Mitochondries et jeunesse

En bref

  • Les mitochondries sont de minuscules organites présents dans vos cellules, dont on pensait à l’origine qu’ils étaient dérivés de bactéries. La plupart des cellules en contiennent plusieurs milliers, représentant 15 à 50% du volume de la cellule. Elles sont la source de plus de 90% de l’énergie de votre organisme
  • Les mitochondries ont une influence potentielle extraordinaire sur votre santé, en particulier sur le cancer, et optimiser le métabolisme mitochondrial pourrait être la base d'un traitement efficace contre le cancer
Article Antérieur Article Suivant

Comment les mitochondries influencent votre santé

29 Décembre 2016 | 5,471 Visualisations |


Dr. Mercola

Les mitochondries : vous ne savez peut-être pas de quoi il s’agit, mais elles sont essentielles à votre santé. Rhonda Patrick, PhD, est une scientifique spécialisée en recherche biomédicale qui a étudié l’interaction entre le métabolisme mitochondrial, le métabolisme aberrant, et le cancer.

Une partie de son travail consiste à identifier les biomarqueurs précoces des maladies. Les dommages à l’ADN sont par exemple un biomarqueur précoce du cancer. Elle essaye ensuite de déterminer quels nutriments pourraient aider à réparer les dommages à l’ADN.

Elle a aussi étudié le fonctionnement et le métabolisme des mitochondries, qui est l’une de mes passions récentes. Le livre du Dr. Lee Know, « Life - The Epic Story of Our Mitochondria » (« La Vie - le récit épique de nos mitochondries »), est vraiment un bon livre d’introduction au sujet si vous souhaitez en savoir plus après avoir écouté l’interview.

Les mitochondries ont une influence potentielle extraordinaire sur votre santé, en particulier sur le cancer, et je commence à croire qu’optimiser le métabolisme mitochondrial pourrait même être la base d'un traitement efficace contre le cancer.

L'importance d'optimiser le métabolisme des mitochondries

Les mitochondries sont de minuscules organites, dont on pensait à l’origine qu’ils étaient dérivés de bactéries. Les globules rouges et les cellules de la peau en ont très peu, voire aucune, tandis que les cellules germinales en ont 100.000, mais la plupart des cellules en contiennent entre une et 2.000. Elles représentent la principale source d'énergie de votre corps.

Pour fonctionner correctement, vos organes ont besoin d'énergie, et cette énergie est produite par les mitochondries.

Le rôle des mitochondries étant au cœur même de tout ce qui se produit dans votre organisme, optimiser leur fonctionnement - et prévenir le dysfonctionnement des mitochondries en veillant à consommer tous les nutriments et précurseurs dont elles ont besoin - est extrêmement important pour votre santé et pour prévenir les maladies.

Par exemple, l'une des caractéristiques universelles des cellules cancéreuses est qu’elles présentent de gros troubles mitochondriaux et une diminution très importante du nombre de mitochondries fonctionnelles.

Le Dr. Otto Warburg était un médecin possédant un doctorat en chimie, et un ami proche d’Albert Einstein. La plupart des experts reconnaissent Otto Warburg comme étant le plus grand biochimiste du 20ème siècle.

Il a reçu un prix Nobel en 1931 pour sa découverte du fait que les cellules cancéreuses utilisent le glucose pour produire de l’énergie. C’est ce que l’on appelle « l’effet Warburg » et, malheureusement, il est à ce jour ignoré de presque tous les experts.

Je suis tout à fait convaincu que l'adoption d'un régime cétogène, qui améliore la santé des mitochondries de façon radicale, pourrait aider à lutter contre la plupart des cancers, en particulier s’il est pratiqué en association avec des poisons de la fermentation du glucose, comme le 3-bromopyruvate.

Comment les mitochondries produisent de l’énergie

Pour produire de l’énergie, vos mitochondries ont besoin de l’oxygène de l’air que vous respirez et des graisses et du glucose des aliments que vous mangez.

