Comment les statines, les pesticides et les rayonnements des technologies sans fil affectent votre santé cardiaque

Les statines

En bref -

  • Un adulte sur quatre de plus de 45 ans prend des statines pour faire baisser son cholestérol
  • Si les statines peuvent réduire la fréquence des malaises cardiaques, elles ne réduisent pas nécessairement votre risque de maladie cardiovasculaire ou de décès des suites d'une attaque cardiaque, car elles endommagent vos muscles, et notamment votre muscle cardiaque
  • Les statines font baisser votre taux de cholestérol, qui est un important précurseur de nombreuses hormones stéroïdiennes, notamment la progestérone, la testostérone, l'aldostérone, le cortisol et la vitamine D
  • Les statines épuisent les réserves de CoQ10, de vitamine K2, de dolichol et de sélénium de votre organisme, et empêchent la production de HMG-CoA réductase (une enzyme que votre foie utilise pour fabriquer des cétones)
  • L’exposition au glyphosate et aux champs électromagnétiques générés par les technologies sans fil nuisent également à votre santé, en particulier à votre cœur
Taille du texte:

Dr. Mercola

Un américain de plus de 45 ans sur quatre prend des statines pour faire baisser son cholestérol. Ces médicaments sont-ils vraiment aussi dangereux que certaines données le suggèrent - ou sont-ils encore pires que ce que nous pensons ?

Stephanie Seneff, Ph.D., est une chercheuse principale du Massachusetts Institute of Technology (MIT), que j'ai interviewée à de nombreuses reprises.

Dans cet entretien, nous nous intéressons à un livre, « The Dark Side of Statins : Plus, the Wonder of Cholesterol » (« Le côté sombre des statines et le mystère du cholestérol »), le dernier livre écrit par le Dr. Duane Graveline, qui a lui-même été victime des effets secondaires des statines et est décédé des suites de complications liées à la prise de ce médicament.

Le mari de Stephanie Seneff a également été gravement affecté par les statines, ce qui a motivé son exploration scientifique de ces célèbres médicaments.

« Il a vraiment changé le cours de ma carrière en tombant malade », explique-t-elle. « On lui a diagnostiqué une maladie cardiovasculaire il y a 10 ans et il a été mis sous haute dose de statine - quatre fois le dosage normal.

Le médecin lui a dit ‘Vous devez prendre ce traitement à vie. Si vous ne le suivez pas, je ne serai plus votre médecin.’

Il a immédiatement commencé à souffrir d’effets secondaires - douleurs musculaires et faiblesse, il est même devenu agressif au volant et montrait des changements de comportement.

J'ai compris que ce médicament ne fonctionnait pas et j’ai commencé mes recherches sur les statines... J’ai en fait commencé ces recherches dans le cadre de mon travail au MIT.

J'ai commencé à analyser les effets secondaires des statines et à découvrir toutes sortes de choses affreuses. Il a arrêté le traitement au bout d'un an. Il a diminué les doses progressivement et je suis heureuse de dire qu’il est libéré des statines et que dix ans plus tard, il est en pleine forme.

Ses médecins continuent de lui dire qu’il doit reprendre son traitement, et il continue de refuser poliment. »

Les études surestiment les bienfaits des statines

Comme le souligne Stephanie Seneff, il est assez facile de surestimer les bienfaits des statines en embrouillant les gens avec les notions de risque absolu et de risque relatif. Il s'agit d'une astuce statistique fréquemment utilisée pour prouver l’efficacité d'un médicament. Voici ce qu’elle explique :

« Il font une étude qui montre que le risque absolu est très rare. Mettons qu'il soit estimé que 2 % de la population risque de souffrir de l’affection pour laquelle ils effectuent des observations, par exemple une crise cardiaque.

Après un certain temps, ils observent que 2 % du groupe de contrôle a souffert de l’affection qu'ils étudient, dans notre cas une crise cardiaque, et que le groupe de traitement est à 1,5 %, au lieu de 2 %.

Cela représente donc une réduction du risque de 0,5 % du point de vue des individus, mais d'après leur point de vue, cela représente une amélioration de 25 % puisque le risque relatif a diminué d'un quart - 0,5 sur 2. Cela fait donc une amélioration de 25 %, ce qui sonne beaucoup mieux que 0,5 %. »

Les statines sont une piètre défense contre les maladies cardiovasculaires

Malheureusement, si les statines peuvent réduire la fréquence des malaises cardiaques, elles ne réduisent pas nécessairement votre risque de maladie cardiovasculaire ou de décès des suites d'une attaque cardiaque, car elles endommagent vos muscles, et notamment votre muscle cardiaque.

