Ce que vous devez absolument savoir si vous souffrez d’arthrite


Arthrite

En bref -

  • Une alimentation enrichie en acides gras oméga-3 peut aider à prévenir l’ostéoarthrite et même ralentir sa progression ; des bienfaits ont été observés tant au niveau du cartilage que de l’os sous le cartilage
  • Les acides gras oméga-3 produisent des résolvines et des protectines, des composés qui aident à calmer l’inflammation avant qu’elle ne cause trop de dommages aux tissus
  • De nombreuses études ont été publiées à propos de la remarquable efficacité de l’huile de krill oméga-3 d'origine animale dans la lutte contre les troubles d'origine inflammatoire, tels que l'arthrite
Taille du texte:

Dr. Mercola

Si vous souffrez d'ostéoarhrite, le cartilage entre vos articulations est progressivement endommagé, et généralement, la quantité de liquide synovial qui lubrifie et protège vos articulations diminue.

La douleur et la raideur articulaire que vous ressentez sont dues au fait que vos os commencent à entrer en contact les uns avec les autres à mesure que le cartilage et le liquide synovial diminuent, et si vous ne faites rien, cela peut s'aggraver au point de vous handicaper dans vos activités quotidiennes.

Si vous faites partie des millions de personnes souffrant d’ostéoarthrite ou que vous voulez éviter d’en faire partie, l’une des mesures les plus simples et les plus efficaces que vous puissiez adopter est d'ajouter des acides gras oméga-3 d'origine animale à votre alimentation.

L’extraordinaire importance des acides gras oméga-3 dans le traitement de l’ostéoarthrite

Selon une récente étude sur les animaux, une alimentation enrichie en acides gras omega-3 réduit la majorité des indicateurs de maladie chez les cochons d’Inde enclins à développer une ostéoarthrite. Ces indicateurs comprenaient les modifications du cartilage et de l’os sub-chondral, et le chercheur principal a indiqué que des preuves solides indiquaient que les acides gras oméga-3 pouvaient aider à prévenir la maladie et également à ralentir sa progression chez les sujets déjà atteints.

L'impact des oméga-3 sur la santé des articulations, sur l'arthrite et l’inflammation est un domaine de recherche actif, car les oméga-3 sont connus pour leur production de résolvine et de protectine, des composés qui contribuent à calmer l’inflammation avant qu’elle ne provoque trop de dommages dans les tissus. Plusieurs études ont été publiées à propos de la remarquable efficacité de l’huile de krill oméga-3 d'origine animale dans la lutte contre les troubles d'origine inflammatoire, notamment l'arthrite. En voici trois exemples significatifs :

  • Une étude de 2007 publiée dans le Journal of the American College of Nutrition a étudié la capacité de l’huile de krill à réduire l’inflammation. Les chercheurs ont établi que 300 mg d'huile de krill par jour réduit de façon significative l’inflammation, la douleur, la raideur et les troubles fonctionnels après seulement 7 jours, et de façon plus marquée encore après 14 jours.
  • Une étude publiée en 2005 dans l’ American Journal of Gastroenterology a révélé des découvertes similaires en ce qui concerne la réduction de l’inflammation et des symptômes de l’arthrite, tant pour les personnes atteintes de polyarthrite rhumatoïde que pour celles atteintes d’ostéoarthrite.
  • Une étude publiée dans Advanced Therapy a révélé que des participants souffrant d’ostéoarthrite modérée à sévère de la hanche ou du genou, et ayant reçu 1.500 mg de sulfate de glucosamine ainsi que 200 mg d'oméga-3, ont noté une plus forte diminution de la douleur et des symptômes de l’ostéoarthrite (raideur matinale, douleurs dans les hanches et les genoux) que ceux qui avaient pris uniquement de la glucosamine.

Souffrez-vous d’une carence en acides-gras oméga-3 ?

Idéalement, chacun devrait faire en sorte d’optimiser sa consommation d’acides gras oméga 3 tout au long de sa vie pour tirer parti de leurs vertus thérapeutiques, notamment de leur effet protecteur contre l’arthrite. Cependant, l’alimentation des américains est généralement sérieusement carencée en acides gras oméga-3 d'origine animale, DHA et EPA, car en dehors de certains poissons, que je déconseille de consommer en raison de problèmes de pollution, il n’existe que peu de sources de ces acides gras indispensables.

