L'aspartame tente un come-back

Sucre Toxique

En bref -

  • En 2015, PepsiCo a remplacé l'aspartame du Pepsi light par du Splenda, pour tenter de récupérer les clients inquiets des effets de l’aspartame sur la santé
  • Au premier trimestre 2016, les ventes de Pepsi light ont chuté de 10,6%
  • Pour stopper l’effondrement des ventes et contenter les clients qui n’appréciaient visiblement pas le goût du Pepsi light sans aspartame, la société réintroduit sur le marché le Pepsi light sucré à l’aspartame
Taille du texte:

Dr. Mercola

La consommation de sodas lights est en train de chuter en raison de l’impopularité croissante des édulcorants artificiels comme l'aspartame et le sucralose (Splenda). En 2015, PepsiCo a même remplacé l'aspartame du Pepsi light par du Splenda, pour tenter de récupérer les clients devenus inquiets des effets de l’aspartame sur la santé - mais cela n'a clairement pas fonctionné.

À l’époque, PepsiCo a indiqué que le souhait principal de ses clients était de voir l'aspartame du Pepsi light disparaître. Le premier vice-président du département saveurs de Pepsi, Seth Kaufman, a indiqué que « les buveurs de cola light américains nous ont dit qu’ils voulaient du Pepsi light sans aspartame. »

Cependant, la consommation annuelle de boissons gazeuses en 2015 était de 650 portions de 23 cl (8 onces) par personne, le taux le plus faible depuis 1985 d'après un rapport de Beverage Digest, groupe spécialisé dans le suivi de cette industrie.

C’est PepsiCo qui a enregistré la plus forte chute - une perte de volume de 3,1% - et leur produit Pepsi light a été particulièrement durement touché, avec une diminution de près de 6%. Au premier trimestre 2016, les ventes de Pepsi light ont chuté davantage encore, diminuant de 10,6% d'après Beverage Digest.

Pour stopper l’effondrement des ventes et contenter les clients qui n’appréciaient visiblement pas le goût du Pepsi light sans aspartame, la société a réintroduit sur le marché un « Pepsi light à l’édulcorant classique » - c’est à dire du Pepsi light sucré à l’aspartame.

2 variétés de Pepsi light sur 3 contiennent de l’aspartame

Le Pepsi light classique est revenu sur le marché en septembre 2016, arborant une canette bleu ciel. Le Pepsi light ordinaire, sucré au Splenda, est vendu dans une canette argentée.

Le Pepsi Maxx, en canette noire, a également été réintroduit aux États-Unis comme Pepsi zéro sucre. Il contient également de l’aspartame. Le Pepsi crystal, qui est apparu dans les années 90, a également fait un come back en 2016, du moins temporairement.

Ce soda transparent ne contient ni caféine ni acide phosphorique et est considéré comme plus sain que les sodas foncés classiques. Sa réintroduction limitée qui intervient au moment de la diminution des ventes n’est pas un hasard, mais probablement une façon de tester le marché pour voir si davantage de consommateurs soucieux de leur santé mordront à l’hameçon de crystal.

Malheureusement, tous ces changements d’étiquetage et réintroductions passent à côté du problème, qui est que non seulement le soda est néfaste pour votre santé - quels que soient sa teinte ou son goût - mais aussi que le soda light, sous quelque appellation que ce soit, est probablement encore pire.

L’aspartame peut provoquer l’intolérance au glucose et le diabète

De nombreuses personnes en surpoids ou obèses souffrent également de pré-diabète ou de diabète de type 2 , et préfèrent donc les édulcorants artificiels au sucre, pensant qu'ils sont meilleurs pour leur santé.

Pourtant, des études ont montré que les édulcorants artificiels, notamment l'aspartame, peuvent entrainer une prise de poids et une intolérance au glucose en altérant le microbiote intestinal.

