Crise mondiale de l’eau : la menace gronde

Crise mondiale de l’eau et pollution

En bref -

  • La contamination des réserves d’eau de la planète a augmenté le coût du traitement de l’eau, ce qui rend les approvisionnements en eau potable de plus en plus difficiles.
  • Les exploitations agricoles situées dans des zones qui approvisionnent les villes voisines en eau, ainsi que le nombre important de personnes vivant au-dessus et autour de bassins versants souterrains, sont deux des principaux facteurs contribuant à la contamination de l’eau et aux coûts de traitement.
Taille du texte:

Dr. Mercola

L’eau pure et propre - en quantités suffisantes - est l’un des principaux piliers d'une santé optimale.

Malheureusement, l’eau du robinet est très souvent loin d’être pure, contenant de nombreux sous-produits de désinfection, du fluor, elle est également radioactive, contient des métaux lourds, des rejets agricoles, des produits pharmaceutiques et de l’acide perfluorooctanoïque (APFO), une substance chimique utilisée dans la fabrication du Téflon et de retardateurs de flamme.

Chaque année, dans le monde entier, des alertes sont lancées à propos d’eaux potables toxiques, pour des raisons qui varient d'une région à l’autre. L’empoisonnement de l’eau de Flint, dans le Michigan, a permis d'attirer utilement l’attention sur ce problème aux États-Unis, et a également révélé l’inertie politique et les mensonges éhontés qui se cachent derrière ces affaires.

Le problème de la pollution de l’eau au Brésil

D'après certains rapports, 30 % des conduites d’égouts de Rio de Janeiro sont à ciel ouvert, permettant aux eaux usées non traitées de ruisseler dans les rues et dans la baie de Guanabara.

La moitié seulement des eaux usées de la ville sont traitées avant d’être déversées dans les cours d’eau. Mais le Brésil n’est certainement pas le seul pays dans ce cas. La pollution de l’eau est un problème important dans le monde entier. La dégradation des infrastructures ne fait qu’aggraver un problème déjà compliqué.

L’eau potable salubre est de plus en plus difficile à obtenir

D'après une récente étude, la contamination des réserves d’eau de la planète a augmenté le coût du traitement de l’eau de 50 % dans certaines régions, ce qui rend l’approvisionnement en eau potable de tous les habitants de plus en plus difficile.

D'après les chercheurs, les exploitations agricoles situées dans des zones qui approvisionnent les villes voisines en eau, ainsi que le nombre important de personnes vivant au-dessus et autour de bassins versants souterrains, sont deux des principaux facteurs contribuant à la contamination de l’eau et à la hausse des coûts qu’elle entraine.

Dans certaines régions, les agriculteurs testent de nouvelles techniques de conservation pour éviter les ruissellements toxiques et protéger la qualité de l’eau. Ces stratégies comprennent l’aménagement de zones humides artificielles et de « bioréacteurs » souterrains, reliés à des systèmes de drainage, et destinés à capturer les nutriments.

D'autres commencent à utiliser des cultures de couverture et des techniques sans labour, pour limiter le ruissellement d’engrais et de pesticides. Le groupe « Mississippi River Basin Healthy Watersheds Initiative », dépense à lui seul 30 millions de dollars par an pour réduire la pollution agricole dans les bassins versants prioritaires.

Les lacs et les rivières des États-Unis sont gravement pollués

Bien qu’une partie de la pollution de l’eau soit invisible, dans certains cas, elle est évidente. Les eaux usées non traitées qui circulent dans Rio de Janeiro, par exemple, et ses plages couvertes de déchets, ne laissent aucune place au doute.

Les proliférations d'algues sont un autre signe de contamination de l’eau par des ruissellements agricoles : l’azote nourrit les micro-organismes qui se mettent à proliférer, l’eau s’épaissit alors et vire au rouge vif, au vert fluo, ou au brun boueux, et dégage une odeur nauséabonde.

Les micro-organismes épuisant l’oxygène de l’eau, et de nombreux poissons et autres organismes aquatiques s'asphyxient et meurent. Les bactéries représentent également un danger pour toute personne qui entre en contact avec l’eau contaminée.