Il est aujourd'hui possible de mesurer votre taux sanguin d'oméga-3 grâce aux recherches du Dr. William Harris, chercheur de l’école de médecine de Sanford dans le Dakota du Sud, et autorité reconnue sur le sujet des acides gras oméga-3. Les recherches du Dr. Harris ont conduit à l’élaboration d'un test qui mesure votre taux d'oméga-3, que l’on désigne comme « l’index oméga-3 ».

Ajoutez à votre alimentation une source d’oméga-3 d'origine animale de bonne qualité

De nombreuses personnes sont aujourd'hui carencées en oméga-3 et consomment bien trop d’acides gras oméga-6, que l’on trouve dans les huiles végétales et les aliments transformés. Le ratio idéal est sans doute proche de 1:1, mais le ratio moyen est plus proche de 20:1 ou même de 50:1 en faveur des oméga-6. Pour rétablir ce ratio, je vous conseille de supplémenter votre alimentation avec une source d'acides gras oméga-3 de qualité, tout en réduisant vos apports d’oméga-6.

Il existe des sources végétales et animales d’acides gras oméga-3, dont les caractéristiques sont différentes. Elles contiennent toutes des proportions différentes des trois acides gras importants que sont les ALA, les EPA et les DHA. Les DHA sont les plus importants pour votre cerveau. Les EPA sont également nécessaires au fonctionnement de votre cerveau, mais en moindre quantité.

Les sources végétales d'oméga-3 telles que le lin, le chanvre et les graines de chia sont riches en ALA mais pauvres en EPA et en DHA. Bien que les ALA soient des nutriments essentiels, le point important à retenir est que la conversion d’ALA en EPA et DHA, bien plus importants, est généralement inhibée par l’altération de la delta 6 désaturase, une enzyme qui vous est nécessaire pour convertir les ALA en EPA et DHA, des acides à plus longues chaines. Un taux élevé d'insuline altère cette enzyme. Ne serait-ce donc que de ce point de vue, il est important d'inclure des sources animales d’acides gras oméga-3 dans votre alimentation.

Les trois sources d'origine animale d'acides gras oméga-3

  • Le poisson : dans un monde parfait, vous pourriez obtenir tous les oméga-3 dont vous avez besoin en consommant du poisson. Malheureusement, la grande majorité de notre réserve de poisson est aujourd’hui si lourdement contaminée par des polluants industriels et des toxines telles que le mercure, les BPC, les métaux lourds et les substances radioactives, que je déconseille aujourd’hui la consommation de la plupart des poissons. Il existe toutefois certains fournisseurs, tel que Vital Choice, qui pêchent le poisson dans des régions du monde moins polluées, et ces poissons sont donc nettement moins contaminés.
  • L’huile de poisson : je conseillais autrefois de consommer de l’huile de poisson pour augmenter vos apports d’oméga-3, et les huiles de poisson de qualité sont certainement d’excellents produits aux nombreux bienfaits thérapeutiques. Toutefois, les huiles de poisson sont pauvres en antioxydants.

    C’est un gros désavantage, car en augmentant vos apports d'acides gras oméga-3 par une consommation d’huile de poisson, vous augmentez également vos besoins en protection antioxydante.
  • Ceci est dû au fait que l’huile de poisson est assez instable, et l’oxydation entraîne la formation de radicaux libres nocifs. Il vous faut donc des antioxydants pour que l’huile de poisson ne s’oxyde pas et ne devienne pas rance à l’intérieur de votre corps. Vous devez donc consommer plus d'antioxydants, tant pour votre santé en général que pour compenser l’augmentation de vos besoins en antioxydants due à la consommation d'huile de poisson.

  • Huile de Krill : voici enfin ma source préférée d'acides gras oméga-3 d'origine animale. D'après moi, l’huile de krill est meilleure que l’huile de poisson car elle contient des phospholipides qui augmentent considérablement l’absorption des DHA et des EPA. Elle contient également un antioxydant très puissant, l’ astaxanthine, ainsi que des oméga-3 liés entre eux de telle façon qu’ils sont protégés de l’oxydation.
  • Les huiles de poisson commercialisées par des marques connues sont souvent oxydées avant même que vous n’ouvriez la bouteille. L’huile de krill est également 48 fois plus puissante que l’huile de poisson et contient de la vitamine E, de la vitamine A et de la vitamine D.