Soit dit en passant, la capacité des statines à réduire le risque de malaise cardiaque est probablement lié à leur capacité à diminuer les protéines C réactives, plutôt qu'à leur capacité à réduire le cholestérol.

Cependant, d'après Duane Graveline, il suffit d'un dixième de la dose, soit 2 milligrammes (mg) environ, au lieu de 20 mg, pour obtenir cet effet anti-inflammatoire, et il existe des méthodes bien plus sûres et plus efficaces que prendre des statines pour réduire l'inflammation, même à faible dose.

Comme l’explique Stephanie Seneff, « Vous échangez une crise cardiaque contre une insuffisance cardiaque, et je pense qu'une crise cardiaque est préférable à une insuffisance cardiaque. »

Il existe trois raisons principales pour lesquelles les statines ne réduisent pas le nombre de décès liés aux crises cardiaques :

1. Les statines font baisser votre taux de cholestérol, qui est un précurseur important de nombreuses hormones stéroïdiennes, notamment de la progestérone, de la testostérone, de l’adolstérone, du cortisol et de la vitamine D.

Le cholestérol sulfate (produit lorsque vous exposez votre peau au soleil) pénètre dans les membranes cellulaires et contribue à produire de l’eau structurée qui protège des dommages oxydatifs. Le cholestérol est également nécessaire à la production de sulfate de DHEA.

2. Elles épuisent également les réserves de votre organisme en Coenzyme Q10 (CoQ10), nécessaire à la santé des muscles, et réduisent votre taux de vitamine K2 et de HMG-CoA réductase, une enzyme utilisée par le foie pour produire des cétones. Si vous êtes sous statines, votre production de cétones est donc extrêmement compromise, même si vous pratiquez le jeûne.

3. Les statines réduisent également le dolichol, dont Duane Graveline pensait qu’il était aussi important que le CoQ10. Le dolichol joue non seulement un rôle important dans le fonctionnement des mitochondries, mais il est également responsable du processus par lequel les chaines glucidiques sont attachées aux protéines glycosylées.

Ce point est important car ces glycosaminoglycanes contribuent à préserver la fonction de barrière dans la cellule et régulent l'absorption des nutriments.

Les statines accélèrent votre vieillissement

Contrairement à la croyance populaire, un taux de cholestérol élevé n’est pas l’un des principaux facteurs de risque de maladie cardiovasculaire. C’est en réalité un nutriment essentiel et nécessaire à la santé qui ne devrait pas être artificiellement et systématiquement supprimé.

« C’est tout à fait exact », explique Stephanie Seneff. « Lorsqu’on a prescrit des statines à mon mari, je savais que le cholestérol était vital pour l’organisme et que le cerveau en renferme une forte concentration.

Le cerveau représente 2 % du poids de notre corps et contient 25 % du cholestérol présent dans l’organisme. Il n’est donc vraiment pas question de diminuer la quantité de cholestérol du cerveau. Bien entendu, les effets secondaires des statines incluent de nombreux problèmes cognitifs, qui font partie de ceux dont a souffert Duane Graveline.

Il a souffert de ce que l’on appelle une amnésie globale transitoire alors qu’il prenait des statines depuis environ trois mois. Le médecin a déclaré que ‘les statines ne pouvaient en aucun cas en être responsables’, mais il a voulu arrêter le traitement malgré tout...

Un an plus tard, le médecin lui a dit ‘Bien, ce ne sont pas les statines qui ont provoqué cette amnésie, vous devriez donc reprendre votre traitement, car votre taux de cholestérol est toujours élevé.’

Il a repris son traitement et a rapidement souffert d'un nouvel épisode d'amnésie globale transitoire. À partir de ce moment, il a arrêté de prendre des statines. »

Protégez votre cœur, méfiez-vous des rayonnements des téléphones portables   

L’exposition aux pesticides à base de glyphosate, et les champs électromagnétiques (EMF) sont deux facteurs qui peuvent avoir un impact significatif sur votre santé cardiaque et votre risque de maladie cardiovasculaire.

Stephanie Seneff évoque ces deux questions dans cette interview, et souligne que chacun de ces facteurs a également tendance à aggraver les effets de l’autre. « Je pense que le glyphosate perturbe notre système électrique naturel, ce qui vous rend beaucoup plus sensible aux EMF », explique-t-elle.

