Pourquoi le traitement du psoriasis coûte des milliards

Le Traitement Du Psoriasis

En bref -

  • Bien que le psoriasis semble être une affection cutanée, il s’agit d’une maladie auto-immune
  • L’exposition régulière à la lumière solaire de la peau affectée et l’optimisation de votre niveau de vitamine D constitue l’un des meilleurs traitements pour le psoriasis
Taille du texte:

Dr. Mercola

Le psoriasis est une maladie chronique du système immunitaire, qui oblige les cellules à s’agglomérer à la surface de la peau, ce qui mène à l’apparition de taches denses, rouges et squameuses, qui sont accompagnées de démangeaisons et, parfois, de douleur.

Une nouvelle étude publiée dans JAMA Dermatology a montré que les coûts du traitement direct du psoriasis peuvent s’élever à 63 milliards de dollars par an aux États-Unis ; imaginez donc les coûts au niveau mondial. Il y a en plus des coûts indirects (tels que la perte d’heures de travail) qui s’élèvent jusqu’à 35 milliards de dollars et d’autres coûts de 35 milliards de dollars correspondant aux problèmes de santé associés, comme les maladies cardiaques et la dépression.

Le psoriasis est plus qu’une affection cutanée superficielle

Bien que le psoriasis semble être une affection cutanée, il s’agit d’une maladie auto-immune. La réaction apparait, partiellement, lorsqu’un type de globule blanc, appelé cellule T, attaque par erreur les cellules saines de la peau.

Ces cellules T hyperactives déterminent, ensuite, d’autres réponses du système immunitaire, qui collectivement accélèrent le cycle de croissance des cellules de la peau, ce qui les oblige à se déplacer au niveau de la couche superficielle, et cela en seulement quelques joursau lieu de quelques semaines.

Comme la peau morte ne peut pas être éliminée rapidement, les taches denses commencent à présenter les symptômes du psoriasis. Pour jusqu’à 60 pour cent des personnes souffrant de psoriasis, cette affection a un effet considérable sur leur vie quotidienne.

Votre peau peut devenir tellement enflammée qu’elle en vient à craquer et saigner. Jusqu’à 30 pour cent des personnes qui souffrent de cette affection développent également de l’arthrite psoriasique, qui peut mener à des lésions articulaires invalidantes.

Les personnes qui souffrent de psoriasis présentent également un risque accru d’apparition d’autres maladies chroniques, très nombreuses, y compris des problèmes oculaires, un diabète de type 2, d’une haute pression sanguine élevée et des maladies cardiaques. Il y a aussi des répercussions au niveau psychologique.

Ceux qui ne sont pas familiers avec le psoriasis peuvent penser que c’est une éruption contagieuse ; il en résulte que les personnes souffrant de psoriasis sont parfois évitées ou exclues du point de vue social. Ces personnes souffrent souvent de dépression, d’une faible estime de soi, d’isolation sociale et de problèmes au travail, qui peuvent mener à des problèmes de revenus.

La vitamine D est très importante dans le cas des maladies auto-immunes, y compris du psoriasis

Si vous souffrez de psoriasis, il est absolument nécessaire d’évaluer votre niveau de vitamine D et de maintenir ce niveau dans la plage thérapeutique de 50-70 Ng/ml pendant toute l’année. La vitamine D est un fort modulateur immunitaire, qui a un rôle très important dans la prévention des maladies auto-immunes.

Selon une étude, « la vitamine D pourrait avoir des propriétés immunomodulatrices importantes dans le traitement du psoriasis », mais, malheureusement, 80 pour cent des patients pendant l’hiver et 50 pour cent pendant l’été présentent des carences de vitamine D.

En conformité avec une étude spécialisée, « la vitamine D pourrait avoir des propriétés immunomodulatrices importantes dans le traitement du psoriasis », mais, malheureusement, 80 pour cent des patients pendant l’hiver et 50 pour cent pendant l’été présentent des carences de vitamine D.

On considère que la vitamine D influence le psoriasis à différents niveaux ; par exemple, elle contribue à la régulation du développement du kératinocyte (les cellules de la peau) et à la différenciation de ces cellules et elle influence les fonctions immunitaires des lymphocytes T et d’autres cellules. En plus, la vitamine D inhibe les cellules T cytotoxiques et l’activité des cellules tueuses naturelles, ce qui pourrait contribuer à réguler le processus de développement des cellules de la peau.

En effet, si les dérivés de la vitamine D sont fréquemment utilisés comme traitement topique du psoriasis, la photothérapie constitue également un type de traitement privilégié.

Il existe également au moins un cas signalé de psoriasis provoqué par un médicament et qui aurait été résolu après l’administration de fortes doses de vitamines D3, afin de traiter la carence en vitamine D.

