Cette petite boule sous votre peau : est-ce un kyste sébacé ou quelque chose de plus grave ?

Kyste

En bref -

  • Il existe de nombreux types de kystes cutanés ; les plus courants sont les kystes épidermoïdes et les kystes pilaires ou sébacés, qui peuvent poser problème s'ils s’infectent
  • Les anthrax, furoncles et autres problèmes de peau de ce type peuvent sembler inquiétants, et être douloureux et/ou inesthétiques
  • Le rasage, les irritations de la peau et les coups de soleil peuvent être à l’origine de petits kystes ; ils peuvent également être provoqués par un follicule pileux infecté, une infection à staphylocoque ou simplement une carence nutritionnelle
Taille du texte:

Dr. Mercola

Il vous est peut-être déjà arrivé de remarquer une petite boule indolore sous votre peau, derrière l’oreille ou éventuellement sur le torse, les épaules ou le dos.

La plupart des gens appellent ces petites boules des ‘kystes sébacés’, mais il peut s'agir d’un type plus courant, que l’on appelle les kystes épidermoïdes. Il existe globalement trois types de kystes cutanés :

  • Les kystes épidermoïdes apparaissent lorsque des cellules superficielles de la peau forment une poche remplie de liquide. Ils se développent généralement lentement, sont bénins et mesurent de 1 à 5 cm de diamètre. Ils ne sont pas douloureux à moins qu’ils ne s’infectent, auquel cas ils se transforment en abcès inesthétiques.
  • Les kystes pilaires sont formés de cellules telles que des racines de cheveux, apparaissent le plus souvent au niveau des follicules pileux du cuir chevelu, et sont parfois écorchés au passage du peigne dans les cheveux.
  • Les kystes sébacés, qui sont bien moins fréquents, contiennent du sébum, contrairement aux kystes cutanés courants.

Les kystes peuvent être provoqués par une écharde ou une petite coupure, par un coup de soleil, par l’épilation ou le rasage, par des follicules pileux gonflés, une augmentation de la production de sébum, ou encore par l’acné.

Le fait de les gratter ou qu’ils soient soumis à un frottement (par une bretelle de soutien-gorge par exemple) peut aggraver le problème et les rendre encore plus gênants, et potentiellement provoquer une infection.

Si vous avez un kyste, la plupart des médecins s'accordent pour dire qu’il vaut mieux ne rien faire, comme le souligne le site WebMD :

« Vous pourriez être tenté de percer et de vider un kyste épidermoïde vous-même, mais ce n’est pas une bonne idée. D'abord, si le kyste est infecté, l’infection pourrait se propager s’il se rompt et que le liquide infecté s’écoule sous la peau.

Ensuite, si une partie de la poche du kyste reste sous la peau, il pourrait se reformer. S'il ne vous gêne pas, il n’y a pas d'obligation de l’enlever. S'il semble infecté, qu'il vous gêne ou que son aspect vous inquiète, il vaut mieux le montrer à un médecin. »

S'il est localisé sur votre visage ou sur une zone qui est constamment irritée, un médecin peut l’inciser.

L’ablation chirurgicale d'un kyste peut comporter une anesthésie locale et l’extraction complète de la poche. Si l’infection est profonde, une gaze stérile peut être placée à l’intérieur de la plaie pour permettre au pus de continuer à s’écouler.

Des glandes sudoripares bouchées (hidradénite suppurée ou HS) peuvent entrainer la formation de petites boules douloureuses, semblables à de petits boutons. L'ablation chirurgicale peut fonctionner à court terme, mais les glandes peuvent se boucher à nouveau et les boules risquent de se reformer. Voici ce qui est expliqué sur WebMD :

« La thérapie au laser et la cryochirurgie sont des traitements prometteurs contre la HS. Les médecins utilisent un faisceau lumineux ou des gaz froids pour détruire les follicules pileux infectés, puis procèdent à l’ablation des abcès provoqués par l’hidradénite suppurée. Chez certaines personnes, les poussées disparaissent après quelques traitements. »

De quoi les kystes épidermiques, ou kystes cutanés, sont-ils composés ? D'après Medical News Daily :

« Les kystes épidermoïdes et les kystes pilaires sont remplis d'une substance ayant la consistance de dentifrice, à l’odeur de fromage. Mais cette substance n’est pas infectée par des microbes tels que des bactéries - sauf dans les kystes compliqués. Le pus sent plus mauvais lorsqu’il est infecté. »

Dégoutant, n’est-ce-pas ? Pourtant les experts affirment que presque tout le monde développe au moins un kyste de ce type dans sa vie, généralement aux alentours de 20 ou 30 ans.

Toutefois, les kystes sont presque deux fois plus fréquents chez les hommes que chez les femmes, d’après le site britannique Patient. La plupart d’entre eux disparaissent spontanément.

Les scientifiques ne connaissent pas toutes les causes de l’apparition des différents types de kystes, mais ils pensent que la génétique pourrait jouer un rôle. On peut citer l’exemple d’un trouble génétique, connu sous le nom de syndrome de Gardner, qui provoque l'apparition de nombreux kystes cutanés.