Le pacemaker de votre cœur est l’un des tissus dont la concentration en CCVD est la plus élevée. Nous savons d'après la recherche que l’exposition excessive aux rayonnements hyperfréquence peut contribuer directement à certaines maladies telles que l’arythmie cardiaque

D'après Stephanie Seneff, les EMF contribuent également à la calcification des artères (obstruction des artères). Si vous vous souciez de votre santé cardiaque, et/ou que vous souffrez déjà de troubles cardiaques, vous devez donc :

Éviter de porter votre téléphone portable dans une poche à proximité de votre cœur

Éviter d'utiliser des ordinateurs portables et des tablettes

Éteindre votre téléphone portable le soir, car même lorsque vous ne passez pas d'appel, il peut vous être nuisible jusqu’à 9 mètres de distance, à moins qu’il ne soit en mode avion, et que le Bluetooth et le service de localisation soient éteints

Éteindre votre WiFi la nuit (idéalement aussi dans la journée)

Éteindre surtout chaque soir l’électricité dans votre chambre, au niveau du compteur.

Cela fonctionne généralement pour la plupart des chambres, à moins qu’une ou plusieurs chambres soient adjacentes à la vôtre, auquel cas vous pourriez devoir éteindre l’électricité également dans ces autres chambres.

Cela permettra de réduire radicalement les champs électriques et magnétiques pendant que vous dormez. Si vous avez besoin d'un réveil, vous pouvez en utiliser un à piles, ou encore mieux, vous équiper d'un réveil parlant sans lumière, que vous trouverez sur Amazon

Des statistiques choquantes sur le glyphosate

L'utilisation de glyphosate et l’exposition aux EMF ont considérablement augmenté au cours des récentes décennies.

Entre 1974 (l’année de l’arrivée du glyphosate sur le marché américain et un peu plus de 20 ans avant l’introduction des cultures génétiquement modifiées) et 2014, la quantité de glyphosate utilisée aux États-Unis a été multipliée par 250.

Au niveau mondial, la quantité de glyphosate utilisée a été multipliée presque par 15 depuis 1996, deux ans après l'arrivée des premières cultures génétiquement modifiées sur le marché.

Le glyphosate augmente le potentiel allergène des protéines

Stephanie Seneff a fait de nombreuses recherches sur le glyphosate, révélant de nombreux mécanismes par lesquels il provoque des dommages biologiques.

J'ai largement évoqué ces recherches dans mon article « Le Roundup pourrait être le facteur le plus important dans le développement des maladies chroniques ».

Plus récemment, Stephanie Seneff et son partenaire de recherche, Anthony Samsel, chercheur scientifique et consultant en santé publique et environnementale, ont découvert un nombre significatif de preuves circonstancielles.

Ces preuves indiquent que la substance chimique se substitue à la glycine (un acide aminé) dans les protéines, perturbant ainsi la fonction des trypsines, qui est de digérer les protéines.

Ceci augmente le potentiel allergène des protéines. Le glyphosate provoque également une perméabilité intestinale, ce qui permet à des protéines non digérées de pénétrer dans le sang.

Le résultat, à terme, est le développement d'une maladie auto-immune, car les cellules immunitaires se multiplient alors de façon excessive.

« Nous faisons face à une épidémie de toutes sortes de maladies auto-immunes et d'allergies alimentaires, et je pense qu’elles sont toutes liées au glyphosate », explique-t-elle.

Le préfixe « gly » de glyphosate fait référence à la glycine, l'un des acides aminés les plus courants, et également le plus petit.

Le glyphosate c’est donc, en gros, une molécule de glycine dont la chaine latérale est liée à l'atome d’azote, et bien qu’il s’agisse d'une molécule de glycine modifiée, cela reste une molécule de glycine. 

C’est pourquoi elle peut remplacer la glycine dans votre organisme. Malheureusement, elle est toxique.

Autres effets nocifs du glyphosate sur la santé

Le collagène contient également une importante quantité de glycine, et nous faisons face aujourd'hui à une épidémie de douleurs articulaires, de douleurs dans le dos, les genoux et les hanches.

Ces douleurs pourraient bien être aussi les résultats de l’exposition au glyphosate. Le glyphosate affecte également la santé en provoquant un déséquilibre du microbiote intestinal, et en affaiblissant le système immunitaire.

Les compléments alimentaires recommandés pour les personnes sous statines      

Comme nous l’avons expliqué, les statines privent votre organisme de nombreux nutriments importants. C’est pourquoi Duane Graveline recommande de prendre les compléments alimentaires suivants si vous êtes sous statines :

De l’ubiquinol, la forme réduite du CoQ10.

Des folates — Évitez l’acide folique, qui est la version synthétique des folates, car il est oxydé et épuisera une grande partie des capacités antioxydantes de votre foie pour se transformer en folates.

Par ailleurs, si vous avez été exposé au glyphosate, la capacité de votre corps à effectuer cette transformation sera entravée. Le 5-méthyltétrahydrofolate (5-MTHF) est une bonne forme de supplément.

