Certains spécialistes du cholestérol veulent doubler les prescriptions de statines

statines

En bref -

  • Une récente étude réalisée par l’université Duke a montré que près de 25 % des personnes qui répondent aux critères ne se voient pas proposer de traitement par statines ; certains patients refusent de prendre ces médicaments par crainte de leurs effets secondaires
  • Le Dr. Marie Navar, auteur principal de l’étude, pense que la peur des patients est disproportionnée par rapport aux risques, en dépit du nombre impressionnant d’études apportant des preuves scientifiques du risque accru de maladies cardiovasculaires, d’AVC, de cancers, de diabète et de perte de mémoire
  • Les statines font baisser le taux de cholestérol en bloquant sa production par le foie, ce qui affecte également vos taux de vitamine K2 et de CoQ10, augmentant à terme vos risques de développer des maladies associées aux carences en vitamine K2 et en CoQ10
Taille du texte:

Dr. Mercola

Le cholestérol est présent dans presque chaque cellule du corps. Cette substance cireuse est essentielle au bon fonctionnement des membranes cellulaires, à la régulation des voies impliquant les protéines, à la santé cérébrale, à l'équilibre des taux hormonaux et à la réduction du risque de maladies cardiovasculaires.

Votre organisme utilise également le cholestérol pour fabriquer la vitamine D lorsque vous vous exposez au soleil.

Comme le souligne Zoe Harcombe, Ph. D., « Il est presque impossible d'expliquer à quel point le cholestérol est vital pour le corps humain. Sans cholestérol dans l'organisme, vous ne pourriez pas survivre. »

La majeure partie du cholestérol présent dans votre corps, environ 80 %, est fabriquée par votre foie, ce qui indique que vous ne pouvez pas survivre sans.

Les 20 % restants sont absorbés via votre alimentation, mais dans une proportion de seulement 20 à 60 % de ce qui se trouve dans les aliments.

Ainsi que l'a expliqué au site Eating Well Alice Lichtenstein, chercheuse principale et directrice du laboratoire de recherche en nutrition et maladies cardiovasculaires, à l'université Tufts, le taux d'absorption varie selon les individus, et si vous en consommez moins, votre organisme compense en en fabriquant davantage.

Les médecins ne proposent pas de statines aux patients éligibles au traitement

Selon une recherche du Centre américain de contrôle et de prévention des maladies (CDC), en 2015, 36,7 % des adultes américains de plus de 21 ans étaient éligibles au traitement par statines, destiné à faire baisser le taux de cholestérol, d'après les critères définis dans les recommandations de l'American College of Cardiology et de l'Amercian Heart Association.

Ces recommandations définissent quatre groupes d'individus auxquels les statines peuvent être bénéfiques, notamment les personnes souffrant d'athérosclérose, de diabète, ou présentant un taux de cholestérol LDL (lipoprotéines de basse densité) compris entre 70 et 189 milligrammes par décilitre (mg/dL).

Selon le CDC, seuls 55 % des américains (soit 43 millions d'adultes) qui correspondent à ces critères suivent actuellement un traitement par statines.

Comment les statines fonctionnent-elles ?

Les statines n'empêchent pas votre corps d'absorber le cholestérol présent dans votre alimentation, mais elles empêchent votre foie de produire le cholestérol qu'il est censé fabriquer, en bloquant une enzyme qui contrôle la voie du mévalonate, la HMG-CoA réductase, qui est utilisée par le foie pour produire le cholestérol.

Cette classe de médicaments bloque pour l'essentiel la voie du mévalonate, qui joue un rôle essentiel dans différents processus cellulaires, et pas simplement dans la production de cholestérol. Bien qu'elle soit étudiée pour son rôle dans la synthèse du cholestérol, on ne connait pas encore parfaitement l'étendue des effets de la voie du mévalonate.

Ces médicaments épuisent également les réserves de coenzyme Q10 (CoQ10) de votre corps, ce qui pourrait expliquer en partie nombre de leurs effets dévastateurs sur le long terme.

Il avait été proposé d'apposer un avertissement sur les boites de médicaments, afin de mettre les patients et médecins en garde contre cette diminution des CoQ10, mais en 2014, la FDA s'est prononcée contre cette proposition.

