La Machine de Propagande s'empare du Virus Zika

Virus Zika

En bref -

  • Le virus Zika serait responsable au Brésil du taux croissant de microcéphalies, une malformation entraînant la naissance d’enfants au crâne anormalement petit
  • Sur les plus de 4780 cas signalés, seuls 404 ont une microcéphalie avérée, dont seulement 17 ont été testés positivement au virus Zika
  • Les responsables bien plus probables de la microcéphalie sont le manque d'hygiène, Les carences répandues en vitamine A et en zinc, la pollution environnementale, l’exposition aux pesticides toxiques et le vaccin Tdap, aujourd'hui obligatoire pour toutes les femmes enceintes
Taille du texte:

Dr. Mercola

Ces dernières années ont vu passer une série de ces virus rendus exagérément menaçants, de la grippe aviaire à la grippe porcine en passant par Ebola - qui se sont tous calmés aussi vite qu’ils étaient apparus, sans causer de dommages importants dans le monde réel.

Cette année, c’est le virus Zika, qui est rendu responsable d'une vague de cas de microcéphalies au Brésil. Le nombre de cas signalés de cette malformation, qui entraîne la naissance de bébés au crâne anormalement petit, aurait explosé, passant d'une moyenne de 150 par an, à plus de 4780 depuis octobre 2015.

Un nombre de Cas de Microcéphalies Largement Surévalué

Le gouvernement brésilien a déjà admis que les trop nombreux paramètres pris en compte ont donné lieu à une surestimation considérable.

Par précaution, lorsque les régions infectées par le Zika ont commencé à constater une augmentation des microcéphalies, le gouvernement brésilien a demandé aux autorités sanitaires de signaler tout enfant né avec un périmètre crânien inférieur à 33 centimètres.

On s'attendait à des faux positifs, et lorsqu’ils ont compris que la plupart de ces bébés étaient en fait normaux et en bonne santé, le seuil a été abaissé à 32 centimètres en décembre. La limite pourrait même être descendue à 31,9 centimètres pour les garçons et 31,5 pour les filles.
Ainsi qu’il a été rapporté dans le New York Times :

« Parmi les cas examinés jusqu’à présent, 404 sont des microcéphalies avérées. Seuls 17 d’entre eux ont été testés positivement au virus Zika ...

709 autres bébés ont été déclarés comme n’étant pas affectés de microcéphalie...soulignant le risque que les faux positifs exagèrent l’ampleur de l’épidémie par rapport à la réalité. Les 3670 autres cas sont encore en cours d’examen. » [Mots non mis en gras dans l’original]

Comme indiqué par le New York Times, il n’y a en fait que peu d’éléments de preuve liant le virus Zika et cette malformation particulière.

Pauvreté, Pollution, Carences en Vitamines

Le virus Zika a été identifié pour la première fois en 1947 en Ouganda, où il n’affectait au départ que les singes Rhésus. C’est un arbovirus, ce qui signifie que la maladie est transmise par les piqures de moustiques, de tiques ou de puces.

Selon l’ATCC (American Type Culture Collection), qui est une « ressource mondiale de matières biologiques...organisation dont la mission est centrée sur l'acquisition, l’authentification, la production, la préservation, le développement et la distribution d’étalons de référence de microorganismes, » le virus Zika - qu'ils vendent pour environ 500 dollars - provoque la paralysie et la mort.

Chez l’homme, une infection par le Zika provoque généralement tout au plus des symptômes pseudo-grippaux légers, et il n’existe aucun témoignage antérieur suggérant qu’il puisse provoquer des malformations congénitales.

De plus, d'autres virus proches du Zika, tels que la fièvre jaune ou la dengue, ne sont en principe pas capables de traverser le placenta et d’endommager le cerveau du fœtus.

Cela n’en exclut certainement pas la possibilité, bien entendu, mais en dehors des moustiques porteurs du Zika, il existe de nombreux autres facteurs pouvant expliquer de façon bien plus probable et rationnelle l’augmentation des microcéphalies dans cette région du Brésil.

Tout d'abord, la « flambée » frappe une région agricole très pauvre qui utilise de grandes quantités de pesticides interdits, dont l’usage a été lié à de nombreux problèmes de santé, y compris des malformations congénitales.

Ces facteurs, associés au manque d'hygiène et aux carences largement répandues en vitamine A et en zinc, posent à eux seuls le cadre d’une flambée épidémique. Ajoutez à cela la pollution environnementale et la microcéphalie ne semble pas être une conséquence si invraisemblable.

