L’asthme

En bref

  • L'asthme touche de plus en plus de personnes, adultes comme enfants. Cette maladie a en effet progressé de plus de 300% au cours des 20 dernières années.
  • Malheureusement, la plupart des médecins ignorent la possibilité d'utiliser la vitamine D pour traiter l'asthme.
  • Il a été démontré qu’une carence en vitamine D est en effet une cause sous-jacente majeure d'asthme, ce qui signifie que de nombreuses personnes souffrent inutilement d'une maladie potentiellement mortelle, puisque la carence en vitamine D est facilement remédiable. 
Article Antérieur Article Suivant

Une nouvelle étude suggère qu’il pourrait exister un remède naturel contre l’asthme !

7 Mars 2017 | 1,138 Visualisations |


Dr. Mercola

L'asthme touche de plus en plus de personnes, adultes comme enfants. Cette maladie a en effet progressé de plus de 300% au cours des 20 dernières années.

Ne souhaiteriez-vous pas disposer d’un traitement simple, très efficace et incroyablement bon marché contre cette si grave maladie ?

Malheureusement, la plupart des médecins ignorent la possibilité d'utiliser la vitamine D pour traiter l'asthme, mais en vous inscrivant sur notre site, vous pourrez vous tenir informé des récents progrès de la science en termes de traitements naturels et peu coûteux contre des problèmes courants.

C’est là notre spécialité.

Il a été démontré qu’une carence en vitamine D est en effet une cause sous-jacente majeure d'asthme, ce qui signifie que de nombreuses personnes souffrent inutilement d'une maladie potentiellement mortelle, puisque la carence en vitamine D est facilement remédiable.

Sans parler du fait que de nombreuses personnes s’exposent inutilement aux dangers inhérents aux traitements médicamenteux standards contre l’asthme.

L’Advair, par exemple, contient du salmetérol, un bêta-agoniste à action prolongée (BAAP). Une analyse de 2006 a découvert que la prise régulière de BAAP peut aggraver une crise d'asthme. Les chercheurs estiment que le salmetérol contribuerait à 5.000 décès liés à l’asthme aux États-Unis chaque année.

Les traitements traditionnellement utilisés contre l’asthme peuvent aussi augmenter votre risque de maladie cardiaque et d’ostéoporose, entre autres.

N’est-ce donc pas une excellente nouvelle de savoir qu’il existe une méthode efficace et infiniment plus sûre pour traiter l’asthme ?

La carence en vitamine D est susceptible d’être une cause sous-jacente de l'asthme

D'après l'auteur principal de l’étude :

« Il faudrait peut-être que les médecins traitants des enfants afro-américains souffrant d'asthme effectuent systématiquement un dosage de vitamine D, et veillent à ce que leur apport en vitamine D soit suffisant. »

Absolument !

Et cela ne s'applique pas exclusivement aux afro-américains. Ainsi qu'il a été publié dans USA Today, aux États-Unis, 5 à 37% seulement des bébés ont un apport de vitamine D conforme au standard fixé par l’Académie Américaine de Pédiatrie (AAP), qui n’est que de 400 UI !

Cette dose est recommandée pour prévenir le rachitisme, ce qui fonctionne bien, mais ne protège pas de maladies plus graves telles que le cancer, les maladies cardiaques, les infections ni probablement contre l'asthme.

Une recherche antérieure a montré que l'apport journalier recommandé par les pédiatres est terriblement inadapté pour la plupart des enfants, indiquant que de nombreux enfants pourraient avoir besoin de 10 fois cette quantité pour en tirer tous les bienfaits.

De plus, il est important de comprendre que les fondations de la santé de votre enfant se construisent lorsqu’il est encore dans l’utérus.

Une étude de 2007 a découvert qu'une mauvaise alimentation et le manque de vitamine D chez les mères étaient des facteurs déterminants du développement de l’asthme chez leurs enfants, indépendamment des apports en vitamine D de l’enfant après sa naissance.

Plusieurs autres études montrent également les bienfaits de la vitamine D sur la santé des poumons.

Cela est parfaitement logique quand on sait que l’un des 3000 gènes que la vitamine D régule à la hausse produit plus de 200 peptides antimicrobiens, dont certains fonctionnent comme un antibiotique à large spectre.

