Nourrir vos bactéries intestinales est essentiel pour votre santé et votre bien-être mental

Probiotiques

En bref -

  • L'une des façons les plus efficaces et économiques d'optimiser votre microbiome intestinal est de consommer des aliments fermentés traditionnels et des aliments riches en fibres. Des suppléments de probiotiques peuvent aussi s'avérer bénéfiques
  • L’une des raisons pour lesquelles une alimentation saine peut influencer votre santé est qu’elle crée un environnement optimal aux bonnes bactéries dans vos intestins, tout en réduisant les bactéries pathogènes ou responsables de maladies, les champignons et les levures
  • Si vous devez prendre des antibiotiques, pensez à prendre également des probiotiques d’excellente qualité. Pour que les bactéries survivent, prenez les probiotiques quelques heures avant ou après les antibiotiques
Taille du texte:

Dr. Mercola

Pas un jour ne passe sans que soit rappelée dans les médias l’importance de votre flore intestinale.

L’une des façons les plus efficaces et les plus économiques d'optimiser votre microbiome intestinal est d’éliminer les sucres et les sucres raffinés de votre alimentation et de consommer des aliments fermentés traditionnels, mais les suppléments de probiotiques peuvent aussi être bénéfiques.

Greg Leyer, titulaire d'un doctorat en microbiologie alimentaire, est le directeur scientifique des Laboratoires UAS, un fabricant de probiotiques, et il se passionne pour les probiotiques et la santé depuis plus de vingt ans.

« Je me suis intéressé à la microbiologie et ai consacré mes études supérieures à faire des recherches sur les bactéries pathogènes, celles que nous essayons d'éviter et qui nous rendent malades, » explique t-il.

Cela commence par les vrais aliments

Des preuves croissantes révèlent que l’alimentation est plus importante que ce que l’on pensait jusqu’à présent - et notamment le fait de nourrir les bactéries saines présentes dans votre corps, ce qui permet de contrôler les microbes dangereux.

Les probiotiques sont des suppléments conçus pour augmenter le nombre de bonnes bactéries, dont la majeure partie se trouve dans les intestins. On trouve différents types de bactéries dans les différentes parties du tractus gastrointestinal. D'autres parties de votre corps, comme votre bouche et votre peau par exemple, abritent également des bactéries.

Bien que les probiotiques aient leurs avantages et leur place, il est important - avant de prendre un supplément - d'optimiser les conditions dans lesquelles ces bonnes bactéries se développent.

L’une des raisons pour lesquelles une alimentation saine peut influencer votre santé est qu’elle crée un environnement optimal aux bonnes bactéries dans vos intestins, tout en réduisant les bactéries pathogènes ou responsables de maladies, les champignons et les levures.

« Manger sainement » revient simplement à manger de vrais aliments, c’est à dire éviter les aliments transformés et les sucres, car le sucre est l’un des éléments qui fertilise et accélère le mieux la croissance des microbes pathogènes.

L'importance des probiotiques lorsque l’on prend des antibiotiques

Malheureusement, la FDA (Food and Drug Administration - Agence américaine des produits alimentaires et médicamenteux) restreint les fabricants de suppléments quant aux allégations de santé ; ils ne peuvent par exemple pas commercialiser un probiotique en annonçant « qu’il est utile à prendre après avoir pris un antibiotique », car cela sous-entendrait que les antibiotiques vous sont nocifs d'une certaine façon.

Résultat de ces restrictions, à moins d'avoir fait des recherches assez poussées sur le sujet, vous n’êtes peut-être pas au courant de tous les bienfaits des probiotiques.

« Il existe de nombreuses recherches sérieuses auxquelles nous ne pouvons pas faire référence sur l’étiquette d'un produit, » indique le Dr. Leyer. « L'un des domaines intéressants est le rôle des bonnes bactéries lorsqu’elles sont prescrites en même temps qu'un antibiotique, et les effets qu’elles ont sur le maintien d’une population saine dans vos intestins.