Bien que peu de personnes le sachent, il a été prouvé que l’aspartame augmente la faim, par rapport au glucose ou à l’eau, et est associé à une plus forte envie de manger (plus encore que d'autres édulcorants artificiels tels que la saccharine ou l’acésulfame de potassium).

Le fait que l'aspartame, une substance souvent utilisée dans les produits de « régime », puisse faire prendre du poids, est incroyablement troublant.

Une récente étude publiée dans le magazine Applied Physiology, Nutrition and Metabolism (Physiologie, Nutrition et Métabolisme Appliqués) a également établi que consommer de l'aspartame peut être associé à une plus grande intolérance au glucose, en particulier chez les personnes obèses. D’après l’étude :

« Cette étude apporte des preuves que la consommation d'aspartame peut être associée à un risque accru de diabète chez les individus présentant une plus forte adiposité. L’aspartame serait associé à des modifications du microbiote intestinal, elles-mêmes associées à une altération de la résistance à l’insuline chez les rongeurs minces et obèses.

Nous observons que l'aspartame est lié à une altération nettement plus importante de la tolérance au glucose chez les individus obèses... »

L'aspartame n’est pas le seul problème

C’est loin d’être la première fois que les édulcorants artificiels sont liés à des problèmes métaboliques. D'après une recherche distincte publiée dans PLOS ONE :

« La consommation régulière de boissons gazeuses sucrées artificiellement est associée à des signes du syndrome métabolique, notamment l’obésité abdominale, la résistance à l’insuline et/ou une altération de la tolérance au glucose, la dyslipidémie et une tension artérielle élevée.

La consommation quotidienne de sodas lights (principalement ceux sucrés à l’ester méthylique de N-L-α-aspartyl-L-phénylalanine, ou aspartame...), augmenterait en particulier le risque relatif de diabète de type 2 et de syndrome métabolique de respectivement 67% et 36%. »

Pourtant, il n’y a pas que l'aspartame qui soit associé à des problèmes de santé, donc si vous pensez qu’il est préférable de boire du soda light de PepsiCo sucré au Splenda, vous êtes induit en erreur. Comme l’aspartame, le Splenda affecte la réponse de votre corps à l’insuline.

Les participants ayant bu une boisson sucrée au Splenda ont vu leur taux d'insuline augmenter de 20% de plus qu’après avoir bu uniquement de l’eau, avant de passer un test de tolérance glucidique.

Le taux de glycémie a également nettement augmenté, et les chercheurs ont souligné que « l’édulcorant artificiel est donc lié à un renforcement de la réponse à l’insuline et au glucose », ajoutant que :

« Bien que nous ayons découvert que le sucralose affecte la réponse au glucose et à l’insuline après l’ingestion de glucose, nous n’en connaissons pas les mécanismes. Nous avons montré que le sucralose a un effet.

Chez les personnes obèses ne souffrant pas de diabète, nous avons montré que le sucralose est plus qu’une simple substance sucrée que vous avalez sans plus de conséquences. Bien que l’on ne sache pas ce que tout cela signifie pour les scénarios de la vie courante, nos conclusions soulignent la nécessité d’études supplémentaires. »

Ne vous laissez pas abuser : Le soda light n’est pas un choix sain

PepsiCo essaye désespérément de toucher une partie du marché qui lui manque actuellement - les consommateurs soucieux de leur santé. La reformulation de son soda light n’est que l'un de ses plans pour y parvenir.

Ironiquement, la société, qui a dépensé plus que Monsanto pour lutter contre les lois appelant à l’étiquetage national et régional des produits contenant des ingrédients génétiquement modifiés (GM), a même prévu de lancer une ligne sans OGM de ses jus Tropicana.

Mais ne vous y trompez pas. Dans le cas du Pepsi light, ils peuvent l'appeler comme ils veulent et lui faire prendre toutes les couleurs imaginables, cela ne changera rien au fait qu’il fait partie des pires boissons pour votre santé.

