L’aspartame et une prise de poids excessive pendant la grossesse font courir un risque d’obésité au bébé

Aspartame-grossesse

En bref -

  • Les enfants de femmes ayant consommé des édulcorants artificiels pendant leur grossesse ont un risque deux fois plus élevé d’être en surpoids à l’âge d’un an
  • L’aspartame, édulcorant artificiel, loin d’être un aliment « de régime », augmente au contraire votre risque d’obésité
  • Une prise de poids excessive pendant la grossesse augmente le risque d’obésité de votre enfant, obésité qui peut à son tour augmenter ses risques de développer d’importants problèmes de santé au cours de sa vie.
Taille du texte:
Dr. Mercola

Les décisions que vous prenez avant la naissance de votre enfant ont un impact important sur sa santé future. Ce n’est que récemment que les chercheurs ont commencé à bien comprendre la complexité du génome humain et la mesure dans laquelle il s’exprime pour les futures générations.

Tant le patrimoine génétique de la mère que celui du père ont un impact sur la santé de leur enfant, y compris sur la possibilité qu’il puisse avoir un problème d’obésité au cours de sa vie. Chaque année, les scientifiques font de nouvelles découvertes qui lient votre santé à un impact transgénérationnel.

La recherche montre également que la consommation d'édulcorants artificiels pendant la grossesse peut aussi influencer le poids de votre futur enfant. Les choix des femmes pendant leur grossesse suivront l’enfant toute sa vie.

La consommation d’édulcorants artificiels pendant la grossesse peut influencer le poids de votre enfant

La consommation d’édulcorants artificiels a nettement augmenté au cours des dix dernières années. Elle a pratiquement doublé entre 1991 et 2007.

De précédentes études sur l’animal avaient suggéré que la consommation d’édulcorants artificiels pendant la grossesse faisait courir un risque d'obésité au petit. Jusqu'à récemment, aucune étude n’avait démontré le même effet sur l’homme.

Une recherche menée par le Dr. Meghan Azad, de l’Université de Manitoba, a étudié l’association entre les mères qui buvaient des sodas light contenant des édulcorants artificiels tels que NutraSweet, Splenda et Equal, et les effets sur l’indice de masse corporelle (IMC) du bébé au cours de l’année qui suivait sa naissance.

Plus de 3.000 femmes ont participé à l’étude. Il est apparu que la consommation quotidienne de soda light multipliait par deux le risque que l’enfant soit en surpoids à l’âge d'un an. Aucune association comparable n'a été trouvée avec la consommation de boissons sucrées naturellement.

Les chercheurs n’ont pu établir aucun lien entre le risque d’obésité du bébé et d'autres facteurs d'obésité tels que le poids de la mère, la qualité de son régime alimentaire ou l'apport calorique total. Voici la conclusion des auteurs, telle que citée dans le ScienceDaily :

« À notre connaissance, nos résultats sont les premiers à établir la preuve, fondée sur des données humaines, que la consommation d’édulcorants artificiels pendant la grossesse peut augmenter le risque de surpoids dans la petite enfance.

Vu l’épidémie actuelle d’obésité infantile et la consommation largement répandue d’édulcorants artificiels, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour transposer nos conclusions à d'autres cohortes, évaluer des édulcorants non-nutritifs spécifiques et les résultats à long-terme, et étudier les mécanismes biologiques sous-jacents. »

Comment l'aspartame est décomposé dans l’organisme

L'aspartame est une substance sucrée utilisée principalement dans les boissons basses calories. Il a été découvert par hasard alors que le Dr. James Schlatter travaillait à l’élaboration d'un médicament pour traiter les ulcères. Commercialisé au départ sous le nom commercial NutraSweet, cet édulcorant artificiel est aujourd’hui également commercialisé sous les noms Equal, Equal Spoonful et Equal Measure.

L’aspartame stimule les papilles gustatives de la même façon que le sucre mais avec toutefois d’importantes différences. L’aspartame est composé de deux acides aminés auxquels est attaché un hydrocarbure qui apporte la saveur sucrée.

Une fois dans le système digestif, il est décomposé en deux acides aminés, la phénylalanine et l'acide aspartique, et en méthanol, une molécule d'alcool. L'acide aspartique présent dans l’aspartame est modifié de façon synthétique pour transporter la molécule de méthanol, l’hydrocarbure responsable de la saveur sucrée de la substance chimique.

