Comment le sucre modifie la chimie de votre cerveau

Fait vérifié
sucre chimie cerveau

En bref -

  • Une consommation excessive de sucre sous-tend l'épidémie d'obésité en provoquant des envies addictives qui rappellent l'abus d'autres drogues
  • Des recherches sur le cerveau de porcs ayant accès à de l'eau sucrée pendant une heure par jour pendant 12 jours ont montré que le sucre réduisait la disponibilité des récepteurs opioïdes et dopaminergiques, ce qui indique une libération d'opioïdes et de dopamine
  • La disponibilité réduite des récepteurs est un signe de surstimulation. En effet, lorsque votre cerveau est surstimulé, il régule à la baisse les récepteurs afin de protéger votre cerveau contre des dommages. L'inconvénient de ce mécanisme de protection est que vous avez alors besoin d'une dose plus élevée de la substance pour obtenir la même réponse de plaisir, et c'est le mécanisme clé par lequel la dépendance se développe
  • La consommation quotidienne de sucre modifie également la mémoire spatiale et inhibe la neurogenèse dans l'hippocampe, une zone du cerveau impliquée dans les processus d'apprentissage et de mémoire
  • Les régimes riches en sucre modifient les neurones inhibiteurs du cortex préfrontal, où la prise de décision et le contrôle des impulsions sont centrés. Mis à part le contrôle modifié des impulsions et l'incapacité de retarder la gratification, cette modification peut également augmenter le risque de problèmes de santé mentale chez les enfants et les adolescents

Dr. Mercola

Si vous êtes comme la plupart des gens, vous consommez régulièrement des quantités de sucre malsaines. Même si vous n'êtes pas friand de bonbons, la plupart des aliments transformés vous fourniront une quantité excessive de sucres ajoutés.

Comme indiqué dans le reportage de BBC One, « La vérité sur le sucre », une portion de nouilles Pad Thai contient 9,5 cuillères à café de sucre et un paquet de poulet aigre-doux avec du riz en contient 12,5 cuillères à café, ce qui est plus qu'une canette de soda.

Une boîte de fèves au lard contient 6 cuillères à café de sucre, ce qui serait idéalement votre grand total pour la journée. Il est donc important de réaliser que ce ne sont pas seulement les gâteaux, les biscuits, les bonbons et les glaces qui sont sources de problèmes.

Même de nombreux aliments pour bébés contiennent des quantités choquantes de sucre, ce qui peut mettre votre enfant sur la voie de la dépendance au sucre à vie, avec les problèmes de santé qui en découlent. L'idée que le sucre crée une dépendance n'est pas nouvelle. Un certain nombre d'études ont montré qu'il agit vraiment comme d'autres substances addictives.

L'une des dernières études sur le potentiel addictif du sucre a été publiée dans le numéro de novembre 2019 de Scientific Reports, dans laquelle ils soulignent « qu'une consommation excessive de saccharose suscite un comportement addictif qui peut sous-tendre l'épidémie d'obésité. »

Le sucre modifie la chimie de votre cerveau

En utilisant l'imagerie TEP avec des bêta-opioïdes et des agonistes des récepteurs de la dopamine, les chercheurs ont pu montrer comment le saccharose affecte la chimie du cerveau chez les porcs miniatures. Les porcs miniatures ont été choisis car ils possèdent des régions corticales préfrontales et sous-corticales bien définies qui « permettent une traduction plus directe dans le cerveau humain ». Comme expliqué par les auteurs :

« Après 12 jours d'accès au saccharose, les PLND [potentiels de liaison non déplaçables] des deux traceurs avaient diminué de manière significative dans le striatum, le noyau accumbens, le thalamus, l'amygdale, le cortex cingulaire et le cortex préfrontal, conformément à la régulation à la baisse des densités de récepteur... La moindre disponibilité des récepteurs opioïdes et dopaminergiques peut expliquer le potentiel addictif associé à la consommation de saccharose. »

Une seule exposition au saccharose a entraîné une diminution de 14 % de la liaison du carfentanil (un agoniste des récepteurs bêta-opioïdes) dans le noyau accumbens et le cortex cingulaire, ce qui est compatible avec la libération d'opioïdes.

En termes plus simples, la consommation de sucre déclenche la libération d'opioïdes naturels et de dopamine dans votre cerveau, réduisant ainsi la disponibilité de ces récepteurs. La disponibilité réduite des récepteurs est un signe de surstimulation. En effet, lorsque votre cerveau est surstimulé, il régule à la baisse les récepteurs afin de protéger votre cerveau contre des dommages.

