Des envies de glaçons ? Vous pourriez souffrir d'une carence en fer

Glaçons

En bref -

  • Croquer des glaçons, une manie connue sous le nom de pagophagie, est une addiction qui peut révéler un problème de carence en fer et éventuellement une anémie
  • Croquer des glaçons peut endommager vos dents et vos gencives et peut enflammer les tendons et les ligaments de vos mâchoires
  • Ne traitez jamais une anémie potentielle sans en déterminer d'abord la cause, car une supplémentation en fer peut également endommager votre santé, selon la cause médicale sous-jacente de la carence en fer
Taille du texte:

Dr. Mercola

Croquer des glaçons par une chaude journée d’été peut certes vous rafraichir, mais si vous avez fréquemment des envies de glace, cela peut révéler quelque chose d'autre. Manger de la glace est une forme de pica, une maladie caractérisée par des envies de manger des substances non-nutritives.

Le pica touche plus fréquemment les enfants, mais manger de la glace est une addiction qui frappe tous les âges. Un besoin de manger des substances non nutritives est souvent lié à une carence nutritionnelle.

Dans le cas qui nous intéresse, manger de la glace peut être un symptôme de carence en fer, ou d’anémie. Pour correspondre aux critères de la pagophagie, ou addiction aux glaçons, il faut que l'habitude soit installée depuis plus d'un mois. Les personnes dépendantes à la glace en recherchent à tout prix, au point de manger le givre du congélateur pour satisfaire leur envie.

Bien qu'une simple envie de glace puisse signifier que vous êtes carencé en fer, il existe une interaction complexe entre les besoins nutritionnels et le comportement. Dans la plupart des cas, une simple supplémentation en fer peut suffire à régler le problème.

Toutefois, le taux de fer peut créer d'importants problèmes lorsqu’il est trop haut ou trop bas, il est donc important de comprendre le processus et de contrôler votre taux de fer.

Pagophagie et carence en fer

Afin de mettre en évidence le lien entre le fait de manger des glaçons et la carence en fer, une étude a évalué le comportement de 81 patients souffrant d'anémie ferriprive et ont découvert que la pagophagie est une forme courante de pica.

Parmi ces personnes, les 16% de participants qui souffraient de pagophagie ont été soulagés de leurs symptômes plus rapidement par une supplémentation en fer que ce que le rétablissement de leur taux d'hémoglobine aurait pu indiquer.

Bien que les symptômes du pica soient connus depuis des siècles, il semble qu'une communauté de jeunes médecins ignore les liens existant entre les envies de manger des substances non-nutritives et une carence nutritionnelle.

Au cours d'une étude, tant les patients que les médecins qui les traitaient ignoraient la signification du pica et des liens avec une carence en fer.

Les chercheurs recommandent que les médecins recherchent attentivement toute perte chronique de sang éventuelle chez les patients atteints d’un pica, car il peut être le signe d'une lente perte de sang et d'une carence en fer.  L'anémie est caractérisée par un taux de globules rouges plus bas que la normale, ce qui réduit la quantité d'oxygène que votre corps peut transmettre à vos cellules.

Sans oxygène, votre corps ne peut pas fonctionner efficacement. Toutefois, lorsque la perte est progressive, il est possible que votre corps s'adapte et que vous ne remarquiez une différence de performance ou de fonctionnement que lorsque votre taux de globules rouges a atteint un niveau dangereusement bas. En d'autres termes, vous risquez de devenir fonctionnellement anémié.

Ce que vous risquez à manger des glaçons

Une addiction aux glaçons peut sembler inoffensive, mais cette affection présente pourtant des dangers.

Les effets secondaires n’en sont pas aussi dangereux que ceux d'une addiction à une substance chimique, telle que le tabac, certains médicaments ou l’alcool, mais elle peut néanmoins provoquer des dommages aux dents et, si elle n’est pas traitée, l’anémie peut entraîner des dommages cardiaques.

Certains patients sont allés jusqu’à acheter une machine à granités pour leur maison et une pour leur lieu de travail, pour pouvoir satisfaire leurs envies. Cependant, en dehors de la glace pilée ou des granités, vous pouvez également être tenté de croquer dans un glaçon classique, ce qui augmente les risques d’endommager vos dents.

Lorsque vous êtes en pleine crise de manque, vous pouvez avoir besoin de glace comme un fumeur a besoin d'une cigarette, pour satisfaire son envie. Manger de la glace risque d’écailler vos dents, d’endommager vos gencives, l’émail de vos dents, des amalgames dentaires ou des couronnes. Vous risquez également de provoquer des douleurs au niveau des muscles de vos mâchoires ou d'aggraver une éventuelle dysfonction de l'articulation temporo-mandibulaire.

