La maladie d’Alzheimer – Oui, elle est évitable !


Prévention De L’Alzheimer

En bref -

  • Compte tenu du fait qu’il n’y a pas de remède conventionnel contre la maladie d’Alzheimer, la question de la prévention est absolument essentielle si vous voulez éviter de devenir une statistique de la maladie d’Alzheimer. Les faits semblent indiquer que les facteurs de vie, principalement l’alimentation, sont les forces motrices de la démence.
  • L’évitement des lipides et la surconsommation de glucides sont au cœur de l’épidémie d’Alzheimer.
  • Le risque de souffrir la maladie d’Alzheimer est doublé chez les diabétiques de type 2. La maladie d’Alzheimer a même été appelé « diabète de type 3 », puisque la maladie implique l’absence d’insuline produite par le cerveau
  • Les maladies cardiaques augmentent aussi votre risque de démence, compte tenu du fait que la rigidité artérielle est associée à la formation de plaques de bêta-amyloïde qui sont la caractéristique de la maladie d’Alzheimer
Taille du texte:

Dr. Mercola

On estime que 5,4 millions d’Américains sont atteints de la maladie d’Alzheimer, une forme sévère de démence et, selon des découvertes récentes, des centaines de milliers pourraient souffrir d’un sous-type de la maladie d’Alzheimer appelé « épargne hippocampique » qui est souvent mal diagnostiqué.

Comme le remarque le Dr. Danielle Ofri dans un récent article sur le blog du New York Times, la perte de votre raison et, dans le même temps, de votre personnalité et de votre dignité, constituent une perspective effrayante. Pour empirer les choses, de nombreux médecins hésitent à aborder le sujet de la la démence –que ce soit avec leurs collègues ou leurs patients.

Les raisons sont multiples, le Dr. Offri pense que de nombreux cliniciens sont particulièrement sensibles au sujet de la maladie d’Alzheimer car leurs carrières dépendent de la stabilité et du fonctionnement de leur propre esprit et intelligence. En bref, le sujet les effraie tellement qu’ils ne veulent pas en parler.

Toutefois, je suis tout à fait en désaccord avec son commentaire visant l’absence de stratégies pour prévenir ou modifier le cours de la maladie d’Alzheimer. Alors que les tests de diagnostic précoce sont insuffisants et que les traitements efficaces sont presque inexistants, des preuves existent et montrent qu’il y a beaucoup d’espoir en ce qui concerne la prévention !

C’est exactement pour cette raison que les médecins doivent s’attaquer au problème ’ et commencer à diriger leurs patients vers des modes de vies plus sains, plutôt que de penser que la situation est désespérée et que leurs patients sont des victimes impuissantes.

Les maladies cardiaques peuvent augmenter les risques de développer la maladie d’Alzheimer

Je crois fermement que, puisqu’il n’y a, à ce jour, pas de remède conventionnel disponible, la question de la prévention est absolument essentielle si vous voulez éviter de devenir une statistique de la maladie d’Alzheimer.

Idéalement, les médecins devraient commencer à conseiller leurs patients dès l’âge de 20-30 ans sur des stratégies d’hygiène de vie favorisant la santé cardiaque et cérébrale tout au long de la vie. On pourrait certainement constater alors un changement majeur dans les statistiques d’Alzheimer pour la génération en question.

Actuellement, les faits semblent indiquer que les facteurs liés au style de vie, principalement l’alimentation, sont les forces motrices de la démence. Il y a aussi de nombreux liens entre la maladie d’Alzheimer et les autres maladies liées à l’alimentation, telles que le diabète et les maladies cardiaques, fait qui suggère que TOUTES ces maladies sont évitables à l’aide des moyens identiques.

Par exemple, des recherches antérieures suggèrent que les diabétiques ont un risque doublé de développer la maladie d’Alzheimer. La maladie d’Alzheimer a même été provisoirement appelée « diabète de type 3 » en 2005, lorsque les chercheurs ont découvert que notre cerveau produit l’insuline nécessaire à la survie de ses cellules.

Ils ont découvert qu’une protéine toxique appelée ADDL supprime les récepteurs d’insuline dans les cellules nerveuses, rendant ainsi ces neurones résistants à l’insuline et, à mesure que les protéines ADDL s’accumulent, votre mémoire se détériore. Des recherches récentes soulignent également que les maladies cardiaques augmentent aussi les risques de développer la maladie d’Alzheimer.\

Comment prévenir la maladie d’Alzheimer – Un neurologue prend la parole

L’année passée, et, à nouveau ce printemps, j’ai interviewé le Dr. David Perlmutter, l’auteur du best-seller Grain Brain du New York Times. À mon avis, le Dr. Perlmutter est probablement le meilleur neurologue de la médecine intégrative aux États-Unis, et sa recommandation est claire : la maladie d'Alzheimer est évitable grâce à une alimentation saine.

