Questions de recherche sur les médicaments contre le TDAH

Médicaments contre le TDAH

En bref -

  • Le méthylphénidate (Ritaline), un médicament contre le TDAH, apporte de modestes améliorations des symptômes mais ces constatations sont basées sur des études de mauvaise qualité
  • La ritaline est associée à un risque de problèmes de sommeil accru et à une perte d'appétit
  • Les troubles du sommeil provoqués par les médicaments contre le TDAH « pourraient, dans certains cas, remettre en question les bienfaits des traitements stimulants »
Taille du texte:

Dr. Mercola

Près de 10% des enfants américains sont diagnostiqués comme souffrant de troubles du déficit de l'attention avec hyperactivité (TDAH). La maladie est décrite comme « l’un des troubles les plus courants affectant les enfants » par l'institut National de Santé Mentale, mais ses symptômes peuvent être ambigus.

Par exemple, on peut diagnostiquer cette maladie chez un enfant qui présente des difficultés à rester concentré et à être attentif, des difficultés à contrôler son comportement, et qui est hyperactif. Le problème est que tous les enfants peuvent présenter ce type de symptômes, bien que certains de façon plus prononcée que d'autres.

Seuls ceux dont les comportements sont « plus marqués » ou apparaissent « plus souvent » pendant au moins six mois sont supposés souffrir de TDAH, mais même ces critères sont subjectifs.

Il n’existe aucun test ou autre méthode objective pour détecter les enfants souffrant de TDAH, ils sont donc souvent diagnostiqués sur la base des observations des parents, des enseignants et parfois, d'un professionnel de la santé mentale.

Bien que l’on propose parfois aux enfants atteints de TDAH de suivre une thérapie, les traitements les plus couramment utilisés contre le TDAH sont les médicaments stimulants. Les médicaments contre le TDAH sont les psychotropes les plus couramment utilisés par les enfants (au coude à coude pour la première place avec les antidépresseurs).

L’utilisation de tels médicaments est controversée pour de nombreuses raisons, qui ont été récemment dévoilées par la première revue systématique complète de leurs avantages et inconvénients.

Les avantages des médicaments contre le TDAH sont très modérés...

Toute personne qui envisage d'utiliser des médicaments contre le TDAH doit soigneusement en peser le pour et le contre. Dans le cas du méthylphénidate (sous les noms commerciaux de Ritaline, Concerta, Medikinet et Equasym), c’est très discutable.
Une recherche publiée dans la Base des revues systématiques Cochrane, a révélé que le médicament pouvait apporter de légères améliorations dans les symptômes, le comportement général et la qualité de vie.

Toutefois, les modestes avantages étaient basés sur des études de mauvaise qualité, poussant les chercheurs à mettre en garde contre l’utilisation du médicament à moins d’une sérieuse réflexion préalable. L’auteur de l'étude, le Dr. Morris Zwi, psychiatre pour enfants et adolescents, a déclaré :

« Nous attendons probablement trop de ce traitement... bien que notre revue mette en évidence certains avantages, nous devons garder à l’esprit que cette conclusion était basée sur des données de très mauvaise qualité.

Nous avons besoin d’essais à grande échelle menés correctement, afin de faire la part des risques et des avantages. »

La revue systématique a également découvert que le médicament est associé à une augmentation du risque de troubles du sommeil et de perte d'appétit. Globalement, les personnes sous méthylphénidate présentaient une augmentation de 29% du risque de ressentir un effet secondaire sans gravité, dont les plus courants étaient les troubles du sommeil et une diminution de l'appétit.

Les médicaments stimulants peuvent perturber le sommeil des enfants souffrant de TDAH

Une étude séparée publiée dans Pediatrics a également découvert que les traitements stimulants tels que la Ritaline peuvent perturber le sommeil des enfants.

