Le syndrome du salon de coiffure


Le syndrome du salon de coiffure

En bref -

  • La dissection d'une artère vertébrale, due à l’hyperextension du cou, également connue sous le nom de syndrome du salon de coiffure, peut survenir après un shampoing effectué chez le coiffeur
  • Lorsque votre cou est en hyperextension sur le bord d’un bac à shampoing, la pression et/ou les mouvements semblables au coup du lapin peuvent provoquer la rupture de l'artère vertébrale, qui alimente votre cerveau en sang
  • De nombreuses autres activités courantes, notamment le fait d’éternuer, de tousser, de vomir, de peindre un plafond ou de pratiquer le yoga, peuvent également provoquer ce trouble
Taille du texte:

Dr. Mercola

En 2013, Elizabeth Williams, maman californienne de deux enfants, a fait ce que vous avez sans doute fait vous-même très souvent, elle s’est rendue chez le coiffeur pour se faire laver et couper les cheveux. Plusieurs jours après, elle a commencé à ressentir d'étranges symptômes évocateurs d'un AVC, notamment une faiblesse du côté gauche du corps.

Les médecins ont fini par lui diagnostiquer une affection relativement rare, la dissection d’une artère cérébrale due à une hyperextension du cou, également connue sous le nom de syndrome du salon de coiffure.

La cause en a été attribuée à sa position en arrière sur le bac à shampoing, bien que l’on ne sache pas précisément si le trouble résultait uniquement de la position du cou, ou bien de sa combinaison avec un certain mouvement de la tête provoqué par le coiffeur.

Elizabeth Williams, qui a par la suite porté plainte contre le salon, a mené une enquête informelle auprès des coiffeurs de ses amies et s’est rendue compte que 80% d’entre eux connaissaient le risque qu'un shampoing puisse provoquer un AVC.

Qu’est-ce qui provoque le syndrome du salon de coiffure ?

Lorsque votre cou est en hyperextension sur le bord d’un bac à shampoing, la pression et/ou les mouvements semblables au coup du lapin peuvent provoquer la rupture de l'artère vertébrale, qui alimente votre cerveau en sang. Le Dr. Steven R. Zeiler, directeur des recherches sur l’AVC à John Hopkins, a indiqué à BuzzFeed :

« Lorsque l’une de ces artères cervicales est endommagée d’une façon ou d'une autre, vous pouvez avoir ce qu’on appelle une dissection, c’est-à-dire l’endommagement de l’intérieur du vaisseau sanguin, ce qui entraîne une circulation anormale et la formation de caillots, puis ces caillots peuvent remonter jusqu'au cerveau et provoquer un AVC. »

Bien que cela soit très rare, même en tenant compte de toutes les causes potentielles, vous faire laver les cheveux n’est pas le seul geste qui puisse provoquer cela - loin s’en faut.

Au cours d'une conversation avec The Atlantic, le Dr. Richard Bernstein, directeur médical du Comprehensive Stroke Center à l’hôpital Northwestern Memorial de Chicago, a expliqué que le phénomène peut se produire suite à un simple étirement, un éternuement, ou même en prenant une mauvaise position pour se lever le matin, ajoutant « C’est tellement rare que s’en préoccuper est une perte de temps. Le risque que cela arrive est minime, et il n’y a vraiment rien que vous puissiez faire pour le prévenir ».

Autres cas confirmés de syndromes du salon de coiffure

Le syndrome du salon de coiffure n’est pas inconnu de la littérature médicale, et certaines études contestent même la soi-disant rareté du phénomène.

Dans l’International Journal of Stroke, par exemple, une étude de 2016 a établi que des évènements cérébrovasculaires ischémiques liés au coiffeur « arrivent fréquemment chez des femmes sans prédilection pour la circulation postérieure. »

Les chercheurs ont noté que, bien que certains cas puissent être le fruit du hasard, dans d'autres cas les visites chez le coiffeur peuvent avoir un rôle causal.

Une étude de cas de 2006 fait également état d'une femme de 63 ans ayant développé des vertiges soudains, des nausées et des vomissements alors qu’on lui faisait un shampoing dans un salon de coiffure. On lui a diagnostiqué un syndrome du salon de coiffure, et les chercheurs ont souligné ce qui suit :

« Pris ensemble, l’hyperextension et le fait de pencher la tête en arrière dans un bac à shampoing peuvent être considérés comme un facteur de risque d’ischémie de la circulation postérieure. Cela se produit sans doute plus souvent qu’on ne le pense... »

Un exemple typique : En décembre 2016, un habitant du Royaume Uni a reçu un dédommagement de plus de 100.000 dollars de la part d'un salon de coiffure, après avoir subi un AVC deux jours après avoir fait un shampoing. Le Daily Mail a également fait état d'une femme britannique ayant subi un AVC en 2000, après s’être fait faire un shampoing dans un salon de coiffure.

