Le ‘Wish-cycling’ : vos plastiques sont-ils vraiment recyclés ?

sites d’enfouissement

En bref -

  • Le ‘wish-cycling’ est le terme qui décrit le fait de trier des déchets en supposant qu’ils seront acheminés vers une usine de recyclage, alors qu’ils sont tellement contaminés que ces usines sont contraintes de les expédier vers des décharges, ce qui ne fait qu’accroître le problème d'élimination des déchets
  • Le recyclage a été conçu à l’origine pour réduire l’impact des déchets sur la planète ; la ville de Baltimore n’envoyait à une époque qu'une petite partie de ses déchets vers un site d’enfouissement, mais c’est aujourd'hui un tiers des déchets provenant des collectes de recyclables qui finissent à la décharge
  • Ces habitudes font monter les prix du recyclage et de la réutilisation des produits, et accélèrent l'accumulation des déchets ; les chercheurs ont également constaté une augmentation de la quantité de macroplastiques dans les océans, des morceaux de plastiques qui sont pratiquement de la taille du produit d'origine, tels que des sacs et du matériel de pêche
Taille du texte:

Dr. Mercola

La quantité croissante de plastique retrouvé dans les océans est le résultat du comportement des hommes, et elle en train de détruire lentement une vaste ressource indispensable à notre survie.

Selon le National Ocean Service, les océans produisent plus de la moitié de l’oxygène de la planète, et absorbent 50 fois plus de dioxyde de carbone que l’atmosphère.

Vous pensiez peut-être que cette tâche revenait à la forêt amazonienne, mais elle est en réalité assurée par les océans, qui recouvrent 70 % de la surface de la Terre.

De la santé des océans dépend la régulation climatique, et ils permettent également à des entreprises, qui en dépendent pour produire des biens et des services, de générer 282 milliards de dollars de bénéfices.

Ces entreprises emploient 3 millions de personnes. Le Fonds mondial pour la nature (WWF) rappelle que les océans font partie intégrante du cycle de l’eau, et que d’eux dépendent la régulation climatique et la pureté des pluies. Plus d'un milliard de personnes consomment des protéines qui proviennent des océans.

Le plastique tue des quantités de baleines, de dauphins, d'oiseaux et de tortues de mer. Les sacs et bouteilles en plastique qui échouent sur les plages affectent bien plus que vos prochaines vacances au bord de la mer.

Si nous apprécions de pouvoir surfer, naviguer, plonger, ou simplement nous détendre sur la plage, les océans ont des fonctions bien plus importantes.

Malheureusement, la fabrication et l’élimination d’objets en plastique à usage unique affecte considérablement la faune marine et menace directement la survie de l’homme.

Alors que l’on comptait sur le recyclage pour réduire cet impact, il semble que le recyclage soit en train de devenir du ‘wish-cycling’.

Faites-vous du ‘wish-cycling’ ou du recyclage ?

Le recyclage a été conçu à l’origine pour réduire la quantité de déchets que l’on envoyait dans les décharges, préserver les ressources naturelles et freiner la pollution.

Selon l’EPA, presque tout peut être recyclé, mais seuls certains déchets sont acceptés, et encore, ils doivent être correctement triés sous peine de finir à la décharge.

Recycler 900 kilos de papier permet de sauver 17 arbres, d’économiser deux barils de pétrole, 4.100 kilowatts d'énergie et 2,4 m3 de place dans une décharge. Il est cependant important de rappeler que le tri et le recyclage sont deux choses différentes.

Recycler du papier non contaminé a un impact important sur les ressources, car ces 900 kilos représentent une économie de 58 % d’eau et de 64 % d’énergie, et ils libèrent 27 kilos de pollution atmosphérique en moins.

Malheureusement, si les collectivités locales gagnaient autrefois de l’argent en revendant du papier, des bouteilles et des canettes, des régions comme celle de Baltimore commencent aujourd'hui à dépenser l’argent des contribuables pour recycler, car le recyclage ne rapporte plus que 25 % de ce qu’il rapportait il y a seulement sept ans.

Les experts du recyclage attribuent cela à ce qu'ils appellent le ‘wish-cycling’ : le fait que les ‘recycleurs’ jettent de plus en plus de déchets qui ne peuvent pas être recyclés, dans les bacs de tri sélectif.

Michael Taylor, directeur des opérations de recyclage de la société Waste Management, une entreprise de services environnementaux nord-américaine, explique le problème : « Les gens pensent bien faire. Notre message, c’est ‘si vous avez un doute, ne le mettez pas dans le bac de tri’ ».

L'entreprise a abordé dans un communiqué de presse l’impact de la nouvelle politique d'importation de la Chine. À l’avenir, la Chine n'achètera plus aucun objet recyclable s'il contient ne serait-ce qu’une infime quantité de matière non recyclable.

Résultat, il faut absolument s'attacher à recycler correctement pour réduire la quantité de déchets qui finissent dans les décharges, et la quantité de plastique qui finit dans les océans.

