Avez-vous commis cette erreur si commune quand votre enfant est malade ?

Taille du texte:
Fille avec de la fièvre

La fièvre est l’une des raisons principales par lesquelles les parents appellent les médecins de leurs enfants, et il est vrai que toute fièvre chez un nourrisson de moins de 3 mois est une cause de préoccupation majeure, car il y a un risque d'infections bactériennes graves. En outre, un enfant qui a une crise de fièvre doit être contrôlé par un médecin, au moins la première fois.

Cependant, la fièvre est un signal que le système immunitaire fonctionne bien et pour les enfants plus âgés qui ne semblent pas être particulièrement affligés, la fièvre est un signe positif. Il est la preuve que l'enfant a un système immunitaire actif. La fièvre ne nuit pas à votre cerveau ou votre corps, même si elle augmente votre besoin de fluides.

Par le Dr. Mercola

Votre enfant se réveille avec de la fièvre au milieu de la nuit, pour de nombreux parents, ce scénario provoque un appel au médecin et une réaction immédiate pour faire baisser la fièvre aussi rapidement que possible, en utilisant souvent un antipyrétique (médicament contre la fièvre).

Mais la fièvre de votre enfant est vraiment un sujet de préoccupation, et la faire baisser est le meilleur choix ?

Dans la plupart des cas, une simple fièvre est en fait un signe que le système immunitaire de votre enfant travaille correctement. Pratiquement tous les animaux développent naturellement une fièvre quand ils se battent contre une maladie bactérienne ou virale, et cette réponse se produit parce qu'elle améliore la capacité de votre corps pour se débarrasser des microbes.

Ainsi, dans de nombreux cas, une baisse de la fièvre est non seulement inutile et cela pourrait même entraver le processus de rétablissement de votre enfant, prolonger la maladie plutôt que la résoudre plus rapidement.

Rappelez-vous que la fièvre n’est pas quelque chose à craindre. Il y a des preuves que la fièvre sert effectivement comme un stimulant sain pour développer un système immunitaire fort et, généralement, plus élevée est la fièvre, meilleur est le stimulus. Quelque chose comme plus le poids que vous levez est lourd, plus vos muscles grandissent.

L’American Academy of Pediatrics NE recommande PAS les médicaments antipyrétiques

La fièvre n’est pas une maladie, mais un signe que votre corps fait ce qu'il est censé faire pour combattre une infection.

AAP (Association Américaine des Pédiatres) recommande de ne pas traiter votre enfant avec des antipyrétiques (médicaments contre la fièvre), même avec des températures plus élevées. Comme l’explique leur site web :

Généralement, la fièvre n’a pas besoin d'être traitée avec des médicaments sauf si votre enfant est mal à l'aise ou a des antécédents de convulsions fébriles. La fièvre peut être importante pour aider votre enfant à combattre l'infection.

Même des températures plus élevées ne sont pas en elles-mêmes dangereuses ou significatives sauf si votre enfant a des antécédents de convulsions ou une maladie chronique. Même si votre enfant a une histoire de convulsions liées à la fièvre et vous traitez la fièvre avec des médicaments, il peut subir ce type de crise... S’il mange et dort bien et il a des moments d’allégresse, probablement il n’a besoin d’aucun traitement.

Les avantages de la fièvre

Quand un organisme envahit votre corps, il déclenche la libération de pyrogènes, une substance qui signale à l'hypothalamus de votre cerveau qu’il doit augmenter la température de votre corps. Cela est fait à travers un certain nombre de mécanismes différents, y compris :

  • Frissons
  • Libération de l'hormone TRH
  • Augmentation de votre taux métabolique
  • Restriction du flux sanguin vers la peau afin de minimiser la perte de chaleur
  • Horripilation (élever les petits poils), qui supprime la transpiration (la sudation est un mécanisme de refroidissement)

La fièvre, à son tour, lance un certain nombre de processus physiologiques bénéfiques qui aident directement ou indirectement à repousser les bactéries ou les virus envahisseurs. Certains de ces avantages comprennent :

  • Augmentation des anticorps - cellules formées pour attaquer spécifiquement le type exact qui a envahi votre corps
  • Production de plus de globules blancs pour aider à combattre les microbes envahisseurs
  • Production de plus d'interféron, une substance antivirale et anticancéreuse naturelle qui permet de bloquer la propagation des virus aux cellules saines
  • Isolation du fer, dont se nourrissent de bactéries
  • Augmentation de la température, qui tue les microbes directement (la plupart des bactéries et des virus se développent mieux à des températures inférieures à celle du corps humain)
  • Amélioration de la capacité de certains globules blancs à détruire les bactéries et les cellules infectées
  • La fièvre altère également la réplication de nombreux virus et bactéries

Il est rare que la fièvre dépasse 104 ou 105 degrés F (40 ou 40,5 °C), et aussi longtemps que votre enfant ne semble pas en détresse, il n'y a aucun mal à laisser la fièvre suivre son cours. Gardez à l'esprit aussi que la fièvre a tendance à avoir des pics dans l'après-midi et le soir, donc une légère augmentation de la fièvre pendant ce temps n’est pas nécessairement un motif d'alarme.