De la vitamine C — La meilleure option est simplement de consommer des aliments riches en vitamine C, et de prendre un supplément uniquement si vous vous sentez malade. La vitamine C liposomale est très efficace.

Je recommande généralement d’en prendre toutes les heures jusqu’à se sentir mieux. À haute dose, la vitamine C liposomale peut également aider à stopper une réaction allergique.

Du sélénium — Les statines sont très néfastes aux sélénoprotéines, il est donc recommandé de prendre un complément de sélénium. La plupart des gens auraient d'ailleurs besoin de prendre un complément de sélénium.

De la lécithine — Je ne suis pas un grand adepte de la lécithine, et je suggère de consommer plutôt chaque jour un œuf bio de poule élevée en plein air. Les œufs sont très riches en lécithine, ou phosphatidylcholine.

Si vous optez pour un supplément, je vous recommande d'utiliser une forme liposomale. Veillez également à ce qu’il ne soit pas fabriqué à partir de soja génétiquement modifié. La lécithine de tournesol bio est une alternative plus sûre.

Des acides gras oméga-3 d’origine animale — Les petits poissons gras tels que les sardines et les anchois, ainsi que les œufs de saumon, sont des sources idéales. Idéalement, faites mesurer votre taux d’oméga-3 pour vérifier qu’il est dans une fourchette optimale.

Du D-Ribose, car les statines en perturbent la synthèse.

Du magnésium — La plupart des gens sont carencés en magnésium, mais si vous êtes sous statines, vous risquez d’être particulièrement carencé. Un faible taux de magnésium augmente votre risque de souffrir des effets secondaires des EMF, car le magnésium est un bloqueur naturel des canaux calciques.

En prenant une dose élevée de magnésium, vous réduisez votre risque de souffrir de dommages liés aux EMF.

De l’acide alpha-lipoïque — Il s'agit d'une molécule qui contient du soufre, ce qui lui confère une partie de ses bienfaits.

De la vitamine K2 — Les statines bloquent la voie de la vitamine K2 et perturbent son absorption, or cette vitamine est importante pour prévenir la calcification des artères, car elle aide à transférer le calcium des tissus mous vers les dents et les os, où il est nécessaire.

De la pyrroloquinoléine quinone, plus couramment dénommée PQQ. Comme les CoQ10, la PQQ contribue à améliorer le fonctionnement des mitochondries.

Il est très probable que vous n’ayez pas besoin de statines

Le fait que les statines soient aujourd'hui aussi répandues est une preuve du pouvoir du marketing, de la corruption et de la cupidité des entreprises, car les chances sont très élevées, si vous prenez des statines - à plus de 100 contre 1 - pour que vous n’en n’ayez pas réellement besoin.

Les seules personnes pour lesquelles je pense qu’elles peuvent s'avérer bénéfiques sont celles nées avec une anomalie génétique appelée hypercholestérolémie familiale, car cela les rend résistantes aux mesures traditionnelles de normalisation du cholestérol.

Plus important encore, le cholestérol n’est pas responsable des maladies cardiovasculaires. Les maladies cardiovasculaires sont largement provoquées par l’inflammation, comme plusieurs experts l’ont expliqué en détail.

L’élévation du cholestérol est la réponse naturelle de votre organisme à l’inflammation. Il est accusé à tort car il se trouve sur la « scène du crime », mais il n’est pas coupable.

Si votre médecin vous pousse à contrôler votre cholestérol total, sachez que ce test ne révèlera pratiquement rien de votre risque de maladie cardiovasculaire, à moins que votre taux soit au moins de 330.

Le taux de HDL est un indicateur bien plus révélateur des risques de maladie cardiovasculaire. Voici les deux ratios auxquels il faut être attentif :

  • Le ratio HDL/Cholestérol total : il devrait idéalement être de plus de 24%. S’il est au-dessous de 10% vous présentez un risque significativement élevé de maladie cardiovasculaire.
  • Le ratio Triglycéride/HDL : il doit être inférieur à 2 %.

Souvenez-vous que votre organisme a besoin de cholestérol. Il est important pour la production des membranes cellulaires, des hormones, de la vitamine D, et des acides biliaires qui vous aident à digérer les graisses.

Le cholestérol aide également votre cerveau à fabriquer les souvenirs et est essentiel à votre fonction neurologique.

Il existe également des preuves solides qui démontrent qu’un taux de cholestérol trop faible augmente en réalité votre risque de cancer, de pertes de mémoire, de maladie de Parkinson, de déséquilibre hormonal, d’AVC, de dépression, de suicide et de comportements violents.

Réfléchissez donc sérieusement avant de vous faire prescrire des statines, et commencez plutôt par adopter une bonne hygiène de vie.