Un tiers des décès liés aux maladies cardiovasculaires sont évitables

Cardiaque

En bref -

  • La recherche suggère qu’une carence en vitamine D, associée à une carence en cholestérol, pourrait être le cœur du problème des maladies cardiovasculaires
  • Vous trouverez dans cet article des recommandations qui vous aideront à réduire l’inflammation chronique et à vous protéger des maladies cardiovasculaires. Ces recommandations comprennent, entre autres, des mesures diététiques spécifiques, des exercices, l’exposition au soleil, et la pratique du ‘grounding’
Taille du texte:

Dr. Mercola

Environ un décès sur trois est lié à une maladie cardiovasculaire, c’est-à-dire, entre autres, à une crise cardiaque ou un AVC.

Le type le plus courant de maladie cardiovasculaire est la maladie coronarienne (MC), qui peut conduire à la crise cardiaque.

Un quart de ces décès - soit environ 200.000 - pourraient être évités par de simples changements en matière d'hygiène de vie, et plus de la moitié des décès évitables (6 sur 10), liés à une maladie cardiovasculaire ou à un AVC, concernent des personnes de moins de 65 ans.

Oui, vous POUVEZ éviter de faire partie des statistiques

Voici certaines mesures préventives en matière d'hygiène de vie, présentées dans le rapport du CDC :

  • Maintenir un poids sain
  • Faire de l’exercice régulièrement
  • Contrôler la tension artérielle et le diabète
  • Réduire la consommation de sel
  • Arrêter de fumer

En bref, la prévention des maladies cardiovasculaires implique la réduction de l’inflammation chronique dans votre organisme. Une alimentation saine, l’exercice, l’exposition au soleil et la connexion à la terre sont les piliers d'une hygiène de vie anti-inflammatoire.

Malheureusement, bien que les recommandations d'ordre général du CDC indiquées plus haut soient parfaites, il serait utile de les améliorer en donnant des indications plus précises quant à la manière de parvenir à perdre du poids et à gérer des problèmes de santé tels que la tension artérielle et le diabète.

La consigne recommandant par exemple de réduire la consommation de sel ne différencie pas le sel de table raffiné, que l’on retrouve aussi dans les aliments transformés, des sels riches en oligo-éléments et bons pour la santé, comme le sel de l’Himalaya ou d'autres sels de mer naturels non raffinés.

Le sel peut à vrai dire être une véritable mine d'or nutritionnelle, à condition de consommer le bon type de sel et à veiller à maintenir un ratio sel-potassium optimal, mais la plupart des sources d'information conventionnelles n’en font pas état.

De même, les conseils conventionnels en matière d'alimentation pour la perte de poids et la gestion du diabète laissent beaucoup à désirer, et vous guident même très souvent dans la mauvaise direction.

Le lien entre l’alimentation et la taille des particules de LDL

Il est avant tout important de comprendre que votre alimentation est votre meilleure alliée pour prévenir l’inflammation, qui peut entrainer des troubles cardiaques et des maladies cardiovasculaires.

On insiste beaucoup sur les taux de cholestérol et le ratio entre « bon » HDL et « mauvais » LDL mais, malheureusement, de nombreuses recommandations conventionnelles sur la façon d'améliorer vos taux de cholestérol sont sérieusement erronées.

Il est par exemple vital de comprendre qu’il existe différentes tailles de particules de cholestérol LDL et c’est justement la taille des particules de LDL qui est importante (et non simplement le taux global de LDL), car les petites particules s'amassent plus facilement et provoquent davantage d'inflammation.

Il est possible de présenter un taux de cholestérol global ou un taux de LDL normal et d'avoir malgré tout un nombre élevé de particules de LDL.

Ce point est pratiquement toujours oublié dans les tests conventionnels. Par ailleurs, on risque de vous prescrire des statines pour diminuer votre taux de cholestérol alors que votre nombre de particules est normal, ce qui vous place dans la catégorie des personnes à faible risque de maladie cardiovasculaire.

Il est important de comprendre que les statines, si elles réduisent de façon drastique vos taux de cholestérol, ne modulent pas la taille des particules de LDL. Pire, les statines en elles-mêmes favorisent en fait l’inflammation et aggravent les maladies cardiovasculaires !

Une étude publiée en 2012 dans le magazine Atherosclerosis a montré que la prise de statines est associée à une augmentation de 52 % de la prévalence et de l’étendue des plaques d'athérome calcifiées, par comparaison avec les personnes qui n’en prennent pas.

Or la calcification des artères coronaires est la caractéristique des maladies cardiovasculaires potentiellement mortelles !

En règle générale, indépendamment de votre nombre de particules de LDL, il est probable que vous n’ayez PAS besoin de statines pour traiter un taux de cholestérol élevé.

Les seules personnes pouvant réellement bénéficier des statines sont celles atteintes d'une maladie génétique connue sous le nom d’hypercholestérolémie familiale

Le seul moyen de veiller à ce que vos particules de LDL soient suffisamment grandes pour ne pas rester « coincées » et provoquer inflammation et dommages, est par le biais de votre alimentation. C’est d'ailleurs l’un des rôles principaux de l'insuline.

