Comment prendre soin de votre santé à la Saint-Valentin

biscuits au gingembre en forme de cœurs

En bref -

  • Les fleurs coupées peuvent être une importante source d’exposition aux pesticides toxiques, en particulier si vous en achetez régulièrement, ou si vous travaillez dans l’industrie de la fleur coupée
  • Le chocolat noir de bonne qualité apporte plus de 40 bienfaits pour la santé, en nous protégeant notamment contre les maladies cardiovasculaires, les AVC, le diabète, et le syndrome métabolique
  • Une boite de chocolats noirs de bonne qualité est un cadeau plus sain, à offrir le jour de la St Valentin, qu'un bouquet de fleurs coupées cultivées de façon conventionnelle
Taille du texte:

Dr. Mercola

Aux États-Unis et dans d'autres parties du monde (notamment au Canada, au Mexique, au Japon, au Danemark et en Australie), le 14 février est un jour où l’amour est à l’honneur. La tradition remonte à l’époque de la Rome antique.

On raconte qu’à cette époque, Saint Valentin aidait les prisonniers à s’évader des prisons romaines, dans lesquelles ils étaient souvent torturés.

Une légende raconte que Valentin aurait été emprisonné lui-même, qu'il aurait envoyé avant de mourir une lettre déclarant son amour à la fille du geôlier - et qu’il l'aurait signée « de la part de ton Valentin », une expression encore couramment utilisée aujourd'hui. Il existe cependant d'autres théories sur l’origine de la St. Valentin.

Au Moyen-Âge, en France et en Angleterre, par exemple, on disait que la saison des amours des oiseaux commençait le 14 février, ce qui donna à cette date sa connotation romantique. Au 19ème siècle, il était courant d’échanger de petits mots entre amis et amoureux, pour célébrer le jour de la St. Valentin - une tradition qui se perpétue de nos jours.

On estime qu'un milliard de cartes de la St. Valentin sont envoyées chaque année, souvent accompagnées d'autres incontournables de la St. Valentin, comme les fleurs et les friandises. Cette année, si vous souhaitez passer une St. Valentin saine, vous serez peut-être surpris d'apprendre qu’il vaut bien mieux offrir des chocolats noirs, qu'un bouquet de fleur.

les chocolats comparés aux fleurs

À la St. Valentin, optez pour des chocolats plutôt que pour des fleurs

Les américains dépensent chaque année 1,6 milliards de dollars en friandises, à l’occasion de la St. Valentin, à peine moins que ce qu’ils dépensent en fleurs (1,9 milliards de dollars). Les roses en représentent la majeure partie, environ 224 millions de ces fleurs étant cultivées aux États-Unis uniquement pour cette occasion particulière.

La rose (et en particulier la rose rouge) est le symbole international de l’amour et du romantisme, alors pourquoi ne pas en offrir une douzaine à votre chérie cette année ? En dépit de leur beauté, les fleurs coupées cachent un terrible secret.

Environ 70 % des fleurs coupées vendues aux États-Unis viennent de Colombie, une région à la main d'œuvre peu couteuse, très ensoleillée... Et où l’on utilise beaucoup de pesticides.

La Colombie est le deuxième plus grand exportateur de fleurs coupées au monde (derrière la Hollande) et l’industrie emploie plus de 100.000 personnes (dont de nombreuses mères célibataires).

Malheureusement, les travailleurs payent la chance d'avoir un revenu régulier au prix de leur santé, car plus de 200 livres (90 kilos) de pesticides sont répandus chaque année par hectare de fleurs. L’Organisation Mondiale de la Santé a classé 36 % de ces produits chimiques, utilisés par un horticulteur colombien, comme étant « extrêmement » ou « hautement » toxiques.

Cet usage intensif de pesticides est incité par la loi américaine, qui autorise qu’une cargaison de fleurs soit retournée à son expéditeur si les services d'inspection de la santé animale et végétale, du département américain de l’agriculture, trouvent ne serait-ce qu’un seul parasite dans la cargaison.

