Le sélénium peut-il vous protéger du cancer ?

Le sélénium

En bref -

  • Les scientifiques ont aujourd'hui déterminé que les cellules de tout organisme, qu’il soit bactérien, animal, ou non, ont besoin de sélénium pour fonctionner correctement.
  • Les carences en sélénium sont associées à de nombreux types de troubles et de maladies.
  • Il semble en effet qu'il soit important pour la plupart d’entre nous de veiller à avoir un apport suffisant en selenium.
Taille du texte:

Le Dr. Donald W. Miller, chirurgien cardiaque et professeur de chirurgie à l’université de Washington, à Seattle, nous fait part des extraordinaires conclusions de recherches qui ont été menées sur les propriétés anti-cancer du sélénium.

Les scientifiques ont aujourd'hui déterminé que les cellules de tout organisme, qu’il soit bactérien, animal, ou non, ont besoin de sélénium pour fonctionner correctement.

Les carences en sélénium sont associées à de nombreux types de troubles et de maladies, notamment :

  • L’hypothyroïdie
  • Le déclin cognitif
  • Le cancer (notamment du poumon, de la prostate, de la peau, et le cancer colorectal)
  • Les défaillances cardiaques
  • La maladie coronarienne (athérosclérose)

L'apport journalier recommandé (AJR) de sélénium, fixé par le US Food and Nutrition Board (Comité américain pour l’alimentation et la Nutrition), qui s’est basé sur deux études montrant que cette quantité de sélénium favorise une fabrication optimale de glutathion peroxydase, est de 55 mcg (microgrammes). On pense que cette quantité serait adéquate pour 98 % de la population.

Toutefois, cette recommandation des autorités ne tient pas compte d'une précédente découverte qui montre qu’une dose quatre fois plus élevée (200 mcg) a des effets anti-cancer, sans être toxique.

Voici certaines explications scientifiques de l’effet anti-cancer du sélénium :

  • Il augmente la protection antioxydante et renforce le système immunitaire
  • Il régule la prolifération des cellules et l'apoptose (la mort cellulaire programmée)
  • Il stoppe la croissance des vaisseaux sanguins qui nourrissent le cancer
  • Il inhibe l’invasion des cellules tumorales

Les premiers signes d'une intoxication au sélénium sont une haleine qui sent l’ail, et une sécheresse cutanée. Lorsque l’intoxication s’aggrave, des taches blanches se développent sur les ongles, qui deviennent cassants et finissent par tomber.

D'après une étude, on observe une chute des cheveux et des ongles lorsque l'apport de sélénium atteint 4990 mcg par jour.

Dr. Mercola

Il semble en effet qu'il soit important pour la plupart d’entre nous de veiller à avoir un apport suffisant en sélénium.

C’est le cas en particulier si vous vivez dans une région dont les sols sont pauvres en sélénium, car les taux de cancer parmi les populations de ces régions ont tendance à être plus élevés que parmi les populations vivant dans des régions dont les sols sont riches en sélénium.

J'ai récemment rencontré le Dr. William LaValley à Austin, au Texas, et j’ai été très marqué par son approche très complète de la nutrition thérapeutique, dans le cadre du traitement des maladies par des thérapies naturelles.

Il a passé de nombreuses années à étudier attentivement la littérature et à comprendre ces mécanismes complexes de la biologie moléculaire, pour aboutir à quelque chose de cliniquement logique.

Je lui ai demandé de m’expliquer son approche et j’ai pensé qu’elle pourrait vous être utile :

« En prévention du cancer et d'autres maladies liées à un stress oxydatif élevé, un apport modéré de sélénium, jusqu’à 200 mcg par jour, est bénéfique, en particulier sous forme de sélénométionine. Des doses plus importantes risquent de poser problème.

Dans le traitement du cancer, il existe une base de données probantes qui appuie toutefois la prise de doses assez élevées, sous une forme posologique adaptée - en particulier le sélénite de sodium en gouttes - dans le cadre d’un protocole de traitement complémentaire intégré et bien élaboré.

Cette information pourrait toutefois être trompeuse.