L'inconvénient de ce mécanisme de protection est que vous avez maintenant besoin d'une dose plus élevée de la substance pour obtenir la même réponse de plaisir, et c'est un mécanisme clé par lequel la dépendance se développe.

Le sucre affecte votre cerveau comme les autres drogues addictives

La figure 4 de l'étude dans Scientific Reports montre comment le potentiel de liaison du carfentanil a changé par rapport aux niveaux de base sur une période de 12 jours. La figure 6 montre l'évolution du raclopride, un antagoniste sélectif des récepteurs de la dopamine.

Figure 4 : analyse régionale du potentiel de liaison du carfentanil entre le niveau de référence et après 12 jours d'exposition à l'eau sucrée.

analyse régionale du potentiel de liaison du carfentanil

Figure 6 : analyse régionale du potentiel de liaison du raclopride entre le niveau de référence et après 12 jours d'exposition à l'eau sucrée.

analyse régionale du potentiel de liaison du raclopride

Selon les auteurs, « les résultats démontrent clairement que le saccharose affecte les mécanismes de récompense d'une manière similaire à celle de l'abus des drogues. » Dans la section de discussion du document, ils expliquent en outre :

« La consommation de saccharose en tant que substance agréable au goût est connue pour libérer de la DA [dopamine] et induire une dépendance chez les rongeurs, le saccharose étant encore plus agréable, dans certains contextes, que la cocaïne chez les rongeurs. Ainsi, les rongeurs travaillent plus intensément pour obtenir du saccharose que de la cocaïne, même en l'absence de privation alimentaire.

Cependant, les effets du saccharose sont régulés à la fois par le système homéostatique et par les circuits de récompense hédoniques qui peuvent servir de médiateur dans la distinction entre les aspects nutritionnels et hédoniques de l'action du saccharose.

Nous avons opté pour un horaire d'une heure par jour afin de promouvoir la « compulsion alimentaire »... Les études comportementales de l'apport alimentaire ciblent souvent les animaux à alimentation restreinte, mais la conception de l'étude ne reflète pas nécessairement les mêmes mécanismes neuronaux actifs dans l'obésité. Les porcs de la présente étude n'étaient pas soumis à des restrictions alimentaires et ont été nourris avec les quantités habituelles de leur alimentation normale en plus de l'accès au saccharose.

Les récepteurs opioïdes (RO) sont largement exprimés dans le cerveau, en particulier dans les structures connues pour moduler les processus alimentaires et de récompense. Il a été démontré que les RO jouent un rôle important dans les effets gratifiants et récidivants de la cocaïne... Des études antérieures ont montré que les aliments agréables au goût peuvent provoquer des sensations de plaisir en stimulant la libération d'opioïdes.

Après 12 jours d'accès au saccharose, nous avons observé une diminution de la liaison au carfentanil, ce qui a plusieurs explications possibles, y compris la libération endogène d'opioïdes et la liaison aux μRO [récepteurs bêta-opioïdes], l'internalisation des μRO à la suite d'une augmentation de la liaison aux opioïdes et d'une augmentation de l'activation du récepteur DA D2/3 conduisant à une désensibilisation hétérologue des μRO...

Dans une étude du comportement alimentaire aigu chez des hommes en bonne santé, l'alimentation a entraîné une libération d'opioïdes cérébraux endogènes robuste et généralisée, en présence et en l'absence d'hédonie, ce qui suggère que la libération d'opioïdes reflète des réponses métaboliques et homéostatiques, ainsi qu'hédoniques. »

Les autres modifications cérébrales déclenchées par un excès de sucre

D'autres recherches ont montré que la consommation quotidienne de sucre modifie la mémoire spatiale et inhibe la neurogenèse dans l'hippocampe, une zone cérébrale impliquée dans les processus d'apprentissage et de mémoire.

La recherche sur les rats a également montré qu'un régime riche en sucre a tendance à modifier les neurones inhibiteurs dans le cortex préfrontal, où la prise de décision et le contrôle des impulsions sont centrés. Mis à part le contrôle modifié des impulsions et l'incapacité de retarder la gratification, cette modification peut également augmenter le risque de problèmes de santé mentale chez les enfants et les adolescents. Comme indiqué dans une étude de 2015 :

« Nous avons constaté que les rats exposés au saccharose ne montraient pas de réponse adaptée au contexte... indiquant des modifications de la fonction du cortex préfrontal. Les rats exposés au saccharose ont également montré des déficits au cours d'une tâche liée à la mémoire de reconnaissance sur site, indiquant que la fonction préfrontale et hippocampique était modifiée.