Ces deux processus - respirer et manger - sont associés dans un processus que l’on appelle la phosphorylation oxydative. C’est ce processus qu’utilisent les mitochondries pour générer de l’énergie sous forme d’ATP.

Vos mitochondries possèdent une série de chaines de transport d’électrons dans lesquelles elles passent les électrons obtenus à partir de la forme réduite des aliments que vous consommez, pour les combiner à l’oxygène que vous respirez et au final, en faire de l’eau.

Ce processus fait passer les protons au travers de la membrane mitochondriale, ce qui recharge les ATP (adénosine triphosphate) en ADP (adénosine diphosphate). L’ATP transporte l’énergie à travers tout votre corps.

Ce processus génère toutefois également des sous-produits tels que des espèces réactives de l’oxygène (ERO), qui endommagent vos cellules et votre ADN mitochondrial, et qui sont ensuite transférés vers votre ADN nucléaire.

Il y a donc un échange. En produisant de l’énergie, votre corps vieillit également à cause des dommages provoqués par les ERO produites. La vitesse à laquelle votre corps vieillit dépend largement du bon fonctionnement de vos mitochondries, et de la façon dont les dommages peuvent être minimisés par l’optimisation de votre alimentation.

Le rôle des mitochondries dans le cancer

En présence de cellules cancéreuses, les espèces réactives de l’oxygène, sous-produits de la production d’ATP, envoient en principe un signal qui démarre un processus de suicide cellulaire, que l’on appelle l’apoptose.

Sachant que l’on génère chaque jour de nouvelles cellules cancéreuses, ceci est une bonne chose. Votre corps tue les cellules endommagées pour les éliminer et les remplacer par des cellules saines.

Toutefois, les cellules cancéreuses sont résistantes et ont une défense interne contre ce protocole de suicide, ainsi que l'a très clairement expliqué le Dr. Warburg, et après lui Thomas Seyfried, qui a conduit des recherches poussées sur le cancer en tant que maladie métabolique.

Ainsi que l’explique Rhonda Patrick :

« L’un des mécanismes par lequel fonctionnent les médicaments de chimiothérapie est en créant des espèces réactives de l’oxygène. Elles provoquent des dommages, ce qui suffit à pousser les cellules cancéreuses à mourir.

Je pense que l’explication est que la cellule cancéreuse -  qui n’utilise pas ses mitochondries, ce qui signifie qu’elle ne produit plus d’espèces réactives de l’oxygène - est d’un seul coup forcée à utiliser ses mitochondries, il y a donc une explosion d’espèces réactives de l’oxygène puisque c’est ce que font les mitochondries, et boum, elle meurt, parce que la mort de cette cellule cancéreuse est déjà amorcée. Elle est prête à mourir. »

Les avantages de ne pas dîner tard le soir

Je suis un partisan du jeûne intermittent depuis déjà longtemps pour de nombreuses raisons, dont bien sûr la longévité, et pour des questions de santé, mais aussi parce qu’il semble apporter d’importants bienfaits dans la prévention et le traitement du cancer. Et le mécanisme de ces bienfaits est lié à l’effet du jeûne sur vos mitochondries.

Comme je l’ai indiqué, l’un des principaux effets secondaires du transfert d’électrons dans lequel sont impliquées les mitochondries, est que certains s'échappent de la chaine de transport d’électrons pour réagir avec l’oxygène et former le radical libre superoxyde.

L'anion superoxyde, produit de la réduction de l’oxygène à un électron, est le précurseur de la plupart des espèces réactives de l’oxygène et un médiateur des réactions en chaine oxydatives. Ces radicaux libres oxygénés attaquent les lipides de vos membranes cellulaires, les récepteurs de protéines, les enzymes et l’ADN, ce qui peut tuer vos mitochondries prématurément.