Les kystes sébacés sont différents

Les kystes sébacés, par contre, apparaissent lorsque les glandes sébacées sont bouchées par la kératine, une protéine fibreuse dont sont composés les cheveux, les sabots, les griffes et les cornes. La définition de « sébacé », selon le dictionnaire Merriam-Webster, est « secrétant du sébum », une substance grasse.

Ces kystes contiennent des substances grasses provenant des glandes sébacées situées à la base des cheveux. Ils contiennent un liquide clair, huileux, ont une odeur forte, et peuvent apparaitre sur n’importe quelle partie du corps, à l’exception de la paume des mains et de la plante des pieds.

Les kystes sébacés peuvent provoquer une rougeur de la peau ou être douloureux, ce qui témoigne d'une petite infection.

Les furoncles et les abcès sont similaires, mais les kystes sébacés sont plus petits et ne sont pas de nature cancéreuse.

Furoncles et anthrax, aïe !

Un furoncle est une affection courante, qui peut apparaitre tout d'abord sous la forme d'une boule qui rougit et devient légèrement douloureuse, puis se remplit de pus. Les anthrax touchent plus souvent les hommes, sont plus profonds que les furoncles et sont plus longs à guérir.

Le site Up To Date décrit les diverses variantes :

« Un furoncle est l’infection d’un follicule pileux, au cours de laquelle des matières purulentes pénètrent dans les tissus sous-cutanés en traversant le derme, formant un petit abcès. Un anthrax est la coalescence de plusieurs follicules enflammés en une masse inflammatoire unique, présentant un écoulement purulent provenant de plusieurs follicules. »

Il existe d'autres éruptions similaires :

  • Une folliculite est une infection provoquée par un follicule pileux enflammé. Elle peut ressembler à de petits boutons situés autour de cheveux individuels, la peau étant rougie. Elle n’est pas aussi profonde qu'un furoncle, mais il s'agit tout de même d'une infection et donc en quelque sorte d'une porte d’entrée pour les staphylocoques.
  • Un furoncle ou un abcès situé au niveau de l’aine ou des aisselles peut être provoqué par une hidradénite suppurée, qui démarre généralement dans des glandes sudoripares ou des follicules pileux bouchés.
  • Le kyste pilonidal apparait juste au-dessus du sillon inter-fessier et peut être provoqué par un follicule pileux. La « fossette pilonidale » avec laquelle naissent certains bébés peut être le nid de ce type de kyste.
  • Un orgelet est l’infection, généralement gonflée et douloureuse, d’un cil. Les orgelets sont parfois confondus avec les chalazions, qui sont indolores et non infectieux.
  • La sporotrichose est une maladie provoquée par un champignon, le Sporothrix schenckii. De petites coupures occasionnées par la manipulation de végétaux provoquent un petit nodule sur votre doigt ou votre bras et se transforment à terme en une ulcération.

D'autres problèmes de peau peuvent apparaître chez des personnes porteuses du staphylocoque doré dans le nez ou sur la peau, sans poser de problèmes, mais peuvent s'infecter via le S. aureus résistant à la méthycilline acquis en communauté (SARM-A.C.) et être plus fréquents que des abcès provoqués par d'autres bactéries.

Si un furoncle est provoqué par une infection à staphylocoque, il peut facilement se propager, et il faut donc éviter le contact peau-à-peau, de même que le partage de serviettes de toilette, de literie ou d’objets tels que des matelas de yoga. Couvrez le furoncle et lavez-vous fréquemment les mains.

Les furoncles peuvent généralement être traités à la maison, à moins qu’ils ne soient situés dans un endroit délicat ou auquel vous ne pouvez pas accéder. Bien que généralement plus petits qu'un petit pois, ils peuvent atteindre la taille d'une balle de golf.

Si vous présentez ce genre de furoncle et que vous vous sentez fatigué, fiévreux ou globalement souffrant, appelez votre médecin.

Les carences nutritionnelles révélées par la peau

Le diabète et un système immunitaire affaibli peuvent exacerber les furoncles de différents types. Les carences nutritionnelles sont parfois révélées par des problèmes cutanés et peuvent être à l’origine de kystes :

Une éruption rouge et squameuse, en particulier sur le visage, peut indiquer une carence en vitamine B7, ou biotine. Les jaunes d'œufs bio, de plein air, sont l’une des meilleures sources de biotine, qui sert à métaboliser les graisses, les acides aminés et les glucides. La biotine renforce les cheveux et les ongles et contribue à adoucir la peau.

Consommer des œufs bio de plein air, crus (entiers) est une excellente façon de lutter contre cette maladie de peau. Les avocats, les champignons, le chou-fleur, les noix, les framboises et le saumon sauvage d’Alaska sont également de bonnes sources de biotine.

Des boutons rouges ou blancs ressemblant à de l’acné peuvent apparaître sur vos joues, vos bras, vos cuisses ou vos fesses, révélant la possible nécessité d'un apport supplémentaire d'acides gras dans votre alimentation, notamment d'acides gras oméga-3.

