Les meilleurs conseils pour soulager les hémorroïdes

un homme qui souffre d’hémorroïdes

En bref -

  • Les bains de siège, l'application d’hamamélis frais ou d'un mélange de sel d’Epsom et de glycérine, les packs de glace et les compresses froides, ou encore l’application d'aloe vera pure ou d'huile de coco, font partie des meilleures méthodes pour soulager rapidement l'inconfort que provoquent les hémorroïdes
  • Les hémorroïdes sont des veines gonflées et protubérantes situées dans le rectum ou l’anus, souvent provoquées par une augmentation de la pression abdominale que peut entraîner une grossesse par exemple, le port de charges lourdes, une constipation chronique, l’obésité ou le fait de passer de longs moments sur les toilettes
  • Pour atténuer la douleur et l’inconfort, évitez les savons, papiers hygiéniques ou lingettes parfumés, qui sont asséchants et irritants ; le vinaigre de cidre et l’huile essentielle de tea tree risquent d’exacerber les symptômes, et le fait de se retenir lorsqu'on a envie d'aller à la selle peut rendre les selles plus difficiles à évacuer par la suite
Taille du texte:

Dr. Mercola

Bien qu’elles ne soient pas dangereuses, les hémorroïdes peuvent être douloureuses et affecter le déroulement de vos activités quotidiennes. Elles touchent généralement les adultes âgés de 45 à 65 ans, mais les jeunes gens et les enfants peuvent également connaitre ce problème.

Si elles affectent aussi bien les hommes que les femmes, ces dernières ont un risque accru d’en souffrir pendant la grossesse, en raison de la pression exercée par le bébé, et des efforts de poussée lors de l'accouchement.

Au cours d'une étude rétrospective basée sur les demandes de remboursement de 33.034 patients taïwanais, les chercheurs ont examiné la relation entre les hémorroïdes et le développement subséquent de maladies coronariennes.

Sur une période de suivi de 12 ans, les chercheurs ont constaté que les personnes souffrant d'hémorroïdes présentent un risque accru de 127 % de développer une maladie coronarienne, par rapport au reste de la population.

Les hémorroïdes : qu’est-ce que c’est ?

Pour comprendre comment prévenir les crises hémorroïdaires et pourquoi ces astuces aident à soulager la douleur et l’inconfort qu’elles suscitent, il est utile de savoir ce que sont précisément les hémorroïdes, et comment elles se forment.

Nous avons des veines au niveau de l'anus et du bas rectum. Lorsque celles situées dans la paroi du rectum ou de l’anus gonflent ou s’enflamment, on parle d'hémorroïdes internes.

Ce type d’hémorroïdes ne sont généralement pas visibles ni perceptibles, mais si elles deviennent irritées du fait de poussées répétées, elles peuvent se mettre à saigner.

Les hémorroïdes peuvent également se former sous la peau autour de l'annus, et on parle alors d'hémorroïdes externes. Lorsqu’elles sont irritées, elles peuvent provoquer des démangeaisons ou des saignements.

Dans certains cas, les hémorroïdes ne provoquent ni symptômes ni douleurs, et sont découvertes à l’occasion d'un examen médical. Voici cependant le type de signes et symptômes qui peuvent apparaitre :

  • Du sang rouge vif sur le papier hygiénique ou dans la cuvette des WC, après être allé à la selle
  • Des démangeaisons au niveau de l’anus
  • Une protubérance à l’extérieur de l’anus, qui doit éventuellement être repoussée à l’intérieur après le passage des selles
  • Des rougeurs, des douleurs et un gonflement autour de l’anus
  • Des douleurs au niveau de l’anus lorsque vous êtes assis

Les hémorroïdes sont similaires aux veines variqueuses situées au niveau des jambes. En d'autres termes, les veines enflent et apparaissent saillantes, parfois en réaction à une forte pression abdominale.