Après avoir passé des années à traiter les symptômes neurologiques des patients, il est devenu de plus en plus frustré par l’incapacité de sa profession à trouver la cause racine. Cette frustration l’a finalement conduit à étudier le rôle de la nutrition et il est aujourd’hui convaincu que la dysfonction cérébrale a pour origine notre alimentation moderne à forte teneur en céréales. Selon le Dr. Perlmutter :

[Alzheimer] est une maladie évitable. Je m’étonne beaucoup que personne ne parle du fait qu’un grand nombre de ces problèmes neurologiques dévastateurs sont, en fait, modifiables en fonction des choix de vie ... Ce que nous avons établi pour l'instant, en substance, est que les régimes qui sont riches en sucre et en hydrates de carbone de même que les régimes qui sont faibles en matières grasses, sont dévastateurs pour le cerveau. Lorsque vous suivez un régime contenant des glucides, vous ouvrez la porte à la maladie d'Alzheimer.

Je veux être parfaitement clair à ce sujet. Les carbohydrates alimentaires conduisent à la maladie d'Alzheimer. Cela est une déclaration assez profonde, mais elle est néanmoins stimulante lorsque vous vous rendez compte que vous contrôlez votre alimentation. Vous contrôlez vos choix, que ce soit pour favoriser les lipides ou les glucides.

Son livre, Grain Brain, révèle comment et pourquoi les glucides et les carbohydrates détruisent votre cerveau et comment s’alimenter pour une bonne santé neurologique. Il offre comme exemple la recherche de la Clinique Mayo, indiquant que les régimes riches en carbohydrates augmentent les risques de démence de 89 pour cent, alors que les régimes riches en gras diminuent ce risque de 44 pour cent.

Cette combinaison, incluant très peu de glucides et de carbohydrates, avec des montants plus élevés de graisses saines, est ESSENTIELLE pour prévenir non seulement la maladie d'Alzheimer, mais aussi le diabète et les maladies cardiaques.

Toutes ces maladies ont pour origine la résistance à l’insuline et à la leptine et la réponse du point de vue alimentaire est identique pour chacune d’elles. En comprenant cela, vous pouvez améliorer votre vie, puisque vous n’avez pas à mémoriser les choses à faire et à supprimer pour chaque maladie que vous souhaitez éviter. il vous suffit d’adopter une attitude qui se concentre sur l’amélioration de la santé. La prévention des maladies devient alors un « effet secondaire » bénéfique.

La maladie d'Alzheimer est directement liée à des niveaux élevés de glycémie

Une étude publiée dans le New England Journal of Médecine en août 2013, démontre que l'élévation, même modérée, du niveau de glucides dans le sang – un niveau d’environ 105 ou 110 – est associée à un risque élevé de démence. Le Dr. Perlmutter croit qu'il est très important que les médecins soient conscients de cette association, et qu’ils cessent de minimiser les risques associés au niveau, même légèrement élevé, de glycémie. Donc, quel est le niveau idéal de glycémie à jeun?

Le Dr Perlmutter suggère que toute valeur au-delà de 92 ou 93, est trop élevée. Il considère que le niveau idéal de glycémie à jeun est d’environ 70-85, avec 95 comme maximum. Si votre niveau de glycémie dans le sang à jeun est supérieur à 95 mg/dl, il est certainement temps de modifier votre régime alimentaire pour l'abaisser. Si votre métabolisme est normal, il n'y a aucune raison d’abaisser votre niveau de glycémie à jeun en dessous de 70, puisque votre corps est en mesure d’utiliser la graisse du corps comme source d'énergie. Selon le Dr. Perlmutter :

« La notion qui dit que votre cerveau a besoin de glucides est vraiment une vieille histoire. Les graisses, plus spécifiquement les cétones, que votre corps produit en métabolisant votre graisse, constitue ce qu'on appelle aujourd'hui un « super carburant pour le cerveau ».

Il existe même un produit pharmaceutique, un aliment médical que vous pouvez prescrire, qui augmente le niveau des cétones ou de graisse dans le sang des patients, et qui est aujourd’hui proposé pour traiter la maladie d'Alzheimer. Qui le croirait ? La vérité est que le cerveau aime brûler les graisses. C’est ce que nous devons admettre… « 

L’importance des graisses saturées pour le bon fonctionnement du cerveau

Notre alimentation était autrefois très riche en graisses saturées et pratiquement dépourvue de glucides non végétaux. Aujourd'hui, non seulement nous consommons d'énormes quantités d'hydrates de carbone, mais en plus ces glucides sont raffinés et hautement transformés. Au cours de la dernière décennie, nous avons également commencé à consommer des céréales et des sucres génétiquement traités (betteraves sucrières et maïs OGM).