Les Carences en Vitamine A liées à la Microcéphalie

Les carences en vitamine A et en zinc sont considérées comme endémiques au Brésil et il est reconnu que ces deux carences nutritionnelles diminuent la fonction immunitaire.

Plus important encore, les carences en vitamine A ont été spécifiquement liées à un risque accru de microcéphalie, et il est reconnu que le zinc joue un rôle important dans la structure et le fonctionnement du cerveau.

L’Atrazine Également impliqué dans la Microcéphalie

L’Atrazine est un pesticide qui semble être aussi un coupable envisageable. Selon des recherches publiées en 2011, un petit périmètre crânien faisait partie de la liste des effets secondaires d’une exposition prénatale à l’Atrazine.

L'Atrazine est utilisé pour éviter les mauvaises herbes de pré et post émergence et est l’herbicide le plus utilisé après le Roundup.

Programme de Vaccination Obligatoire des Femmes Enceintes Entré en Vigueur en 2015

En octobre 2014, le gouvernement brésilien a en outre rendu obligatoire, à partir de 2015, la vaccination Tdap (Tétanos, Diphtérie et Coqueluche) pour toutes les femmes enceintes.

Le fait que le nombre de malformations congénitales a commencé à augmenter vers la fin 2015 semble suspecter bien plus cette obligation qu’une infection au Zika - d'autant plus, d'ailleurs, si l'on rappelle que le vaccin a, par le passé, été lié à des dommages au cerveau chez l’enfant et qu'il n'a jamais été démontré que l’administration du Tdap pendant la grossesse était sans danger.

Au cours de l’été 2015, le Dr. Kathryn Edwards, directrice du Programme de Recherche Vaccinale Vanderbilt, a reçu une subvention de 307.000 dollars de la Fondation Bill & Melinda Gates pour étudier les réponses immunitaires des femmes enceintes recevant le vaccin en question. Ses conclusions sont attendues.

Cependant, de nombreuses études antérieures ont démontré que la stimulation du système immunitaire d’une femme enceinte est une très mauvaise idée. Alors pourquoi rendre obligatoire le vaccin Tdap pour les femmes enceintes et non la supplémentation en vitamine A et en zinc ? Ci-après des exemples non limitatifs des études démontrant les effets néfastes sur la santé de l’activation du système immunitaire maternel :

Comportement et Immunité du Cerveau 2001 : Une augmentation des taux de cytokine pendant la grossesse représente un facteur de risque potentiel de maladie psychotique chez l’enfant.
Psychiatrie Biologique 2006 : L'activation immunitaire pendant la grossesse chez les souris conduit à l’hyperfonction dopaminergique et à des troubles cognitifs chez le petit, et peut favoriser la schizophrénie.
Comportement et Immunité du Cerveau 2006 : Il a été démontré que la stimulation immunitaire pendant la grossesse favorise les maladies mentales neurodéveloppementales chez l’enfant, y compris, mais sans s'y limiter, la schizophrénie.
Le Journal de Neuroscience 2007 : L'activation immunitaire maternelle altère le développement du cerveau fœtal et peut prédisposer les enfants à la schizophrénie et à l'autisme.
Le Journal de Neuroscience 2008 : Une inflammation pendant une période postnatale importante provoque une augmentation à long terme des susceptibilités de crise.
Medical Veritas 2008 : Une vaccination excessive pendant le développement du cerveau peut favoriser des troubles relevant de l’autisme.

Les Moustiques Transgéniques et L’Infection par le Zika sont-ils Liés ?

Il est intéressant de savoir que la Fondation Gates a également financé le développement de moustiques transgéniques, créés par Oxitec, une société de biotechnologie, pour combattre la fièvre dengue et Zika - projet que certains soupçonnent d'avoir provoqué un contre-feu pour aboutir finalement à une épidémie de Zika.

Ces moustiques transgéniques étant conçus pour éliminer les descendants avant qu'ils n’arrivent à maturité - ils portent en quelque sorte un gène « suicide » ou « auto-destructeur », on est en droit de se demander comment ils peuvent favoriser la propagation de Zika. En fait ils ne le peuvent pas. Pas intentionnellement, en tous cas, d'après certaines suggestions.