Ces services ne contrôlent par contre pas la présence éventuelle de résidus de pesticides sur les fleurs d'importation.

Voici ce qui a été rapporté par NBC News :

« Les États-Unis exigent que les fleurs importées soient exemptes de tout insecte, mais pas nécessairement exemptes de résidus chimiques, comme ils l’exigent pour les fruits et légumes comestibles. Or, le climat tropical idéal des hauts-plateaux, qui a attiré les horticulteurs américains en Colombie et en Équateur, est également le paradis des parasites.

Cela encourage les horticulteurs à appliquer de nombreux engrais, pesticides et fongicides, dont certains sont associés à un taux élevé de cancers et de troubles neurologiques, entre autres.

Les liens de causalité entre ces substances chimiques et les maladies individuelles sont difficiles à prouver, car l’exposition chronique aux pesticides n’a pas été étudiée suffisamment en détail. »

L’exposition aux pesticides présents sur les fleurs coupées présente de graves risques pour la santé

Une étude de 1990 portant sur la prévalence des problèmes de reproduction chez les travailleurs colombiens de l’industrie de la floriculture, exposés aux pesticides en cultivant les fleurs, a montré qu’ils étaient exposés à 127 types de pesticides différents.

Selon cette étude :

« La prévalence de fausses-couches, de naissances prématurées, de mort-nés et de malformations, a été estimée par rapport au nombre de grossesses chez les travailleuses et les femmes des travailleurs, avant et après qu’elles aient commencé à travailler dans la floriculture, et cette prévalence a été rapportée à différents degrés d’exposition.

Une augmentation modérée de la prévalence des fausses-couches, des naissances prématurées et des malformations congénitales, a été observée pour les grossesses ayant démarré après que les femmes aient commencé à travailler dans la floriculture. »

Des années plus tard, une étude publiée dans le International Journal of Environmental Health Research a de nouveau mesuré les facteurs de risque associés à l’exposition aux pesticides chez les producteurs de fleurs coupées - cette fois aux Philippines.

Trente-deux pourcents des travailleurs ont rapporté avoir souffert de maladies liées aux pesticides depuis qu’ils travaillaient dans l'industrie de la fleur, qui affectaient généralement les yeux, les oreilles, le nez et la gorge. Les symptômes les plus couramment rapportés comprenaient faiblesse, fatigue, douleurs musculaires, frissons et fièvre, vision trouble, vertiges et maux de tête.

Au nord de l’Équateur, dans une région floricole dans laquelle l’emploi des femmes est important dans cette industrie, les chercheurs ont découvert que « l’exposition prénatale aux pesticides - à un niveau ne produisant pas d’effets nocifs sur la mère - peut provoquer des effets néfastes durables sur le développement du cerveau des enfants. »

Ils ont conclu que l’exposition aux pesticides pouvait contribuer à une « pandémie silencieuse » de neurotoxicité développementale chez les enfants d’âge scolaire.

Même les fleurs cultivées aux États-Unis sont aspergées de pesticides

Les fleurs cultivées aux États-Unis ne valent sans doute pas beaucoup mieux que celles cultivées en Colombie. Lorsque le Groupe de travail pour l’environnement (EWG) a testé des échantillons de roses achetées chez des commerçants américains, les tests ont révélé la présence d'une douzaine de pesticides différents, notamment deux « cancérigènes probables ».

L’un d’entre eux était présent à un taux 50 fois plus élevé que le taux autorisé dans l'alimentation. Voici ce qu'a déclaré Richard Wiles, co-fondateur de l’EWG :

« Les roses présentent de bonnes quantités de pesticides, qu’elles proviennent de Colombie ou de Californie... Nous ne voulons pas être alarmistes. Mais certains enfants et certaines personnes sensibles aux produits chimiques pourraient développer de légers symptômes - éternuements ou maux de tête, par exemple - qu’elles pourraient prendre pour une simple réaction allergique. »

Les fleurs coupées passent à côté des contrôles depuis des dizaines d'années, mais elles peuvent représenter une importante source d’exposition aux pesticides toxiques, en particulier si vous en achetez régulièrement, ou si vous travaillez dans l’industrie de la fleur coupée.