Vous obtiendrez cet apport supplémentaire en consommant des sardines, des anchois et du saumon sauvage d’Alaska et en prenant un supplément d'huile de krill. Pour obtenir un apport supplémentaire de vitamine A, qui favorise la santé de la peau, consommez davantage de légumes verts feuillus, de patates douces, de carottes et de poivrons rouges.

Des plaies, ou crevasses aux commissures des lèvres peuvent être le signe d’un apport insuffisant en fer, en zinc, en vitamine B12 ou en protéines. Là encore, des œufs et volailles bio, de plein air, ainsi que du saumon sauvage d’Alaska, en sont de bonnes sources.

À condition qu’elles proviennent d’eaux non polluées, les huitres et les palourdes sont d’autres bonnes sources de ces vitamines et minéraux, de même que les bettes et le tahini, grâce à la présence de graines de sésame.

Remèdes maison contre les kystes sébacés, furoncles et autres problèmes de peau

Traiter un kyste soi-même nécessite d'abord de bien le nettoyer - le mieux est d'utiliser de l’eau et du savon, de bien le rincer et de le laisser sécher à l’air libre, en particulier s'il est infecté. Il existe de nombreux traitements topiques naturels très efficaces qui peuvent résoudre le problème :

  • Une compresse chaude appliquée plusieurs fois par jour vous apaisera et stimulera la circulation, ce qui accélèrera la guérison.
  • Le sel d’Epsom, ajouté dans l’eau du bain, est un traitement efficace : vous pouvez prendre un bain complet, d'une vingtaine de minutes, ou tremper uniquement la partie infectée. Poursuivez par l’un des traitements suivants, pour accélérer encore la guérison.
  • Placez un mélange de pissenlit et de violette dans un sachet à thé et faites-le infuser pendant 45 minutes dans une tasse, puis essorez-le délicatement et placez-le directement sur le kyste pendant plusieurs minutes, après quoi vous pouvez boire le thé, à répéter trois ou quatre fois par jour jusqu'à deux semaines de suite.

Les huiles, crèmes et remèdes liquides peuvent être appliqués directement sur le kyste, recouvert d'une compresse fixée avec du sparadrap pendant quelques heures ou toute la nuit, ce qui le protège également des germes.

Répétez l’opération jusqu'à ce que le kyste ait disparu. Voici quelques exemples de remèdes :

L'huile de tea-tree, à la fois antiinflammatoire et antibactérienne, doit être mélangée à de l’eau, en respectant une dilution de 1 pour 9

Quelques gouttes d’iodure de potassium, appliquées deux ou trois fois par jour, pour traiter l’infection

Le pollen d'abeille, en application topique ou sous forme de cachets, est un purifiant naturel du sang et peut être efficace contre les kystes cutanés

L'argent colloidal peut stimuler votre système lymphatique et contribuer à faire disparaître le kyste

L’huile de ricin aide à faire murir le kyste plus rapidement, après quoi il se videra et disparaitra.

L’aloe vera soulage la douleur et accélère la guérison, car il est antimicrobien

Les Proanthocyanidines présentes dans l’hamamélis aident à réduire les boutons de fièvre enflammés, les aphtes et les plaies

Le miel de manuka cru est un cicatrisant naturel pour les plaies et détruit même le SARM

Le curcuma est un autre cicatrisant antiinflammatoire, tout comme l'iodure de potassium, d'après une étude :

« … Tue tous types de germes, c’est-à-dire des bactéries, des virus et des champignons … (et) est préconisé dans le traitement des furoncles, des kystes et des infections cutanées.

Il est particulièrement efficace sur les pustules de l’acné, le canal excréteur des glandes sébacées se déchargeant plus facilement du sébum et permettant une cicatrisation rapide sans laisser de cicatrice … les gros furoncles réagissent de la même façon au traitement, bien qu’ils soient plus longs à cicatriser.

Les kystes sébacés ramollissent dans les quelques minutes qui suivent l'application d’iodure et le follicule pileux bouché par le sébum s'ouvre généralement, permettant l’expression aisée du contenu. »

À quel moment un kyste est-il considéré comme dangereux ?

Vous pouvez avoir un furoncle semblable à tous les autres - douloureux, rouge, enflammé et éventuellement rempli de pus - mais ceci dit, un SARM ressemble également beaucoup à cette description.

La différence réside dans le fait qu’un SARM est une infection à staphylocoque qui est souvent résistante aux antibiotiques, et c’est pourquoi il est dangereux. Consultez votre médecin si vous avez un doute, car un traitement rapide peut éviter une infection plus grave.

Appelez également votre médecin si le furoncle est gros ou douloureux, s'il est localisé sur votre colonne vertébrale ou votre visage, si vous voyez des marques ou traits rouges apparaitre de part et d'autre du bouton, s’il réapparait sans arrêt ou s’il ne guérit pas, s'il forme une croute ou saigne facilement.