Quel est le lien entre la glace et l'anémie ?

Il existe plusieurs théories sur la raison pour laquelle vous avez envie de glace lorsque vous souffrez d'une carence en fer. Certains des symptômes gastro-intestinaux d'une carence en fer sont une langue douloureuse, une bouche sèche, une altération du goût, des difficultés à avaler et des aphtes.

Chacun de ces symptômes peut être soulagé en croquant ou en suçant de la glace, qui peut contribuer à réduire œdèmes et douleurs. Cependant, des recherches supplémentaires ont également découvert que manger de la glace lorsque l’on est carencé en fer modifie le traitement neurologique, ce qui améliore le fonctionnement cognitif.

Manger de la glace améliore-t-il la fonction cognitive ?

La fatigue et l’épuisement, qui affectent souvent les capacités cognitives, sont d'autres symptômes de la carence en fer et de l’anémie. Les chercheurs supposent que manger de la glace pourrait provoquer des changements dans le système vasculaire du cerveau, ce qui pourrait augmenter l'apport d'oxygène.

Cet apport accru de sang et d'oxygène peut à son tour augmenter la vivacité d’esprit et la vitesse de traitement.

Au cours de cette étude, les chercheurs ont pu démontrer que, chez les personnes carencées en fer, manger de la glace améliorait effectivement la vitesse de traitement, alors que cela n'avait aucun effet sur les participants sains de contrôle.

Ils ont comparé les résultats des tests entre les personnes carencées en fer qui buvaient de l’eau, et celles qui mangeaient de la glace juste avant les tests. Les chercheurs ont émis une théorie selon laquelle l’augmentation réflexe du flux sanguin vers le cerveau pourrait être liée à un réflexe de plongée.

Melissa Hunt, auteure de l’étude et psychologue clinicienne à l’Université de Pennsylvanie, décrit ce réflexe :

« Pensez aux baleines et dauphins lorsqu’ils plongent, l’eau devient plus froide et leurs vaisseaux sanguins périphériques se contractent et envoient tout le sang vers les organes internes et le cerveau. Les hommes ont un vestige de ce réflexe de plongée. »

Ce réflexe semble être provoqué lorsque l’eau froide touche le visage, envoyant plus de sang vers le cerveau, ce qui stimule la fonction cognitive. Le Dr. Hunt n'a pas entendu les participants ni ses patients évoquer le besoin de glace dans le but d’obtenir un regain d’énergie, mais plutôt comme une forme de manque.

Comment l'anémie ferriprive affecte votre santé

Il y a plusieurs façons d’être carencé en fer, avec ou sans anémie. Une carence en fer peut provenir d'une perte de sang chronique, provoquée par des polypes digestifs, des règles abondantes, un ulcère de l’estomac qui saigne de façon chronique, ou à la suite d'un certain type d’intervention chirurgicale, comme la procédure du bypass gastrique, qui réduit la capacité de votre organisme à absorber le fer.

L’affection peut provoquer des dommages à long terme, dus tant au problème original qui provoque l’anémie, qu'à l’anémie elle-même. La première étape est de découvrir l’origine de la perte de sang. La diminution de l’apport d'oxygène vers les cellules peut entraîner une fatigue chronique, un essoufflement, des vertiges et un rythme cardiaque rapide ou irrégulier.

Une carence en fer sur le long terme et une anémie chronique peuvent entraîner des complications comme une défaillance cardiaque, due aux longues périodes pendant lesquelles votre cœur doit battre plus vite pour envoyer plus de sang vers vos cellules afin de répondre à leurs besoins en oxygène.

Les enfants peuvent également souffrir d'anémie ferriprive. Si vous êtes enceinte, vous risquez d’accoucher prématurément ou de donner naissance à un bébé de faible poids, les deux ayant des conséquences négatives pour l’enfant. Les enfants souffrant d'anémie chronique risquent de voir leur croissance et leur développement ralentis et d’être plus vulnérables aux infections.

Demandez à faire ces analyses de sang

Avant de prendre les choses en main vous-même, il est important de savoir si vous êtes carencé en fer. Avoir trop de fer dans l’organisme peut être encore plus mauvais pour la santé que d’en manquer. Comme pour la plupart des nutriments, il existe un juste milieu avec lequel votre corps fonctionne de façon optimale.