    Le krill est également une source d’oméga-3 parfaitement durable et écologique. Il est non seulement la plus grande biomasse au monde, mais sa récolte est également l’une des mieux régulée de la planète, basée sur des règles internationales strictes qui en limitent la quantité, et qui sont régulièrement mises à jour pour garantir sa durabilité.

Si vous souffrez d'arthrite, voici ce que vous devez savoir à propos de l’astaxanthine

Il est probable que l'astaxanthine soit encore plus efficace pour soulager les symptômes de l'arthrite que les acides gras oméga-3, car cet antioxydant est de loin plus puissant que le béta-carotène, l'alpha-tocophérol, le lycopène et la lutéine, d'autres membres de sa famille chimique. C’est un très puissant piégeur de radicaux libres qui aide à protéger vos cellules, vos organes et tissus corporels du stress oxydatif et de l’inflammation.

Plus précisément, l’astaxanthine est un antioxydant caroténoïde produit exclusivement par une micro-algue, l’ Haematococcus pluvialis lorsque sa réserve d’eau est asséchée, l’obligeant à se protéger des rayons ultraviolets. C’est le mécanisme de survie de l’algue - l'astaxanthine agit comme un « champ de force » pour protéger l'algue du manque d'alimentation et/ou de l’intensité de la lumière du soleil.

On ne connaît que deux sources d'astaxanthine - la micro-algue qui la produit et les créatures marines qui consomment cette algue (le saumon, les crustacés et le krill par exemple). L'une des raisons pour lesquelles je recommande l’huile de krill est qu’elle contient naturellement de l'astaxanthine qui la protège de l’oxydation. Ajouter de l'astaxanthine comme antioxydant à de l’huile de poisson réduit sa propension à l’oxydation tout en renforçant ses propriétés immunomodulatoires, et c’est tout l’avantage de l’huile de krill dans laquelle cette protection est naturellement présente.

Bien que je recommande généralement peu de compléments alimentaires, je pense que de nombreuses personnes peuvent avoir intérêt à augmenter leurs apports d'astaxanthine pour profiter encore PLUS de ses bienfaits, même en prenant déjà un supplément d'huile de krill. Si vous souhaitez essayer l'astaxanthine seule, je vous conseille une dose journalière de 8 à 10 mg. Si vous prenez d’ores et déjà un complément d'huile de krill, tenez-en compte et consultez l’étiquette car les concentrations en astaxanthine sont différentes selon les produits.

Il est possible d'éviter que l’arthrite soit invalidante

L’ostéoarthrite peut être une maladie extrêmement douloureuse et invalidante. En perdant du poids, en faisant du sport, en modifiant votre alimentation et votre mode de vie, et en utilisant des méthodes anti-inflammatoires naturelles, vous pouvez réussir à surmonter cette maladie, ou en tous cas à réduire de façon significative les douleurs qu’elle engendre.

  • Alimentation saine : les cas d'arthrite sont plus de deux fois plus nombreux chez les personnes obèses que chez les personnes d'un poids normal, parce que l’excès de poids exerce une pression supplémentaire sur vos articulations. Cette pression peut non seulement provoquer de l’ostéoarthrite, mais elle peut aussi aggraver la maladie de façon exponentielle.
  • Si vous souffrez d'arthrite et que vous êtes en surpoids ou obèse, perdre du poids est une partie essentielle du traitement.

  • Activité physique : la plupart des gens ne se rendent pas compte de l’importance de l’activité physique pour préserver la densité osseuse et la fonction articulaire, ce qui peut aider à prévenir et à atténuer l’ostéoartrhite en vieillissant.
  • La notion selon laquelle l’exercice est néfaste pour vos articulations est une conception erronée; il n’existe aucune preuve qui soutienne cette idée. Au contraire, les éléments tendent à prouver que l'activité physique a un impact positif sur les tissus articulaires - si vous faites suffisamment d’exercice pour perdre du poids, ou maintenir un poids idéal, vous pouvez même réduire votre risque de développer de l’ostéoarthrite.

    Le type d'activité physique que je recommande en particulier est le Peak Fitness, et ce programme est à la portée de presque tous. Toutefois, si vous avez déjà développé une ostéoarthrite dans le genou, il vous faudra incorporer des exercices qui renforcent le muscle quadriceps sur l’avant de la cuisse. Et, plutôt que de courir ou de pratiquer d’autres types d’exercices à fort impact, il vaut mieux que vous pratiquiez des exercices qui ne vous font pas supporter le poids de votre corps, comme la natation ou le vélo.