Les traitements médicamenteux du psoriasis qui existent aujourd’hui sont risqués et coûteux. NPR a suivi le cas d’un homme souffrant de psoriasis, qui a eu recours à différents médicaments sur ordonnance pour le traitement de cette affection, y compris à des médicaments expérimentaux, et qui est encore affecté par cette maladie.

L’un des médicaments, le Raptiva, a été retiré du marché, car il augmente le risque d’infections mortelles au cerveau. Un autre médicament, le Stelara, a donné des résultats, mais seulement pendant cinq ans ; ensuite, les symptômes ont réapparu. Pour cette seule période de cinq ans, les coûts des médicaments se sont élevés à 250.000 dollars.

L’un des traitements les plus fréquents du psoriasis est le psoralène, combiné avec l’exposition aux rayons UV (connue comme PUVA). Le psoralène rend votre peau plus sensible aux UV, mais il est combiné souvent avec l’exposition aux UVA. Les rayons UVA sont associés aux effets nuisibles au niveau de la peau, tandis que les UVB poussent votre peau à produire de la vitamine D.

Optimisez votre taux de vitamine D si vous souffrez de psoriasis

Typiquement, le meilleur traitement pour le psoriasis est l’exposition à la lumière solaire, afin d’optimiser votre taux de vitamine D. Vous n’êtes pas obligé d’aller chez un dermatologue ; vous pouvez appliquer cette méthode vous-même. 

Défendre cette idée en tant que professionnel dans le domainepeut vous coûter cher. En 2004, Michael Holick a publié le livre The UV Advantage [L’Avantage des UV], dans lequel il encourageait les lecteurs à s’exposer raisonnablement au soleil.

À l’époque, il était professeur de dermatologie et il étudiait la vitamine D active pour le traitement du psoriasis. En effet, il a reçu le Prix pour des Réalisations Exceptionnelles en Recherche dans le domaine du Psoriasis, octroyé par l’Association Américaine de la Peau — un prix très prestigieux.

A la suite de cela, j’ai travaillé dans le cadre du département de dermatologie et j’ai continué mes recherches sur le psoriasis. Mais, dès le moment où j’ai commencé à recommander l’exposition raisonnable au soleil pour régler le niveau de vitamine D, ce qui contredisait le message de l’Académie Américaine de Dermatologie, on m’a demandé de quitter mon poste de professeur de dermatologie en 2004...

L’Académie Américaine de Dermatologie recommande toujours : vous ne devez pas vous exposer aux rayons directs du soleil, tout au long de votre vie. 

Cela est contraire à la logique, compte tenu de la recherche qui montre le rôle bénéfique de la vitamine D pour le traitement du psoriasis. L’exposition au soleil donne de bons résultatspartiellement parce que les rayons UV du soleil et de certains types de lumière artificielle détruisent les cellules T activées au niveau de votre peau.

Cela ralentit le renouvellement cellulaire et réduit la desquamation et l’inflammation de votre peau.

Une exposition correcte à la lumière vous aidera à atteindre un niveau de vitamine D recommandé , ce qui a aussi d’autres avantages pour la santé.Ce n’est certainement pas une coïncidence si les personnes souffrant de psoriasis, qui ont souvent des carences de vitamine D, présentent un risque aigu de maladies chroniques, comme les maladies cardiaques et le syndrome métabolique – qui sont associées, elles aussi, à un niveau faible de vitamine D.

Un faible niveau de vitamine D associé à la maladie de Parkinson et au cancer

Les personnes qui souffrent de psoriasis présentent, en plus, un risque aigu de souffrir de la maladie de Parkinson, qui est associée également à une carence en vitamine D. Selon une étude consultée :

Les niveaux de vitamine D qui provient du régime alimentaire et de la lumière solaire dans le plasma sont inversement corrélés au risque de la maladie de Parkinson (PD) … Les résultats de la recherche suggèrent qu’un niveau bas de vitamine D dans la PD n’est pas simplement un résultat de la mobilité réduite.

Les résultats de la recherche qui ont été présentés dans le cadre du Symposium sur les Cancers Gastro-intestinaux de 2015 à San Francisco ont montré également que les niveaux élevés de vitamine D sont associés à un niveau nettement supérieur de survie dans le cas des personnes qui souffrent de cancer colorectal à un stade avancé. 

Dans le cadre de cette étude, les personnes présentant les plus hauts niveaux de vitamine D avaient seulement une moyenne de 27.5 Ng/mL, qui est bien inférieure à la plage optimale de 50-70 Ng/mL. Les théories qui lient la carence en vitamine D au cancer ont été évaluées et confirmées dans plus de 200 études épidémiologiques ; en même temps, plus de 2.500 études de laboratoire confirment sa base physiologique.

Une étude remarquable en ce sens a été élaborée par Joan Lappe et Robert Heaney en 2007. Un groupe de femmes ménopausées a reçu une quantité suffisante de vitamine D, de façon à leur faire atteindre un taux de 40 Ng/ml. Ces femmes ont enregistré une réduction de 77 pour cent dans l’incidence de tous les types de cancer, de manière générale, après seulement quatre ans (et il convient de mentionner, à nouveau, que 40 Ng/ml est un niveau relativement bas). 