L'enzyme CoQ10 est utilisée par chacune des cellules de votre organisme pour produire de l'énergie, et elle est essentielle pour la santé et la longévité.

Sous sa forme réduite, l'ubiquinol, c'est un composant crucial pour la respiration cellulaire et la production d'adénosine triphosphate (ATP), une co-enzyme utilisée pour transporter l'énergie vers chacune des cellules de votre organisme.

Votre cœur étant l'organe le plus gourmand en énergie, une diminution de cette source d'énergie peut avoir des conséquences dramatiques.

Un ancien commissionnaire de la FDA avait des liens étroits avec l'industrie pharmaceutique

L'étude à laquelle il est fait ici référence a été réalisée à l'université Duke, par des scientifiques qui ont par le passé effectué des recherches soutenant l'utilisation des statines, et qui encouragent à prescrire davantage de ces médicaments à des patients n'ayant pas nécessairement d'antécédents de maladie cardiovasculaire.

Cette étude poursuit ainsi l'action du Dr. Robert Califf, commissionnaire à la FDA (Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) de février 2016 à janvier 2017, qui soutenait l'industrie pharmaceutique.

En mai 2014, le Dr. Califf, un cardiologue de l'université Duke et un responsable d'étude, ont fait un exposé devant un groupe d'experts, expliquant comment accélérer les innovations en transformant les processus de recherches.

Plus précisément, la dernière diapositive proposait un programme destiné à simplifier les systèmes de règlementation en matière de recherche, car ils pensaient qu'ils pouvaient être responsables du ralentissement de l'innovation biomédicale.

Les risques associés aux statines, scientifiquement prouvés

La raison la plus souvent invoquée par les personnes auxquelles on avait proposé, et qui avaient refusé les traitements par statines, était la peur des effets secondaires provoqués par les médicaments.

Le Dr. Ann Marie Navar, auteur principal de l'étude, de l'institut de recherche clinique Duke, pense que l'idée que le grand public se fait des effets secondaires, est faussée. Voici son commentaire :

« Même s'il existe des risques associés aux statines, les craintes du grand public sont disproportionnées par rapport aux risques réels. On entend partout des préjugés à propos des statines, qui sont entretenus par de fausses informations qui circulent sur Internet. »

Pourtant, malgré les tentatives du Dr. Navar de minimiser les effets secondaires des statines, les risques sont bien documentés et démontrés par des preuves scientifiques, et les craintes sont donc bien fondées. Selon la FDA :

  • De rares cas de graves problèmes hépatiques ont été rapportés. Les patients doivent contacter immédiatement leur médecin s'ils présentent l'un des symptômes suivants : sensation inhabituelle de fatigue ou de faiblesse, perte d'appétit, douleurs dans le haut de l'abdomen, urines foncées, jaunissement de la peau ou du blanc des yeux.
  • Des cas de perte de mémoire et de confusion ont été rapportés. Les problèmes sont généralement sans gravité et réversibles après l'arrêt du traitement par statines.
  • Des cas d'augmentation de la glycémie ont été rapportés.
  • Avant de commencer un traitement par statines, les patients doivent informer leur médecin de tout médicament qu'ils prennent ou prévoient de prendre. Certains médicaments peuvent en effet interagir avec les statines, et augmenter le risque d'effets secondaires.

Comment évaluer votre risque de crise cardiaque

Si vous vous demandez s'il est utile pour votre santé de prendre des statines, il est important de comprendre ce que signifient vos résultats d'analyses en matière de cholestérol. Votre taux de cholestérol total n'est pas un bon indicateur de votre risque de maladie cardiovasculaire.

En voici de meilleurs :

  • La proportion de cholestérol HDL (lipoprotéines de haute densité) par rapport à votre cholestérol total : pour obtenir ce chiffre, divisez votre taux de HDL par votre taux de cholestérol total, et multipliez le résultat par 100. Idéalement, votre ratio HDL/cholestérol total doit être de 24 % minimum.
  • Votre ratio de triglycérides par rapport au HDL : il doit idéalement être inférieur à 2.

Il existe deux valeurs qui sont encore plus importantes pour évaluer votre risque de maladie cardiovasculaire : votre taux sérique de ferritine et votre taux de gamma glutamyl transpeptidase (GGT).

