Les types courants de troubles anxieux

Troubles anxieux

En bref -

  • Le trouble d'anxiété généralisée (TAG) est une maladie chronique, et les personnes qui en souffrent ont souvent peur, et sont souvent inquiètes à propos de certains aspects de la vie tels que la santé, l'argent, la famille, le travail ou l’école
  • Des facteurs tels que des expériences négatives (harcèlement, rejet ou humiliations), des traits de personnalité (le fait d’être timide), de nouvelles obligations sociales ou professionnelles, ou encore des maladies sous-jacentes qui peuvent attirer l’attention sur soi, peuvent déclencher un trouble d'anxiété sociale
Taille du texte:

Le terme « anxiété » fait référence à plusieurs types d'affections. Il regroupe en effet diverses maladies qui peuvent affecter les personnes qui en souffrent de différentes façons.

Voici les types les plus courants de troubles anxieux potentiellement invalidants.

Le trouble d'anxiété généralisée (TAG) ou anxiété flottante

Le trouble d'anxiété généralisée (TAG), ou anxiété flottante, est une maladie chronique, et les personnes qui en souffrent ont souvent peur, et sont souvent inquiètes à propos de certains aspects de la vie tels que la santé, l'argent, la famille, le travail ou l’école.

S’il est normal d’être préoccupé par certains aspects de la vie, les personnes qui souffrent de TAG ont du mal à identifier les peurs spécifiques et à contrôler les inquiétudes qui en découlent.

Les personnes qui souffrent de TAG ont des craintes généralement irréalistes ou disproportionnées par rapport à la situation. Ils craignent également la survenue d’échecs ou de catastrophes, ce qui les perturbe dans leurs activités quotidiennes au travail ou à l’école, ainsi que dans leurs activités sociales et dans leurs relations avec les autres.

Voici certains des symptômes typiques :

Agitation, ou sentiment d’être tendu, à bout de nerfs

Se fatiguer facilement

Difficultés à se concentrer

Irritabilité

Tensions musculaires

Difficultés à contrôler ses inquiétudes

Troubles du sommeil tels que difficultés à s’endormir, sommeil insatisfaisant ou agité

Troubles obsessionnels compulsifs (TOC)

Tout comme le TAG, les troubles obsessionnels compulsifs (TOC) sont une maladie chronique caractérisée par des obsessions ou pulsions répétitives, pénibles ou envahissantes pour les patients atteints. Le centre médical de l’université du Maryland en définit les caractéristiques :

  • Obsessions — images mentales récurrentes ou persistantes, pensées ou idées qui vont d’inquiétudes ordinaires (comme se demander si une porte est bien fermée à clé) à des délires effrayants (comme se comporter violemment envers un être cher)
  • Compulsions/comportements compulsifs — routines répétitives, rigoureuses, dirigées vers soi, effectuées dans le but de prévenir la réalisation d'une obsession. Il peut s'agir de vérifier fréquemment si les portes sont bien verrouillées, ou si la cuisinière est bien éteinte, d'appeler ses proches pour vérifier qu’ils sont en sécurité, ou de se laver les mains ou de nettoyer autour de soi pour éliminer toute saleté.

Les patients souffrant de TOC sont conscients que leur comportement est excessif et irrationnel, et ils essayent d'atténuer leur anxiété, mais ils ne parviennent pas à stopper ces sentiments.

Si les TOC ne sont associés à aucune cause précise, la recherche a montré qu'il pourrait exister un lien neurologique, des images du cerveau ayant révélé que le cerveau des personnes souffrant de TOC fonctionne différemment.

Le trouble panique

Le trouble panique est caractérisé par des attaques brèves ou soudaines de terreur et d'appréhension intense, ce que l’on appelle des attaques de panique.

Elles seraient déclenchées par un sentiment soudain et envahissant de malaise, le patient ayant alors l’impression qu’il est victime d'une crise cardiaque, qu’il devient fou, ou qu’il va mourir. Il souffre également de tremblements, de confusion, de vertiges, de nausées, et de difficultés à respirer.

Malheureusement, les attaques de panique peuvent survenir n’importe où, à n’importe quel moment, et la plupart du temps sans prévenir. Elles surviennent généralement brutalement et durent de 10 à 20 minutes, bien qu’elles puissent perdurer pendant une heure, voire davantage.

La maladie se développe souvent au début de l’âge adulte, les femmes étant deux fois plus susceptibles que les hommes de souffrir d'une attaque de panique.

Les attaques de panique peuvent être dévastatrices, et certains patients endurent les « conséquences » suivantes, tout en espérant éviter de nouvelles attaques :

  • Ils sont conscients de tout changement dans leurs fonctions corporelles et l’interprètent comme une maladie potentiellement mortelle, ou présentent une hypervigilance, suivie d'une hypocondrie
  • Ils redoutent de souffrir de nouvelles attaques, ce qui entraine des changements de comportement spectaculaires

Certains peuvent également développer une agoraphobie, c’est-à-dire qu’ils évitent les situations ou les endroits dans lesquels ils ont déjà souffert d'une attaque de panique.