Les antibiotiques sélectionnent les bactéries et non les virus, mais ne sont toutefois pas très efficaces pour la sélection de certaines bactéries particulières. Les antibiotiques - de nombreuses études l’ont montré - ont un effet très perturbateur sur la population microbienne générale.

Ils peuvent éliminer l'organisme cible qui provoque votre infection, ce qui est une bonne chose... Mais ils font aussi beaucoup de mal aux populations de bonnes bactéries.

Des études ont montré que lorsque vous prenez des probiotiques en même temps que des antibiotiques et que vous poursuivez la prise de probiotiques après avoir terminé le traitement d'antibiotiques, la communauté microbienne revient rapidement à son état sain initial. »

Recommandations pour prendre des probiotiques avec vos antibiotiques

Si vous prenez des antibiotiques, ne prenez pas les probiotiques en même temps car les antibiotiques sont susceptibles de tuer les bactéries. Prenez-les plutôt quelques heures avant ou après avoir pris les antibiotiques. D'après les études cliniques menées par le Dr. Leyer, cette stratégie semble fonctionner assez bien.

Les levures saccharomyces, qui sont des levures bienfaisantes, peuvent également être utiles lorsque vous êtes sous antibiotiques car il a été démontré qu’elles préviennent les diarrhées provoquées par les antibiotiques.

Les dangers des antibiotiques dans l'alimentation

Les antibiotiques médicaux ne sont pas la seule source d’exposition. Environ 80% des antibiotiques vendus aux États-Unis sont utilisés par les producteurs de bétail pour engraisser les animaux et prévenir leurs maladies.

À moins que vous n’achetiez de la viande biologique, nourrie aux pâturages, vous ingérez donc probablement de faibles doses d'antibiotiques avec chaque steak que vous mangez.

Cette exposition continue présente en plus l’inconvénient de favoriser la résistance aux antibiotiques. Le rôle des antibiotiques dans la promotion (plutôt que dans le traitement) des maladies gagne lentement du terrain.

Il est certain que les antibiotiques sauvent des vies. Mais si vous deviez analyser précisément et déterminer objectivement leur véritable impact, vous risqueriez de réaliser qu’ils font plus de mal que de bien.

Le Dr. Leyer cite le livre « Missing Microbes : How the Overuse of Antibiotic is Fueling our Modern Plagues » (« Les microbes disparus : comment l'abus d’antibiotiques nourrit les fléaux des temps modernes »), écrit par le Dr. Martin Blaser, qui présente la théorie selon laquelle de nombreuses épidémies de maladies modernes ont pour origine les effets destructeurs de l’alimentation moderne sur notre microbiote.

Les probiotiques pour prévenir l’hyper-perméabilité intestinale, entre autres

L’hyper-perméabilité intestinale résulte de l’interruption des interconnexions entre les cellules de vos intestins. De petits trous ou déchirures risquent alors d'apparaître, permettant le passage de particules d'aliments dans le flux sanguin, ce qui peut provoquer une réponse auto immune.

C’est un problème grave et j’ai rencontré de nombreuses personnes qui ont failli mourir de cette maladie. L’hyper-perméabilité des intestins peut avoir de nombreuses origines, mais quelle qu’elle soit, l'un des remèdes les plus efficace est de consommer du bouillon biologique à bas d’os fait maison, et des légumes fermentés. Certains suppléments de probiotiques peuvent aussi s'avérer bénéfiques.

Les probiotiques sont aussi testés de façon approfondie pour leurs fonctions immunologiques. Par exemple, chez les personnes âgées, les probiotiques peuvent contribuer à stimuler l'activité des cellules immunitaires qui combattent les cellules cancéreuses.

Le mécanisme qui intervient ici est une orchestration de messagers chimiques immunitaires, les cytokines. Mais il y a encore beaucoup à apprendre des mécanismes exacts par lesquels les probiotiques influent sur la santé.

