Le stress favorise la perte de mémoire et la survenue ultérieure de démence

Un homme stressé

En bref -

  • Une récente étude révèle qu’un taux élevé d'hormones du stress peut accélérer la perte de mémoire à court terme chez les personnes âgées. Une recherche antérieure a également associé le stress chronique à l’altération de la mémoire de travail
  • Un taux élevé de cortisol affecte votre mémoire à court terme en provoquant une perte synaptique progressive dans votre cortex préfrontal
  • Une autre recherche suggère que le stress peut être un déclencheur de la maladie d’Alzheimer
  • L’éco-thérapie est de plus en plus reconnue et compte de nombreux adeptes dans le domaine de la santé mentale. Passer du temps dans la nature peut combattre le stress en favorisant un sentiment de paix intérieure et de bonheur
Taille du texte:

Dr. Mercola

Des études ont établi des liens entre le stress aigu et chronique et de nombreux troubles de la santé, touchant notamment les fonctions cérébrales.

Très récemment, une étude animale a révélé qu'un taux élevé d'hormones du stress peut accélérer la perte de mémoire à court terme chez les personnes âgées. Les découvertes indiquent que la façon dont votre corps répond au stress peut être un facteur influençant la façon dont votre cerveau vieillit dans le temps. Ainsi qu'il a été rapporté par Business Standard :

« Des rats présentant un taux élevé de corticostérone, une hormone du stress, ont montré des changements structurels du cerveau et des déficits de la mémoire à court terme.

Robert Sapolsky, PhD, a déclaré que les vieux animaux présentant un taux élevé d'hormones du stress dans le sang ont un cortex frontal « plus vieux » que les animaux ayant un taux d'hormones du stress plus faible ; le stress pourrait donc agir comme stimulateur du vieillissement dans cette région clé du cerveau. »

Une recherche antérieure a également associé le stress chronique à l'altération de la mémoire de travail. Une autre recherche récente suggère que le stress pourrait même accélérer le déclenchement d'une forme plus grave de démence, la maladie d'Alzheimer, qui touche aujourd'hui environ 5.4 millions d'américains, soit une personne sur huit de 65 ans ou plus.

Heureusement, des recherches ont montré de façon irréfutable que votre cerveau possède une grande plasticité et capacité à se régénérer, que vous contrôlez par votre alimentation et vos choix de style de vie.

D'après les découvertes associant la démence au stress chronique, il est clair que posséder des outils efficaces pour gérer le stress peut jouer un rôle important dans la prévention de la maladie d'Alzheimer, ainsi que, bien entendu, pour atteindre et maintenir une santé générale optimale.

Les effets du stress sur le fonctionnement de la mémoire et le vieillissement du cerveau

Comme il a été rapporté par l'Université de l'Iowa, où ont été menées les recherches mentionnées plus haut, un taux élevé de cortisol affecte votre mémoire en provoquant une perte synaptique progressive dans le cortex préfrontal.

Il s'agit de la région du cerveau associée à la mémoire à court terme. Le cortisol - une hormone du stress - a, en gros, un effet « corrosif », épuisant avec le temps les synapses responsables du stockage et du traitement de la mémoire :

« Les augmentations de courte durée du cortisol sont essentielles à la survie. Elles favorisent l'adaptation et nous aident à répondre aux problèmes du quotidien en nous rendant plus alertes et capables de réfléchir rapidement.

Mais des hausses anormalement élevées ou prolongées de cortisol - ce qui se produit lorsque nous sommes stressés sur le long terme - peuvent avoir des conséquences négatives, mises en évidence par de nombreuses recherches, telles que problèmes digestifs, anxiété, prise de poids et hypertension artérielle. »

Les chercheurs suggèrent qu'il serait possible de protéger votre fonction mnésique en normalisant votre taux de cortisol. Cette intervention serait particulièrement bénéfique pour les personnes présentant un risque important de taux de cortisol élevé, comme les personnes dépressives ou faisant face à un stress de longue date, qui fait suite à un évènement traumatisant.