Les personnes qui souffrent d'agoraphobie évitent par exemple de se rendre dans les centres commerciaux, de prendre les transports publics ou de se rendre dans des stades sportifs, d'où ils pensent qu'ils pourraient avoir du mal à s’échapper rapidement.

Les phobies

Les phobies sont des craintes irrationnelles et l’évitement d'objets ou de situations particulières. Les personnes qui souffrent de phobies ont conscience que leurs peurs sont irrationnelles ou inutiles, mais elles sont incapables de contrôler l’anxiété qu’elles suscitent.

Si une personne est exposée à une source de crainte, elle peut alors subir une attaque de panique pouvant s'accompagner des symptômes suivants :

Palpitations ou accélération du rythme cardiaque

Essoufflement

Élocution rapide ou incapacité de parler

Bouche sèche

Maux d’estomac

Nausées

Tension artérielle élevée

Tremblements ou agitation

Douleurs ou oppression thoracique

Sensation d’étouffement

Trouble de stress post-traumatique (TSPT)

Comme son nom l’indique, les personnes qui souffrent d’un trouble de stress post-traumatique (TSPT) font face à des souffrances générées par un évènement qu’elles ont vécu dans le passé, tel que :

Combat militaire

Viol

Prise d’otage

Catastrophe naturelle

Témoin d'une mort violente

Agression

Accident grave

Ces personnes souffrent souvent de ‘flash-backs’ de l’évènement, et modifient alors leurs comportements afin d’éviter de se heurter à des stimuli particuliers.

Le TSPT peut donner lieu à de nombreux symptômes, tels que :

Cauchemars

Pensées terrifiantes

Transpiration et tremblements

Refus de parler des évènements de la vie

Évitement de tout ce qui rappelle des souvenirs de l’évènement

Sentiment de détachement et d’éloignement des autres

Sentiment de torpeur émotionnelle et mentale

Perte d'intérêt pour la vie

Incapacité à se remémorer certaines parties de l’évènement

Difficultés à se concentrer

Insomnie

Syndrome de fuite ou combat

Sautes d’humeur

Irritabilité

La névrose d'abandon

La névrose d'abandon est une anxiété qui fait suite à la séparation du patient d'avec ou une personne avec laquelle, ou d’un endroit dans lequel il se sentait en sécurité. Certaines séparations peuvent provoquer une panique, et si la réaction est excessive ou inadaptée, on la considère comme un trouble.

Cette névrose d'abandon affecte généralement les enfants, les premiers symptômes apparaissant lorsqu'ils sont en classe de CE2 ou CM1 (‘3rd ou 4th grade’), après les vacances scolaires.

Voici certains des symptômes de la névrose d'abandon :

Refus de dormir seul

Cauchemars répétitifs qui tournent autour du thème de la séparation

Détresse extrême en cas de séparation de la famille ou du foyer, ou lorsqu’elle est anticipée

Inquiétude excessive à propos de la sécurité d'un membre de la famille

Inquiétude excessive à propos de la séparation d'avec un membre de la famille

Refus d'aller à l’école

Peur et refus de rester seul

Maux de ventre, maux de tête ou autres douleurs physiques

Douleurs ou tensions musculaires

Enfant particulièrement « pot de colle » même lorsqu’il est chez lui

L’anxiété sociale

Une personne souffrant d’anxiété sociale, un type de phobie sociale, a peur d’être mal jugée par les autres ou a peur d’être humiliée en public à cause de ses actes impulsifs. Cette affection génère des sentiments tels que le trac, la peur d’être humilié et la peur de l’intimité.

Les personnes qui souffrent de ce trouble anxieux ont tendance à éviter des situations telles que :

Utiliser des toilettes publiques

Manger devant les autres

Les rendez-vous galants

Les fêtes et activités sociales

Se rendre au travail

Pénétrer dans une pièce dans laquelle des personnes sont déjà assises

Retourner des articles dans un magasin

Lancer des conversations

Des facteurs tels que des expériences négatives (harcèlement, rejet ou humiliations), des traits de personnalité (le fait d’être timide), de nouvelles obligations sociales ou professionnelles, ou encore des maladies sous-jacentes qui peuvent attirer l’attention sur soi, peuvent déclencher ce trouble.

D'après la clinique Mayo, les personnes qui souffrent d'anxiété sociale présentent deux types de symptômes :

Émotionnels et comportementaux Physiques

Crainte d'offenser quelqu'un

Peur extrême de parler ou d'interagir avec des étrangers

Peur que les autres remarquent leur anxiété

Peur des symptômes qui signaleraient leur embarras, tels que le rougissement du visage, une transpiration, des tremblements ou une voix tremblante

Éviter de faire certaines choses ou de parler à des personnes par peur d'être embarrassé

Éviter les situations dans lesquelles le patient pourrait se trouver au centre de l'attention

Anxiété provoquée par une activité ou un évènement redouté

Passer du temps, après un évènement social, à analyser son comportement et à souligner ses défauts dans les échanges avec les autres

Craindre les pires conséquences d'un évènement négatif survenu au cours d'un évènement social

Accélération du rythme cardiaque

Maux d'estomac ou nausées

Difficultés à respirer

Vertiges ou étourdissements

Confusion, ou expérience « extra-corporelle »

Diarrhée

Tensions musculaires

+ Sources et Références