L'aspartame peut provoquer des dommages au cerveau et d'autres effets sur la santé

Quatre-vingt douze pourcent des études financées de façon indépendante ont conclu que l'aspartame pouvait provoquer des effets secondaires, notamment des dépression et des maux de tête. Une étude a également conclu que l'administration d'aspartame à des rats entraînait la présence de méthanol, détectable jusqu'à 24 heures plus tard, qui pourrait provoquer un stress oxydatif dans le cerveau.

L'aspartame est composé d'acide aspartique et de phénylalanine. Mais la phénylalanine a été modifiée synthétiquement pour porter un groupe méthyle, qui est le principal responsable de la saveur sucrée.

Ce lien phénylalanine méthyle, appelé ester méthylique, est très faible, ce qui permet au groupe méthyle sur la phénylalanine de se détacher facilement et de former du méthanol.

Lorsque l'aspartame est sous forme liquide, il se décompose en alcool méthylique, ou méthanol, qui est ensuite convertit en formaldéhyde et qui est à la base du problème de l'aspartame.

En bref, tant les animaux que les humains possèdent, dans chaque cellule, de petites structures que l’on appelle des peroxisomes. Il y en a environ deux cents dans chaque cellule de votre corps, conçus pour détoxifier de nombreuses substances chimiques.

L’homme possède le même nombre de peroxismes que les animaux dans des cellules comparables, mais les peroxismes humains ne sont pas capables de convertir le formaldehyde toxique en acide formique inoffensif. Le formaldehyde est un élément carcinogène reconnu qui provoque des dommages rétinaux, interfère avec la réplication de l’ADN et peut provoquer des malformations congénitales.

Le soda light pourrait vous donner envie de consommer davantage de malbouffe

Le soda light est une escroquerie de la pire espèce, car les personnes qui en boivent pensent généralement qu’elles font du bien à leur corps en diminuant les calories consommées.

Mais la recherche montre que les buveurs de soda light risquent de « compenser » ensuite les calories qu'ils n’ont pas consommées dans leur soda en mangeant plus d'aliments riches en sucres, en sel et en mauvaises graisses au cours de la journée. Ils peuvent également être poussés à manger plus de ‘cochonneries’ parce que la boisson light n’a pas satisfait leur manque ou leur besoin de calories.

Les adultes obèses sont les plus affectés et présentent l'apport calorique supplémentaire, provenant d'aliments malsains associé aux boissons light, le plus élevé, ce qui montre à nouveau que les personnes les plus susceptibles de consommer des édulcorants artificiels sont également celles qui risquent d’en être le plus affectées.

Êtes-vous prêt à abandonner l’aspartame et autres édulcorants artificiels ?

Je vous recommande tout d'abord d’essayer une technique de psychologie énergétique appelée le Turbo Tapping, qui a aidé de nombreux « accros au soda » à se débarrasser de leur habitude, et elle peut fonctionner pour tout type d'addiction (y compris les envies de soda light). Si vous avez toujours des envies après avoir essayé la technique du Turbo Tapping, vous avez peut-être besoin de faire des changements dans votre alimentation. Mon programme nutritionnel gratuit peut vous aider à y parvenir étape par étape. (Uniquement en Anglais)

La meilleure et la plus économique des boissons que vous puissiez boire est l’eau du robinet, filtrée. Je vous conseille vivement d'utiliser un système de filtration de l’eau d’excellente qualité, à moins que vous ne puissiez vérifier la pureté de votre eau. L’eau pétillante est une autre option, en particulier si les bulles du soda vous manquent.

Ajouter un trait de jus de citron ou de citron vert permet d'apporter du goût et de la variété, et de nombreux buveurs de soda parviennent plus facilement à abandonner le soda en le remplaçant par de l’eau pétillante. Le thé et le café sans sucre sont sains également et permettent de varier vos boissons sans ruiner votre santé.