Le stress peut provoquer le déclenchement clinique de la maladie d'Alzheimer

L'année passée, des chercheurs argentins ont présenté des preuves indiquant que le stress peut être un élément déclencheur de la maladie d'Alzheimer. L'étude a montré que 72 % - presque trois quarts - de patients atteints d'Alzheimer avaient connu des stress émotionnels importants au cours des deux années précédant leur diagnostic.

Dans le groupe de contrôle, seuls 26%, soit un quart, avaient subi des stress ou deuils importants. Les stress subis par les personnes du groupe Alzheimer comprenaient :

  • Un deuil ; le décès d'un conjoint, d'un compagnon, ou d'un enfant
  • Des expériences violentes, telles qu'une agression ou un braquage
  • Des accidents de voiture
  • Des problèmes financiers, notamment le « traumatisme de la retraite »
  • La découverte d'une maladie grave d'un membre de la famille

D'après l'auteur principal, le Dr. Edgardo Reich :

« D'après nos découvertes, le stress est probablement un déclencheur des premiers symptômes de la démence. Bien que j'exclue le stress comme seule cause de démence, la recherche confirme qu'il peut déclencher un processus dégénératif dans le cerveau et accélérer le dysfonctionnement des systèmes immunitaire et neuroendocrinien. C'est une découverte observationnelle qui n'implique pas de causalité directe. D'autres études sont nécessaires pour examiner ces mécanismes en détail ».

Le stress ruine votre santé de multiples façons

Robert Sapolsky, PhD, cité en référence dans l'étude mentionnée plus haut, a passé trente ans à étudier le rôle du stress sur la santé de l'homme. Dans le numéro spécial du National Geographic, le stress tueur, paru en 2008, il révèle comment le stress affecte votre corps et votre cerveau. En comprenant comment le stress affecte votre biologie, vous êtes mieux équipé pour le combattre et réduire ses effets néfastes.

Pour vous donner un bref aperçu, lorsque vous ressentez un stress aigu, votre corps libère des hormones du stress (telles que le cortisol) qui prépare votre corps à combattre ou à fuir l'évènement stressant.

Votre rythme cardiaque accélère, vos poumons inspirent davantage d'oxygène, votre flux sanguin augmente, et une partie de votre système immunitaire est temporairement inhibée, ce qui réduit la réponse inflammatoire aux agents pathogènes et autres envahisseurs étrangers.

Quand le stress devient chronique, votre système immunitaire devient moins sensible au cortisol et, l'inflammation étant partiellement régulée par cette hormone, cette baisse de sensibilité augmente la réponse inflammatoire et rend l'inflammation incontrôlable. L'inflammation, quant à elle, est caractéristique de la plupart des maladies, du diabète aux maladies cardiaques, en passant par le cancer et la maladie d'Alzheimer.

Il n'est donc pas surprenant que les chercheurs aient trouvé des liens entre le stress et des affections telles que douleurs physiques, inflammation chronique, mortinatalité et mauvaise santé intestinale (qui est essentielle au maintien d'une bonne santé mentale et physique).

Les chercheurs ont même découvert que l'anxiété provoquée par le stress peut reprogrammer votre cerveau de telle sorte que votre sens olfactif soit altéré, et transforme des odeurs normalement neutres en odeurs désagréables, et que le stress est également associé à une perte d'acuité visuelle ; en l'éliminant, nombreux sont ceux qui peuvent se passer de lunettes ou de lentilles de contact.

Domptez votre stress par la psychologie énergétique

Bien qu'il soit pratiquement impossible d'éliminer tout stress de votre vie, il existe des outils qui aideront votre corps à compenser efficacement les courts-circuits bioélectriques qui se produisent lorsque vous êtes stressé ou anxieux. Souvenez-vous, il faut un peu de stress dans la vie. Le stress est, à de nombreux égards, semblable au sport, mais tout comme le sport, il doit être abordé correctement.

Ma technique favorite de gestion du stress est la Technique de Libération Émotionnelle (EFT). C'est un outil de psychologie énergétique qui peut aider à reprogrammer les réactions de votre corps au stress quotidien, réduisant ainsi vos risques de souffrir d'effets nocifs pour la santé.

