Un dopeur de moral et un peu de compétition encouragent à faire plus de sport

Compétition

En bref -

  • La plupart des gens sont conscients qu’il est nécessaire de faire du sport pour vivre longtemps et en bonne santé. Ce qui empêche nombre d’entre eux de mettre en place un programme d’entraînement régulier est un manque de motivation, ou une motivation irrégulière
  • La compétitivité tend à renforcer la motivation et les bénéfices de l’entraînement. Les personnes qui se préparent pour une compétition participent à 90% de cours de sport de plus que les autres
  • D'autres études ont montré que ce qui préserve la motivation des gens, notamment, est de faire équipe avec quelqu'un de plus expérimenté - quelqu'un qui vous motive à en faire davantage, au lieu de vous donner des excuses pour vous relâcher
Taille du texte:

Dr. Mercola

Les personnes qui parviennent à se maintenir en bonne santé jusqu’à un âge avancé ont généralement un point commun : elles ont incorporé la pratique régulière d'une activité physique à leur quotidien .

La plupart des gens sont conscients qu’il est nécessaire de faire du sport pour vivre longtemps et en bonne santé. Ce qui empêche nombre d’entre eux de mettre en place un programme d’entraînement régulier est un manque de motivation, ou une motivation irrégulière. Il faut du temps pour prendre de nouvelles habitudes, et il faut trouver le moyen de maintenir le cap. Rester motivé fait partie de l’équation.

Les chercheurs pensent aujourd’hui qu’ils ont peut-être découvert un moyen efficace pour booster votre motivation à faire du sport.

Le sport stimule la production de sérotonine, de noradrénaline, et la réponse de votre corps au stress

Le sport a des effets positifs indéniables sur votre humeur, il réduit notamment l’anxiété. C’est ce qui pousse de nombreux sportifs passionnés à en faire toujours plus. 

Une étude menée par les chercheurs de l’université de Princeton a révélé que faire du sport crée de nouveaux neurones excitables ainsi que de nouveaux neurones conçus pour libérer le neurotransmetteur GABA, qui inhibe les décharges neuronales excessives, ce qui contribue à générer un sentiment de béatitude et un état de calme naturel.

Les avantages de l’esprit de compétition

Avez-vous l’esprit de compétition ? Si c’est le cas, faire appel à cet esprit de compétition peut être la clé que vous cherchez si vous avez du mal à vous rendre à la salle de sport régulièrement.

D'après les chercheurs, les personnes qui se préparent pour une compétition participent à 90% de cours de sport de plus que les autres. Ainsi que l'a rapporté le Time magazine :

« Un environnement social amical contribue à ce que vous vous entrainiez moins souvent, alors qu’une compétition acharnée est la clé qui vous motive à vous rendre à l’entraînement. »

Soutien social contre compétition

Près de 800 étudiants de l’université de Pennsylvanie ont participé à cette étude. Les chercheurs leur ont fait suivre un programme d’entraînement de 11 semaines, constitué de séances de vélo, de yoga, de Pilates et de musculation.

Les participants s’entraînaient soit seuls, soit avec une équipe qui était, pour les uns une équipe de soutien social, pour les autres une équipe d’entraînement compétitif. Dans les équipe compétitives, on assignait aux participants cinq compagnons au hasard. Chaque personne pouvait suivre les progrès des autres, mais n'avait pas d’interactions sociales avec eux.

Dans les équipes de soutien, en plus de suivre leurs progrès mutuels, les participants pouvaient aussi discuter et/ou se rencontrer pendant les cours pour se soutenir et s’encourager.

Ceux qui s’entraînaient seuls étaient également divisés en deux groupes, certains pouvaient comparer leurs propres progrès à ceux d'autres sportifs, tandis que les autres n’avaient accès à aucune information sur les progrès. Les gagnants ont été déterminés par le nombre de cours suivis.

De façon surprenante, le fait de faire équipe avec d'autres n’a pas été un facteur déterminant de victoire. C’est le niveau de compétitivité qui a déterminé le nombre de cours suivis par les individus ou les équipes. Ceux des groupes compétitifs ont participé à 90% de classes de plus que les autres.

Pourquoi la compétitivité est un plus grand motivateur que le soutien social

Voici ce qui a été rapporté dans un article sur le sujet :

« Les dynamiques de groupe ont beaucoup de pouvoir sur le comportement sportif... Dans le groupe compétitif, tous les yeux étaient rivés sur les participants les plus actifs ; ils étaient les hommes à battre.

‘À mesure que les personnes étaient incitées par leurs voisins à s’entraîner davantage, cela a créé un engrenage social, dans lequel chacun augmentait le niveau d'activité des autres’, explique [l’auteur principal, Damon Centola, [Ph.D.], professeur agrégé de communication et d’ingénierie à l’Université de Pennsylvanie].

Mais dans le groupe des ‘on-y-va-tous-ensemble’, ce sont ceux qui trainaient les pieds qui attiraient le plus d’attention. ‘Les personnes qui participaient moins faisaient en fait baisser les niveaux d’énergie et donnaient aux autres une raison ou une excuse pour participer moins également’, explique le professeur Centola. »

Un moyen simple de mettre en place ce type de compétition serait de créer un forum ou un groupe en ligne sur lequel vous et vos amis pourriez suivre les performances d’entrainement des uns et des autres, même si vous ne vous entrainez pas ensemble.

Ceci étant dit, la motivation est quelque chose de compliqué et ce qui fonctionne pour certains, ou même pour la plupart des gens, peut ne pas fonctionner pour tout le monde. Si l’idée de compétition vous déplaît vraiment, vous serez réconforté de découvrir les conclusions des études qui suivent.  