Ajoutant l'insulte à l'injure, depuis 60 ans, les autorités médicales conventionnelles nous mettent également en garde contre les graisses saturées, qui provoqueraient des maladies cardiaques et devraient être sévèrement limitées.

Sans aucun doute, cette phobie injustifiée des graisses a joué un rôle important dans la hausse spectaculaire de la démence et d'autres troubles neurologiques, parce que votre cerveau ne peut pas fonctionner correctement sans graisses ! Néanmoins, le type de graisse que vous consommez fait une énorme différence.

Vous devriez éviter tous les graisses traitées ou hydrogénées qui ont été modifiées de manière à prolonger leur longévité. Cela inclut la margarine, les huiles végétales et les produits à tartiner similaires au beurre. Les sources de graisses saines à ajouter à votre alimentation comprennent :

Avocats Le beurre naturel, lait bio obtenu à partir des vaches nourries à l’herbe Produits laitiers Jaunes d’œufs bio
Noix de coco et huile de coco (l’huile de coco, en elle-même, semble être une promesse dans le traitement de la maladie d’Alzheimer) Huiles de noixbio, non chauffés Noix brutes, tels que les noix de pécan et de macadamia, qui sont faibles en protéines et riches en graisses saines Viandes nourries à l'herbe ou poules nourries au pâturage

Autres considérations alimentaires
Voici un résumé des stratégies alimentaires qui peuvent vous aider à optimiser le fonctionnement de votre cerveau et à prévenir la maladie d'Alzheimer :

  • Éviter les sucres et le fructose raffiné. Idéalement, vous devriez essayer de garder votre niveau de glycémie à un minimum et le niveau total de fructose inférieur à 25 grammes par jour ou à un minimum de 15 grammes par jour si vous présentez une résistance à l’insuline/leptine ou tout autre trouble connexe.
  • Éviter le gluten et la caséine (principalement le blé et les produits laitiers pasteurisés, mais pas la graisse laitière, telle que le beurre). Les recherches indiquent que la barrière hémato-encéphalique est négativement affectée par le gluten. Le gluten rend aussi l’intestin plus perméable, ce qui permet aux protéines d’entrer dans le flux sanguin, ce qui ne devrait pas se produire. Le gluten affecte le système immunitaire et favorise l’inflammation et l’auto-immunité, et les deux jouent un rôle dans le développement de la maladie d’Alzheimer.
  • Optimiser la flore intestinale en consommant avec régularité des aliments fermentés ou en prenant un supplément probiotique  de qualité.
  • Augmenter la consommation de toutes les graisses saines, y compris les acides gras oméga-3 d’origine animale. Les graisses favorisant la santé dont votre cerveau a besoin pour un fonctionnement optimal sont énumérées ci-dessus. Assurez-vous aussi que vous consommez assez d’acides gras oméga-3 d’origine animale, tel que l’huile de krill. (Je recommande, même si le poisson est naturellement riche en oméga-3, d’éviter la plupart des poissons car aujourd’hui ils sont gravement contaminés au mercure).

Une forte consommation de graisses EPA et DHA à oméga-3 empêche les dommages cellulaires causés par la maladie d’Alzheimer, ralentissant ainsi sa progression et abaissant le risque de développer la maladie.

  • Réduire la consommation calorique totale et/ou jeûner par intermittence. Les cétones sont mobilisées lorsque vous remplacez les glucides par de l’huile de coco et d’autres sources de graisses saines. Comme indiqué ci-dessus, le jeûne intermittent est un outil puissant pour relancer votre corps dans le processus de brûler les graisses et de réparer la résistance à l’insuline/à la leptine qui est un facteur primordial contribuant à la maladie d’Alzheimer.
  • Améliorer votre niveau de magnésium. Une recherche préliminaire captivante suggère fortement une diminution des symptômes de la maladie d’Alzheimer par l’augmentation du niveau de magnésium dans le cerveau. Malheureusement, la plupart des suppléments en magnésium ne passent pas  la barrière hémato-encéphalique, mais un nouveau type, le thréonate de magnésium, semble y parvenir et apparaît prometteur dans le traitement de cette maladie, il serait en cela supérieur aux autres formes.
  • Adopter un régime alimentaire nutritif, riche en folates. Les légumes, sans aucun doute, représentent votre meilleure source de folate et nous devrions tous consommer beaucoup de légumes crus et frais, chaque jour. Éviter les suppléments comme l'acide folique, qui est la version synthétique inférieure du folate.