La plus grande difficulté, c’est de réduire la contamination de ce que la plupart des gens considèrent comme des ordures. Autrefois, on insistait sur l’importance de trier les déchets recyclables et de les répartir dans des bacs de tri sélectif.

Les mauvaises habitudes font grimper le coût du recyclage

La société Waste Management fait partie des géants de l’industrie du recyclage et de la gestion des déchets. Elle indique que le taux moyen de contamination a augmenté de 25 %.

Cela signifie que sur 907 kg de déchets recueillis dans les bennes de recyclage, 226 kg finissent à la décharge et ne sont pas recyclés.

Cela augmente le coût du tri des matériaux et de transport et d'élimination des ordures, et signifie que des objets qui auraient pu être recyclés sont gâchés, à cause de la contamination.

La Chine a imposé un taux de contamination maximum, qui oblige les transformateurs à réduire 226 kg de déchets recyclables contaminés à 4,5 kg.

Ces directives augmentent le coût de traitement des déchets. Pour que le recyclage reste écologique, il faut absolument que les individus s'attachent à ne recycler que les objets et déchets qui peuvent l’être, et de la bonne façon.

Faute de quoi, nous contribuons tous à un phénomène qui a un impact négatif sur l’environnement.

La plupart du temps, on recycle pour réduire la quantité de déchets qui est acheminée vers les décharges. Mais lorsqu'un objet ou un matériau inapproprié est placé dans le tri sélectif, il contamine tous les matériaux recyclables qui l’entourent.

En d'autres termes, un carton à pizza gras n’est pas recyclable, et risque de contaminer des canettes en aluminium et des bocaux en verre.

La pollution plastique des océans est de plus en plus importante

Une nouvelle étude, qui a été publiée dans la revue Nature, a révélé que la quantité de plastique qui est déversée dans les océans augmente plus rapidement que ce que l’on avait prévu.

Les chercheurs ont présenté une série chronologique d’évènements qui a commencé en 1957 et s’est terminée en 2016, couvrant 6,5 millions de miles nautiques.

Les données sont basées sur des plastiques pris dans un échantillonneur marin, et fournissent des informations régulières, des premiers comptes-rendus jusqu’aux données actuelles.

Si de nombreuses études se sont intéressées jusqu’à maintenant à la quantité de microplastique présente dans les océans, et consommée par la faune, cette étude a constaté une augmentation significative de la quantité de macroplastique, notamment des sacs plastique, matériels de pêche et ficelles entières.

Le sujet original de la recherche était le plancton. Cependant, les chercheurs ont remarqué que les volontaires qui installaient les équipements mentionnaient régulièrement à quel point le plastique posait problème.

Clare Ostle, Ph.D., co-auteur de l’étude et chercheuse auprès de la Marine Biological Association, explique qu’il existe peu de données historiques à propos de la pollution plastique des océans, ils ont donc utilisé l'incidence constatée au cours de leur étude pour déterminer la fréquence des enchevêtrements des équipements dans des déchets plastiques.

Ils disposaient de 60 ans de données océaniques couvrant l’Atlantique nord et les océans voisins, et ont constaté que l’enchevêtrement des équipements avait été multiplié par dix entre 2000 et aujourd'hui.

C’est au large de la côte nord-ouest de l’Irlande qu’ils ont retrouvé le premier sac enchevêtré dans leur équipement.

Les experts estiment que 8 millions de tonnes de plastique sont déversées chaque année dans les océans. De plus, la production de plastique, depuis son invention, a augmenté de façon extraordinaire, la majeure partie étant du plastique à usage unique, qui doit être jeté.

Les chercheurs ont écrit que leurs observations étaient les premières à confirmer l'augmentation significative de la pollution plastique des océans depuis les années 1990.

L’impact environnemental du plastique pourrait bientôt rivaliser avec celui des gaz d'échappement toxiques

Ils pensent qu’il pourrait exister un puit de plastique au fond des océans, ce qui nous ferait sous-estimer la quantité de plastique présente à la surface. Ceci a des conséquences importantes sur la pollution plastique mondiale.

Jacqueline Savitz, responsable des politiques pour l’Amérique du Nord d’Oceana, un groupe apolitique à but non lucratif, qui se consacre à la protection et à la restauration des océans, n'a pas participé à ces études.

Elle a déclaré à CNN qu’elle était heureuse de voir les gens essayer de réduire notre empreinte carbone, mais qu’elle est de plus en plus inquiète de voir que la production de plastique ne cesse d'augmenter.

Voici son commentaire :

« Le plastique ne coûte pas cher à fabriquer, mais il coûte cher à notre environnement. C’est pour moi insupportable d'aller à la plage et de voir tout ce plastique dans les vagues et sur le sable.

On en trouve dans l’estomac de pratiquement tous les oiseaux, des tortues de mer et des baleines qui meurent de faim, et le problème ne fait que s’aggraver. »

Une information publiée dans la revue Nature Climate Change estime que si la fabrication de plastique continue sur sa lancée, elle sera responsable de 15 % des émissions de gaz à effet de serre d'ici 2050.