Voici une courte liste d'études confirmant la relation inverse entre les infections respiratoires basses et le taux de D-25(OH) chez l’enfant. C’est-à-dire que plus le taux de vitamine D de votre enfant est élevé, plus son risque de contracter des infections respiratoires est faible :

  1. Une étude de 2009 sur la carence en vitamine D chez des nouveau-nés atteints d'une infection respiratoire haute (IRH) a confirmé une forte corrélation positive entre les taux de vitamine D des nouveau-nés et ceux des mamans. Plus de 87% des nouveau-nés et plus de 67% des mamans avaient un taux de vitamine D en dessous de 20 ng/ml, ce qui représente une carence sévère.

    Les nouveau-nés carencés en vitamine D ont un risque accru de développer une IRH, et le taux de vitamine D de l’enfant étant fortement corrélé à celui de sa mère, les chercheurs recommandent que toutes les mamans optimisent leur taux de vitamine D pendant leur grossesse, en particulier pendant les mois d'hiver, pour préserver la santé de leur bébé.
  2. Une étude similaire indienne, publiée en 2004, a également rapporté qu'une carence en vitamine D chez les enfants augmentait leurs risques de développer une IRH grave de façon significative.
  3. Une analyse de 2009 de la troisième enquête nationale sur la santé et la nutrition a examiné l'association entre le taux de vitamine D et des infections respiratoires hautes (IRH) récentes chez près de 19.000 sujets de plus de 12 ans.

    Il y avait une corrélation positive entre un faible taux de vitamine D et un risque accru d’IRH, et cette corrélation était plus forte encore chez les individus souffrant d'asthme et de maladie pulmonaire obstructive chronique.
  4. Un autre rapport de 2009 publié dans le journal Pediatric Research a indiqué que les bébés et les enfants sont plus vulnérables aux infections virales qu’aux infections bactériennes lorsqu’ils sont carencés en vitamine D. Le rapport ajoutait que, au vu des éléments prouvant le lien fort entre la vitamine D, les infections et le système immunitaire des enfants, une supplémentation en vitamine D pourrait être une thérapie précieuse en médecine pédiatrique.

En effet, optimiser le système immunitaire est essentiel pour traiter l’asthme, et il est prouvé que la vitamine D est un modulateur immunitaire incroyablement puissant ; c’est pourquoi optimiser le taux de vitamine D de votre enfant doit être votre toute première priorité.

Comment optimiser le taux de vitamine D de votre enfant

Souvenez-vous, il est très probable que votre enfant ait besoin d’une dose bien plus importante que la dose journalière recommandée, qui n’est que de 400 unités par jour. Vous devez vraiment veiller à ce que votre enfant ait un taux de vitamine D thérapeutique. 

Idéalement, votre enfant devrait obtenir sa vitamine D d'une exposition raisonnable au soleil ; bien que la plupart des enfants passent plus de temps dehors que leurs parents, ils sont malgré tout nombreux à ne pas être suffisamment exposés au soleil - en particulier si vous les badigeonnez de crème solaire.

Je vous conseille de laisser votre enfant passer du temps dehors sans protection solaire. Mais vous devez malgré tout être très prudent et ne pas le laisser prendre de coup de soleil ! Vous saurez qu’il a été suffisamment exposé lorsque sa peau aura pris une teinte rose pâle. Passé ce stade, son corps ne produira pas plus de vitamine D et une exposition prolongée ne fera que provoquer des dommages cutanés.

Si votre enfant ne peut pas être régulièrement exposé au soleil, je vous conseille de lui donner un supplément oral. Vous pouvez également donner de la vitamine D en gouttes aux jeunes enfants qui ne peuvent pas avaler de cachet.

D'après les dernières recherches, le dosage recommandé pour les enfants est de 35 UI de vitamine D par livre de poids corporel. La seule condition est de faire vérifier le taux de vitamine D de votre enfant après avoir commencé la supplémentation, pour vérifier qu’il se situe dans la fourchette thérapeutique de 50 à 70 ng/ml.

Assurez-vous également d'avoir recours à un test fiable, effectué par un laboratoire réputé. Si vous êtes aux États-Unis, je vous recommande LabCorp. Si vous amenez le taux de vitamine D de votre enfant à environ 60 ng/ml, il y a de fortes chances pour qu’il ne souffre plus de crises d'asthme - en particulier si vous associez à cela une activité physique et que vous équilibrez son ratio oméga 3/ oméga 6 comme expliqué plus loin.

Autres méthodes efficaces et sans danger pour traiter l’asthme

Bien que l'asthme soit une maladie grave, il n’est pas si difficile de la traiter en toute sécurité. La première étape est d'optimiser le taux de vitamine D de votre enfant, mais il existe également d'autres méthodes simples et basiques qui peuvent aider à traiter la racine du problème.

