Oubliez antibiotiques, stéroïdes et autres médicaments - débarrassez votre organisme des moisissures en les affamant

Moisissures

En bref -

  • Les maladies provoquées par l’exposition aux moisissures représentent un problème croissant, souvent méconnu du grand public.
  • La plupart des médecins généralistes ne sont pas formés pour traiter les intoxications aux moisissures, et leur approche se limite à prescrire des stéroïdes et de dangereux médicaments antifongiques.
  • La première chose à faire, pour traiter une intoxication aux moisissures et débarrasser votre organisme des champignons, est de les affamer en adoptant une alimentation antifongique.
Taille du texte:

Dr. Mercola

Les maladies provoquées par l’exposition aux moisissures représentent un problème croissant, souvent méconnu du grand public, et de la plupart des médecins généralistes.

Les experts en santé environnementale rencontrent de plus en plus d'individus qui présentent une multitude complexe de symptômes directement liés à une exposition aux moisissures.

Un nouveau terme a par conséquent été proposé pour décrire ce syndrome à facettes multiples : « Mixed Mold Toxicosis » (Intoxication Mixte aux Moisissures).

Des informations précises peuvent accélérer votre guérison

Il n’existe malheureusement pas de formule spécifique pour recouvrer une parfaite santé si vous avez été affecté par des moisissures ou leurs toxines.

Il n’existe pas d’ensemble d'interventions donné, qui puisse être efficace pour tous. Le traitement dépend de nombreux facteurs - du type de moisissures auxquelles vous avez été exposé, de la durée de l’exposition, de votre santé globale, de vos traitements, allergies, de vos gènes, et d’une multitude d'autres éléments.

La meilleure chose à faire est de vous adresser à un médecin bien informé, et expérimenté en médecine environnementale. Vous pourrez élaborer ensemble un traitement approprié, basé sur votre situation et physiologie personnelle.

Ceci étant dit, il y a beaucoup à apprendre des responsables de vos problèmes. En vous armant des bonnes ressources et des meilleures informations, vous vous éviterez bien des « tâtonnements » chronophages sur la voie de votre guérison.

Le livre Mold: The War Within,(‘Moisissures : La Guerre Interne’) de Kurt et Lee Ann Billings, est une excellente source d'informations. Les auteurs ont appris à connaitre, à leurs dépens, les effets nocifs des moisissures sur la santé - ainsi que le niveau d'ignorance de l’ensemble de la profession médicale à propos de ces effets.

Les médecins dégainent trop rapidement leur carnet d’ordonnances

Au tout début de leur chemin vers la guérison, Kurt et Lee-Ann Billings ont consulté de nombreux médecins ; certains ne croyaient pas que les moisissures étaient responsables de leurs maux, et d'autres proposaient des traitements qui ressemblaient à des coups d’épée dans l’eau.

Lorsqu’ils ont finalement trouvé des médecins qui admettaient que leurs problèmes étaient liés à une intoxication aux moisissures, ils n'ont pas été d'un grand secours, et n’ont fait que leur prescrire de dangereux antifongiques et d’autres médicaments qui n’ont absolument pas contribué à leur guérison.

Il leur a fallu des années pour trouver une aide efficace. Je pense que l’expérience de la famille Billings n’est sans doute pas un cas unique, car la plupart des médecins ne sont pas suffisamment formés au traitement des maladies provoquées par des moisissures.

Bien trop souvent, ils prescrivent des médicaments qui ne traitent pas le problème sous-jacent et entrainent des effets secondaires qui nuisent encore davantage à votre système immunitaire, et donc à la capacité naturelle de votre organisme à s'auto-guérir.

Voici, à titre d’exemple, quatre des approches médicamenteuses courantes utilisées pour traiter les infections fongiques (dont font partie les moisissures) : les corticostéroïdes par voie nasale, les antibiotiques, les antidépresseurs et les médicaments antifongiques.

Inhalateurs de stéroïdes et cortisone

Les inhalateurs de stéroïdes sont aujourd'hui très couramment prescrits pour soigner la sinusite chronique. Les patients sont souvent soulagés de leurs symptômes de façon temporaire, et pensent donc que ce traitement fonctionne - du moins au départ.