Les meilleurs conseils pour soulager une crise hémorroïdaire chez vous

Lors d'une crise hémorroïdaire, on souhaite généralement être soulagé aussi rapidement que possible de la douleur et de l’inconfort. Dans certains cas, la solution se trouve tout simplement dans votre placard de cuisine.

Utiliser un bidet — Les hémorroïdes étant des veines irritées, utiliser un bidet est une façon efficace, moins irritante et peu couteuse de vous laver après être allé à la selle. Si vous n’en disposez pas, il existe dans le commerce plusieurs kits qui vous permettent d’en installer un sur vos toilettes, très simplement et en toute sécurité.

Ramollir les selles — Les crises hémorroïdaires étant aggravées par les efforts de poussée lors du passage des selles, il est important que celles-ci soient molles. Il est important à cette fin de consommer suffisamment de fibres.

Il existe deux types de fibres : les fibres solubles, qui se dissolvent facilement dans l’eau, et les insolubles, qui ne se dissolvent pas, et restent au contraire intactes lorsqu’elles traversent le côlon.

Bien s'hydrater — La constipation entraine l’assèchement et le durcissement des selles, qui sont difficiles à évacuer et irritent le rectum. L'une des causes les plus courantes de ce problème est la déshydratation.

Il est essentiel de bien s'hydrater pour conserver une santé optimale ; or, selon une étude réalisée à Harvard, 54,5 % des enfants et des adolescents sont déshydratés de façon chronique. Ceci a des répercussions sur leur santé et leurs résultats scolaires.

Placer un tabouret dans les toilettes — La position assise sur les toilettes n’est pas la position idéale, et peut contribuer à des difficultés de défécation, au développement d'hémorroïdes, ainsi qu’à d'autres problèmes tels que des troubles urinaires, un prolapsus rectal ou des fissures anales.

La position accroupie place le système digestif dans une position anatomiquement correcte, qui favorise l’évacuation et réduit la constipation. S'accroupir sur les toilettes nécessite de la force, de la souplesse et de l’équilibre. L'autre solution est d'utiliser un simple repose-pieds, qui vous permettra d'adopter une position accroupie.

Limiter le temps passé aux toilettes — Rester assis sur les toilettes pendant de longs moments exerce une pression supplémentaire sur les hémorroïdes, ce qui augmente l’irritation et aggrave donc vos symptômes. Ne passez pas plus de temps aux toilettes qu’il ne vous en faut pour évacuer vos selles.

Appliquer de l’hamamélis frais — Si son efficacité n’est pas scientifiquement prouvée, l’hamamélis est un remède maison très prisé depuis des dizaines d'années.

La Clinique Cleveland indique qu’il contient des tanins et des huiles qui peuvent aider à réduire l’inflammation, et certains affirment que son effet anti-inflammatoire naturel permet de retendre la peau.

Selon une étude, l'hamamélis naturel est un astringent qui aide à resserrer les tissus et qui possède des propriétés antioxydantes. Il contribue à soulager la douleur, les démangeaisons, et à réduire les saignements en attendant la fin de la crise hémorroïdaire ; cependant il ne fait que soulager les symptômes, et n’accélère pas la guérison.

L'aloe vera — L'aloe vera possède des propriétés anti-inflammatoires et certaines crèmes et compresses anti-hémorroïdaires vendues dans le commerce en contiennent, ce qui aide à soulager l'inflammation des veines engorgées.

Les médecins de la clinique Cleveland indiquent qu’aucune recherche n'a été menée à ce jour s’agissant de son utilisation en cas de crise hémorroïdaire, mais que l’aloe vera se révèle bénéfique pour soulager d'autres troubles cutanés inflammatoires, et ils conseillent de l’essayer, à condition qu'il soit pur et non mélangé à d'autres ingrédients dans une crème ou sur une compresse.

Sel d’Epsom et glycérine — Ce soin maison peut aider à soulager les douleurs hémorroïdaires, et il est très simple à préparer. Il suffit de mélanger deux cuillères à soupe de sel d’Epsom et deux cuillères à soupe de glycérine.