Un dosage faible est recommandé pour prévenir la maladie, alors qu’un dosage plus élevé est utilisé pour traiter le cancer déclaré. Les dosages élevés ont pour but de réguler la prolifération des cellules, en provoquant l’apoptose (la mort cellulaire programmée).

Certains auteurs spécialisés en santé naturelle laissent penser aux gens qu'une dose de 200 mcg de sélénium peut avoir des effets anti-cancer grâce à ce mécanisme pro-apoptotique.

Je ne connais pas de données qui soutiennent cela. La dose de 200 mcg de sélénium vise le mécanisme cellulaire antioxydant qui réduit la charge d’ERO - elle est donc plus susceptible d’être anti-cancer, et puisqu’elle favorise également un meilleur fonctionnement cellulaire - elle est plus susceptible de soutenir le système immunitaire.

D'autres voies moléculaires ont également des bienfaits spécifiques pour le système immunitaire.

Les dosages plus élevés provoquent la production d’espèces réactives de l’oxygène (ERO) et, au-delà d'une dose de référence aigue, le sélénium est cytotoxique.

Une augmentation chronique et progressive des doses permet sans doute à vos cellules de s'adapter au sélénium, sans toxicité, mais leur capacité à répondre au stress oxydatif, via le glutathion, s’en trouve alors réduite.

Ce qu’il faut retenir sur le sélénium

Une petite quantité de sélénium de bonne qualité est nécessaire pour être en bonne santé. De hautes doses sont fortement cytotoxiques et peuvent être nocives, ou bénéfiques, en fonction de leur usage.

Les données disponibles soutiennent l’utilisation de hautes doses, sous supervision médicale, pour une action anti-cancer, pour la stimulation pro-apoptotique et l'activation des voies métaboliques moléculaires qui bloquent la prolifération néoplasique.

Pour vous maintenir en bonne santé, choisissez de préférence un supplément hautement biodisponible, en dosage faible (200 mcg par exemple). Un tel dosage a sans doute un bon effet protecteur contre le cancer, grâce à l’augmentation du métabolisme cellulaire GSSG-GSH.

Il est important de ne pas prendre de doses élevées de sélénium à moins d’être sous la surveillance d'un professionnel de santé compétent, qui comprend les stimulations des mécanismes qu’elles impliquent ; par ailleurs, les doses élevées doivent être réservées au traitement des cancers déclarés.

Ne prenez pas de hautes doses de sélénium sur le long terme en prévention du cancer. Le sélénium à haute dose entraine la production d’ERO (anion superoxyde) et peut provoquer des problèmes.

La question de l’utilisation d'antioxydants et de prévention du cancer est délicate. Si une personne présente des cellules précancéreuses ou un cancer débutant qui n'a pas encore été diagnostiqué, la prise d'anti-oxydants pourrait favoriser la survie des cellules cancéreuses et aggraver la situation. Ces personnes ont besoin d'un traitement ciblé, pro-apoptotique.

Le problème, c’est que la plupart d’entre elles ne le savent pas encore. Des études sur le cancer du poumon montrent que la prise de bêta-carotène et de vitamine A par les fumeurs est associée à une légère augmentation de l’incidence du cancer, ce qui est très certainement dû à cet effet « méconnu ».

Avant la publication des résultats de ces études, je pensais qu’elles montreraient que la prise de certains antioxydants chez les fumeurs, si l’échantillon de l’étude était suffisamment large, augmentait l'incidence du cancer, à cause de l’effet (encore mal compris) des antioxydants favorisant la survie des cellules cancéreuses. Lorsque les résultats ont été publiés, je me suis dit « bien sûr, il fallait s'y attendre ».

La communauté médicale s’en est étonnée, et le milieu de la santé naturelle est tombé à la renverse. Je pense que les gens connaissent mal la biologie moléculaire, et que les préjugés personnels influent donc sur les réactions face aux données. Je prédis le même type de résultat pour d'autres cancers, si la taille de l’échantillon est adéquate. »

Je remercie le Dr. LaValley d'avoir bien voulu nous faire part de son avis d’expert sur le sélénium.