Le taux de GGT est utilisé comme marqueur pour identifier un excès de fer libre, et c'est un excellent indicateur de votre risque de mort subite d'origine cardiaque. Les taux recommandés et idéaux de ferritine et de GGT sont indiqués ci-après.

Ferritine — Pour les hommes et les femmes non menstruées : 30 à 40 nanogrammes par millilitre (ng/mL) ou 75 à 100 nanomoles par litre (nmol/L).

La limite la plus couramment utilisée pour la carence en fer dans le cadre des études cliniques est de 12 à 15 ng/mL (30 à 37 nmol/L). Votre taux ne doit pas être en-deçà de 20 ng/mL (50 nmol/L) ni au-delà de 80 ng/mL (200 nmol/L).

Un taux élevé de fer pendant la grossesse pose également problème ; un taux de 60 à 70 ng/mL (150 ou 175 nmol/L) est associé à un risque accru de problèmes lors de la grossesse.

GGT — Inférieur à 16 unités par litre (U/L) pour les hommes, et inférieur à 9 U/L pour les femmes. Un taux supérieur à 25 U/L pour les hommes et supérieur à 18 U/L pour les femmes augmente considérablement le risque de développer des maladies chroniques.

Protégez votre cœur et réduisez vos risques de maladies cardiovasculaires

Voici plusieurs conseils qui vous aideront à vous prémunir contre les maladies cardiaques.

Évitez les polluants et toxines environnementales, notamment le tabac, la cigarette électronique, les métaux lourds, les désherbants et les pesticides, en particulier le glyphosate.

Minimisez votre exposition aux champs électromagnétiques et aux rayonnements des technologies sans fil provenant notamment des téléphones portables, des Wi-Fi, des routeurs, des compteurs intelligents, etc., car il a été démontré que ce type de rayonnements provoque de graves dommages par l'intermédiaire des radicaux libres, ainsi que des troubles mitochondriaux.

Évitez les aliments transformés et adoptez une alimentation à base d'aliments entiers, pauvre en glucides nets et riche en bonnes matières grasses. Le régime cétogène, qui est très pauvre en glucides nets et riche en bonnes matières grasses, est idéal pour booster le fonctionnement des mitochondries.

Lorsque votre organisme est capable de brûler des graisses comme carburant, votre foie fabrique des graisses hydrosolubles, les cétones, qui brûlent bien mieux que les glucides, et génèrent beaucoup moins d'espèces réactives de l'oxygène et de radicaux libres secondaires. Les cétones diminuent également l'inflammation et améliorent le métabolisme du glucose.

Consommez des aliments riches en nitrates qui contribuent à normaliser la tension artérielle. La roquette, la coriandre, la rhubarbe, la laitue beurre, le mesclun, les fanes de betteraves, le jus de betterave frais, le kvass (jus de betterave fermenté) et la poudre de betterave fermentée, sont de bonnes sources de nitrates.

Bougez le plus possible chaque jour, marchez davantage et pratiquez des exercices plus intensifs si votre santé vous le permet.

Pratiquez le jeûne intermittent. Lorsque vous serez habitué à jeûner 16 à 18 heures par jour, vous pourrez essayer de pratiquer un jeûne plus strict une à deux fois par semaine, en prenant un repas de 300 à 800 calories riche en nutriments qui favorisent la détoxification, suivi d'un jeûne de 24 heures. Cela reviendrait donc à ne consommer qu'un repas de 300 à 800 calories en 42 heures.

Si vous souffrez d'une maladie cardiovasculaire, vous pouvez également envisager de prendre de la g-strophanthine, une hormone qui aide à produire davantage de neurotransmetteurs du système nerveux parasympathique, ce qui favorise donc son bon fonctionnement.

Elle aide également à éliminer l'acide lactique. La g-strophanthine, connue sous le nom d'ouabaïne aux États-Unis, est un ingrédient actif que l'on trouve dans une plante, le strophanthus.

Exposez-vous raisonnablement au soleil, afin d'optimiser votre taux de vitamine D et/ou prenez un supplément de vitamine D3 par voie orale, ainsi que du magnésium et de la vitamine K2.

Adoptez des pratiques de bien-être du cœur, en vous rapprochant de vos proches et en pratiquant la gratitude.

+ Sources et Références