Le romarin : pourquoi est-ce une plante formidable ?

Romarin

En bref -

  • Reconnu pour ses effets positifs sur la mémoire, le romarin est une plante utilisée depuis des milliers d'années en cuisine, mais également pour soigner et prévenir certaines maladies.
  • L'amélioration de la mémoire et le ralentissement du déclin cognitif ne sont que deux exemples des extraordinaires bienfaits du romarin. Les études montrent qu’il protège également du diabète, du cancer et des problèmes neurologiques, et apporte encore bien d'autres bienfaits.
  • C’est également un agent antibactérien ; les acides caféique, rosmarinique et carnosique ainsi que le 1,8-cinéole sont les puissants composants qui confèrent au romarin ses incroyables pouvoirs curatifs, et qui pourraient même permettre de prolonger notre vie.
Taille du texte:

Dr. Mercola

En vous promenant dans une serre, parmi les plantes aromatiques, l’un des parfums que vous pourriez remarquer plus particulièrement est celui du romarin. Le romarin est un arbuste ligneux et vivace, qui fait partie de la même famille que les menthes, tout comme le basilic et l’origan.

Son nom latin, Rosmarinus officinal, signifie « rosée des mers », ce qui donne à cette célèbre plante vivace une sorte d’élégance mystique.

Originaire des régions méditerranéennes, le romarin au feuillage teinté d'argent est une plante polyvalente et très résistante. Ses feuilles persistantes apportent une merveilleuse saveur aux viandes, comme l'agneau, le poulet ou les rôtis, mais également aux légumes tels que les pommes de terre, les tomates ou les courges.

Sa saveur étant très prononcée, il ne faut que très peu de romarin ou d'huile de romarin pour apporter un agréable parfum, que vous l’utilisiez frais ou sec, réduit en poudre à saupoudrez sur les plats. Un séchage rapide permet de conserver sa couleur et ses huiles essentielles.

D'après les experts culinaires, la meilleure période pour récolter le romarin est juste avant qu’il ne fleurisse, à la fin de l’été ou en automne. Vous pouvez en suspendre de longues tiges par la base, dans un endroit sombre et bien aéré, ou bien en congeler des brins, puis les effeuiller et replacer les feuilles au congélateur, dans un sachet plastique.

Le romarin est facile à cultiver dans la plupart des régions. Il suffit de le rentrer en hiver si vous habitez une région dans laquelle les températures descendent au-dessous de zéro en cette période. J'ajoute du romarin presque tous les jours dans ma salade. J’en coupe simplement quelques brins, en prélève les feuilles et les coupe très finement avec un couteau bien aiguisé.

La remarquable histoire du Romarin, ou ce que nous avons oublié

Le romarin est présent depuis très longtemps dans la médecine traditionnelle, et il est utilisé aussi bien pour stimuler la pousse des cheveux que pour soulager les douleurs musculaires, ou encore améliorer la circulation sanguine et le système immunitaire.

On dit que dans la Grèce antique, les étudiants portaient des couronnes de romarin pendant les examens pour stimuler leur mémoire, et Shakespeare a évoqué cette plante dans cinq de ses pièces. L'un de ses personnages célèbres, Olivia, mentionne le romarin comme une plante qui ravive les souvenirs (bien qu’elle ait connu une fin tragique peu de temps après).

Dans son livre « A Modern Herbal » (« L'herboristerie moderne »), publié en 1931, Maud Grieves avait répertorié une liste incroyablement complète d’herbes et de plantes, avec des informations sur leurs utilisations populaires à travers les âges. L'une des utilisations du romarin dont elle fait état, est assez intéressante :

« Une coutume ancienne voulait que l’on brûle du romarin dans les chambres des malades, et il est d'usage dans les hôpitaux français de brûler du romarin et des baies de genévrier pour purifier l’air et prévenir les infections. De même, on en plaçait dans les box des accusés pour prévenir la propagation de la « fièvre des geôles ».

De nombreux prisonniers contractaient en effet dans les prisons, une maladie très infectieuse, semblable au typhus. Les médecins de l’époque avaient peut-être découvert quelque chose, car les scientifiques modernes ont attribué au romarin des propriétés antibactériennes.

On peut donc se poser la question : si le lien entre le romarin et la mémoire, ainsi que les maladies infectieuses, est connu depuis plus de 500 ans, que savaient donc les chercheurs à l’époque de la Renaissance, que nous avons oublié ?