Donc, au lieu de prendre des statines, il est vraiment important de veiller à votre alimentation afin de réduire l’inflammation dans votre organisme, qui est aggravée par :

  • Une consommation excessive de sucre, de fructose et de céréales
  • Le cholestérol oxydé (un cholestérol qui est devenu rance, celui d’œufs brouillés trop cuits, par exemple)
  • La consommation d'aliments cuits à haute température
  • La consommation de gras trans

Qu’est-ce qu’une bonne alimentation pour le cœur ?

Voici un résumé des recommandations de base, qui contribuent à combattre l’inflammation chronique :

Limitez ou éliminez tous les aliments transformés

Éliminez le gluten et les aliments hautement allergènes de vos repas

Mangez autant que possible des aliments bio afin d’éviter l’exposition aux substances chimiques agricoles nocives, tels que le glyphosate

Mangez au moins un tiers de vos aliments crus, si possible

Augmentez la quantité de légumes frais dans votre alimentation

Évitez les édulcorants artificiels quels qu’ils soient

Remplacez tous les gras trans (huiles végétales, margarine, etc.) par des graisses saines, présentes dans l’avocat, le beurre cru ou l’huile de noix de coco par exemple

Pour rééquilibrer votre ratio oméga-3/oméga-6, prenez un supplément d’oméga-3 de haute qualité, comme de l’huile de krill, et réduisez votre consommation d'acides gras oméga-6 raffinés provenant des huiles végétales (les gras trans)

Buvez beaucoup d’eau

Optimisez votre taux de vitamine D, soit par une exposition appropriée au soleil, soit en utilisant une cabine de bronzage sûre, ou en dernier ressort par une supplémentation en vitamine D3

Limitez votre consommation de fructose à moins de 25 grammes par jour, toutes sources confondues, y compris les fruits entiers. Si vous souffrez de résistance à l’insuline, de diabète, d'hypertension ou de maladie cardiaque, il vaut mieux limiter votre consommation de fructose à 15 grammes par jour au maximum

Méfiez-vous : des carences en cholestérol et en vitamine D peuvent être à la base du développement de maladies cardiaques

L'une des erreurs les plus courantes en matière de diététique, est de penser que les aliments d’origine animale sont mauvais pour le cœur parce qu’ils contiennent du cholestérol. La médecine conventionnelle nous dit que les maladies cardiaques sont dues à un taux de cholestérol élevé, et recommande de le réduire autant que possible, y compris dans l’alimentation.

Une recherche éloquente menée par le Dr. Stephanie Seneff (la chercheuse qui a récemment publié une étude sans précédent à propos des effets néfastes du glyphosate sur la santé), suggère que l'inverse serait peut-être bien plus proche de la vérité. Elle pense que les maladies cardiaques sont dues au manque de cholestérol, et non à un excès.

D'après le Dr. Seneff, les maladies cardiaques sont vraisemblablement plutôt un problème de carence en cholestérol, et en particulier un problème de carence en sulfate de cholestérol.

Elle souligne que ces informations sont disponibles dans les conclusions de différentes recherches, mais qu’il est nécessaire de rassembler toutes les pièces pour avoir une vue d’ensemble.

Sa recherche suggère qu'un taux élevé de LDL est un symptôme de carence en sulfate de cholestérol. C’est en fait par ce moyen que votre organisme essaye de maintenir un bon équilibre : il transforme le LDL endommagé en plaques, à l'intérieur desquelles les plaquettes sanguines produisent le sulfate de cholestérol dont votre cœur et votre cerveau ont besoin pour fonctionner de façon optimale.

Lorsque vous éliminez le LDL en prenant un médicament, vous éliminez tout simplement le mécanisme « de secours » de votre organisme destiné à maintenir votre cœur en aussi bonne santé que possible, ce qui peut aboutir à une défaillance cardiaque.

La vitamine D, obtenue par l’exposition au soleil, joue également un rôle dans cette équation. Un faible taux de vitamine D dans le sang est corrélé depuis longtemps à un risque accru de maladie cardiaque et de crise cardiaque.

Il est également suggéré que plus vous vous exposez à la lumière du soleil, meilleure sera votre santé cardiovasculaire, car la production de vitamine D, par le biais de l’exposition au soleil, déclenche de nombreux mécanismes physiologiques qui contribuent à lutter contre les maladies cardiaques : une augmentation des cytokines dans l’organisme, qui sont des anti-inflammatoires naturels, la suppression de la calcification vasculaire, et l’inhibition du développement des muscles lisses vasculaires.

Lorsque vous exposez votre peau au soleil, elle synthétise du sulfate de vitamine D3. Cette forme de vitamine D est hydrosoluble, contrairement à la vitamine D3 contenue dans les suppléments par voie orale, qui n’est pas sulfatée.

La forme hydrosoluble peut circuler librement dans votre sang, tandis que la forme non sulfatée a besoin du LDL (que l’on appelle le « mauvais » cholestérol) comme moyen de transport.