Les stéroïdes peuvent diminuer temporairement l’inflammation, ce qui peut vous soulager un peu, pendant une brève période. Toutefois, les stéroïdes inhibent votre réponse immunitaire. Une réponse immunitaire affaiblie favorise l’infection, ce qui perpétue le problème sous-jacent.

Le fait que les stéroïdes inhibent le système immunitaire n’est pas un secret. Il suffit de lire les indications figurant sur les emballages de n’importe quel médicament stéroïdien, ou la notice d'information des patients - elles vous avertissent que l’exposition à des agents pathogènes tels que la varicelle ou la rougeole, au cours du traitement, peut entrainer de graves complications, voire le décès, dues à l’immunosuppression.

Doris Rapp, spécialiste de médecine environnementale et pédiatre allergologue, explique que la cortisone (un médicament stéroïdien) tend à favoriser la propagation d’infections qui seraient en principe confinées dans une certaine partie de votre corps. Le Dr. Rapp craint que cela puisse avoir de graves conséquences pour les enfants asthmatiques.

Graves abus d'antibiotiques

Les antibiotiques créent un environnement intestinal favorable aux champignons. En même temps qu’ils tuent les bactéries nocives, ils tuent vos bonnes bactéries et champignons qui tiennent habituellement les champignons pathogènes en respect. Sans ces bonnes bactéries, les champignons tels que les moisissures peuvent se développer librement.

Les antibiotiques (le type qui cible les bactéries) ne tuent pas les moisissures présentes dans les cavités sinusales. Si plus de 90 % des infections des voies respiratoires supérieures sont fongiques, et que les médecins les traitent avec des antibiotiques, cela signifie donc qu’un nombre considérable d'infections est manifestement mal traité.

Ajoutez à cela un inhalateur de stéroïdes qui supprime votre réponse immunitaire, et vous avez la recette parfaite d'une infection fongique qui peut se propager dans tout votre organisme, éventuellement évoluer en intoxication mixte, et vous rendre TRÈS malade.

Les antidépresseurs : ‘Tout est dans la tête’

Les toxines fongiques peuvent affecter votre cerveau, et altérer par ce biais votre état émotionnel. L'intoxication aux moisissures donne souvent lieu à des symptômes neurologiques.

Ce phénomène, associé au fait que l’exposition aux moisissures est souvent liée à des désastres environnementaux psychologiquement traumatisants, tels que des ouragans ou des inondations, contribue à donner un tableau clinique complexe qui peut s'apparenter à première vue, pour un médecin mal informé, à une dépression, de l’anxiété, ou à un trouble du stress post-traumatique (TSPT).

Il n’est donc pas rare que des personnes souffrant de problèmes de santé chroniques liés aux moisissures se voient prescrire des antidépresseurs, comme si le problème était « dans leur tête » et n'avait aucune origine physiologique.

Si vos symptômes psychologiques sont provoqués par une exposition fongique ou une exposition à des agents chimiques, un anti-dépresseur n’aura AUCUN EFFET sur les toxines à l’origine de vos symptômes psychologiques, et encore moins sur vos symptômes physiques !

En dehors du fait qu’ils ne traitent pas la cause sous-jacente, les antidépresseurs peuvent faire plus de mal que de bien et entrainer une multitude d’effets secondaires graves.

Médicaments antifongiques … dites adieu à votre foie

L’ensemble des médicaments de type antifongique sont très toxiques, en particulier pour le foie. Le Lamisil, par exemple (terbinafine), utilisé pour traiter les mycoses des ongles de pieds, est si toxique que son fabricant, Novartis, avertit dans la notice du produit qu’il a provoqué des insuffisances hépatiques, des greffes du foie et des décès.

Le Lamisil peut également provoquer une perte du goût ou de l’odorat, une dépression, une baisse du nombre de cellules sanguines et le développement d'un lupus érythémateux (une maladie auto-immune). Il est néanmoins couramment prescrit pour traiter les mycoses des ongles de pieds, car il se concentre dans les tissus de l’ongle.