Il existe cependant des problèmes potentiels. Ce « coupe-circuit » génétique devient défaillant en présence de tétracycline, un antibiotique. Le Brésil est le troisième plus gros consommateur d'antibiotiques pour la production alimentaire et animale et, selon une étude de 2009, 75 pourcent des tétracyclines administrés au bétail finissent dans les déjections.

L’utilisation de lisier et de boue d’épuration comme fertilisants est une très importante voie de diffusion des antibiotiques dans l’environnement. (On sait peu de choses sur l’impact de la tétracycline sur l’environnement, mais des chercheurs brésiliens ont rencontré des situations alarmantes dans lesquelles la présence de ces médicaments dans l’eau potable a entraîné une résistance bactérienne.)

D’après certains documents de la société Oxitec, le taux de survie des descendants de moustiques transgéniques en présence de tétracyclines peut atteindre 15 pourcent. Cependant, en dehors du fait qu'ils ne déciment pas la population de moustiques aussi efficacement que prévu, il n’y a vraiment AUCUN indice suggérant que ces moustiques transgéniques sont d’une quelconque façon des porteurs intentionnels du virus Zika.

Ceci dit, bien que les moustiques transgéniques soient supposés être tous des mâles, qui ne piquent pas, si des femelles arrivent à passer au travers du processus, ou à survivre pour une raison ou une autre, il existerait un risque qu’elles transmettent leur ADN modifié à leur hôte. Les répercussions que cela pourrait avoir sont floues.

Les Moustiques Transgéniques Crient Victoire - Et Pourtant Nous Avons Besoin de Pesticides Plus Puissants ?

Oxitec a lâché les premiers lots de moustiques transgéniques Aedes aegypti dans les Iles Caïman en septembre 2009. Les lâchers en Malaisie ont suivi en 2010. En juillet 2012, la société avait installé au Brésil un élevage à grande échelle de moustiques transgéniques.

Durant l’été 2015, les moustiques transgéniques furent lâchés dans l’environnement naturel à Juazeiro, au Brésil, et peu de temps après cela, Oxitec annonça qu'ils avaient « pris avec succès le contrôle du moustique Aedes aegypti, responsable de la propagation de la fièvre dengue, du chikungunya et du virus Zika, en réduisant sa population de plus de 90 pourcent. »

Des résultats de recherches publiés dans PLOS Neglected Tropical Diseases (Bibliothèque Scientifique Publique - Maladies Tropicales Négligées) soutiennent que, dans une banlieue brésilienne, l’espèce stérile avait réduit la population de moustiques de 95 pourcent.

En dépit de ces allégations de décimation réussie de l'insecte porteur de la maladie, la Présidente brésilienne Dilma Roussef a récemment fait la déclaration suivante : « tout responsable administratif du service public doit lutter contre le moustique et sa reproduction. »

Des milliers de soldats et de fonctionnaires ont été enrôlés pour éradiquer les moustiques de tous les endroits où ils pourraient se cacher. « Nous ferons tout, absolument tout ce qui est en notre pouvoir pour vous protéger », déclare la Présidente Roussef dans son discours, s'adressant à toutes les mères et futures mères du Brésil - puis elle se tourne et ordonne aux femmes et aux enfants de se faire fumiger par des produit chimiques toxiques ! Quelle ironie tragique !

Des « Experts de la Santé » Prônent le Retour du DDT

Certains organismes, tels que l’Institut Manhattan, prônent même l’utilisation du DDT pour régler le problème de moustique ! Cela en dépit du fait que le DDT passe librement au travers du placenta pendant la grossesse, accédant directement au fœtus en développement et à son cerveau.

Certaines études ont montré un lien entre le DDT et l’hypertension artérielle, une baisse de la fertilité, les naissances prématurées, le diabète de l’adulte, et la maladie d’Alzheimer. Comment l’utilisation d'une neurotoxine comme le DDT pourrait-elle solutionner le problème de malformation neurologique (SI TANT EST que la microcéphalie soit véritablement associée au virus Zika) ?

Ainsi que STAT News le relève :

« Les États-Unis ont interdit le DDT en 1972 après qu’il ait été découvert qu’il persistait dans l’environnement pendant des décennies, qu’il s'accumulait dans la chaine alimentaire et qu’il tuait les aigles, les pélicans et d'autres espèces sauvages. Mais le pesticide n'a jamais été interdit mondialement.

Bien que la Convention de Stockholm de 2001 ait appelé les pays à supprimer l’utilisation du DDT et des produits chimiques connexes, le DDT est toujours utilisé en Afrique et dans d'autres pays pour lutter contre les moustiques porteurs de la malaria (lesquels, comme il avait été prédit, ont développé une forte résistance au produit chimique).