D’après mon expérience, les méthodes suivantes sont extrêmement efficaces pour traiter l’asthme :

  • Augmentez les apports d'acides gras oméga-3 d'origine animale de votre enfant  - je n’insisterai jamais assez sur l’importance d'intégrer suffisamment d'acides gras oméga-3 d'origine animale de bonne qualité, dans l’alimentation de votre enfant.

    Bien que je sois fermement convaincu que nous ayons tous besoin d’acides gras oméga-3 d'origine végétale, le problème est que la plupart des gens ne possèdent pas le mécanisme métabolique nécessaire pour convertir rapidement les ALA présents dans ces végétaux en DHA et EPA, des acides gras plus importants, qui sont de puissants anti-inflammatoires.
    Bien que je conseille encore l’huile de poisson dans certains cas, je pense que l’huile de krill est une source d'acides gras oméga-3 encore meilleure pour la plupart des gens.
  • Réduisez les apports d'acides gras oméga-6 de votre enfant - en plus d'ajouter des oméga-3 à son alimentation, vous devez également réduire la quantité d'acides gras oméga-6 qu'il consomme car le ratio entre ces deux acides gras est très important.

    Peu de gens réalisent qu'il y a environ un siècle, on ne consommait qu’une à deux livres d'acides gras oméga-6 d'origine végétale par an. Aujourd'hui, la consommation moyenne est d’environ 75 à 80 livres par an d'huile végétale telle que l’huile de maïs, de soja ou de carthame.
  • Pensez à la théorie de l’hypothèse de l’hygiène - Il existe une tendance dans notre culture moderne, à être obsédé par la propreté, en particulier pour ce qui touche aux enfants. Cela n’est cependant peut-être pas aussi sain qu’on pourrait le penser. Il est un fait qu’être exposé, lorsque l'on est enfant, à des infections bactériennes et virales, peut jouer un rôle clé pour fournir à votre système immunitaire les stimulus nécessaires à prévenir l'asthme naturellement.
  • Pratiquez une activité physique régulièrement - Le sport (en particulier en plein air si vous êtes asthmatique) est même essentiel, car il aide à modérer le taux d'insuline. Il augmente la sensibilité de vos récepteurs d'insuline, et votre corps produit en conséquence moins d'insuline, ce qui tend à l’optimiser.

Vous pouvez également utiliser les tests d’allergies pour renforcer le système immunitaire de votre enfant. Toutefois, d'après mon expérience, les tests conventionnels ne sont pas très efficaces et le processus est assez risqué. Les tests de provocation-neutralisation, qui sont des tests intradermiques, sont bien meilleurs.

En matière de remèdes naturels, vous pouvez essayer les pétasites (Pétasites hybridus). Cette plante vivace est utilisée depuis bien longtemps pour traiter de nombreuses maladies. Au 17ème siècle, les pétasites étaient déjà utilisées pour traiter la toux, l'asthme et les lésions cutanées.

Les chercheurs ont depuis identifié les composants de la pétasite qui permettent de réduire les symptômes de l'asthme en inhibant les leucotriènes et les histamines, qui sont responsables de l'aggravation des symptômes de l'asthme.

Gardez également à l’esprit que les produits laitiers pasteurisés sont connus pour aggraver l'asthme.

Conclusion

La carence en vitamine D est au cœur de nombreuses maladies et problèmes de santé, et le remède ne pourrait être plus simple ni plus sûr !

Si vous suivez les conseils simples évoqués ici, vous pourrez pratiquement oublier les bronchodilatateurs et stéroïdes, par exemple, et VOILÀ un parfait exemple de la façon dont vous pouvez prendre en main la santé de votre famille !

Article Antérieur Article Suivant

Clause de non-responsabilité: Tout le contenu publié sur le présent site web se fonde sur les opinions du Dr. Mercola, sauf indication contraire. Les articles individuels ont comme base les opinions de l'auteur respectif qui garde les droits d'auteur comme établis. Les informations fournies sur ce site web ne sont pas destinées à remplacer une relation directe avec un professionnel de santé qualifié et ne sont pas destinées à être considérées comme conseil médical. Toutefois, elles sont fournies avec le but de partager les connaissances et les données obtenues à partir des recherches et de l'expérience du Dr. Mercola et de son public. Le Dr. Mercola vous recommande de prendre vos propres décisions en matière de soins et de santé sur la base de vos recherches et en collaboration avec un professionnel de santé qualifié. Si vous êtes enceinte, si vous allaitez, si vous prenez un médicament ou si vous avez un problème médical, consultez votre professionnel de santé avant d'utiliser des produits sur la base du contenu de ce site web.