Bien que les médicaments aient des effets stimulants, ils peuvent avoir un effet calmant sur les enfants souffrant de TDAH et certains suggèrent que les médicaments peuvent améliorer leur sommeil en apaisant les comportements de résistance au coucher.
Toutefois, cette recherche, qui a passé en revue neuf études individuelles, a conclu qu’en général, les enfants prenant des médicaments stimulants :

  • Mettaient plus de temps que les autres à s’endormir (la durée d’endormissement augmentant avec la dose)
  • Avaient un temps de sommeil plus court
  • Avaient une moins bonne efficacité du sommeil, qui est le ratio entre le temps de sommeil et le temps passé au lit

Ces effets sont particulièrement gênants car le manque de sommeil aggrave les symptômes du TDAH, les chercheurs soulignant que « les effets secondaires sur le sommeil pourraient dans certains cas remettre en question les avantages des traitements stimulants. »

Les médicaments contre le TDAH envoient chaque année 23.000 enfants aux urgences

En dépit de leur banalisation, les médicaments prescrits dans le traitement du TDAH ne sont en aucun cas « légers ». Ce sont des stupéfiants puissants de catégorie 2, réglementés par la Drug Enforcement Administration (DEA) en tant que substances contrôlées car ils peuvent entraîner une dépendance.
Pourtant, ces médicaments potentiellement dangereux, dont le plus courant est la Ritaline, sont prescrits à la majorité des enfants diagnostiqués d’un TDAH. Par définition, la Ritaline stimule votre système nerveux central et peut certainement interférer avec les mécanismes délicats et complexes de votre cerveau et de votre personnalité.
Sans parler du fait que l'on ne connait pratiquement rien des effets à long terme des médicaments sur les enfants. Ceci étant dit, en dehors des troubles du sommeil et de la perte d'appétit, nous leur connaissons d'autres effets secondaires :

Mort subite chez les personnes présentant des problèmes cardiaques ou des cardiopathies AVC et crise cardiaque Augmentation de la tension artérielle
Apparition ou aggravation des troubles de la pensée Apparition ou aggravation de troubles bipolaires Apparition ou aggravation des comportements agressifs ou hostiles
Nouveaux symptômes psychotiques (tels qu’entendre des voix, douter de la véracité des choses et penser qu’elles sont suspectes) Nouveaux symptômes maniaques Augmentation du rythme cardiaque
Ralentissement de la croissance chez les enfants (en taille et en poids) Convulsions Modification de la vue ou vision trouble

Un enfant sur cinq atteint de TDAH pourrait être mal diagnostiqué

Avant de donner à votre enfant un médicament comme la Ritaline, il est important d’être certain qu’il en a vraiment besoin. À l'heure actuelle, diagnostiquer le TDAH ne repose que sur des opinions, car il n’existe aucun test physique qui puisse identifier la maladie.

D’après une étude de 2010, on estime que 20% des enfants diagnostiqués d’un TDAH le sont par erreur. En d'autres termes, le comportement de certains enfants pourrait être considéré comme entrant dans les limites du comportement « normal » d’un enfant, ou pourrait résulter de facteurs de style de vie ou d'expositions toxiques, et non comme une « maladie » qui nécessite un puissant traitement psychotrope.

La tomographie par émission monophotonique (TEMP ou SPECT) pourrait s'avérer être un outil précieux pour détecter des troubles psychiatriques tels que le TDAH. La TEMP est différente de l’IRM anatomique ou du scanner. La TEMP mesure les flux sanguins et les modèles d'activité. Elle observe le fonctionnement de votre cerveau.

Elle est similaire à la tomographie par émission de positons (PET scan), qui examine le métabolisme du glucose. Lorsqu’ils utilisent l’imagerie TEMP, les médecins observent trois choses :

  • Les parties de votre cerveau qui fonctionnent correctement
  • Les parties de votre cerveau qui ont une activité faible
  • Les parties de votre cerveau qui ont une activité élevée

Le travail consiste ensuite à équilibrer les différentes régions de votre cerveau. Dans ses travaux avec l’imagerie TEMP, le Dr. Daniel Amen, médecin et psychiatre diplômé, a identifié sept types d'anxiété et de dépression, six types de TDAH, cinq types d’hyperphagies et six types de dépendances.

Par exemple, l'imagerie TEMP peut révéler une faible activité du cortex préfrontal, qui est généralement associée à un mauvais contrôle des impulsions. Elle est également associée au TDAH.