Un support cervical réduit les vertiges et autres symptômes pendant le shampoing

Une autre étude, publiée en 2002, a examiné les symptômes liés au syndrome du salon de coiffure parmi 25 volontaires, qui avaient auparavant fait part de vertiges ressentis au cours de shampoings réalisés dans des salons de coiffure.

Parmi ces personnes, on a noté des vertiges significatifs, des douleurs dans le cou et une modification du flux sanguin dans la carotide lorsqu’ils penchaient la tête dans un bac à shampoing, mais les symptômes étaient nettement réduits par l’utilisation d'un support cervical supplémentaire.

« Les personnes ayant déjà ressenti de tels symptômes devraient probablement se méfier des shampoings réalisés dans les bacs des salons de coiffure », ont conclu les chercheurs.

Une autre étude encore, réalisée en 2000, a associé la position du cou en hyperextension, pendant les shampoings réalisés en salon, à l’insuffisance cérébro-vasculaire et a recommandé que « le public soit informé du fait qu’il faut éviter cette position lorsqu’on fait un shampoing dans un salon de coiffure. »

Bien que le risque d’accident au cours d’un shampoing dans un salon soit généralement minime, si vous avez déjà ressenti des vertiges ou d'autres symptômes en vous faisant faire un shampoing, il peut être prudent de préférer vous laver les cheveux chez vous.

À tout le moins, certaines personnes suggèrent qu’il peut être utile d’ajouter une épaisseur de serviettes pour soutenir le cou et réduire l’hyperextension.

Faire une manucure comporte-t-il des risques ?

Le shampoing n’est pas le seul soin potentiellement risqué dans un salon de beauté, en particulier si vous décidez de demander une manucure. Les soins des ongles en institut sont très populaires aux États-Unis, et ont représenté 8,54 milliards de dollars de dépenses en 2014.

Les émanations dégagées par les produits de soin pour les ongles (et autres produits de beauté) sont un problème, en particulier pour les employés des instituts ; toutefois, les traitements des ongles eux-mêmes peuvent aussi endommager vos ongles ou provoquer des infections.

Dans un article publié dans le Journal of Clinical and Aesthetic Dermatology, les chercheurs ont identifié des troubles des ongles provoqués par des produits cosmétiques, via des processus sensés les embellir. Nombre de ces produits peuvent au contraire donner un triste aspect aux ongles, en plus d'autres risques.

« Les risques connus de la manucure traditionnelle comprennent les infections liées à la procédure (bactériennes, fongiques, mycobactériennes et virales, notamment par les virus papillome humain et herpès simplex).

Des instruments mal stérilisés, tels que coupe-ongles, lames, limes, fraises électriques et pédiluves, peuvent héberger et favoriser le développement de micro-organismes.

Des micro et macro-traumatismes peuvent être provoqués par le nettoyage, le limage et la coupe des cuticules, permettant l’infiltration de micro-organismes.

Certains produits, comme le vernis et le fortifiant à ongles, contiennent des substances chimiques qui peuvent agir comme des sensibilisants de contact lorsqu’ils sont appliqués accidentellement sur la peau péri-unguéale [la peau qui entoure l’ongle].

Les substances chimiques, y compris les acrylates, le formaldéhyde et la résine toluène sulfonamide formaldéhyde peuvent provoquer des dermites de contact et des paronychie chronique [une maladie inflammatoire des replis cutanés de l’ongle]. Les apprêts et dissolvants, qui sont composés majoritairement de solvants, peuvent assécher les ongles et les rendre cassants. »

Voici d'autres troubles, moins courants, qui peuvent être provoqués par un soin des ongles en institut :

  • L’infection mycobactérienne, qui peut être provoquée en particulier par l’utilisation d’un pédiluve de pédicure qui n’est pas correctement stérilisé ou entretenu, notamment par le renouvellement des filtres.
  • La neuropathie périphérique, un type de dommage du système nerveux qui est une complication rare provoquée par les ongles en acrylique, potentiellement due aux méthacrylates parfois utilisés dans les ongles artificiels.
  • L’amincissement, la faiblesse, la friabilité des ongles, la leuconychie (taches blanches) et l’onychoschisis (dédoublement des ongles), qui peuvent se produire lorsqu’on enlève le vernis à ongle.
  • Ongles usés ou surchargés, en raison du traumatisme mécanique qu'ils subissent lorsque les ongles en acrylique sont enlevés.
  • L’onycholyse traumatique, la séparation de la tablette unguéale du lit, très courante chez les personnes portant des ongles en acrylique.