À titre de comparaison, les modes de transport du monde entier représentent aujourd'hui 25 % du total des émissions, soit 11 % de plus qu’en 2010.

Vos erreurs de recyclage ont un impact sur les décharges de votre région

Vous remplissez peut-être vos bacs de tri sélectif en espérant réduire la quantité de déchets dans les décharges. Cependant, vous ne savez peut-être pas que si le carton y est bienvenu, les boites à pizza pleines de gras ne le sont pas.

Par ailleurs, une boite en plastique qui contient trop de restes de nourriture peut contaminer une balle entière de plastique recyclable.

Le papier est recyclé, mais s'il est déchiqueté, il se colle aux bouteilles en verre et devient inutilisable.

Les règles en matière de recyclage varient selon les villes, mais vous pouvez vous baser sur les indications qui suivent pour savoir si vous faites des erreurs courantes en matière de recyclage. Pour connaitre les directives de votre région, contactez vos responsables locaux.

Le plastique souple — Les articles en plastique souple tels que les sacs de course et les sacs de conservation des aliments ne sont pas recyclables, car ils bloquent les machines de tri.

Ne jetez jamais vos déchets recyclables dans un sac plastique, car l'usine de recyclage enverrait le sac et son contenu dans une décharge. Rassemblez par contre vos sacs plastique et confiez-les à votre supermarché afin qu’ils soient recyclés.

Le plastique dur — La plupart des déchets en plastique rigide, tels que les bouteilles et les emballages rigides, peuvent être recyclés, à quelques exceptions près.

Vérifiez qu’ils soient marqués du symbole triangulaire de recyclage. Le numéro indiqué à côté du logo vous informe sur le type de plastique dont est fait le produit.

Souvenez-vous que le fait qu’un article soit ou non recyclable dépend de la règlementation locale en la matière, vous devez donc en demander les termes à votre mairie.

Les pailles en plastique ne peuvent malheureusement pas être recyclées, et sont destinées à la décharge quoi qu’il arrive, c’est pourquoi il vaut mieux éviter d’en utiliser.

Dans tous les cas, pensez à enlever les bouchons des bouteilles, car ils ne sont pas fabriqués dans le même matériau et ne peuvent pas être recyclés ensemble. Généralement, les bouchons doivent être jetés avec les ordures ménagères car ils sont trop petits pour être triés par les machines.

Les emballages alimentaires — Les matières plastiques souillées de restes de nourriture ne sont pas recyclables, vous devez donc veiller à rincer les emballages plastiques recyclables qui ont été en contact avec des aliments ou des boissons, à l’exception des bouteilles d’eau.

Laissez-les sécher avant de les placer dans votre bac de tri sélectif.

Tous les papiers ou cartons gras, comme les boites de pizza, sont considérés comme des contaminants car ils ne peuvent pas être recyclés. Enlevez donc la partie grasse, jetez-là avec les ordures ménagères et recyclez ce qui n’est pas souillé.

Les déchets suivants ne peuvent pas être recyclés — Votre municipalité est peut-être plus restrictive par rapport à la liste établie par le réseau ‘Mother Nature’.

Certaines disposent également de programmes spéciaux pour traiter les encombrants ou les matières dangereuses. Il vaut donc toujours mieux vérifier le règlement de votre municipalité.

Les bombes aérosol

Les piles

Les papiers de couleurs vives

La céramique et la poterie

Les couches

Les déchets dangereux

Les ampoules à incandescence

Le verre ménager

Les pots de yaourt

Les déchets médicaux

Les serviettes en papier et l’essuie-tout

Les serviettes en papier

Les cartons de pizza

Les sacs et le film plastique

Les bouchons à visser en plastique

Les cartons de jus de fruit et autres conteneurs de boisson en carton enduit

Les boites enduites de plastique, les boites d’emballage alimentaire en plastique, ou tout plastique ne comportant pas de logo de recyclage

Les enveloppes Tyvek

Le papier déchiqueté

Le polystyrène

Les emballages de plats à emporter

Les pneus

Les cintres en métal

Le papier mouillé

Devenez un expert du recyclage

Il est plus important que jamais de recycler correctement pour réduire l'impact des déchets sur notre environnement. Cependant, il existe plusieurs façons de recycler vos déchets.

L’idée de faire votre compost ne vous attire peut-être pas trop, ou cela ne vous semble peut-être pas important ; cependant, en vous y intéressant de plus près, vous comprendrez qu'éviter d’envoyer des déchets alimentaires dans les décharges peut avoir un impact positif important.

Les déchets alimentaires représentent en effet la plus grande partie, jusqu’à 22 %, des déchets présents dans les décharges. De plus, lorsque vous ajoutez du compost à votre terre, vous lui apportez de précieuses matières organiques et vous réduisez la perte de terre arable.