En général, un partenaire d’entrainement vous permet d’améliorer vos résultats

Les chercheurs de l’université d’Aberdeen ont évalué les résultats que l'on peut obtenir en ayant un partenaire d’entraînement qui nous encourage. C’est également la première étude qui se soit penchée sur les qualités spécifiques que l’on doit attendre d'un compagnon d’entraînement.

Il a été demandé à la moitié des participants de trouver un partenaire d’entraînement tandis que les autres devaient continuer leur routine solo habituelle. Ceux qui avaient fait équipe avec un partenaire s’étaient en effet entraînés plus que ceux qui étaient restés seuls.

L'auteur principal de cette étude a également participé à des études antérieures d’une nature similaire. Au cours de chacune d’elles, elle a observé que le soutien que les participants recevaient de leur partenaire d’entraînement était en grande partie responsable des profits tirés des entrainements.

Une troisième étude publiée dans Applied Psychology s’est penchée sur les données de plus de 1000 personnes. Elle a également conclu que ceux qui programmaient leurs activités avec un partenaire obtenaient de meilleurs résultats que ceux qui comptaient sur leur seule volonté pour augmenter leur niveau d'activité.

L’effet Köhler

Travailler avec un ou plusieurs partenaires a généralement un effet motivant. Toutefois, comme l'a démontré une étude menée à l’Université de Pennsylvanie, cette stratégie peut provoquer un retour de flamme. Les psychologues ont découvert que ce qui permet aux personnes de rester motivées, c’est en partie de faire équipe avec des gens plus compétents qu’elles.

En d'autres termes, quelqu'un qui vous motive à en faire davantage, au lieu de vous donner des excuses pour vous relâcher, vous aidera à avancer.

L’effet motivant qui se produit lorsque vous êtes en compétition avec d'autres, et que cela vous permet d'améliorer vos capacités, est appelé l’effet Köhler, d'après Otto Köhler, un psychologue d’entreprise allemand. Ce gain de motivation est plus prononcé au cours des tâches lorsque le résultat dépend des individus les moins capables.

Cet effet a été mis en évidence par une étude de l’université de l’État du Kansas, au cours de laquelle les chercheurs ont utilisé des jeux vidéo conçus pour favoriser la santé ainsi que des partenaires virtuels pour améliorer les peformances physiques de leurs participants. Cinquante-huit étudiantes d'université ont été séparées en trois groupes. Toutes les étudiantes estimaient leur forme physique à « moyenne ». Leurs performances sur un vélo, seules puis avec une partenaire, ont été évaluées en termes de temps.

En moyenne, les femmes pédalaient un peu plus de dix minutes lorsqu’elles étaient seules. Lorsqu’elles faisaient équipe avec une partenaire, leur temps doublait pratiquement, dépassant les 19 minutes. Toutefois, lorsqu’on leur a indiqué que la performance de leur équipe serait basée sur le temps de celle qui s'arrêterait en premier, la durée moyenne a augmenté encore davantage, pour atteindre presque 22 minutes.

La particularité de l’expérience était que la partenaire virtuelle, que les participantes rencontraient au cours d'une vidéo conférence, apparaissait sur une vidéo en boucle et n'était donc jamais la première à arrêter de pédaler. Une étude similaire, financée par Health Games Research, a été menée à l’université d’État du Michigan. La performance des participants s’améliorait de 24% lorsqu’ils s’entraînaient avec un partenaire virtuel plus compétent.

Comment choisir un bon compagnon d’entraînement

En utilisant les informations tirées des études évaluant l'activité physique lorsque l’on s’entraine avec un partenaire, les chercheurs ont identifié plusieurs caractéristiques que les bons partenaires apportent à votre relation. Les partenaires qui apportent un soutien émotionnel tendent à favoriser un meilleur niveau d’entraînement que ceux qui n’offrent qu'un soutien pédagogique.

Ils ont également découvert que trouver un partenaire qui vous encourage tout au long de votre programme est plus important que de trouver un partenaire qui s’entraine avec vous. Cela élargit énormément l’éventail des partenaires d’entrainement potentiels, en incluant ceux qui n’habitent peut être pas dans votre région.

En règle générale, les personnes qui s'intéressent à vos progrès, sont capables de s’engager dans une relation avec vous, qui sont disposées à passer du temps à s’entraîner avec vous ou à discuter de votre programme, font d’excellents partenaires d’entraînement. En dehors de l’application WellSquad, il existe d'autres endroits où rencontrer un compagnon d’entraînement :

  • Votre salle de sport, les complexes sportifs ou les YMCA. Abordez directement les personnes que vous connaissez et dont vous pensez qu’elles seraient un bon soutien moral, ou demandez aux entraîneurs s'ils peuvent vous recommander quelqu'un.
  • MeetUp.com énumère de nombreux groupes d'intérêts différents, parmi lesquels vous pouvez rencontrer un bon compagnon d’entraînement pour pratiquer le fitness, la randonnée, et de nombreux autres sports.
  • ZogSports.com est un site qui fait le lien entre des jeunes professionnels pour échanger sur des équipes, des manifestations sportives, des cours et des cliniques. Si vous faites partie de cette catégorie, c’est un bon endroit où trouver un compagnon d’entraînement.
  • La famille, les amis et les collègues de travail.

Faire équipe avec un compagnon d’entraînement est une bonne façon d'augmenter vos chances de réussite, en particulier si vous êtes prêt à ajouter un peu de compétition amicale dans la partie.