Le Dr. Seneff pense qu’une carence en vitamine D, associée à une carence en cholestérol, pourrait être le cœur du problème des maladies cardiovasculaires.

D'autres changements en matière d’hygiène de vie qui réduiront naturellement l’inflammation

1. Optimisez vos taux d'insuline et de leptine. Un taux élevé d'insuline peut entrainer une résistance à l’insuline, un facteur de risque majeur de maladie cardiaque. Si votre taux d'insuline à jeun est supérieur à trois, envisagez de limiter ou de supprimer votre consommation de céréales et de sucre (15 grammes de fructose par jour maximum) jusqu'à ce que votre taux d'insuline soit optimisé.

2. Ayez une activité physique régulière. L'un des principaux bienfaits de l'activité physique est qu’elle contribue à normaliser et à maintenir un taux d'insuline sain. Une étude publiée en 2011 dans le magazine Lancet, qui a porté sur plusieurs centaines de milliers de personnes, a établi que 15 minutes d’activité physique par jour peuvent suffire à prolonger votre espérance de vie de trois ans - même si vous présentez des risques de maladie cardiovasculaire.

3. Prenez un supplément d'oméga-3 d'origine animale tel que de l’huile de krill. Réduisez également votre apport d'acides gras oméga-6 provenant des huiles végétales, afin d’équilibrer votre ratio oméga-3/oméga-6.

4. Optimisez votre taux de vitamine D. Pour les raisons évoquées plus haut, la meilleure source de vitamine D est l’exposition de la peau au soleil. Par ce biais, votre organisme produit l'indispensable sulfate de cholestérol. En hiver, vous pouvez cependant avoir besoin de recourir à un supplément par voie orale. Veillez simplement à prendre la forme appropriée de vitamine D (la vitamine D3 et non la D2), et pensez à faire vérifier votre taux de vitamine D régulièrement, pour être sûr de maintenir un taux thérapeutique compris entre 50 et 70 ng/ml.

5. Marchez pieds nus régulièrement afin de vous connecter à la terre. Lorsque vous marchez pieds nus, des électrons libres sont transférés de la terre à votre corps, et cet effet de la connexion à la terre est l’un des plus puissants antioxydants que nous connaissions, et il aide par ailleurs à soulager l’inflammation dans tout le corps.

Le grounding aide à fluidifier votre sang en améliorant son potentiel zêta, ce qui signifie qu’il améliore la charge électrique négative entre vos globules rouges, ce qui les tient éloignés et moins susceptibles de former des caillots.

L’effet du grounding sur la fluidification du sang est d'ailleurs tellement important, que si vous prenez des anticoagulants, vous devez consulter votre médecin afin qu’il diminue votre dosage, sous peine de risquer une overdose de médicaments. La recherche a démontré qu’il faut environ 80 minutes pour que les électrons libres de la terre atteignent votre système sanguin et transforment votre sang.

Quatre mesures supplémentaires pour un cœur en bonne santé

1. Faites vérifier votre ratio HDL-cholestérol total. Le pourcentage de HDL est un facteur de risque de maladie cardiaque très important. Divisez simplement votre taux de HDL par votre cholestérol total. Ce pourcentage devrait idéalement être supérieur à 24 %.

2. Boostez votre bon cholestérol et diminuez votre taux de triglycérides. Un taux élevé de triglycérides est également un facteur de risque important de maladie cardiaque. Ensemble, un taux élevé de triglycérides et un faible taux de HDL représentent un risque encore plus important ; ce ratio est bien plus important pour votre santé cardiaque que le ratio standard du bon contre le mauvais cholestérol. Une étude a d'ailleurs montré que les personnes présentant le ratio triglycérides/HDL le plus élevé avaient un risque de crise cardiaque 16 fois supérieur aux personnes dont le ratio était le plus faible.

Le ratio triglycérides/HDL est calculé en divisant le taux de triglycérides par le taux de HDL. Ce ratio doit idéalement être inférieur à 2. Vous devez donc vous efforcer de maintenir un taux de HDL élevé tout en essayant de diminuer votre taux de triglycérides. Vous pouvez augmenter votre taux de HDL en faisant du sport et par un apport important d'acides gras oméga-3, comme ceux que l’on trouve dans l’huile de krill. Il est facile de faire baisser le taux de triglycérides en faisant du sport et en évitant les céréales et les sucres.

3. Faites vérifier votre taux de fer. Le fer est un agent oxydant naturel. Si vous avez un excès de fer dans l’organisme, vous courrez un important risque d'oxydation, ou de vieillissement prématuré. Un excès de fer augmente également votre risque de crise cardiaque. Si vous êtes un homme, ou une femme ménopausée, vous devez faire vérifier votre taux de fer et, s'il est trop élevé, prendre des mesures pour le faire baisser.

4. Évitez les médicaments qui favorisent les maladies cardiaques. Les statines et les antidépresseurs sont deux types de médicaments couramment prescrits, dont il a été démontré qu’ils favorisent les maladies cardiaques.