Jusqu’à présent, les hommes de science ont identifié environ 3.000 gènes qui sont influencés par le statut de la vitamine D ; dans le même temps, des recherches sérieuses et de plus en plus nombreuses, , indiquent clairement que la vitamine D est très importante pour une santé optimale et pour la prévention des maladies.

Avez-vous vérifié votre niveau de vitamine D dernièrement ?

Tandis que le niveau optimal pour l’état général de santé se situe entre 50 et 70 Ng/ml, lorsqu’il s’agit du traitement des maladies chroniques, tel que le cancer, les maladies cardiaques et les maladies auto-immunes (par exemple, le psoriasis) et/ou les maladies neurologiques, votre niveau devrait se situer, idéalement, entre 70 et 100 Ng/ml, ce qui représente presque le double du chiffre habituellement considéré comme « normal ».

Niveaux de Vitamine D
25 HYDROXY D
Déficient Optimal Traitement du cancer et des maladies cardiaques

Excessif
< 50 ng/ml 50-70 ng/ml 70-100 ng/ml > 100 ng/ml

Multipliez les ng/ml par 2,5 pour les convertir en nmol/litre

Références pour les plages cible
Il est important d’observer que la déficience en vitamine D est fréquente dans le monde entier, même dans des régions où l’on s’attendrait à ce que les gens profitent pleinement de l’exposition au soleil.

Une étude récente effectuée en Inde a montré que 69 pour cent parmi les 37.000 personnes évaluées dans le pays présentaient une carence en vitamine D (se situant au niveau de 20 Ng/ml et au-dessous de ce niveau), et 15 pour cent présentaient des niveaux insuffisants (20-30 Ng/ml). Les hommes entre 31 et 60 ans et les femmes entre 16 et 30 ans présentaient le risque le plus important de carence en vitamine D ; les personnes âgées sont aussi soumises à ce risque.

La méthode idéale pour optimiser vos niveaux de vitamine D est l’exposition sensible aux UVB. En plus, vous pouvez utiliser un supplément de vitamine D3, administré par voie orale. GrassrootsHealth présente un tableau utile, qui indique la dose moyenne dont un adulte a besoin pour atteindre un niveau optimal de vitamine D, en fonction de votre point de départ.

Plusieurs spécialistes du domaine déclarent que la quantité de 35 IUs de vitamine D par kilogramme de corps peut être utilisée comme une estimation de votre dose idéale ; vous devez quand même évaluer et surveiller votre niveau, par sécurité.

Si vous prenez un supplément de vitamine D, n’oubliez pas la vitamine K2 et le magnésium

Si vous optez pour un supplément, n’oubliez pas de prendre de la vitamine D3, et non de la vitamine D2 synthétique. De plus, prenez des vitamines K2 et du magnésium avec la vitamine D3. La vitamine D est liposoluble ; par conséquent, si vous consommez de bons gras avec la vitamine D, cela facilitera son absorption.

Le rôle biologique de la vitamine K2 est de contribuer au déplacement du calcium dans les régions essentielles de votre corps ; si vous ne bénéficiez pas de quantités suffisantes, le calcium peut se déposer dans des régions telles que vos artères et vous tissus mous.Cela peut provoquer la calcification, qui rend vos artères plus rigides - un effet secondaire, associé auparavant à la toxicité de la vitamine D. Maintenant, nous savons que la calcification inappropriée est provoquée, en réalité, plutôt par le manque de vitamine K2 que par un apport trop important de vitamine D.

Le magnésium est tout aussi important, car il contribue à la fonction propre du calcium ainsi qu’à l’activité de la vitamine D, qu’il transforme en sa forme active. En plus, le magnésium stimule l’activité des enzymes, qui aident votre corps à utiliser la vitamine D. En effet, toutes les enzymes qui métabolisent la vitamine D ont besoin de magnésium pour fonctionner.

Tout comme dans le cas des vitamines D et K2, la carence en magnésium est fréquente ; si vous avez une déficience de magnésium et prenez un supplément de calcium, vous pouvez aggraver la situation.

La vitamine A, le zinc et le bore sont d’autres cofacteurs importants qui interagissent avec la vitamine D. Lorsque vous prenez des suppléments, il est possible que cela mène à des doses disproportionnées ; par conséquent, obtenir ces nutriments à l’aide d’un régime fondé sur une alimentation biologique complète et une exposition raisonnable au soleil est, en général, la meilleure solution.

Les sources de magnésium dans l’alimentation comprennent des légumes de mer, tels que le varech, la dulse et le nori.
Les légumes proprement dits peuvent être aussi une source du magnésium. En ce qui concerne les suppléments, le citrate de magnésium et le thréonate de magnésium sont les meilleurs.