vos résultats scolaires et vos rapports avec les autres.

Votre sommeil et vos habitudes alimentaires sont affectés, et vous ne trouvez plus d'intérêt ni de plaisir à pratiquer des activités que vous aimiez auparavant.

Une personne dépressive peut également avoir des pensées négatives, ou même suicidaires, telles que « Je suis un raté », « C’est ma faute », « La vie n'a plus de sens », ou « Les autres n’ont pas besoin de moi ». Voici certains des symptômes émotionnels les plus courants de la dépression :

Avoir le cafard, se sentir vide ou apathique

Se sentir coupable ou inutile

Être constamment en colère, ou avoir envie de pleurer

Penser au suicide ou à la mort

Manquer de confiance en soi et d’estime de soi

Être incapable de communiquer avec les gens

Sentiments de désespoir et d'impuissance

Ressentir un sentiment d'irréalité

Se sentir nerveux, agité ou irritable

Si vous ressentez l’un quelconque de ces sentiments depuis au moins deux semaines, il est possible que vous souffriez de dépression. Une personne dépressive peut également présenter des symptômes physiques caractéristiques, ou des changements de comportement :

Éviter les activités sociales et les activités qu’elle appréciait auparavant

Dormir trop ou ne pas dormir du tout

Se sentir fatiguée en permanence, et se déplacer lentement

Se sentir nerveuse ou agitée

Avoir des comportements suicidaires ou d'automutilation

Être constipée

Avoir des difficultés à parler ou à penser clairement

Présenter des modifications du cycle menstruel

Ressentir des douleurs sans présenter de symptômes physiques

Perdre toute libido

Consommer des drogues récréatives, se mettre à fumer ou à boire de l'alcool de façon excessive

Faire des excès de nourriture (entrainant une prise de poids) ou perdre l’appétit, et donc du poids

Notez que la dépression peut apparaître progressivement, certaines personnes ne remarquent donc parfois pas immédiatement que quelque chose ne va pas. Elle essaiera souvent de gérer ses symptômes sans réaliser qu’elle souffre de cette maladie. C’est parfois un proche qui le remarque.

Dépression vs. trouble du deuil persistant

L’un des évènements qui rend fréquemment une personne vulnérable à la dépression, est la perte d'un être cher ou d'un proche. S’il peut s'agir d'un facteur de risque de dépression, notez qu’il peut également entrainer ce que l’on appelle un trouble du deuil persistant (TDP).

Il est parfois difficile de faire la différence entre les deux, car dépression et TDP ont de nombreux points communs, mais ils présentent également des différences importantes. La première chose à retenir, c’est que la dépression est une maladie mentale.

Le deuil, quant à lui, est une réaction naturelle à la perte d'un proche. Une étude a montré que 10 à 20 % des personnes en deuil présentent des symptômes de trouble de deuil persistant.

Le TDP est une forme de deuil plus forte, les personnes qui en souffrent ayant des difficultés à aller de l’avant qui se prolongent pendant des mois, voire des années après le décès de l’être cher. Certains médecins pensent que le TDP est lié au trouble de l’ajustement, caractérisé par le fait qu’une personne manifeste une réaction prolongée et intense à un stress.

Tout comme la dépression, le TDP peut profondément affecter votre qualité de vie et entrainer des symptômes plus graves s’il n’est pas traité et se prolonge dans le temps. Voici certains des symptômes courants du TDP - si vous présentez ces symptômes depuis plusieurs mois ou plusieurs années, vous devriez sans doute consulter un spécialiste :

Une douleur extrême en pensant à l’être cher disparu

Un sentiment général d'abattement

Un sentiment d'amertume par rapport à la perte

Repenser sans arrêt aux souvenirs laissés par la personne disparue

Ne plus avoir de projets ni de motivation

Incapacité à apprécier la vie

Méfiance vis-à-vis des autres amis et/ou membres de la famille

Le diagnostic de la dépression : quand faut-il demander de l’aide ?

Si vous présentez l’un quelconque des symptômes physiques ou émotionnels de la dépression évoqués plus haut, en particulier depuis une période prolongée, il est crucial que vous demandiez de l’aide afin de déterminer si vous souffrez de cette maladie.

Vous pouvez également faire un test en ligne pour savoir si vous souffrez de dépression. Les sites Psychology Today et Mental Health America proposent des outils de dépistage qui peuvent vous aider à déterminer si vous présentez des symptômes de dépression.

Répondez à ces questions aussi honnêtement que possible, afin de déterminer si vous avez simplement un « coup de cafard » ou si vous souffrez réellement d'une dépression clinique.