Un autre avantage majeur de l’imagerie TEMP est qu’elle permet d’identifier les dommages provoqués par les expositions toxiques. Le Dr. Amen explique à quel point ces découvertes sont importantes pour trouver le traitement approprié :

« J'avais un patient ... auquel on avait diagnostiqué un TDA [Trouble du déficit de l’attention]. Il a consulté le meilleur spécialiste du TDAH du pays. Celui-ci a établi le diagnostic après l'avoir écouté pendant une dizaines de minutes. Au scanner que nous lui avons fait passer, son cerveau est apparu totalement intoxiqué.

Si la partie avant de votre cerveau est endommagée, il est évident que vous présentez des symptômes de TDAH. Il s’est avéré qu'il souffrait d’empoisonnement à l'arsenic. Il avait besoin d’un programme de détoxification et pas de doses supplémentaires d’Adderall. »

C’est du sport qu’il faudrait « prescrire » aux enfants atteints de TDAH

Une recherche publiée dans le journal Pediatrics a découvert que les enfants qui s’engagent dans un programme régulier d'activité physique améliorent leur contrôle exécutif, qui comprend l’inhibition (la capacité à rester concentré), la mémoire de travail, et la flexibilité cognitive (capacité à passer d'une tâche à une autre).

Les fonctions exécutives sont souvent altérées chez les enfants atteints de TDAH, ce qui signifie que le sport peut les aider directement à améliorer leurs symptômes. Les résultats scolaires des enfants atteints de TDAH sont souvent affectés également, et c’est l’une des principales raisons qui pousse de nombreux parents à accepter les traitements médicaux.

Pourtant, il est bien connu que le sport améliore les notes et les performances académiques des enfants, et cette association est particulièrement forte chez les enfants souffrant de TDAH.

Une étude a établi par exemple qu'un programme d’activité physique pratiquée avant et après l'école réduit l’inattention et les sautes d'humeur chez les jeunes enfants susceptibles d’être atteints de TDAH, et améliore leurs résultats aux tests de maths et de lecture. Une autre recherche a révélé que 26 minutes d'activité physique par jour aident à réduire les symptômes de TDAH chez les enfants en école primaire, de façon significative.

Au cours d'une conférence TED de 2012, John Ratey, professeur agrégé de psychiatrie à Harvard, a suggéré que le sport devrait être considéré comme un traitement contre le TDAH, car il déclenche la libération de dopamine et de sérotonine par le cerveau, ce qui améliore l’humeur et stimule la performance cognitive. Vous pouvez visionner cette conférence ci-dessous.

Méthodes naturelles pour aider à remédier aux symptômes apparentés au TDAH

Si votre enfant présente des troubles du comportement ou d'autres symptômes apparentés au TDAH, qu’il ait ou non été diagnostiqué comme souffrant de la maladie, je vous conseille vivement de vous préoccuper des facteurs suivants :

  • L’excès de sucre. Les aliments riches en sucre et les hydrates de carbone amidonnés entraînent une libération excessive d'insuline, qui peut elle-même entraîner une chute de la glycémie, ou hypoglycémie. L’hypoglycémie, à son tour, entraîne une sécrétion excessive de glutamate par le cerveau, ce qui peut provoquer agitation, dépression, colère, anxiété, et crises de panique.

    En dehors de cela, le sucre favorise l'inflammation chronique dans votre corps, et de nombreuses études ont démontré le lien entre une alimentation riche en sucre et la détérioration de la santé mentale.
  • La sensibilité au gluten. Les données suggérant que la sensibilité au gluten pourrait être à la base de nombreuses maladies neurologiques et psychiatriques, y compris le TDAH, sont assez convaincantes. D'après une étude de 2011, la maladie cœliaque est « nettement surreprésentée chez les patients présentant un TDAH », et il a été démontré qu’une alimentation sans gluten améliore nettement le comportement des enfants.