Pourquoi des médicaments pour faire baisser la fièvre sont généralement inutiles et même nuisibles

Comme mentionné plus tôt, dans la plupart des cas, vous devriez éviter de donner des médicaments pour faire baisser la fièvre chez vos enfants, car, en général, ces médicaments ne serviront qu’à supprimer les mécanismes naturels de guérison de la fièvre et à prolonger la maladie.

En fait, l'article Fever in Children -- A Blessing in Disguise (Fièvre chez les enfants – Une bénédiction dissimulée), initialement publié au Mothering Magazine et qui, certainement, mérite être lu vous si vous avez des jeunes enfants à la maison, énumère plusieurs études appuyant le fait que faire baisser la fièvre prolonge la maladie :

  • Une étude chez des adultes ayant un rhume a constaté que l’aspirine et le paracétamol suppriment la production d’anticorps et augmentent les symptômes du rhume, et en plus, ils augmentent la contagiosité.
  • Dans une étude chez des enfants atteints de varicelle, l'acétaminophène prolonge les démangeaisons et le temps de formation des croûtes par rapport au traitement placebo.
  • Dans les études de laboratoire, des niveaux thérapeutiques d’aspirine ont supprimé la capacité des globules blancs humains à détruire les bactéries.
  • Une autre étude a révélé que beaucoup d'analgésiques, y compris l'aspirine et l'ibuprofène, inhibent la production des anticorps jusqu'à 50 pour cent.

Ces médicaments comportent également des risques d'effets secondaires, y compris des dommages au foie avec de l'acétaminophène, des maux d'estomac avec le syndrome de l'ibuprofène et celui de Reye avec de l'aspirine (il est recommandé de ne pas administrer de l’aspirine aux enfants de moins de 19 quand ils ont de la fièvre, à cause de sa relation avec le syndrome de Reye).

Rappelez-vous que la fonction de la fièvre est de stimuler le système immunitaire et de créer un environnement inhospitalier pour des organismes envahisseurs, essentiellement en montant la température suffisamment pour que les microbes envahisseurs ne puissent pas vivre. Donc, quand vous faites baisser la fièvre artificiellement vous rendez votre corps plus accueillant pour les agents pathogènes envahisseurs.

Faire baisser la fièvre avec des médicaments masque aussi vos symptômes, ce qui peut vous amener à reprendre vos activités normales trop tôt, quand votre corps pourrait encore bénéficier d’un peu de repos supplémentaire.

Quand la fièvre est-elle dangereuse ?

Dans la plupart des cas, le repos et beaucoup de liquides est tout ce dont vous avez besoin lorsque la fièvre vous frappe. La fièvre augmente la perte de liquides, il est donc important de donner beaucoup de liquides à l’enfant, même s’il ne ressent pas le besoin de boire pour éviter la déshydration. Cependant, il y a certains cas où la fièvre doit être traitée par le médecin. Y compris :

  • Fièvre chez un bébé de moins de 3 mois (n’importe quelle température)
  • Fièvre supérieure à 102,2 degrés F (39 °C) chez les enfants entre 3 mois et 36 mois, s’ils semblent malades
  • Chaque fois que la fièvre dépasse les 104,5 degrés F (40,7 °C).

Chez les enfants de 5 ans et moins, la fièvre peut aussi conduire à une convulsion, connue comme une convulsion fébrile. Bien que cela puisse être effrayant, généralement elle n’aura pas d’effets durables. Au cours d'une convulsion fébrile, mettez votre enfant sur son côté ou sur son estomac, desserrez les vêtements serrés et soutenez l’enfant afin d’éviter les blessures.

Une fois la crise finie, vous devriez consulter un médecin immédiatement pour être sûr que la convulsion n'a pas été causée par autre chose que la fièvre, comme la méningite ou des bactéries dans le sang.

Enfin, rappelez-vous que laisser la fièvre suivre son cours est généralement le meilleur choix pour aider votre enfant à combattre une infection virale ou bactérienne ... mais vous devez aussi prendre des mesures pour renforcer le système immunitaire de votre enfant afin de conjurer les agents pathogènes sans devoir avoir recours à la fièvre en premier lieu, en utilisant des outils comme une bonne nutrition, l'exercice, le soulagement du stress et un sommeil de haute qualité.