Le conseil de Richard Wiles pour éviter ce type d’exposition aux pesticides, c’est de cultiver vos propres fleurs à partir de graines bio non traitées, et de n’utiliser aucun pesticide connu pour être toxique pour les pollinisateurs, les animaux ou l’homme.

Si le sujet vous intéresse, le livre The Flower Farmer (Le cultivateur de fleurs), de Lynn Byczynski, vous propose des conseils pour bien démarrer votre petite entreprise en cultivant et en vendant des fleurs coupées bio - simplement dans votre jardin.

On trouve parfois aussi des fleurs coupées bio dans les marchés fermiers, chez les fleuristes ou dans les magasins d'alimentation naturelle, et on peut également en commander sur internet. En l’absence de certification ‘bio’, vous pouvez également opter pour des fleurs certifiées ‘commerce équitable’, car les programmes de commerce équitable font très attention à protéger la santé et le bien-être des travailleurs, et utilisent généralement peu de pesticides.

Offrez des chocolats noirs pour la St. Valentin : un cadeau sain

Oublier les fleurs coupées cultivées de façon conventionnelle, ne signifie pas que vous ne pouvez pas passer une bonne Saint Valentin. Pour remplacer les fleurs, je vous suggère d'offrir à votre chéri(e) une boite d’excellents chocolats noirs. Quelle plus belle façon de dire « Je t'aime » que d'offrir un présent qui est véritablement bon pour le cœur…

Le chocolat – en particulier lorsqu'il est élaboré à partir de cacao cru non transformé - réduit le risque de troubles cardiométaboliques tels que les maladies coronariennes, les AVC, le diabète et le syndrome métabolique - ainsi que les problèmes associés, tels que l’hypertension, un taux élevé de glycémie, de triglycérides et de cholestérol à jeun, et l’obésité abdominale.

Au cours d'une étude, il a été noté que le groupe qui consommait le plus de chocolat présentait une diminution de 37 % du nombre de maladies cardiovasculaires et une diminution de 29 % du nombre d’AVC. D'autres recherches ont également montré que les antioxydants et les composés antiinflammatoires du chocolat peuvent considérablement réduire le risque de crise cardiaque et d’AVC.

En petites quantités, le chocolat noir peut réduire votre risque de crise cardiaque car, comme l'aspirine, le chocolat a un effet biochimique qui réduit l'agglutination des plaquettes, responsable de la formation de caillots sanguins. L'agglutination des plaquettes peut être fatale si elle entraine la formation d'un caillot sanguin qui bouche un vaisseau sanguin, et provoque une crise cardiaque.

Une formule spéciale de poudre de cacao cru peut potentiellement prévenir les maladies cardiovasculaires chez les diabétiques. Des patients diabétiques auxquels on a donné une boisson au cacao riche en flavonols, pendant un mois, ont vu le fonctionnement gravement altéré de leurs vaisseaux sanguins, revenir à la normale.

Les améliorations étaient même aussi importantes que ce qui avait été observé avec la pratique d’exercice physique, ou de nombreux médicaments courants contre le diabète.

Les chercheurs ont également découvert qu'un composant du chocolat noir, l’épicatéchine (un flavonoïde), pourrait protéger votre cerveau après un AVC, en augmentant les signaux cellulaires qui protègent les cellules nerveuses des dommages.

Un AVC est similaire à une attaque cardiaque, mais il est provoqué par le blocage ou la réduction du flux sanguin vers le cerveau, et non vers le cœur.

Dites 'Je t’aime' en offrant plus de 40 bienfaits pour la santé

De nombreuses études scientifiques ont associé la consommation de chocolat noir de qualité supérieure, de cacao et de cacao en poudre, à plus de 40 effets bénéfiques pour la santé.