Les probiotiques et l'axe intestin-cerveau

Nous savons aujourd'hui clairement que les bienfaits des probiotiques vont au-delà des intestins. De récentes études se sont penchées sur le rôle des bactéries intestinales dans le fonctionnement de l’axe intestin-cerveau, et sur la façon dont elles profitent à votre santé mentale et psychologique.

L'anxiété, la dépression et d'autres troubles de l’humeur sont de plus en plus reconnus comme étant, en partie, liés à un déséquilibre du microbiome.

Les probiotiques semblent avoir la capacité de fabriquer des composés, les neuropeptides, qui interagissent directement avec votre cerveau. Les probiotiques influencent certainement votre système immunitaire en modulant l’inflammation, qui interagit avec la barrière hémato encéphalique et peut la traverser.

Méfiez-vous des « faux » probiotiques

En règle générale, je suis convaincu que la plupart des gens peuvent obtenir la majorité de leur soutien nutritionnel à partir de vrais aliments. C’est certainement le cas des bonnes bactéries, car elles sont présentes en quantités dans de nombreux aliments fermentés.

L'une de mes pires bêtes noires en matière d'aliments probiotiques sont les yaourts, car la plupart ne sont réellement que des cochonneries crémeuses. L'institut Cornucopia a publié un Guide de l’acheteur et une fiche de suivi des yaourts dans lequel vous pouvez en apprendre davantage sur vos marques préférées.

De nombreuses personnes cherchant à améliorer leur santé achètent des yaourts industriels en pensant se faire du bien, alors qu'il n’en est rien. Elles feraient bien mieux de prendre un supplément de probiotiques, car elles éviteraient ainsi les sucres ajoutés et autres additifs malsains. L’exception à cette règle est le yaourt fermenté traditionnel, fabriqué à partir de lait cru bio.

Les yaourts industriels contiennent souvent jusqu’à 25 à 30 grammes de sucre par yaourt, ce qui équivaut ou dépasse l'apport recommandé de sucre pour toute une journée !

La quantité de probiotiques que vous obtiendrez d'un yaourt industriel est également bien plus faible que ce que vous obtiendriez d'un supplément de probiotiques d’excellente qualité.

Un yaourt industriel peut vous apporter un million de cellules probiotiques, ce qui semble beaucoup, mais si vous prenez un supplément de qualité, vous obtenez des dizaines de milliards de probiotiques - des quantités supérieures de trois ordres de grandeur. À cet égard, un supplément est donc clairement une solution plus simple et plus économique.

Recommandations à propos des probiotiques

Voici les facteurs à prendre en compte pour reconnaître un supplément de probiotiques de qualité :

Assurez-vous qu’il s'agisse d'une marque fiable. Si vous avez confiance dans les produits fabriqués par une société, les probiotiques qu’elle fabrique sont peut-être excellents aussi.
Recherchez une puissance (en Unités Formant des Colonies, ou UFC) de 50 milliards ou plus. C’est le nombre de bactéries fournies par dose de probiotiques.
Indication de la durée de conservation, c’est à dire de la durée de conservation des UFC. Évitez les gélules qui indiquent les UFC au moment de la fabrication seulement. Les produits alimentaires doivent être conservés selon les instructions, dans des emballages refermables.
Recherchez un produit contenant plusieurs espèces de bactéries, car diversité et meilleure santé semblent liées. Ceci dit, les produits contenant des espèces de lactobacilles et de bifidobactéries sont généralement recommandés.

Le lactobacillus acidophilus et le lactobacillus plantarum en sont des exemples. Ces organismes résident principalement dans l’intestin grêle ou dans le tractus gastrointestinal supérieur, où résident la vaste majorité de vos cellules immunitaires. Par contre, les bifidobactéries résident dans le gros intestin, qui est une autre zone importante liée à la santé. Les souches de bifidobacterium lactis, bifidobacterium longum et bifidobacterium bifidum en sont des exemples importants.
Choisissez des marques non génétiquement modifiées.
Vérifiez qu’elles sont fabriquées selon les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF).

