L’acupuncture : vraie ou fausse, elle soulage les effets secondaires des traitements anti-cancer

L’acupuncture

En bref -

  • L'acupuncture a aidé à soulager de façon significative les symptômes de la ménopause chez des femmes atteintes de cancer du sein et prenant des médicaments qui réduisent le taux d’œstrogènes
  • Les patientes traitées par acupuncture traditionnelle et celles traitées par un simulacre d'acupuncture ont observé une réduction similaire de leurs symptômes
  • Cela pourrait être la démonstration d’un effet placébo, mais il est également possible que les légères piqures pratiquées sur la peau dans le simulacre d’acupuncture aient provoqué de réels changements physiologiques
  • L'acupuncture est utilisée de façon sûre depuis des milliers d'années pour traiter des douzaines de problèmes de santé, notamment les douleurs chroniques, la nausée, l’hypertension artérielle, etc.
  • L'acupuncture semble fonctionner aussi bien par la pénétration d'aiguilles dans la peau, que par acupressure (la pratique de pressions pour stimuler les points d'acupuncture).
Taille du texte:

Dr. Mercola

Chaque année, des millions de personnes ont recours à l'acupuncture pour prendre soin de leur santé au quotidien, notamment pour soulager les douleurs chroniques, l’hypertension artérielle, la nausée, etc. Bien qu’elle soit considérée aux États-Unis comme une alternative aux formes de médecine conventionnelle, l’acupuncture est l'une des plus anciennes thérapeutiques du monde.

En Chine, au Japon, en Corée et dans les autres pays asiatiques, l'acupuncture est utilisée depuis des milliers d'années, et sa pérennité n’est pas qu'une simple affaire de superstition ou de coïncidence.

L'acupuncture a résisté au test du temps car elle fonctionne pour soulager en toute sécurité de nombreux problèmes de santé courants. Et, fait intéressant, une récente étude a montré que non seulement l'acupuncture fonctionne, mais qu’un simulacre d'acupuncture fonctionne également...

L’acupuncture peut apaiser les symptômes de la ménopause chez les patientes atteintes de cancer

Une nouvelle recherche a confirmé l'utilité de l'acupuncture, cette fois-ci chez des femmes traitées pour un cancer du sein avec un médicament inhibiteur de l'aromatase. Les médicaments qui font baisser le taux d'œstrogènes, entraînent souvent d’importants symptômes ménopausaux notamment des douleurs articulaires et musculaires, des bouffées de chaleur et une transpiration nocturne.

L’étude a porté sur presque 50 patientes atteintes d’un cancer du sein et traitées avec un inhibiteur de l'aromatase. Certaines ont reçu des sessions hebdomadaires d’acupuncture pendant 8 semaines et d'autres un simulacre d'acupuncture faisant intervenir des aiguilles non pénétrantes sur de « faux » points d’acupuncture.

Il s’est avéré que les deux groupes de patientes ont fait part d’une diminution importante de leurs symptômes, notamment des bouffées de chaleur. Ce résultat concernait donc celles qui avaient reçu le véritable traitement d'acupuncture et celles qui avaient reçu le simulacre d'acupuncture.

Cela pourrait certainement être la démonstration d’un effet placebo bien que les chercheurs aient également suggéré que les légères piqures de la peau, pratiquées au cours du simulacre de traitement, pourraient avoir provoqué des changements physiologiques. Quoi qu’il en soit, si cela permet que vous vous sentiez mieux, est-il vraiment important de savoir pourquoi ? Ainsi que le rappelle le Dr. Ting Bao, auteur principal de l’étude :

« L'acupuncture en tant que procédé médical est pratiquée depuis des milliers d'années... elle présente très peu de risques et des bienfaits potentiels significatifs. »

Comment fonctionne l'acupuncture ?

Il est établi que l’acupuncture est utilisée depuis plus de 2.500 ans ; elle est basée sur l’hypothèse qu’il existe plus de 2.000 points d'acupuncture sur le corps humain, qui sont connectés entre eux par des canaux énergétiques appelés méridiens. C’est à travers ces canaux que circule le Qi, ou énergie, et lorsque les canaux sont bouchés, la perturbation peut entraîner déséquilibres et maladies chroniques.