Les bienfaits du romarin

Ce sont peut-être ces anecdotes historiques qui ont poussé les scientifiques à comparer les effets des huiles essentielles à ceux des antibiotiques couramment utilisés. L'une des études les plus récentes a démontré que les huiles essentielles de romarin et d'origan :

« Provoquent une croissance similaire des poulets, par rapport à l'avilamycine, un antibiotique, et tuent également les bactéries. Des conclusions supplémentaires ont montré que les huiles essentielles contribuent à réduire les salmonelles chez les poulets, et une autre étude a démontré qu'un mélange de plusieurs huiles peut limiter la propagation des salmonelles parmi les animaux. »

La science a produit de nombreuses études qui étayent nombre des bienfaits attribués depuis longtemps à cette plante parfumée, et a découvert qu’en plus d’être une excellente source de composés antioxydants et anti-inflammatoires, elle apporte les bienfaits suivants :

Renforcement de la mémoire et de la concentration - Les scientifiques ont déclaré avoir prouvé pour la première fois, au cours d'une étude publiée en 2012 dans Therapeutic Advances in Psychopharmacology, que le parfum du romarin favorise la mémoire.

Protection contre le diabète - Il a été démontré que l’origan grec et mexicain, la marjolaine et le romarin permettent de contrôler naturellement la glycémie.

Défense contre les maladies neurologiques - Une revue a conclu que « l'acide carnosique (présent dans le romarin) pourrait contribuer à protéger de la neurodégénérescence de l’hippocampe provoquée par les bêta-amyloïdes. »

Prévention du vieillissement cérébral - Une étude japonaise a montré que l'acide carnosique, un composé présent dans le romarin, est efficace contre le vieillissement cérébral.

Protection contre le cancer - Il a été rapporté que certains composés du romarin ont des effets antiprolifératifs sur les cellules de la leucémie et du cancer du sein. Une autre revue a rapporté qu'il était efficace contre l’inflammation, et anti-tumoral.

Protection contre la dégénérescence maculaire - Il a été découvert que l’acide carnosique a un effet protecteur contre ce problème oculaire courant, lié à l’âge.

Les bienfaits nutritionnels et les pouvoirs curatifs du romarin

Le romarin est une bonne source de calcium, de fer et de vitamine B6, et contient égalent du cuivre, du magnésium et du potassium. C’est aussi une excellente source de fibres, de vitamines A et C, de folates, de calcium et de fer.

Le manganèse est sans doute l'oligo-élément le plus important ; il agit de concert avec un important antioxydant, le superoxyde dismutase, pour diminuer le risque de cancer, en particulier le cancer du sein.

Parmi les nombreuses vitamines B présentes dans le romarin, on trouve de l'acide pantothénique, de la pyridoxine et de la riboflavine, et sa teneur en folates est nécessaire à la synthèse de l’ADN. Pris juste avant la conception, de nombreux composants du romarin contribuent à prévenir les anomalies du tube neural chez les nouveau-nés.

Les européens utilisent souvent le romarin pour soulager les troubles digestifs. La Commission E, en Allemagne, a même approuvé l’extrait de romarin comme traitement à part entière, bien que cette hypothèse soit soutenue uniquement par des données anecdotiques et non par des études scientifiques.

La maladie d’Alzheimer et la démence sont étudiées de façon approfondie par la médecine conventionnelle, principalement pour découvrir des médicaments qui pourraient les prévenir, ou stimuler la mémoire. Toutefois, les résultats n’ont jamais été considérés comme « cliniquement significatifs ».

Le romarin peut-il vous aider à vivre plus longtemps ?

Un village reculé en Italie compte environ 300 personnes âgées de 100 ans, ou plus. Les scientifiques ont d'abord pensé que leur âge avancé était dû à leur alimentation de type méditerranéen. Mais les centenaires consommaient régulièrement du romarin, et en grandes quantités.

D'après Alan Maisel, professeur de médecine cardiovasculaire, qui a obtenu l’autorisation d’étudier les habitants du village avec une équipe de scientifiques, leurs âges impressionnants pourraient avoir été favorisés par le bon air de la montagne ou leurs longues marches en montagne, mais de précédentes études menées sur le romarin en ont fait la raison probable de l’extraordinaire espérance de vie des séniors. Le Professeur Maisel souligne :

« Le romarin contient un ingrédient qui lutte contre les dommages des radicaux libres au niveau du cerveau.

Cet ingrédient, actif, l'acide carnosique (AC), peut protéger le cerveau des AVC et de la neurodégénérescence due aux toxines et aux radicaux libres, dont on pense qu’ils font partie des facteurs contribuant aux AVC et à des maladies telles que la maladie d’Alzheimer et la démence. »

Les chercheurs ont établi que l’acide carnosique présent dans le romarin active une « voie de signalisation » qui protège les cellules cérébrales des dommages ; par ailleurs, l’acide caféique et l'acide rosmarinique apportent aux autres composants du romarin un puissant soutien antioxydant et anti-inflammatoire qui lutte contre les maladies hépatiques, cardiaques, et contre l’asthme.

