Habitudes D’évacuation

En bref

  • Qu’est-ce qui est normal, et qu’est-ce qui ne l’est pas lorsque vous regardez dans la cuvette des toilettes après les avoir utilisées ? Vous pouvez en savoir long sur votre état de santé général en observant vos selles, en particulier leur couleur, leur taille, leur forme, leur consistance, odeur et autres caractéristiques
  • Vos habitudes d’évacuation, telles que la fréquence ou la facilité avec laquelle vous allez à la selle, fournissent des indices supplémentaires quant à votre état de santé
  • En sachant ce qu'il faut surveiller, vous pouvez être à même de détecter des problèmes de santé suffisamment tôt pour les enrayer, notamment des maladies graves telles que la maladie cœliaque, l’hépatite, les infections et calculs urinaires, le syndrome de malabsorption, les maladies inflammatoires des intestins, la pancréatite, le cancer etc.
  • Vous trouverez ici des suggestions pour optimiser votre fonction gastro-intestinale, notamment pour maintenir une flore intestinale saine, et sur les choses à éviter en raison de leur potentiel effet néfaste sur votre système gastro-intestinal, qui est primordial pour le bon fonctionnement du système immunitaire.
Article Antérieur Article Suivant

Ce que vous voyez dans la cuvette des toilettes peut vous en dire long sur votre état de santé

16 Mai 2016 | 41,485 Visualisations |

Dr. Mercola

Les habitudes d’évacuation ne sont pas forcément un sujet de discussion très populaire - du moins quand on a plus de quatre ans. Prononcez le mot « excrément » et vous pouvez facilement faire fuir toute une audience - ou du moins provoquer des grimaces, des rires nerveux et des plaisanteries embarrassées.

Pourtant vos déjections corporelles sont un sujet de santé important qui mérite que l’on y prête sérieusement attention, nonobstant l’aspect « dégoutant ». En fait, en ignorant ce qui est évacué lorsque vous tirez la chasse d’eau, vous risquez de voir partir votre santé avec !

Saviez-vous que nous produisons en moyenne environ cinq TONNES de selles au cours de notre vie ? Et il s'avère que cette montagne d’excréments peut nous en dire long.

La forme, la couleur et d'autres caractéristiques des selles peuvent vous en dire long sur votre état de santé général, sur le fonctionnement de votre système gastro-intestinal et vous fournissent même de sérieux indices à propos de maladies graves qui pourraient vous affecter, comme les infections, les problèmes digestifs et même le cancer. Les selles peuvent présenter pratiquement toutes les couleurs de l'arc-en-ciel...et pardonnez-moi d'employer les mots selles et arc-en-ciel dans la même phrase.

Bien que les selles puissent être de différentes couleurs, textures et formes, tout en étant considérées comme « normales », certains cas particuliers nécessitent de prendre très rapidement un avis médical. Dans cette optique, l’exposé qui suit vous explique tout ce que vous devez savoir sur ce qui est normal, et sur ce qui ne l’est pas, au rayon des toilettes.

À quoi ressemblent des selles normales ?

Les selles sont composées d’environ 75 % d’eau. Le reste est un mélange fétide de fibres, bactéries vivantes ou mortes, cellules diverses et mucus. Les caractéristiques de vos selles sont très révélatrices de la santé de votre système digestif - la couleur, l’odeur, la forme, la taille et même le son qu’elles produisent en tombant dans l’eau, et le fait qu’elles « coulent » ou « flottent », sont toutes des informations utiles.

L’échelle de Bristol est un outil pratique qui peut vous aider à comprendre ce qu’il faut rechercher. Dans l’idéal, vos selles devraient ressembler au type 3, 4 ou 5, « comme une saucisse ou un serpent, lisse et douce », à « morceau mous, aisés à évacuer ». Le type 4 est le Saint Graal.

Les fibres ont tendance à augmenter le volume des selles et agissent comme une colle qui les rend compactes, par opposition à des selles morcelées. Si vos selles sont plutôt molles, à la limite de la diarrhée, cela pourrait être dû à une intolérance au lactose, à des édulcorants artificiels (sorbitol et Candérel), ou à une réaction au fructose ou au gluten.

Regardez, écoutez et sentez avant de tirer la chasse d’eau

Qu’est-ce qui est normal, et qu’est-ce qui ne l’est pas lorsque vous regardez dans la cuvette des toilettes ? Le tableau ci-dessous vous explique ce qu’il faut rechercher précisément, de façon à éviter de vous alarmer inutilement. Bien sûr, certains signes DOIVENT vous préoccuper, et ils sont indiqués également. Si vous observer un changement dans vos selles accompagné de douleurs abdominales, parlez-en à votre médecin.