Le traitement, qui consiste à insérer des aiguilles métalliques très fines (généralement entre 3 et 15) sur des points d'acupuncture spécifiques, peut être réalisé par un médecin ou un acupuncteur qualifié. Il n’est généralement pas ou très peu douloureux, et les patients indiquent souvent se sentir dynamisés ou détendus après une séance.

Il est prouvé que l'acupuncture a un effet sur de nombreuses maladies chroniques, et l'on pense qu’elle encourage le système nerveux central à libérer des substances chimiques naturelles qui modifient les systèmes corporels, la douleur et d'autres processus biologiques. Les faits suggèrent d'ailleurs que l'acupuncture affecte le corps à différents niveaux, notamment :

  • Elle stimule la transmission de signaux électromagnétiques, susceptibles de libérer des cellules du système immunitaire ou des substances chimiques antalgiques
  • Elle active le système opioïde naturel de votre corps, qui peut aider à réduire la douleur ou induire le sommeil
  • Elle stimule votre hypothalamus et votre hypophyse, qui modulent de nombreux systèmes corporels
  • Elle provoque des changements dans la sécrétion des neurotransmetteurs et des neurohormones, qui peuvent avoir une influence positive sur la chimie du cerveau

L'acupuncture offre près de 30 utilisations éprouvées et plus de 60 utilisations potentielles

L’utilisation la plus courante de l’acupuncture est le traitement de la douleur chronique. L’analyse des études les plus sérieuses menées sur le sujet a conclu que l'acupuncture réduit les douleurs chroniques de façon bien plus efficace que les traitements classiques à base de médicaments.

Des participants à une étude recevant un traitement d'acupuncture ont fait état d’une réduction moyenne de 50% de leur douleur, contre 28% seulement pour les personnes ayant suivi un traitement antalgique classique sans acupuncture.

Toutefois, la réduction de la douleur chronique n’est que l'une des plus de 30 utilisations éprouvées de ce traitement naturel. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a réalisé une étude exhaustive et une analyse d’études cliniques sur l'acupuncture, et a déclaré que la thérapie s’était montrée efficace pour le traitement des maladies suivantes :

Effets secondaires de la radiothérapie et/ou de la chimiothérapie Rhinite allergique (y compris rhume des foins) Colique hépatique
Dépression (notamment dépression névrotique et post-AVC) Dysenterie bacilliaire aigue Dysménorrhée primaire
Épigastralgie aigue (provoquée par un ulcère gastrique, une gastrite aigue ou chronique ou un gastrospasme) Douleurs faciales (notamment les troubles cranio-mandibulaires) Maux de têtes
Hypertension artérielle essentielle Hypotension primaire Déclenchement du travail
Douleurs aux genoux Leucopénie Douleurs lombaires
Malposition du fœtus Nausées matinales Nausées et vomissements
Douleurs cervicales Douleurs liées aux soins dentaires (notamment douleurs dentaires et troubles temporo mandibulaires) Périarthrite de l'épaule
Douleurs post-opératoires Coliques néphrétiques Polyarthrite rhumatoïde
Sciatique Entorses AVC
Tennis elbow (épicondylite latérale du coude)

En outre, bien que de plus amples recherches soient nécessaires, l’acupuncture s’est révélée avoir des effets thérapeutiques dans le traitement des maladies et affections suivantes, allant du syndrome prémenstruel (SPM) aux dépendances en passant par la coqueluche :