Le méthanol n’étant pas lié à une molécule fibreuse, comme c’est le cas dans les fruits et les légumes, il n’est pas éliminé par l’organisme mais est converti enformaldéhyde par un enzyme

L’influence de l'aspartame sur le poids

L’aspartame ne fait pas qu’influencer le profil génétique du bébé à venir, il influence également votre prise de poids, et le risque d’obésité de votre enfant, indépendamment de son poids de naissance ou de votre poids.

Plusieurs études ont démontré les effets des édulcorants artificiels sur l’appétit et la prise de poids. L'aspartame ainsi que d'autres édulcorants artificiels, stimulent l’appétit, augmentent vos envies de glucides et encouragent votre organisme à stocker plus de graisse.

Ces effets sont provoqués par la façon dont votre corps métabolise et réagit à l'aspartame. En principe lorsque vous mangez quelque chose de sucré, votre cerveau libère de la dopamine en activant le centre de récompense. Cela provoque également la libération d’une autre hormone, la leptine, qui signale à votre cerveau que vous êtes rassasié.

L'aspartame stimule la libération de dopamine, mais comme c’est un édulcorant sans calories, votre corps ne libère pas de leptine et vous vous sentez rarement rassasié ou comblé. Cela augmente votre envie de glucides, augmentant également votre risque de gain de poids.

L'aspartame dans vos intestins

Un autre mécanisme qui joue sur le maintien de votre poids est la façon dont l’aspartame affecte votre microbiome intestinal. Au cours d’une étude publiée dans Nature, des chercheurs ont démontré qu'un apport d’aspartame avait modifié le microbiome intestinal et réduit la sensibilité à l’insuline de la population d’étude.

Même l’ingestion d'une faible dose d'aspartame peut affecter votre microbiome et modifier votre sensibilité à l’insuline. Ces modifications affectent votre capacité à maintenir un poids stable et augmentent votre risque d’obésité avant la grossesse et peuvent également augmenter votre risque de prendre trop de poids au cours de la grossesse.

La prise de poids pendant la grossesse

Au cours d’études antérieures, les chercheurs ont établi un lien entre une prise de poids importante pendant la grossesse et un risque élevé de mettre au monde un bébé en surpoids. Toutefois, une étude plus récente a fait progresser cette découverte d'un pas, démontrant que la prise de poids pendant la grossesse est associée au risque d'obésité de votre enfant même si son poids de naissance est normal.

Cette étude a suivi plus de 13.000 bébés de poids normal pendant 10 ans. À la fin de l’étude, environ 49% des enfants étaient en surpoids et 29% étaient obèses, problèmes survenus entre les 2 ans et les 10 ans des enfants. Le Dr. Teresa Hillier, du Centre Permanent Kaiser pour la Recherche sur la Santé à Portland, en Oregon, et à Honolulu, auteure principale de l’étude, a déclaré :

Tout le monde pensait jusqu'à présent que les bébés d'un poids de naissance normal présentaient tous les mêmes risques de devenir obèse au cours de l’enfance ou de l’âge adulte. Cette étude prouve que ce n’est pas vrai. »

Les risques à long terme de l’obésité infantile

Les effets de l’obésité infantile peuvent avoir des répercussions jusqu’à l’âge adulte. Selon une étude du Centre de lutte contre le Cancer de l’Université du Colorado, l’obésité infantile peut avoir des effets néfastes sur la santé de votre enfant indépendamment de l’obésité adulte. Les chercheurs ont émis la théorie que si votre enfant est en surpoids et perd du poids à l’âge adulte, les effets néfastes pour la santé continuent de l’affecter. L’obésité infantile est associée aux affections suivantes : 

Syndrome métabolique Maladies cardiovasculaires Diabète de type 2
Complications de la rétine et des reins liées au diabète Stéatose hépatique d'origine non alcoolique Apnée obstructive du sommeil
Syndrome des ovaires polykystiques Stérilité Asthme
Complications orthopédiques Maladies psychiatriques Augmentation du taux de certains cancers

Mesures de prévention de l’obésité infantile

Comme pour de nombreuses maladies, il est plus facile de prévenir le mal que d’en traiter les effets. L’obésité infantile a plus que doublé chez les enfants et quadruplé chez les adolescents depuis 1985. Même si vous avez pris trop de poids pendant votre grossesse ou étiez en surpoids au début de votre grossesse, il est encore temps de prendre des mesures pour réduire les risques de votre enfant de souffrir d’obésité. Voici les recommandations du Dr. Hillier :

« Elle peut allaiter son enfant ; les études montrent que les enfants nourris au sein ont moins de risques de devenir obèses et nous avons également observé dans un petit sous-échantillon de notre étude, que l’allaitement réduit l’obésité infantile. Elle peut également nourrir son enfant sainement, et demander des conseils nutritionnels, en particulier au moment de passer à une alimentation solide, et elle peut veiller à ce que son enfant et elle-même fassent suffisamment d’exercice. » 

En appliquant les conseils suivants quotidiennement pendant votre grossesse, vous pouvez réduire votre propre risque d’obésité ainsi que celui de votre enfant.