Certains radicaux libres sont utiles et même nécessaires à votre corps pour réguler la fonction cellulaire, mais les problèmes surviennent lorsque vous produisez une quantité excessive de radicaux libres. Malheureusement c’est le cas d’une majorité de la population et la raison du développement de la plupart des maladies, y compris des cancers. Il existe deux solutions possibles à ce problème :

  1. Augmenter vos antioxydants
  2. Réduire la production de radicaux libres par les mitochondries

Je pense que l’une des meilleures méthodes pour réduire la production mitochondriale de radicaux libres est de limiter la quantité de carburant que vous fournissez à votre corps. C’est là une position non-controversée car la restriction calorique ne cesse de démontrer de nombreux bienfaits thérapeutiques.

C’est l’une des raisons pour lesquelles le jeûne intermittent fonctionne, car il limite la fenêtre de temps pendant laquelle vous mangez et réduit automatiquement vos calories consommées. 

C’est particulièrement efficace si vous évitez de manger plusieurs heures avant de vous coucher car c’est métaboliquement votre état le plus bas.

Cela peut sembler trop complexe pour les non-initiés, mais le message à retenir est que, puisque c’est pendant votre sommeil que votre organisme utilise le moins de calories, il vaut mieux éviter de manger peu de temps avant de vous coucher car ajouter un excès de carburant à ce moment génère un excès de radicaux libres qui endommagent vos tissus, accélérant le vieillissement et contribuant aux maladies chroniques.

D’autres façons dont le jeûne favorise le bon fonctionnement des mitochondries

Rhonda Patrick souligne également qu’une partie du mécanisme de fonctionnement du jeûne réside dans le fait que votre corps doit utiliser les lipides et des graisses stockées comme sources d’énergie, ce qui signifie que vos cellules sont obligées d'utiliser leurs mitochondries. Vos mitochondries sont les seuls mécanismes par lesquels votre corps peut produire de l’énergie à partir des graisses. Donc, jeûner aide à activer vos mitochondries.

Elle pense également que cela joue un rôle important dans le mécanisme par lequel le jeûne intermittent et un régime cétogène pourraient tuer des cellules cancéreuses, et pourquoi certains médicaments qui activent les mitochondries peuvent tuer les cellules cancéreuses. À nouveau, l’explication est l’explosion d’espèces réactives à l’oxygène, dont les dommages font pencher la balance et provoquent la mort des cellules cancéreuses.

Nourrir vos mitochondries

En termes de nutrition, Rhonda Patrick insiste sur l’importance des nutriments suivants, qui sont d'importants co-facteurs nécessaires au bon fonctionnement des enzymes mitochondriales :

  • Le CoQ10 ou ubiquinol (sa forme réduite)
  • La L-Carnitine, qui transporte les acides gras vers les mitochondries
  • Le D-ribose, qui est une matière première de la molécule d’ATP
  • Le magnésium
  • Les acides gras Omega-3
  • Toutes les vitamines B, y compris la riboflavine, la thiamine et la vitamine B6
  • L’acide alpha-lipoïque (AAL)

Ainsi que le souligne Rhonda Patrick :

« Pour de nombreuses raisons, je préfère obtenir autant de micronutriments que possible à partir d'aliments complets. D'abord, ils sont liés à des fibres, ce qui favorise leur absorption. Les nutriments sont également présents dans les bonnes proportions. Vous n’en recevez pas trop. C’est équilibré. Et ils contiennent sans doute d'autres composants qui n’ont pas encore été identifiés.

Il faut bien veiller à manger une très large variétés d'aliments et à obtenir les bon micronutriments. Pour cette raison, je pense qu’il est utile de prendre un supplément de vitamines du complexe B.

C’est la raison pour laquelle j’en prends, et également parce qu’en vieillissant, nous n'assimilons plus les vitamines B aussi facilement, en grande partie parce que nos membranes cellulaires deviennent plus rigides. Cela change la façon dont les vitamines B sont transportées dans la cellule.