Douleurs abdominales (de la gastroentérite aigue ou dues à des spasmes gastro-intestinaux) Acné Dépendance à l'alcool et désintoxication Paralysie faciale
Asthme bronchique Douleurs liées aux cancers Névrose cardiaque Cholécystite chronique, avec exacerbations aiguës
Lithiase biliaire Stress lié à une compétition Traumatisme cranio-cérébral fermé Diabète sucré non insulino-dépendant
Douleurs des oreilles Fièvre hémorragique Epistaxis essentielle (sans maladie locale ni généralisée) Douleurs oculaires suite à une injection sous-conjonctivale
Stérilité féminine Spasmes faciaux Syndrome urétral féminin Fibromyalgie et fasciite
Troubles gastrocinétiques Arthrite goutteuse Porteurs chroniques du virus de l’hépatite B Herpes Zoster (virus herpétique humain de type 3)
Hyperlipidémie Hypo-ovarianisme Insomnie Douleurs du travail
Déficience de lactation Dysfonction érectile d'origine non organique Maladie de Ménière Névralgie post-herpétique
Névrodermite Obésité Dépendance à l’opium, à la cocaïne et à l’héroïne Arthrite
Douleurs liées à un examen endoscopique Douleurs liées à la thromboangéite oblitérante Syndrome des ovaires polykystiques (syndrome de Stein-Leventhal) Post-extubation chez l’enfant
Convalescence post-opératoire Syndrome prémenstruel Prostatite chronique Prurit
Syndrome douloureux radiculaire et pseudo-radiculaire Syndrome de Raynaud, dans sa forme primaire Infections urinaires basses récidivantes Dystrophie sympathique réflexe
Rétention d’urine d'origine traumatique Schizophrénie Sialisme d'origine médicamenteuse Syndrome de Sjögren
Maux de gorge (y compris les angines) Douleurs aigues de la colonne vertébrale Raideurs de la nuque Dysfonction de l'articulation temporo-mandibulaire
Syndrome de Tietze Dépendance au tabac Syndrome de Gilles de la Tourette Colite ulcéreuse chronique
Calculs urinaires Démence vasculaire Coqueluche

Il existe de nombreux types d'acupuncture : choisissez celle qui vous convient le mieux

L'acupuncture traditionnelle implique l'utilisation d’aiguilles (acupuncture signifie littéralement « percer avec une aiguille »), mais les points d'acupuncture peuvent parfois être stimulés par de l’électricité, des lasers, ou par acupressure (l'application d’une pression pour stimuler les points d'acupuncture).

Le terme acupuncture est souvent utilisé pour décrire toutes ces techniques, car elles ont toutes des bienfaits similaires. Cela signifie que, si vous avez envie d’essayer une technique ancienne et naturelle telle que l'acupuncture, mais que vous n’aimez pas l’idée que l’on vous insère des aiguilles dans le corps, vous pouvez essayer l’une des alternatives sans aiguilles qui offre de nombreux bienfaits similaires.

Au cours d'une étude qui a évalué l’effet de l’acupuncture sur des patients atteints de cancer et souffrant de nausées pendant la radiothérapie, un groupe a reçu un traitement d'acupuncture traditionnel avec des aiguilles pénétrant la peau, et un second groupe a reçu un traitement d'acupuncture simulée avec une aiguille arrondie qui ne faisait que toucher leur peau. De façon intéressante, 95% des patients des deux groupes ont trouvé que le traitement soulageait les nausées, et 67% ont également ressenti d'autres effets positifs tels qu'une amélioration du sommeil, une meilleure humeur, et une diminution des douleurs.

Mon type préféré « d’acupuncture sans aiguilles » est la technique de libération émotionnelle (EFT), qui est une technique d'acupressure psychologique que je recommande vivement. L’EFT est basée sur les méridiens utilisés en acupuncture traditionnelle pour traiter les troubles physiques et émotionnels mais ne nécessite pas d’aiguilles invasives et ne présente pas l’inconvénient ni le coût de devoir faire appel à un praticien.

Pour pratiquer l’EFT, il suffit de tapoter du bout des doigts pour insuffler de l’énergie cinétique sur certains méridiens spécifiques de la tête et de la poitrine, tout en pensant à son problème - que ce soit un évènement traumatisant, une addiction, une douleur, etc. - et en énonçant des affirmations positives. Cette combinaison de tapotements des méridiens d’énergie et d'affirmations positives permet d’éliminer le court-circuit (blocage émotionnel) du système bioénergétique du corps, et donc de rétablir l’équilibre entre l’esprit et le corps, qui est essentiel pour une santé optimale et pour la guérison des troubles physiques.

Vous pouvez pratiquer l’EFT seul, mais si vous n’obtenez pas les résultats escomptés ou que vous avez un problème particulièrement traumatisant, envisagez de consulter un professionnel qualifié. De même, si vous décidez d’essayer l'acupuncture traditionnelle, consultez un praticien qualifié car les résultats peuvent varier selon le niveau de compétence du praticien.