L'EFT a été développée dans les années 90 par Gary Craig, diplômé en ingénierie de Stanford, spécialisé dans la guérison et le développement personnel. Elle est similaire à l'acuponcture, qui est basée sur le concept selon lequel une énergie vitale circule dans le corps, suivant des voies invisibles que l'on nomme des méridiens. Le principe de l'EFT est de stimuler différents points sur les méridiens en les tapotant du bout des doigts, tout en énonçant des affirmations personnelles. On peut la pratiquer seul, ou sous la supervision d'un thérapeute qualifié.

Par cette pratique, vous reprogrammez la façon dont votre corps réagit aux facteurs de stress émotionnels. Ces facteurs de stress étant généralement liés à des problèmes physiques, il arrive souvent également que des maladies et autres symptômes s'améliorent ou disparaissent. Pour en voir une démonstration, regardez la vidéo suivante de Julie Schiffman, praticienne EFT, dans laquelle elle aborde l'EFT comme moyen de soulager le stress.

Pour gérer des problèmes émotionnels graves ou profondément ancrés, je vous recommande vivement de consulter un thérapeute EFT expérimenté, car le processus est très technique et demande une grande maîtrise, si l'on veut pouvoir régler des problèmes graves.

Autres astuces pour soulager le stress

Une activité physique régulière, un sommeil réparateur et la méditation sont également d'importantes « soupapes » qui peuvent vous aider à gérer votre stress. L'aromathérapie peut aussi avoir des effets inhibiteurs d'anxiété, tout comme le fait de passer du temps dans la nature. Ce qu'on appelle l'éco-thérapie est d'ailleurs de plus en plus reconnu et compte de nombreux adeptes dans le domaine de la santé mentale.

Deux articles récents parus dans The Guardian se sont penchés sur la question de savoir comment passer du temps dans la nature peut « révéler un esprit plus sain » et favoriser un sens de paix intérieure et de bonheur. Voici ce qu'Oliver James a écrit à ce propos :

« L'éco-thérapie englobe de nombreuses activités, qui vont des périodes prolongées passées dans la nature sauvage, au jardinage, en passant par les thérapies individuelles. Elles sont toutes basées sur le concept que l'exposition à la nature améliore le bien-être et l'hygiène de vie...

L'égocentrisme … est souvent réduit par la prise de conscience de quelque chose de plus grand que soi, que ce soient les montagnes, les grandes plaines ou l'immensité du ciel.

Le sentiment que le client est le centre de l'univers est remis en question par l'ampleur et la complexité de la nature ... La solitude et le fait de ne plus être soumis à la pression de devoir satisfaire les demandes de ses pairs et de sa famille, améliorent de façon significative des qualités telles que l'estime de soi, l'efficacité et le contrôle.

De nombreux clients de tous âges ont rapporté avoir vécu une expérience spirituelle en étant exposé à la vie sauvage... Une prise de conscience accrue des plantes, des animaux et des paysages, les pousse à réfléchir à l'existence au-delà d'eux-mêmes. Le pouvoir de la nature favorise la conscience de l'existence de puissances supérieures et la connexion à soi et aux autres. »

Pratiquer une activité physique en plein air est la combinaison gagnante. Non seulement on sait que l'activité physique soulage le stress et la dépression, mais elle est également directement bénéfique à votre cerveau. Elle l'encourage à travailler à sa capacité optimale en stimulant la multiplication des cellules nerveuses, en renforçant leurs interconnexions et en les protégeant des dommages.

De plus, au cours de l'activité physique, les cellules nerveuses libèrent des protéines que l'on appelle des facteurs neurotrophiques. L'un en particulier de ces facteurs, le facteur neurotrophique issu du cerveau (BDNF), déclenche de nombreuses autres substances chimiques qui favorisent la santé des neurones, et ont un bienfait direct sur les fonctions cognitives, dont l'apprentissage.

Le stress est clairement une composante incontournable de la vie, mais c'est la façon dont vous le gérez qui détermine s'il risque de se traduire, à terme, en problèmes de santé.