1. Éliminez les édulcorants artificiels

Éliminez tous les aliments et boissons contenant des édulcorants artificiels. Lisez les étiquettes des aliments, en-cas et boissons que vous achetez. Modifiez vos habitudes pour consommer plus de vrais repas dans la journée. Méfiez-vous des bonbons qui peuvent contenir des édulcorants artificiels.

2. Buvez de l’eau

L’hydratation est importante pour votre santé et celle de votre enfant. Ne vous fixez pas une quantité déterminée d’eau à boire chaque jour car vos besoins en fluides vont évoluer à mesure que votre bébé se développe. Fiez-vous plutôt à la couleur de vos urines. Lorsque vous êtes correctement hydratée, votre urine est jaune clair et n’a pas une odeur forte.

3. Augmentez votre consommation de fibres

L'un des avantages de consommer des aliments riches en fibres est qu’ils vous permettent de réduire plus facilement votre consommation de glucides. Le chiffre important est votre apport net de glucides. Ce chiffre est calculé en soustrayant la quantité de fibres à la quantité de glucides que vous avez consommé dans la journée, en grammes. Le résultat représente votre apport net de glucides.

Par ailleurs, une alimentation riche en fibres peut vous aider à réduire le risque de constipation pendant la grossesse et améliorer votre digestion. Essayez d’incorporer chaque jour environ 40 à 50 grammes de fibres (en associant des fibres solubles et insolubles) pour 1.000 calories consommées.

4. Réduisez le fructose

Le fructose est un sucre que l’on trouve dans les fruits et dans de nombreuses boissons et aliments transformés. Vous connaissez peut-être le terme de « sirop de glucose-fructose » (HFCS) utilisé pour sucrer certains aliments. Le HFCS augmente vos taux de triglycérides et de lipoprotéine de basse densité (LDL), augmente votre résistance à l’insuline, votre risque de diabète gestationnel et augmente la quantité de graisses stockées par votre organisme.

Même si vous consommez la même quantité de calories en HFCS, en glucose, en protéines ou en graisses, les effets métaboliques sur votre corps seront totalement différents si vous consommez trop de fructose.

5. Pratiquez une activité physique

Pratiquer une activité physique pendant la grossesse est important pour votre santé, tant au moment de l’accouchement qu'après la naissance. L’accouchement est un exercice intense, que votre corps sera mieux capable de gérer si vous avez pratiqué une activité physique pendant votre grossesse. Faire de l’exercice vous aidera aussi à contrôler votre appétit et à normaliser votre taux d’insuline, contribuant à contrôler votre poids.

6. Reconditionnez votre cerveau

L’une des choses importantes que vous pouvez faire pendant votre grossesse est de reconditionner votre cerveau pour qu’il reconnaisse les aliments dont vous avez besoin pour une grossesse en pleine forme. Les fabricants déterminent un « bliss point » (point de félicité) pour les aliments. Il s'agit de la combinaison « magique » de sucre et d'autres ingrédients ajoutés dans un aliment transformé pour augmenter votre envie de cet aliment, sans en altérer le goût.

Le sucre entraîne naturellement la production de la même substance chimique dans votre cerveau que les opiacés, ce qui le rend aussi addictif que la cocaïne chez certaines personnes.

L'un des moyens de reprogrammer votre cerveau est d'utiliser l’ EFT (Emotional Freedom Technique - Technique de libération émotionnelle) . C’est une méthode simple qui utilise les mêmes principes que l’acupuncture sans les aiguilles ou qui requière parfois l'aide d'un praticien. C’est une méthode tellement simple que vous pouvez apprendre à l’utiliser chez vous.

Lorsque le système énergétique de votre corps est perturbé par les glucides, les sucres, les aliments transformés et les sucreries d’un régime alimentaire occidental typique, vous risquez de vous laisser aller et d'avoir des fringales. Ce qui peut entrainer une alimentation émotionnelle et un gain de poids. Pour éviter cela, utilisez l’EFT pour limiter vos fringales et parvenir à un gain de poids normal pendant votre grossesse et au-delà.

+ Sources et Références