Selles normales Selles anormales
Brun clair à moyen Selles difficiles à évacuer, douloureuses ou qui nécessitent de forcer pour les évacuer
Lisses et douces, longues en un seul morceau et non pas en plusieurs morceaux Morceaux durs, ou selles molles et détrempées, ou même pâteuses et difficiles à nettoyer.
Environ 3 à 4 cm de diamètre et jusqu'à 18 cm de long Selles étroites, en forme de crayon ou de ruban: peuvent témoigner d’une occlusion intestinale ou d'une tumeur - ou dans le pire des cas, d'un cancer du côlon ; des selles étroites peu fréquentes sont moins inquiétantes, mais si elles persistent, cela justifie absolument une visite chez le médecin
En forme de S, qui a pour origine la forme du gros intestin Des selles noir charbon ou rouge vif peuvent témoigner de saignements du système gastro-intestinal ; des selles noires peuvent également avoir pour origine certains médicaments, suppléments ou la consommation de réglisse ; si vous avez des selles noires, charbonneuses, il est prudent de vous faire examiner par votre médecin
Plongeon silencieux, en douceur... Elle doit tomber dans la cuvette avec un bruit discret - rien à voir avec un boulet de canon bruyant qui éclabousse tout et vous oblige à vous laver le postérieur Des selles blanches, pâles ou grises peuvent indiquer un manque de bile, ce qui peut révéler un problème grave (hépatite, cirrhose, troubles pancréatiques ou éventuellement obstruction des voies biliaires), et justifient donc une visite chez le médecin ; les antiacides peuvent également être responsables de selles blanches
Odeur naturelle, non répugnante (je ne veux pas dire non plus qu’elles sentent bon) Des selles jaunes peuvent révéler une giardiase, un problème de vésicule biliaire ou une maladie appelée syndrome de Gilbert - si vous constatez que vos selles sont jaunes, appelez votre médecin
Texture uniforme Présence d'aliments non digérés (plus inquiétant si accompagné de diarrhée, perte de poids, ou autres changements dans les habitudes de défécation)
Coulent lentement Flottent ou éclaboussent
  Augmentation du mucus dans le selles : Cela peut être associé à une maladie intestinale inflammatoire telle que la maladie de Crohn, à une colite ulcéreuse ou même à un cancer du côlon, en particulier en présence de sang ou de douleurs abdominales

Vos selles sentent-elles très mauvais ?

Si vos selles sentent inhabituellement mauvais, ne le prenez pas à la légère. Je parle d'une odeur bien pire que l’odeur désagréable normale des selles. Des selles très nauséabondes peuvent être dues à différents problèmes de santé, tels que :

  • Le trouble de malabsorption
  • La maladie cœliaque
  • La maladie de Crohn
  • La pancréatite chronique
  • La fibrose kystique

La fibrose kystique (FK) est une maladie provoquée par un gène défectueux, qui entraîne la production par l’organisme d’un mucus anormalement épais et collant, qui s’accumule et peut engendrer des infections pulmonaires potentiellement mortelles ainsi que de graves problèmes digestifs. La plupart des cas de FK sont diagnostiqués avant l’âge de deux ans, c’est donc un sujet d'inquiétude en particulier pour les bébés et les jeunes enfants.

À propos de choses malodorantes, qu’en est-il des gaz ? Émettre des gaz (des flatulences) est normal. Non seulement c’est normal, mais c’est aussi le signe rassurant que des miliards de bactéries intestinales font leur travail. Nous émettons en moyenne 14 gaz par jour - l’équivalent de 0,5 à 2 litres ! 99% des gaz sont inodores, il se peut même que vous les émettiez sans vous en rendre compte. Imaginez donc - s’il n’y avait pas de sortie, nous exploserions tous comme des ballons !

Constipation et diarrhée

Il faut en moyenne 18 à 72 heures à l’organisme pour transformer les aliments en excréments et les évacuer. Lorsque ce délai est raccourci de façon significative, il en résulte une diarrhée car les intestins n’ont pas le temps d'absorber toute l’eau. En revanche, lorsque le temps de transit est rallongé parce que trop d’eau a été absorbée, les selles sont dures et sèches.

La constipation est caractérisée par des selles dures et sèches qui nécessitent un effort pour être évacuées, et de plus, la fréquence des selles est généralement diminuée. Le fait de devoir forcer n’est pas normal, de même qu'une impression d’évacuation incomplète, des spasmes ou une lourdeur après être allé à la selle. Après 65 ans, le risque de souffrir de constipation augmente de façon significative.

Une constipation chronique et non traitée peut provoquer un fécalome, qui peut être un problème médical grave. Les laxatifs doivent être évités à tout prix et leur emploi ne doit intervenir qu’en dernier recours.