Elle est provoquée par l'insertion d'objets effilés sous les ongles pour les nettoyer. D'après l’étude, « Ces patients ont généralement des ongles très longs, et l’adhésion de l’ongle acrylique à la tablette unguéale est plus forte que l’adhésion de la tablette au lit de l’ongle. »

Quelles sont les autres causes possibles de dissection d'artère vertébrale par suite de l’hyperextension du cou ?

Comme nous l’avons mentionné, se faire laver les cheveux en salon de coiffure est l’un des facteurs précipitants. Le Dr. Wouter I. Schievink, du Cedars-Sinai Neurological Institute de Los Angeles, a suggéré que chaque année, une à une personne et demie sur 100.000 pourrait souffrir de dissection artérielle spontanée par suite d'une hyperextension du cou, ce qui pourrait représenter jusqu’à un quart des AVC non hémorragiques chez les adultes jeunes et d’âge moyen.

En dehors du shampoing réalisé dans un salon de coiffure, les autres causes possibles sont les manipulations vertébrales par un chiropraticien, le port de charges lourdes ou même le fait de boire un verre d'alcool « cul-sec » (ce que l’on appelle une « dissection cul-sec », d'après le New-York Times).

Dans le cas des manipulations de chiropractie, on pense que jusqu'à un quart des personnes qui souffrent d'une dissection artérielle pourraient avoir un trouble ou un défaut sous-jacent qui les prédisposerait à la dissection, et la douleur associée à ce trouble pourrait être à l’origine de leur consultation d’un chiropraticien. D'après le Times :

« Un champion de natation a développé une dissection de la carotide pour avoir pratiqué le dos crawlé de façon intensive. Le Dr. Schievink a également établi une liste des évènements précipitants associés à l’hyperextension du cou, notamment ‘la pratique du yoga, peindre un plafond, tousser, vomir et éternuer’, ainsi que des procédures médicales telles que l’anesthésie ou la réanimation, et des causes traumatiques telles que des accidents de la route ou des blessures sportives.

… Il peut également y avoir un facteur infectieux dans certains cas, car l’occurrence des dissections des artères carotide et vertébrale sans cause apparente augmente en automne, la période pendant laquelle les infections respiratoires sont les plus courantes. »

Un article publié dans le Journal of Korean Neurosurgical Society suggère que de nombreux évènements associés à l’hyperextension ou à la rotation du cou pourraient entraîner une dissection artérielle. « De tels mouvements du cou, en particulier lorsqu’ils sont soudains, peuvent endommager l’artère en résultat d’un étirement mécanique », précisent les chercheurs. Les symptômes d'une dissection artérielle dépendent de l’artère qui est affectée et peuvent comprendre :

Une douleur sur le côté de la tête, du visage ou du cou

La paralysie d'un œil

Une douleur constante d’un côté de la tête

Une douleur derrière un œil

Une altération du goût

Des acouphènes

Une perte de vision

Une perte de connaissance brève

Devriez-vous éviter de vous faire laver les cheveux chez le coiffeur ?

Il existe de nombreuses causes possibles de dissection artérielle, il ne faut donc pas faire une fixation sur le shampoing réalisé chez le coiffeur comme étant un risque particulièrement sérieux. Ceci étant dit, si vous ressentez le moindre inconfort ou vertige lorsque vous êtes dans une position qui nécessite de tendre le cou ou de regarder en l'air pendant une période prolongée, ne le prenez pas à la légère, changez de position et demandez un avis médical si les symptômes persistent.

Si vous êtes inquiet, parlez-en à votre coiffeur et demandez-lui un soutien supplémentaire pour votre cou pendant le shampoing. Idéalement, le siège et le soutien du cou doivent être réglables, de façon à ce que ne soyez pas obligé de tendre le cou exagérément. Vous pouvez également éviter tout simplement l'opération et vous laver les cheveux chez vous. En conclusion, le risque de souffrir du syndrome du salon de coiffure est faible, mais il existe néanmoins.