Les vitamines B sont solubles dans l’eau, elles ne sont donc pas stockées dans les graisses. Aucune toxicité importante ne leur est réellement associée. Le seul effet qu’elles peuvent avoir est de vous faire uriner un peu plus. Mais je pense qu’elles sont vraiment bénéfiques. »

L'activité physique contribue à préserver la jeunesse de vos mitochondries

L'activité physique favorise également la santé des mitochondries, car elle les oblige à travailler plus dur. Comme nous l'avons déjà indiqué, l’un des effets secondaires de l'activité accrue des mitochondries est la production d’espèces réactives de l’oxygène, qui agissent comme molécules de signalisation.

L’une des fonctions qu’elles déclenchent est la fabrication de mitochondries supplémentaires. Donc, lorsque vous faites du sport, votre corps réagit en fabriquant plus de mitochondries pour fournir le surplus d’énergie nécessaire.

Le vieillissement est inévitable. Mais votre âge biologique peut être assez différent de votre âge chronologique, et vos mitochondries ont beaucoup à voir avec votre vieillissement biologique. Rhonda Patrick cite une étude récente montrant à quel point les individus peuvent vieillir biologiquement à des rythmes très différents.

Les chercheurs ont mesuré une douzaine de biomarqueurs différents chez les participants, tels que la longueur des télomères, les dommages à l’ADN, le cholestérol LDL, le métabolisme du glucose et la sensibilité à l’insuline, à trois âges différents : à 22, 32 et 38 ans.

« Il a été découvert qu'une personne de 38 ans peut paraître 10 ans plus jeune, sur la base de ses marqueurs biologiques, ou 10 ans plus vieille. Bien qu’elles avaient le même âge, elles vieillissaient biologiquement à des rythmes très différents.

En fait, si vous preniez une photo de ces personnes et demandiez à un témoin extérieur de deviner leurs âges chronologiques, ce qui est intéressant - et cela fait partie de la publication - c’est que les témoins devinaient l’âge biologique plutôt que l’âge chronologique. »

Donc, indépendamment de votre âge véritable, l’âge que vous paraissez avoir correspond à vos marqueurs biologiques, qui dépendent largement de la santé de vos mitochondries. Donc bien qu'il soit inévitable de vieillir, vous pouvez réellement contrôler la façon dont vous vieillissez, ce qui est très réconfortant. Et l’un des facteurs clés est de maintenir vos mitochondries en bon état de fonctionnement.

Comme le souligne Rhonda Patrick, « la jeunesse » n’est pas tant une question d’âge chronologique, mais plutôt de l’âge que vous l'impression d'avoir, et de la façon dont votre corps fonctionne :

« Je veux apprendre à optimiser mes propres performances cognitives et mes performances athlétiques. Je veux également prolonger ma jeunesse. Je veux vivre jusqu’à 90 ans. Je veux continuer à surfer à San Diego, comme lorsque j'avais 20 ans. Je voudrais ne pas dégénérer aussi vite que certaines personnes. Je voudrais repousser cette dégénérescence et prolonger ma jeunesse autant que possible pour profiter de la vie. »

Article Antérieur Article Suivant

Clause de non-responsabilité: Tout le contenu publié sur le présent site web se fonde sur les opinions du Dr. Mercola, sauf indication contraire. Les articles individuels ont comme base les opinions de l'auteur respectif qui garde les droits d'auteur comme établis. Les informations fournies sur ce site web ne sont pas destinées à remplacer une relation directe avec un professionnel de santé qualifié et ne sont pas destinées à être considérées comme conseil médical. Toutefois, elles sont fournies avec le but de partager les connaissances et les données obtenues à partir des recherches et de l'expérience du Dr. Mercola et de son public. Le Dr. Mercola vous recommande de prendre vos propres décisions en matière de soins et de santé sur la base de vos recherches et en collaboration avec un professionnel de santé qualifié. Si vous êtes enceinte, si vous allaitez, si vous prenez un médicament ou si vous avez un problème médical, consultez votre professionnel de santé avant d'utiliser des produits sur la base du contenu de ce site web.