La Nystatine est un autre antimycosique utilisé aussi bien par voie orale qu’en application topique pour traiter les surproliférations de Candida. La Nystatine est toutefois mal absorbée par le tractus gastrointestinal et n’est pas conçue pour traiter les infections liées à des moisissures ni les infections fongiques systémiques.

La raison pour laquelle la plupart des médicaments antifongiques sont si toxiques est liée à la similarité entre les membranes cellulaires de votre corps et les membranes cellulaires fongiques.

Les antifongiques attaquent les membranes cellulaires des champignons, mais ils endommagent en même temps les membranes cellulaires humaines. Ces médicaments sont parmi les plus dangereux du marché, et il vaut mieux les éviter.

Les médicaments ne sont clairement pas la solution vers laquelle vous tourner, si vous avez été intoxiqué par des moisissures.

Couper les vivres aux champignons

Je ne suis pas surpris que Kurt et Lee Ann Billings aient découvert que la mesure la plus efficace pour leur guérison serait une modification radicale de leur alimentation.

Ils en ont éliminé tous les aliments qui favorisent le développement des champignons - c’est-à-dire les sucres, les céréales et les aliments à base de céréales, et les glucides simples. En éliminant le lait, le pain, les crackers, les pâtes, les céréales, presque tous les fruits et tout ce qui est à base de farine blanche raffinée, ils ont littéralement AFFAMÉ les moisissures pour les éliminer de leur organisme.

Il n’y a là rien de nouveau. On encourage une alimentation pauvre en sucres pour lutter contre la surprolifération du Candida (régime anti-levures, régime ‘anti-Candida’, etc.), or les moisissures se développent dans les mêmes conditions que les levures.

Il est donc parfaitement logique que les personnes atteintes d'une infection fongique parviennent à recouvrer la santé en coupant les vivres aux champignons.

Les 10 aliments à éviter en priorité si vous avez une sensibilité aux moisissures

Il existe différents types d'aliments, susceptibles d’être contaminés par des moisissures, qu'il vaut mieux éviter si vous y présentez une sensibilité :

1. Les boissons alcoolisées : l'alcool est une mycotoxine produite par les Saccharomyces (levure de bière), et contient souvent d'autres mycotoxines provenant de fruits et de céréales contenant des moisissures

2. Le blé et tous les produits à base de blé

3. Le seigle

4. Les cacahuètes : elles sont souvent contaminées par des douzaines de types de moisissures, dont l'aflatoxine, qui est cancérogène

5. Les graines de cotonnier et l’huile de coton

6. Le maïs : il est universellement contaminé par de nombreuses toxines fongiques

7. L'orge

8. Le sorgo : il entre dans la composition de nombreux produits céréaliers et de boissons alcoolisées

9. Le sucre provenant de la canne à sucre et de la betterave sucrière

10. Les fromages à pâte dure

La fabrication des produits alimentaires implique souvent l’utilisation de composants fongiques qui ne sont pas nécessairement indiqués sur les emballages. Prenez le cas de la sauce soja. La véritable sauce soja est fermentée par un champignon, qui lui donne sa saveur particulière.

Si votre système immunitaire est excessivement réactif et sensibilisé, un produit comme celui-ci peut provoquer une récurrence de maladie, car votre organisme le perçoit comme un envahisseur, et vous retombez alors dans un cycle anticorps-antigène, à l’origine des symptômes.

Les Billings ont écrit qu’ils avaient également eu des réactions négatives au vinaigre, aux haricots, et aux produits en conserve à base de tomates.

En bref, en favorisant au maximum une alimentation à base de légumes frais biologiques, de viandes maigres bio, et d’eau pure, au cours de votre convalescence, vous minimisez vos risques d’exposition et de réaction aux moisissures.

Il est donc sage d'éviter de prendre des repas en dehors de chez vous, puisque vous ne pouvez pas contrôler ce qui se trouve dans votre assiette à moins de l'avoir préparé vous-même.