Optimiser votre microbiome est une excellente stratégie de prévention des maladies

À faire

À éviter

Mangez des aliments fermentés en quantité. Le lassi, le lait fermenté bio comme le kéfir, le natto (soja fermenté) et les légumes fermentés, sont de bons choix.

Les antibiotiques, à moins qu’ils ne soient absolument nécessaires, et si vous en prenez, assurez-vous de réensemencer vos intestins avec des aliments fermentés et/ou un supplément de probiotiques.

Prenez un supplément de probiotiques. Bien que je ne sois généralement pas favorable aux compléments alimentaires (car je pense que la majeure partie des nutriments dont nous avons besoin doivent provenir de notre alimentation), les probiotiques sont une exception si vous ne consommez pas régulièrement des aliments fermentés.

Les viandes élevées de façon conventionnelle et les autres produits d'origine animale, car les viandes provenant des CAFO sont régulièrement nourries d'antibiotiques à faibles doses et de céréales génétiquement modifiées chargées de glyphosate, très connu pour tuer de nombreuses bactéries.

Augmentez vos apports en fibres solubles et insolubles, en vous concentrant sur les légumes, les noix et les graines, y compris des graines germées.

L’eau chlorée et/ou fluorée. En particulier l’eau des équipements sanitaires, comme l’eau de la douche, ce qui est plus mauvais que de la boire.

Salissez-vous les mains dans le jardin. L’exposition aux bactéries et aux virus peut agir comme un « vaccin naturel » qui renforce votre système immunitaire et vous immunise de façon durable contre les maladies.

Vous salir les mains dans le jardin peut contribuer à réhabituer votre système immunitaire aux microorganismes bienfaisants présents sur les plantes et dans le sol.

Selon un rapport récent, un manque d’exposition à la nature peut en soit rendre votre microbiome « défaillant ».

Les aliments transformés. Les excès de sucres et d'autres calories « vides » nourrissent les bactéries pathogènes.

Les émulsifiants tels que le polysorbate 80, la lécithine, le carraghénane, les polyglycérols, et la gomme de xanthane ont également des effets néfastes sur votre flore intestinale.

À moins qu’ils ne soient 100% bio, ils risquent aussi de contenir des OGM qui sont généralement lourdement contaminés avec des pesticides comme le glyphosate. Il a été prouvé que les édulcorants artificiels affectent aussi les bactéries intestinales de façon néfaste.

Ouvrez vos fenêtres. Pendant la majeure partie de l’histoire de l’humanité, l’extérieur a toujours fait partie de l'intérieur, et nous n’étions jamais réellement séparés de la nature.

Aujourd'hui, nous passons 90% de notre temps à l’intérieur. Et, bien que séparer l’extérieur de l’intérieur ait ses avantages, cela modifie aussi le microbiome des maisons.

La recherche montre qu’ouvrir une fenêtre et augmenter la ventilation naturelle peut améliorer la diversité et la santé des microbes présents dans votre maison, ce qui vous est, au final, bénéfique.

Les substances chimiques utilisées en agriculture, en particulier le glyphosate (Roundup), qui est un antibiotique reconnu et qui tue nombre de vos bonnes bactéries intestinales si vous consommez des aliments contaminés au Roundup.

Lavez votre vaisselle à la main plutôt qu’au lave-vaisselle. La recherche montre que laver votre vaisselle à la main laisse plus de bactéries sur les plats que ne le fait le lave-vaisselle et qu'utiliser cette vaisselle, qui n’est pas stérile, peut en fait diminuer vos risques d’allergies en stimulant votre système immunitaire.

Le savon anti-bactérien, car il tue aussi bien les bonnes que les mauvaises bactéries et contribue au développement de la résistance aux antibiotiques.