Des questions ont été soulevées à propos du risque potentiel de consommer des fruits et légumes qui ont été irrigués avec une eau infestée d'algues.

Le lac Érié, dans l’Ohio, est une autre zone sensible affectée. Cette immense réserve d’eau douce est non seulement affectée par la prolifération d'algues, mais la contamination par les produits chimiques est si importante que le lac a déjà pris feu à plusieurs reprises. Le lac Buckeye et le Grand Lac St Marys, tous deux également situés dans l’Ohio, sont eux aussi sévèrement touchés.

Quatre comtés de Floride déclarent l’état d'urgence face à la prolifération d'algues

(En anglais)

Les algues toxiques envahissent également la Floride, ce qui a poussé quatre comtés à se déclarer en état d'urgence. Dans la vidéo du Palm Beach Post ci-dessus, filmée le 29 juin 2016, on voit un lamentin nager à travers l’épaisse couche d'algues vertes qui recouvre un canal à Stuart, en Floride.

Les algues qui recouvrent les canaux et les plages de Floride proviennent du Lac Okeechobee, le plus grand lac d’eau douce de Floride, dans lequel se déversent des ruissellements agricoles provenant d’élevages bovins, au nord, et de champs de canne à sucre, au sud. L’eau contaminée coule ensuite vers ses côtes est et ouest, via la rivière Caloosahatchee, et le canal Ste Lucie.

Aller à la plage en toute sécurité

Que faut-il faire pour minimiser les risques pour vous-même et votre famille, lorsque vous vous rendez au bord d'un lac ou à la plage ? Steve Fleischli, directeur du programme de l’eau du Natural Resources Defense Council (NRDC - Conseil de Défense des Ressources Naturelles), suggère de prendre les suivantes :

Vérifiez sur le site Internet de votre état et du département local de santé s'il est fait état d'une alerte sur la qualité de l’eau. Vous pouvez également consulter le « Swim Guide », qui diffuse des rapports sur la qualité de l’eau de 7.000 plages aux États-Unis et au Canada. Il existe même une application que vous pouvez télécharger sur votre smartphone. Qu’elle fasse ou non l’objet d'une mise en garde, évitez les plages qui ont déjà connu des problèmes de qualité de l’eau.

Lorsque vous arrivez à la plage, regardez s’il y est affiché un avertissement sur la qualité de l’eau.

Dans les zones urbaines, évitez de vous baigner après de fortes pluies. Attendez au moins un jour, ou mieux, deux ou trois jours.

Évitez les zones proches de canalisations, de fossés ou de caniveaux. Évitez également les criques qui donnent sur l’océan.

Les lagons ont tendance à être très risqués, en raison du manque de mouvement de l’eau. Si vous sentez la moindre mauvaise odeur, ou remarquez de la vase, quittez l’endroit.

Ne vous baignez pas si vous avez des coupures ou des plaies. Évitez également de mettre la tête sous l’eau, ce qui permettrait à l’eau de pénétrer dans vos yeux, votre nez ou votre bouche.

Lorsque vous pêchez, lavez et désinfectez soigneusement toute piqure ou égratignure que vous vous feriez. Évitez de toucher les appâts et le sceau à appâts sans gants.

Si vous développez un quelconque signe ou symptôme d'infection après être allé à la plage, tel que des rougeurs, de la fièvre, des vomissements, une diarrhée ou des douleurs abdominales, consultez un médecin.

La dégradation des infrastructures met votre santé gravement en péril

En plus de ces casse-tête sans cesse plus nombreux, le manque d'investissement dans les infrastructures pose également un problème. Les vieilles canalisations d’eau peuvent dégager du plomb et d'autres substances toxiques, entrainant des catastrophes.

L’empoisonnement qui a eu lieu à Flint, dans le Michigan, en est un des nombreux exemples. En août 2015, des scientifiques de l’Université Virginia Tech, dirigés par Marc Edwards, ont découvert que l’eau du robinet de Flint était contaminée au plomb, dans certains cas en quantités astronomiques.