Placez le mélange sur une gaze, que vous appliquez pendant une vingtaine de minutes sur la zone douloureuse. Répétez toutes les quatre à six heures jusqu’à ce que la douleur s’estompe.

L'huile de noix de coco — Cet hydratant naturel possède également des propriétés anti-inflammatoires. L’application d'huile de coco peut contribuer à réduire l’irritation et le gonflement, ainsi que les démangeaisons.

Les packs de glace — Les packs de glace et les compresses fraiches peuvent aider à lutter contre la douleur, l’inflammation et le gonflement. N'appliquez pas de glaçons directement sur la peau ; enveloppez-les préalablement dans une petite serviette de toilette pour éviter tous dommages cutanés.

Laissez en place une quinzaine de minutes, et répétez toutes les une ou deux heures, jusqu'à ce que la douleur s’estompe.

Des vêtements larges — Vous pouvez favoriser la guérison en portant des vêtements larges, qui ne frottent pas sur la zone douloureuse. Cela évite que les hémorroïdes ne soient irritées par une transpiration excessive, et réduit les symptômes.

Le bain de siège

Un bain de siège consiste à faire tremper uniquement les hanches et les fesses. On y a généralement recours pour accélérer la cicatrisation des patients qui ont subi une intervention chirurgicale au niveau du rectum, qui souffrent d’une crise hémorroïdaire, de crampes utérines ou d'infections de la prostate.

Un bain de siège chaud est l’une des méthodes les plus simples et les plus efficaces qui soient pour réduire les douleurs hémorroïdaires. C’est une tradition européenne, qui consiste à immerger uniquement le bassin et la zone abdominale.

Certains pratiquent des bains de siège froids pour aider à soulager la constipation, ou tonifier les muscles de la vessie ou des intestins.

Il peut arriver de se sentir étourdi après un bain de siège très chaud, mais s'il est pratiqué pour soulager une crise hémorroïdaire, l’eau du bain doit être chaude, et non bouillante.

Un bain de siège peut contribuer à atténuer les démangeaisons, l'irritation et les spasmes du sphincter qui accompagnent les douleurs hémorroïdaires.

Il existe des petites bassines en plastique que l’on adapte sur la lunette des WC, mais vous pouvez également prendre un bain de siège dans une baignoire normale, en la remplissant de quelques centimètres d’eau chaude.

Pour soulager les crises hémorroïdaires, de nombreux experts recommandent de prendre un bain d'une vingtaine de minutes après chaque selle, plus deux ou trois supplémentaires dans la journée.

Tamponner ensuite délicatement la zone douloureuse pour la sécher. Ne frottez pas, pour éviter d'irriter les hémorroïdes. Vous pouvez également vous sécher avec un sèche-cheveux, en prenant soin de le placer en position ‘air froid’. Un bain d’eau tiède aide à accélérer la cicatrisation en stimulant la circulation sanguine.

Ce qu’il faut éviter en cas de douleurs hémorroïdaires

En plus des méthodes indiquées ci-dessus, qui permettent d'apaiser la douleur, certaines choses sont à éviter, car elles augmentent les symptômes et l’inconfort.

Comme je l’ai indiqué plus haut, évitez d'utiliser du savon quel qu'il soit sur la zone douloureuse, car les savons assèchent la peau et augmentent le risque de saignements.

Par ailleurs, les lingettes pour bébé et les papiers hygiéniques parfumés sont irritants et risquent d’exacerber les démangeaisons et la douleur. Si certains suggèrent d'utiliser du vinaigre de cidre, la clinique Cleveland le déconseille, car il risque de brûler la peau irritée et d’aggraver le problème avec le temps.

Sachant qu’il existe plusieurs autres méthodes naturelles pour apaiser les symptômes, il vaut mieux éviter d'utiliser du vinaigre de cidre. L'huile essentielle de tea tree est une autre huile antiseptique et anti-inflammatoire que certains recommandent pour soulager les symptômes.