Quand la science s’en mêle, les solutions des médecine alternatives sont souvent validées

Le parfum du romarin peut évoquer celui du pin. Cette odeur est due au 1.,8-cinéole, un terpène également présent dans les feuilles de laurier, l’armoise, la sauge et l’eucalyptus. C’est le composé que les scientifiques ont utilisé chez des patients atteints de démence, et qui entraine une augmentation de la production d'acétylcholine, un neurotransmetteur.

« Ces composés agissent en empêchant la décomposition du neurotransmetteur par une enzyme. Et cela est très plausible - l’inhalation est l’une des meilleures façons d'administrer des médicaments dans le cerveau.

Lorsque vous prenez un médicament par voie orale, il risque d’être décomposé par le foie, qui traite tout ce qui est absorbé par voie intestinale, mais lors de l’inhalation, de petites molécules peuvent passer dans le sang, puis directement dans le cerveau, sans être décomposées par le foie. »

Au cours d'une autre revue, les chercheurs ont étudié la vitesse ainsi que l’exactitude, puisque la vitesse à laquelle une personne parvient à se souvenir d'un fait est un bon indicateur de la fonction cognitive au cours du vieillissement. La conclusion globale des scientifiques confirme le fait que des concentrations élevées d’essence de romarin améliorent ces facteurs.

« Bien que moins prononcé, la substance chimique entraine également un effet sur l’humeur. Toutefois, la corrélation entre les changements du niveau de contentement et le taux sanguin de 1,8-cinéole était négative, ce qui est particulièrement intéressant, car cela suggère que les composés libérés par l’huile essentielle de romarin affectent l’état subjectif et la performance cognitive via des voies neurochimiques différentes. »

L'huile ne semble pas améliorer la vigilance ni l’attention, mais une étude a conclu que :

« … Nous indique que des recherches complémentaires sur certaines des substances chimiques présentes dans les huiles essentielles pourraient permettre de découvrir des agents thérapeutiques et contribuer à notre compréhension de la mémoire et de la fonction cérébrale. »

Il existe différents types de mémoire

La mémoire peut être séparée en trois catégories :

  • La mémoire du passé, qui contient vos expériences, comme les endroits où vous avez vécu et où vous êtes allé à l’école.
  • La mémoire de travail, qui se réfère à l’organisation de votre journée, d'instant en instant.
  • La mémoire future, qui contient ce dont vous souhaitez intentionnellement vous souvenir.

Mark Moss, professeur de psychobiologie à l’université de Northumbria, a étudié avec une équipe l’huile essentielle de romarin et son effet potentiel sur l’amélioration de la mémoire future. Au cours d'une série d’expériences, ils ont testé les effets de l’huile de lavande et de l’huile de romarin sur des participants âgés de 60 ans, qui pensaient tester de l’eau vitaminée.

Les mêmes volontaires ont ensuite été conduits dans des pièces qui étaient soit imprégnées de l’une des deux essences, soit d'aucune odeur, avant de subir des tests de mémoire. Des objets étaient placés dans des endroits inhabituels dans la pièce, et il leur a ensuite été demandé de les nommer, tout en faisant des mots croisés décrits comme « distrayants mais amusants ».

Les demandes comprenaient des défis tels que « Lorsque vous lirez une question à propos de la reine dans les mots croisés, pourrez-vous me rappeler d'appeler le garage ? »

Les chercheurs ont découvert deux faits intéressants. Les volontaires de la pièce imprégnée de romarin ont eu des résultats « statistiquement nettement meilleurs » que ceux de la pièce neutre, et les participants de la pièce ‘lavande’ ont obtenu des résultats beaucoup moins bons, très certainement parce que la lavande favorise la relaxation et le sommeil.

Par ailleurs, des traces de composés présents dans l'huile essentielle de romarin ont été découvertes dans les prélèvements sanguins des participants de la pièce ‘romarin’. Cet effet mesurable pourrait signifier que le romarin et d'autres huiles essentielles pourraient donner des indications précieuses à la science sur ce que le romarin pourrait apporter à la fonction cérébrale et à la mémoire.

Mises en garde à propos du romarin

Consommé en petites quantités, le romarin est réputé être sans danger, mais il peut poser problème en cas d’excès. Voici certains de ses effets indésirables potentiels :

  • Vomissements
  • Spasmes
  • Coma
  • Œdème pulmonaire (présence de liquides dans les poumons)

Par ailleurs, en très grandes quantités, le romarin peut provoquer des fausses couches, les supplémentations à base de romarin sont donc déconseillées aux femmes enceintes.