Les polyphénols antioxydants présents dans le chocolat sont précieux car ils ont la capacité de stopper l’oxydation provoquée par les radicaux libres. Cela permet de réduire votre risque de développer différentes maladies en agissant directement sur l’une des plus importantes causes évitables de maladies dégénératives chroniques.

Le chocolat contient également d'autres substances chimiques végétales précieuses, notamment de l’anandamide, qui doit son nom au terme sanscrit signifiant ‘bonheur’, un neurotransmetteur du cerveau qui bloque temporairement les sensations de douleur et d'anxiété.

Il a été démontré que la caféine et la théobromine présentes dans le chocolat produisent davantage d'énergie physique et une meilleure vigilance mentale, et il reste sans doute de nombreux autres composants sains à découvrir dans le chocolat.

Le tableau suivant présente quelques-uns des bienfaits conférés par la fève de cacao :

Anti-inflammatoire

Anti-cancer

Anti-thrombotique, elle améliore notamment la fonction endothéliale

Réduit le risque de maladie d’Alzheimer

Antidiabétique et anti-obésité

Diminue les protéines c-réactives

Effet cardioprotecteur : elle fait notamment baisser la pression artérielle, améliore le bilan lipidique et contribue à prévenir la fibrillation atriale

Améliore la fonction hépatique des personnes atteintes de cirrhose

Effet neuroprotecteur

Renforce la flore intestinale

Diminue les hormones du stress

Réduit les symptômes du glaucome et de la cataracte

Ralentit la progression de la parodontite

Améliore l’endurance

Aide potentiellement à prolonger l’espérance de vie

Protège les femmes enceintes de la pré-éclampsie

Quels sont les meilleurs chocolats pour la santé ?

Le Dr. Beatrice Golomb décrit les vertus thérapeutiques du chocolat, et explique comment reconnaître un chocolat de bonne qualité et comment déterminer sa « dose » optimale de chocolat. Bien que le cacao cru soit la forme la plus nutritionnelle, la plupart des études sur la santé, menées à ce jour, ont porté sur la consommation de cacao ou de chocolat, pas sur le cacao cru.

Or les résultats sont MALGRÉ TOUT très positifs. Cela suggère qu’une bonne partie des bienfaits nutritionnels du chocolat sont conservés malgré sa transformation. L’objectif est donc de trouver un chocolat qui soit aussi peu transformé que possible, mais qui ait également un goût agréable.

Si vous supportez la saveur du cacao cru (notamment les fèves de cacao non sucrées, la poudre de cacao cru ou le chocolat en poudre sans sucre (non alcalinisé)), sachez que ce sont les produits à privilégier absolument. Alternativement, choisissez un chocolat d’une teneur en cacao d’environ 70%, voire plus.

Le chocolat au lait n’est pas une bonne option, car il contient du lait pasteurisé ainsi que d'importantes quantités de sucre, ce qui en réduit considérablement les bienfaits. Le chocolat blanc est également très riche en sucre et ne contient aucun phytonutriment, ce n’est donc pas un bon choix non plus. Le chocolat noir - aussi riche en cacao et aussi amer que vous le supportez - est votre meilleure option.

Enfin, choisissez du chocolat qui contient peu d’ingrédients, et offrez-vous du chocolat bio. Comme les fleurs coupées, les fèves de cacao sont fortement chargées en pesticides.

Dans bon nombre de pays qui produisent du cacao, la réglementation des pesticides est également très limitée, ce qui signifie que certains produits qui sont interdits aux États-Unis peuvent même être utilisés dans la culture conventionnelle du cacao.

Pour finir, quelle quantité de chocolat noir peut-on raisonnablement déguster ? D'après le Dr. Golomb, les études montrent qu’une consommation quotidienne répartie en plusieurs fois (deux à trois fois par jour) est certainement bénéfique si que vous n’exagérez pas les quantités, et à condition de consommer du chocolat d’excellente qualité.