Une grave préoccupation à propos du DDT est que, lorsqu’une population de moustiques y développe une résistance (les insectes portant des mutations défiant le DDT laissent derrière eux bien plus de descendants que les insectes fragiles), ces insectes développent également une résistance aux autres insecticides, moins dangereux...

L’épidémiologiste Brenda Eskenazi, Docteur de l’Université de Californie, San Francisco, qui a conduit en 2009 une étude ayant soulevé des inquiétudes quant aux effets de l’exposition au DDT sur la santé de l’Homme, a admis que le DDT pourrait ne pas fonctionner au Brésil et dans les autres pays dans lesquels Zika se propage. ‘Ils doivent utiliser tout ce qu’ils peuvent pour maîtriser le virus,’ dit-elle, ‘mais ils doivent agir en toute sécurité’.

D’après ce que l’on voit sur les photos de news, ‘des hommes en combinaisons hazmat vaporisent des pesticides autour de femmes et d’enfants’ qui n’ont aucun vêtement de protection ni quoi que ce soit, dit-elle, ‘ce qui est affreux et bouleversant.’ »

Pulvérisateurs et Spray Anti-Moustiques ne Fonctionnent pas sur Ce Moustique

Il est stupéfiant de voir à quel point certaines personnes sont imprudentes, mais voilà ce qui arrive lorsque vous provoquez une panique - les gens ne réfléchissent pas. Dans le cas présent, les recommandations d’utilisation de pulvérisateurs et de sprays toxiques ne peut faire que BIEN PLUS de mal que de bien, ne serait-ce que parce qu’ils sont inefficaces contre l’Aedes aegypti, l’espèce de moustique concernée.

Ces minuscules moustiques rayés noir et blanc ne volent pas loin - leur rayon d’action ne dépasse pas 100 à 200 mètres. Ils sont très difficiles à attraper lorsqu’ils sont en vol, les sprays insecticides et pulvérisateurs sont donc assez inutiles pour les combattre. De plus, ils se nourrissent pendant la journée et non le soir, alors que c’est précisément à ce moment que les camions pulvérisateurs circulent dans les quartiers.

D'autres suggestions douteuses à l’étude évoquent l’utilisation de rayons X et/ou de rayons Gamma pour stériliser les moustiques. Selon Reuters :

« De tels moustiques mâles élevés en laboratoire pourraient ensuite être lâchés dans le milieu naturel pour s'accoupler avec les femelles de l’espèce, qui produiront ensuite des œufs qui n’écloront jamais, réduisant ainsi le nombre d'insectes dans une région donnée sans tuer aucun animal ni utiliser de produits chimiques. »

La Déclaration d’Urgence Lance une Nouvelle Tournée d’Énormes Profits

La déclaration d'urgence lance une nouvelle tournée d’énormes profits pour les fabricants de médicaments et de vaccins. Et cette année, les industries chimique et biotechnologique vont être de la partie aussi. Voilà comment ils survivent - en semant la terreur à intervalles réguliers pour gagner des montagnes d'argent dans la foulée.

Comme on s’y attendait, des vaccins contre Zika sont à l’étude, les sociétés se disputant la place du premier à lancer un remède, peu importe qu’il ait été testé correctement et même s’il s'avère dangereux en définitive - le tout sous couvert de vouloir sauver des milliers de vies, bien entendu. Rappelons cependant que tout vaccin pandémique est dégagé de toute responsabilité en cas de dommages corporels ou de décès. Pfizer, Johnson & Johnson et Merck sont tous à la recherche d'un vaccin contre Zika.

La société indienne Bharat Biotech a pris, on ne sait comment, une longueur d'avance et a commencé à travailler sur deux vaccins contre Zika en novembre 2014. Cela vous surprendrait-il d'apprendre que cette société est également liée à la Fondation Gates ? Ils ont reçu une subvention de 50 millions de dollars de la Fondation Bill et Melinda Gates pour rechercher un vaccin contre la malaria et mener des essais chez l’humain.

Merck, Syngenta et Bayer sont également associés de la Fondation Gates, tout comme les géants de l’industrie chimique Monsanto et DuPont. Cette alliance malsaine n’est que l’une des raisons pour lesquelles je n'ai pas confiance en la « philanthropie » de Bill Gates.

+ Source et Référence