Les jus de légumes peuvent accélérer votre guérison. Ils aident à alcaliniser votre organisme, et la plupart des champignons ne peuvent pas se développer dans un environnement alcalin. Les jus sont très rapidement assimilés par votre organisme et demandent très peu d’effort ou d’énergie à votre système digestif.

Les probiotiques : le pire cauchemar des moisissures

Le supplément le plus important, sans doute, pour guérir d'une maladie provoquée par des moisissures, est un supplément de bons probiotiques.

Votre tractus gastrointestinal est votre première ligne de défense contre les moisissures et leurs toxines, et il est essentiel que votre tractus GI soit peuplé de bonnes bactéries pour que votre système immunitaire fonctionne de façon optimale. Les probiotiques contribuent à repeupler votre tractus GI avec ces bonnes bactéries.

Les « bonnes » bactéries aident à tenir les « mauvaises » bactéries (et d'autres organismes tels que les moisissures et les levures) en respect.

En l’absence d'une microflore adéquate, les champignons et leurs toxines peuvent traverser les parois de vos intestins et pénétrer dans le sang. Lorsque vos intestins sont intoxiqués, le reste de votre organisme ne tarde pas à l’être également.

Lorsqu'il détecte cette intoxication, votre système immunitaire réagit et essaye désespérément de surmonter ce qu’il perçoit comme une attaque, ce qui provoque une inflammation systémique.

Lorsque votre sang regorge de toxines, par ailleurs, les organes dont le rôle est de le nettoyer (le foie, les reins, la peau et la lymphe) sont surchargés et des problèmes de santé multi-systémiques peuvent survenir - c’est ce qui arrive très souvent en cas d'intoxication aux moisissures.

Votre système immunitaire produit des anticorps contre les moisissures (les antigènes). Si la surcharge est suffisamment importante, vous risquez de souffrir d'une « maladie sérique », comparable à une grippe grave et permanente.

Il est important de garder à l’esprit que l’unique catalyseur de la maladie est une flore intestinale déséquilibrée. C’est pourquoi il est SI important de veiller à votre santé gastro-intestinale, et un probiotique de bonne qualité est, de ce point de vue, d’une aide inestimable. Je n’insisterai jamais assez sur ce point.

Les quatre ‘ingrédients magiques’ de Kurt et Lee Ann Billings

Dans leur quête de mesures efficaces, les Billings ont demandé conseil à de nombreux médecins, d'horizons divers, ont connu de nombreux « faux-départs », et essayé des thérapies qui n’ont finalement pas donné de résultats.

Si les détails de ces thérapies vous intéressent, vous pouvez lire leur livre, mais elles sont bien trop nombreuses pour les mentionner ici.

Ils ont fini par trouver les quatre « ingrédients magiques » suivants, auxquels ils attribuent l’accélération de leur guérison :

  1. L’ail : l'ail est un puissant agent antifongique, antibactérien, antiviral, stimulant du système immunitaire, et détoxifiant. Il contribue également à nettoyer les voies respiratoires. L'ail cru, entier, est plus efficace qu’un supplément à base d'ail, car c’est la synergie de l'aliment entier qui le rend si cliniquement actif. Consommez les gousses entières, ou passez-les avec d’autres légumes dans votre extracteur de jus.
  2. Le gingembre : le gingembre est également antifongique et antibactérien. Il aide à décongestionner les voies respiratoires et facilite également grandement la digestion. Le gingembre est aussi excellent dans les jus de légumes.
  3. Le piment de Cayenne : le piment de Cayenne sert de catalyseur aux autres plantes.
  4. L’hydraste du Canada : l’hydraste du Canada, grâce à son composant actif, la berbérine, possède des propriétés antibactériennes et stimule le système immunitaire. Elle ne doit cependant pas être utilisée pendant des périodes prolongées.

Les Billings ont découvert que l'achillée avait également des propriétés thérapeutiques ; ils l’ont utilisée en application topique, en la faisant infuser dans l’eau de leur bain pour les soulager des éruptions, crises d'urticaire et autres irritations cutanées.