    Les personnes souffrant d'arthrite doivent éviter les activités qui aggravent les douleurs articulaires. Il convient notamment d’éviter tout exercice qui exerce une contrainte sur une articulation particulièrement instable.

  • Vitamine D : un faible taux de vitamine D est associé à une perte de cartilage dans les genoux, qui est une caractéristique de l’ostéoarthrite. La solution pour optimiser votre taux de vitamine D est simple.
  • Il suffit de faire vérifier votre taux sanguin, puis de l’optimiser en vous exposant raisonnablement au soleil ou en utilisant une cabine UV sûre (Les cabines UV sûres ont des ballast électroniques et produisent moins d’UVA que le soleil). En dernier ressort, vous pouvez prendre un supplément de vitamine D3 ; une recherche récente suggère qu’un adulte a besoin en moyenne de 8.000 UI de vitamine D par jour pour avoir un taux au-dessus de 40 ng/ml, qui est un strict minimum pour prévenir les maladies.

Si vous avez besoin d’un antalgique, qui est généralement une composante importante du traitement de l’ostéoarthrite, réfléchissez bien avant de choisir un anti-inflammatoire comme un AINS (anti-inflammatoire non stéroïdien) ou un analgésique tel que le Tylénol. Les AINS tuent environ 30.000 personnes chaque année en provoquant des ulcères hémorragiques, et ces médicaments sont associés à de nombreux problèmes, notamment des défaillances cardiaques -- le vioxx et le celebrex sont les premiers exemples de ces dangers concrets.

Il existe des alternatives naturelles anti-inflammatoires plus sûres, dont voici des exemples :

  • La boswellia : le boswellia, ou boswellia serrata, est une plante indienne que je trouve particulièrement efficace pour lutter contre l’inflammation de l’arthrite et les douleurs qu’elle provoque.
  • L'acide hyaluronique (HA) : l'acide hyaluronique est l’un des principaux composants de votre cartilage, il sert à introduire les nutriments dans les cellules et à en éliminer les déchets.
  • L’astaxanthine : comme indiqué précédemment, l’astaxanthine est l’un des antioxydants lipophiles les plus puissants que l’on ait découvert à ce jour, et c’est un pigment caroténoïde que l’on trouve abondamment dans le crabe, le saumon, la truite, et le krill. Des études ont montré qu’elle peut favoriser la santé et la mobilité articulaire.
  • La membrane de coquille d'œuf : l’élastine, le collagène et les glycosaminoglycanes sont trois nutriments que l’on trouve dans la membrane de coquille d'œuf et qui peuvent favoriser la stabilité et la souplesse des articulations en leur fournissant les blocs de construction nécessaires à la fabrication du cartilage.
  • Le gingembre : cette épice est anti-inflammatoire, soulage la douleur et a un effet apaisant sur l’estomac. Le gingembre frais fonctionne bien, infusé dans de l’eau bouillante comme du thé, ou râpé dans un jus de légumes.
  • La bromélaïne : cette enzyme, que l’on trouve dans les ananas, est un anti-inflammatoire naturel. On peut en consommer sous forme de supplément, mais manger des ananas frais peut également être bénéfique.
  • Le myristoléate de cétyle (CMO) : cette huile, que l’on trouve dans le poisson et le beurre frais, agit comme un lubrifiant articulaire et un anti-inflammatoire.
  • Huile d’onagre, de cassis et de bourrache : elles contiennent des acides gras essentiels gamma-linoléique (GLA), qui sont utiles dans le traitement de la douleur de l'arthrite. Ces acides gras sous forme de suppléments peuvent être bénéfiques pour de nombreuses personnes, en particulier si vous avez la peau sèche en hiver, ce qui en est un indicateur de carence. Je préfère utiliser l’huile d'onagre comme supplémentation en GLA, mais l'huile de bourrache en contient une plus forte concentration, ce qui signifie qu’une moindre quantité suffit, et de plus elle tend à être moins chère.
  • Crème de Cayenne : également appelée crème de capsaïcine, cette épice est obtenue à partir de piments forts déshydratés. Elle atténue la douleur en épuisant la réserve de substance P de l’organisme, un composant des cellules nerveuses qui transmet le signal de la douleur au cerveau.
+ Source et Référence