Causes fréquentes d'AUGMENTATION de la fréquence des selles/Diarrhée
Style de vie Maladies et affections
Augmentation de la consommation de fruits et de légumes (augmentation de la quantité de fibres) Hyperthyroïdisme (glande thyroïde hyperactive)
Augmentation de l'activité physique Maladie de Crohn
Augmentation de la consommation d’eau Colite ulcéreuse
Stress émotionnel Maladie cœliaque
Allergies alimentaires Syndrome de l’intestin irritable (SII)
  Effets secondaire de médicaments
  Infection gastro-intestinale
Causes fréquentes de DIMINUTION de la fréquence des selles/Constipation
Changement de régime alimentaire, moins de fibres, moins de fruits et de légumes Grossesse, accouchement ou dérèglements hormonaux
Stress émotionnel Problèmes musculaires ou nerveux de l’intestin, du rectum ou de l’anus
Ignorer le besoin d'aller à la selle, impératifs de voyage ou d’emploi du temps qui obligent à se retenir Syndrome de l’intestin irritable (SII)
Exercice insuffisant Diabète
Hydratation insuffisante Hypothyroïdisme (diminution de la fonction thyroïdienne)
Supplémentation en calcium ou en fer Douleurs ou inconfort localisé autour de l’anus, tels que fissures ou hémorroïdes
Médicaments tels que analgésiques narcotiques (codéine, par exemple), diurétiques, antiacides, antidépresseurs et excès de laxatifs Moins souvent : diverticulose, occlusion intestinale, cancer colorectal, sclérose en plaque, maladie de Parkinson et lésion de la moelle épinière
Allergies alimentaires  

Comment avoir un transit intestinal au top

La plupart des problèmes gastro-intestinaux peuvent être évités ou résolus grâce à quelques modifications dans votre alimentation et votre style de vie. Si vous ne parvenez pas à la perfection en matière de selles, ou si simplement vous ne vous sentez pas bien, pensez aux facteurs suivants et voyez si vous ne pourriez pas apporter quelques changements à vos habitudes. Ces stratégies vous aideront à résoudre constipation ou diarrhée, ainsi qu’à éviter les récidives.

  • Éliminez de votre alimentation toute source de gluten (les sources les plus courantes étant le blé, l'orge, le seigle et l’épeautre, entre autres céréales)
  • Adoptez un régime alimentaire qui comprennent des aliments complets, et riche en fruits et légumes bio frais qui vous apportent de bons nutriments et des fibres ; la majorité de vos apports de fibres doit provenir de légumes, et non de céréales
  • Évitez les édulcorants artificiels, l’excès de sucre (en particulier le fructose), les additifs alimentaires chimiques, le MSG, l’excès de caféine et les aliments transformés qui nuisent tous à votre système gastro-intestinal
  • Dopez votre flore intestinale en ajoutant des aliments fermentés naturels à votre alimentation, tels que de la choucroute, des pickles (conserves au vinaigre), et du kéfir (si vous tolérez les produits laitiers) ; ajoutez un supplément de probiotiques si vous pensez ne pas obtenir suffisamment de bonnes bactéries de votre alimentation
  • Essayez d’augmenter vos apports en fibres ; Le psyllium et les graines de lin bio fraichement moulues sont de bonnes sources (visez 35 grammes de fibres par jour)
  • Assurez-vous de boire suffisamment d’eau pure
  • Faites le plein d’exercice quotidien
  • Évitez les produits pharmaceutiques tels que les analgésiques, codéine ou hydrocodone, qui ralentissent le transit intestinal ; les antidépresseurs et les antibiotiques peuvent également perturber le système gastro-intestinal
  • Gérez vos problèmes émotionnels avec des outils tels que l’EFT
  • Essayez de vous accroupir au lieu de vous asseoir lorsque vous allez à la selle ; la position accroupie détend le rectum et le muscle pubo rectal et favorise l'évacuation complète des selles sans forcer, et il a été scientifiquement prouvé qu’elle soulage de la constipation et des hémorroïdes

Pensez au bidet

Vous pouvez essayer d’utiliser un bidet, comme alternative pratique et abordable au papier hygiénique. Lorsque vous aurez essayé un bidet, vous ne reviendrez sans doute plus jamais au papier toilette ! Utiliser un bidet vous rafraîchit mieux qu'un papier hygiénique ne peut le faire, c’est plus doux et moins irritant que de s’essuyer avec du papier, et cela réduit la contamination des mains. Lorsque je voyage, c’est l’un des objets qui me manque le plus. Presque toutes les personnes que je connais qui ont essayé le bidet en sont enchantées.

Article Antérieur Article Suivant

Clause de non-responsabilité: Tout le contenu publié sur le présent site web se fonde sur les opinions du Dr. Mercola, sauf indication contraire. Les articles individuels ont comme base les opinions de l'auteur respectif qui garde les droits d'auteur comme établis. Les informations fournies sur ce site web ne sont pas destinées à remplacer une relation directe avec un professionnel de santé qualifié et ne sont pas destinées à être considérées comme conseil médical. Toutefois, elles sont fournies avec le but de partager les connaissances et les données obtenues à partir des recherches et de l'expérience du Dr. Mercola et de son public. Le Dr. Mercola vous recommande de prendre vos propres décisions en matière de soins et de santé sur la base de vos recherches et en collaboration avec un professionnel de santé qualifié. Si vous êtes enceinte, si vous allaitez, si vous prenez un médicament ou si vous avez un problème médical, consultez votre professionnel de santé avant d'utiliser des produits sur la base du contenu de ce site web.