    L’étude est allée jusqu'à suggérer que la maladie cœliaque soit ajoutée à la liste des symptômes du TDAH.
  • Des intestins en mauvaise santé. Comme l’explique le Dr. Natasha Campbell-McBride, docteur en médecine et titulaire d'un doctorat en neurologie, une toxicité intestinale peut se répandre dans tout le corps et dans le cerveau, et être la cause de symptômes d'autisme, de TDAH, de dyslexie, de dyspraxie, de dépression, de schizophrénie et d'autres troubles mentaux. Il est impératif de réduire l’inflammation intestinale pour traiter les problèmes de santé mentale, optimiser la flore intestinale de votre enfant est donc une étape essentielle.

    Cela signifie qu'il faut non seulement éviter les aliments raffinés et transformés, mais aussi manger des aliments fermentés de façon traditionnelle. Les légumes fermentés font sans doute partie des aliments fermentés les plus appétissants, bien que de nombreux enfants apprécient les produits laitiers fermentés comme le kéfir, en particulier si vous les associez à de bons smoothies.

    Si vous n’arrivez pas à faire manger régulièrement des aliments fermentés à votre enfant, un supplément de probiotiques de haute qualité peut être très efficace pour restaurer une flore intestinale déséquilibrée, qui peut contribuer à un dysfonctionnement cérébral.
  • Carence en acides gras oméga-3 d’origine animale. La recherche a montré que les enfants qui manquent d'acides gras oméga-3 sont nettement plus susceptibles d’être hyperactifs, de souffrir de troubles de l'apprentissage de de présenter des problèmes de comportement. Les carences en acides gras oméga-3 sont également associées à la dyslexie, à la violence, et à la dépression. Une étude clinique publiée en 2007 a examiné les effets de l’huile de krill sur les adultes souffrant de TDAH.

    Au cours de cette étude, les patients ont amélioré leur capacité à se concentrer de plus de 60% en moyenne après avoir pris une dose quotidienne de 500 milligrammes (mg) d'huile de krill pendant six mois. Ils ont également fait part d'une amélioration de 50% de leurs capacités d’organisation et de près de 49% de sociabilité.
  • Additifs alimentaires et Ingrédients OGM. De nombreux additifs alimentaires sont soupçonnés d’aggraver le TDAH et certains ont été de ce fait interdits en Europe. Les coupables potentiels comprennent les colorants alimentaires bleu n° 1 et n° 2, vert n° 3, orange B, rouge n° 3 et n° 40, jaune n° 5 et n° 6 et le benzoate de sodium, un conservateur.

    La recherche montre également que le glyphosate, l'ingrédient actif utilisé dans l’herbicide de Monsanto, le Roundup, utilisé en grandes quantités sur les cultures génétiquement modifiées résistantes au Roundup, limite la capacité de votre corps à se détoxifier des composés chimiques étrangers. Résultat, les effets néfastes de ces substances chimiques et des toxines environnementales sont amplifiés, et peuvent entrainer de nombreuses maladies, notamment des troubles du cerveau pouvant affecter le comportement.

Facteurs supplémentaires pouvant contribuer à atténuer les symptômes du TDAH

  • Débarrassez votre maison des dangereux pesticides et autres substances chimiques synthétiques.
  • EMF. Limitez votre exposition aux rayonnements des micro-ondes hautes fréquences, aux téléphones cellulaires et portables, et à la pollution électromagnétique. Ceci est particulièrement important pour l’environnement de sommeil dans lequel ont lieu le repos et la réparation. Il doit être électriquement aussi neutre que possible.
  • Évitez les lessives et produits d’entretien du commerce destinés à l’entretien des vêtements et au nettoyage de votre maison et remplacez-les par des produits de nettoyage naturels sans parfums ajoutés ni adoucissants, etc.
  • Passer plus de temps dans la nature. Les chercheurs ont prouvé qu’exposer des enfants atteints de TDAH à la nature est une façon abordable et saine de contrôler leurs symptômes.
  • Testez les thérapies sensorielles et les outils de bien-être émotionnel. Les outils de psychologie énergétique tels que La Technique de Libération Émotionnelle (EFT) peuvent aider à améliorer l'adaptation et la guérison émotionnelle.
  • Autres expositions toxiques. Évitez toutes les toxines connues, telles que le glutamate de sodium (MSG) et les édulcorants artificiels, notamment l’aspartame, le mercure des « plombages », ou amalgames dentaires, et le fluor dans l’eau du robinet.