Cependant, cette méthode n’ayant pas fait l’objet d’études approfondies, les experts la déconseillent.

Ne retardez pas le moment d'aller à la selle. Lorsque vous vous retenez, les selles ont tendance à devenir plus dures et donc plus difficiles à évacuer. Ceci augmente la pression, les efforts de poussée nécessaires, et les symptômes provoqués par les hémorroïdes.

Essayez plutôt d’établir un planning pour vous aider à instaurer des habitudes d’évacuation régulières. Lorsque vos hémorroïdes sont enflammées et irritées, il vaut mieux éviter autant que possible les médicaments anticoagulants, tels que l'aspirine, car ils augmentent le risque de saignements.

Les traitements non chirurgicaux

Il existe plusieurs types de traitements non chirurgicaux que votre médecin peut vous proposer pour vous débarrasser de vos hémorroïdes. Avant d’avoir recours à l’un quelconque d’entre eux, discutez avec votre médecin de leurs avantages et inconvénients, et réfléchissez bien avant de prendre votre décision.

L'une de mes méthodes préventives favorites est l’utilisation de rutine, un bioflavonoïde et composé polyphénolique, qui est un dérivé plus puissant de la quercétine. Elle permet de cicatriser les hémorroïdes naturellement en stabilisant et en resserrant les parois des vaisseaux sanguins.

La ligature élastique — Cette méthode est pratiquée au cabinet du médecin pour traiter les hémorroïdes internes qui s’extériorisent ou saignent. Cette procédure consiste à placer un élastique à la base de l’hémorroïde, ce qui bloque la circulation sanguine.

Au bout d'une semaine, la zone ligaturée dessèche et se détache, laissant apparaitre une cicatrice.

Si cette procédure présente le plus faible risque de récurrence, elle ne convient pas aux personnes qui sont sous traitement anticoagulant, ou qui présentent un trouble de la coagulation.

Elle peut également entraîner une augmentation des saignements, provoquer des douleurs ou la formation de caillots, ainsi que des infections. Si vous avez plusieurs hémorroïdes, la procédure devra être effectuée plusieurs fois.

Elle nécessite l’utilisation d'un équipement spécial, et le médecin surveillera votre état de santé ; vous ne devez en aucun cas essayer de pratiquer cette méthode chez vous.

La photocoagulation infrarouge — Cette méthode peut être employée pour traiter les petites hémorroïdes. Le médecin utilise un instrument qui émet une lumière infrarouge. La chaleur qu'il dégage provoque la formation de tissus cicatriciels, ce qui bloque l’afflux sanguin et réduit généralement l’hémorroïde.

Le traitement s’effectue sous anesthésie locale pour atténuer l’inconfort. Si vous présentez plusieurs hémorroïdes, plusieurs interventions peuvent être nécessaires. Il faut prévoir plusieurs jours de rétablissement, et veiller à éviter la constipation et les efforts de poussée, pour ne pas rouvrir la cicatrice.

La sclérothérapie — Cette méthode consiste à injecter une solution directement dans l’hémorroïde, ce qui provoque une réaction locale et permet à terme de la réduire.

C’est une méthode efficace et sûre pour les personnes qui souffrent de cirrhose et présentent des hémorroïdes qui saignent, et elle est dans ce cas préférable à la ligature.

En dépit du traitement, il est possible que les hémorroïdes se reforment après quelques années, et certains experts pensent qu'il est moins efficace que la ligature élastique.

Quand faut-il consulter un médecin

Dans la plupart des cas, vous pourrez soulager les symptômes des hémorroïdes chez vous, avec des remèdes ‘maison’.

Vous devez cependant consulter immédiatement un médecin si vous souffrez de fortes douleurs anales et de saignements, associés ou non à des douleurs abdominales, de diarrhée ou de fièvre.

Les hémorroïdes peuvent également évoluer au point de se thromboser. Elles sont alors poussées hors de l’anus et sont remplies de caillots sanguins. Ceci rend les activités quotidiennes extrêmement inconfortables.