Il existe trois causes possibles à l’anémie : une perte de sang, un déficit de production de cellules sanguines ou la destruction de cellules sanguines. Dans chaque situation, il est important non seulement de diagnostiquer l’anémie, mais aussi de trouver l’origine de la perte de sang car, dans certains cas, une supplémentation en fer peut provoquer des dommages sérieux.

Une carence ou une surcharge en fer peuvent être détectées par un simple test sanguin, le dosage du fer sérique. Il mesure les molécules de votre sang qui transportent le fer. Si votre taux de ferritine est faible, votre taux de fer l’est également.

Un taux de ferritine sérique sain se situe entre 20 et 80 nanogrammes par millilitre (ng/ml). Certains laboratoires élargissent le taux acceptable le plus élevé à 300 ng/ml, mais je pense que c’est un taux beaucoup trop élevé.

Une formule sanguine complète qui indiquera la taille, le nombre et le volume de vos cellules sanguines peut également être un test important pour diagnostiquer une carence en fer. En plus du taux de ferritine sérique, votre médecin pourra également demander d'autres analyses s'il suspecte une attaque de vos globules rouges par votre système immunitaire ou une anomalie au niveau des enzymes, de l’hémoglobine ou de la coagulation.

Augmentez naturellement vos réserves de fer

En fonction de votre taux de fer, il est possible de réduire votre carence en améliorant votre alimentation. On trouve deux types de fer dans les aliments : le fer héminique et le fer non-héminique. On trouve du fer héminique dans la viande et les fruits de mer.

Les aliments végétaux tels que les fruits, les légumes et les noix contiennent du fer non-héminique. Bien que ces dernières sources ne soient pas absorbées aussi rapidement que le fer héminique, elles sont très importantes dans un régime alimentaire nutritif. Que vous consommiez des sources de fer héminique ou non-héminique, il vous faut consommer également des aliments riches en vitamine C pour en améliorer l’absorption.

Les tomates, les poivrons jaunes et rouges, les agrumes, le chou frisé, les brocolis et les choux de Bruxelles sont les aliments les plus riches en vitamine C. Parmi les aliments riches en fer, on trouve :

Le bœuf Le jambon L’agneau
La dinde Le poulet Le veau
Le porc Les crevettes Les palourdes
Les pétoncles Les huitres Le thon
Les épinards Les patates douces Les pois
Le brocoli Les haricots verts Les fanes de betteraves
Le chou frisé La pastèque Les dates
Les figues Les raisins secs Les prunes
Les tomates Les pois secs Les lentilles
Les haricots secs La mélasse Les produits à base de tomates

Si les aliments riches en fer ne suffisent pas à faire remonter votre taux de fer à un niveau normal, et après avoir déterminé la cause de votre carence, envisagez un supplément au bisglycinate ferreux plutôt qu'au sulfate ferreux. La posologie la plus courante est de 325 milligrammes (mg) de sulfate ferreux, trois fois par jour. Toutefois, ses effets secondaires augmentent le risque de voir les patients arrêter leur traitement.

En comparant différentes préparations orales de suppléments de fer, les chercheurs ont remarqué de grosses différences au niveau du temps de dissolution des suppléments et de leur biodisponibilité. Le type de préparation et la forme de fer contenue dans le supplément sont des facteurs importants.

De récentes recherches ont montré que la biodisponibilité de l’eau minérale riche en fer était équivalente à celle des formules à base de fer synthétique. Une supplémentation au bisglycinate ferreux présente l'avantage supplémentaire de n'entraîner que très peu, voire pas d’effets secondaires gastro-intestinaux, de nécessiter un dosage plus faible pour corriger le taux de fer, et souvent à un coût moindre.

En quoi la vitamine D peut affecter votre taux de fer

La vitamine D peut avoir un effet sur la production de globules rouges, l’érythropoïèse. Au cours d'une étude portant sur les échantillons sanguins de plus de 550 participants, les chercheurs ont pu démontrer l’existence d'un lien entre carence en vitamine D et risque accru d'anémie.

Cela n’est pas vraiment une surprise car la vitamine D joue un rôle fondamental dans de nombreuses fonctions de notre organisme, notamment dans la santé gastro-intestinale, la dépression, la santé cérébrale, le métabolisme et les cancers. Normaliser votre taux de vitamine D est une façon simple, efficace et peu couteuse d'optimiser votre santé globale.

On estime que 50% de la population globale court le risque de présenter une carence en vitamine D ou une insuffisance. L’exposition au soleil est la façon idéale d’optimiser votre taux de vitamine D, mais la seule façon de savoir si votre taux est optimal est de le faire mesurer. Le taux de vitamine D fait une vraie différence pour prévenir les maladies et promouvoir la santé.