L'analyse du cerveau a montré une réduction de l'expression des interneurones Gabaergiques immuno-réactifs à la parvalbumine dans l'hippocampe et le cortex préfrontal, indiquant que la consommation de saccharose pendant l'adolescence induisait une pathologie à long terme, ce qui pourrait étayer les déficits cognitifs observés.

Ces résultats suggèrent que la consommation de quantités élevées de boissons sucrées par les adolescents peut également altérer les fonctions neurocognitives affectant la prise de décision et la mémoire, les exposant potentiellement au risque de développer des troubles de santé mentale. »

L'élimination du sucre est une méthode rapide pour une meilleure santé

Inutile de dire qu'un régime riche en sucre aura également un impact sur votre santé avec des kilos en trop, et le rythme peut être remarquablement rapide. Comme indiqué dans le programme de la BBC, « La vérité sur le sucre » (hyperlien au début de cet article), boire trois tasses de thé ou de café par jour avec 2 cuillères à café de sucre ajouté à chaque tasse peut entraîner un gain de poids de 4,5 kilos (9,9 livres) en une seule année, à condition de ne pas augmenter votre activité physique pour brûler les calories supplémentaires.

Lorsque vous considérez que la plupart des personnes consomment cinq ou six fois plus de sucre ajouté chaque jour, il est facile de comprendre comment l'obésité est devenue plus la norme que l'exception.

L'Organisation mondiale de la santé recommande de limiter votre consommation quotidienne de sucre à 10 % de votre apport total, ou mieux encore, 5 %, ce qui équivaut à environ 6 cuillères à café ou 25 grammes, si vous souhaitez vraiment optimiser votre santé.

La bonne nouvelle est que la recherche montre que la réduction des sucres ajoutés depuis une moyenne de 27 % des calories quotidiennes à environ 10 % peut améliorer les biomarqueurs associés à la santé en aussi peu de temps que 10 jours et ce, même lorsque le nombre total de calories et le pourcentage de glucides restent les mêmes.

Bien que cela semble assez simple, cela peut être délicat si votre alimentation est principalement composée d'aliments transformés. Selon SugarScience.org, les sucres ajoutés se cachent dans 74 % des aliments transformés sous plus de 60 noms différents. Pour une liste complète, veuillez consulter la page « Cachés à la vue » de SugarScience.org.

Lorsque vous essayez d'éviter le sucre, vous devez tous les éviter, car ils ont tous des effets similaires, bien que le fructose transformé, comme le sirop de maïs à haute teneur en fructose, ait tendance à avoir les effets les plus néfastes sur la santé et c'est un moteur principal de l'obésité et du diabète.

Comment mettre un terme à votre dépendance au sucre

Si vous vous retrouvez aux prises avec des envies de sucre, le jeûne intermittent peut vous aider. Pour des résultats optimaux, vous souhaiterez remplacer les calories du sucre et des glucides non végétaux par des légumes et des graisses saines, car cela contribuera à réinitialiser le métabolisme de votre corps, lui permettant de brûler à nouveau efficacement les graisses comme carburant. Quand le sucre n'est plus nécessaire comme carburant principal et quand vos réserves de sucre sont faibles, votre corps en a moins envie.

Une autre technique utile, qui aborde la composante émotionnelle des envies de manger, implique les techniques de liberté émotionnelle (TLE). Si vous maintenez des pensées et des sentiments négatifs à votre sujet tout en essayant de prendre des mesures physiques pour améliorer votre santé et votre corps, il est peu probable que vous réussissiez.

Alors que les approches psychologiques traditionnelles peuvent parfois fonctionner, les TLE se sont avérées être une solution bien meilleure, sans parler de leur faible coût. Si vous sentez que vos émotions ou l'image de vous-même peuvent être votre pire ennemi quand il s'agit de modifier votre relation avec la nourriture, je vous recommande fortement de lire mon manuel des TLE gratuit et d'envisager d'essayer les TLE par vous-même.

Une version des TLE spécialement conçue pour lutter contre les envies de sucre s'appelle « Turbo Tapping ». Pour en savoir plus, veuillez consulter l'article publié dans The Epoch Times, « Turbo Tapping: How to Get Rid of Your Soda Addiction ».