Ils ont également découvert de nombreuses autres toxines, notamment un taux élevé de trihalométhanes - des produits cancérigènes dérivés du traitement de l’eau - et de dangereuses bactéries telles que E. coli et légionelles, ces dernières étant soupçonnées d'avoir provoquée une épidémie de légionellose. L’Illinois a également dû faire face à une épidémie de légionellose l'année dernière, provoquée par une contamination de l’eau potable.

Cinquante-trois résidents du foyer d'anciens combattants de Quincy - un établissement vieux de 129 ans - sont tombés malade, et 12 sont décédés, ce qui a entrainé l'installation d’une station de traitement des eaux et d'un nouveau réseau de distribution, d'un coût de 5 millions de dollars.

Malgré cela, un mois après les rénovations, deux nouveaux vétérans sont tombés malades. Les autorités enquêtent actuellement pour identifier la source de la nouvelle épidémie.

Marc Edwards a également tiré la sonnette d'alarme dès 2003, à propos de l’eau contaminée au plomb dans la ville de Washington D.C. Comme à Flint, le taux de plomb dans l’eau était par endroits assez élevé pour être classé dans la catégorie des déchets dangereux.

Pourtant, dans les deux cas, l’EPA (Agence américaine de Protection de l’environnement) a gardé les problèmes de contamination sous silence.

Les fermes industrielles sont parmi les pires pollueurs de la planète

Quelle triste ironie de constater que l'agriculture est devenue l’un des pires pollueurs de la planète, contaminant la terre, l’air et l'eau avec des polluants toxiques, le tout dans le cadre de la production alimentaire.

D'après un rapport de ‘Environment America’, la société Tyson Foods Inc. est le pire pollueur de cours d’eau aux États-Unis : elle aurait déversé 104,1 millions de livres de polluants toxiques dans les cours d’eau entre 2010 et 2014, ce qui la place en deuxième position, après une entreprise de produits métallurgiques.

En troisième place, le Département de la Défense des États-Unis, suivi par Cargill et une autre entreprise de produits métallurgiques. Sur les 15 premiers pollueurs de cette liste, six sont des entreprises du secteur alimentaire, qui côtoient certains des plus gros fabricants de produits chimiques au monde, notamment DuPont et BASF.

Des solutions existent. Les vieilles canalisations peuvent être remplacées, ce qui règlerait le problème de la contamination au plomb, mais pour traiter le problème de la contamination dans son ensemble, sans parler de l'appauvrissement des réserves aquifères d’eau douce, nous devons commencer par empêcher les contaminants d'arriver jusqu'à l’eau, et réduire notre consommation.

C’est la seule façon de traiter le problème de la baisse de qualité et de quantité d’eau, et cela nécessiterait des changements importants de la part de tous les secteurs industriels. Il suffirait de suffisamment de volonté - individuelle, ainsi que de la part des entreprises et des responsables politiques - pour mettre en place les changements nécessaires.

Comment protéger votre santé et encourager des changements sains

D’ici-là, vous avez tout intérêt à prendre des précautions pour protéger votre santé du mieux possible, ce qui nécessite d'évaluer la salubrité de votre eau et de veiller à ce qu’elle soit correctement filtrée.

Vous pouvez également encourager les changements positifs en achetant vos aliments chez des agriculteurs qui pratiquent l'agriculture régénératrice.

Souvenez-vous que chaque fois que vous achetez de la nourriture, vous votez pour un système. Soit vous encouragez le status-quo, qui détruit notre air, notre terre et notre eau, soit vous favorisez un système plus propre et plus durable.

Si nous agissons en masse, nous aurons plus d'impact sur la façon dont les produits sont cultivés et élevés. Si vous vivez aux États-Unis, les organismes suivants peuvent vous aider à trouver des produits biologiques, qui ne soient pas issus de l’élevage industriel :

EatWild.com

Le site EatWild.com propose des listes de fermiers certifiés bio, qui produisent des produits laitiers crus, ainsi que du bœuf nourri à l’herbe et des fruits et légumes bio. Vous y trouverez également des informations à propos des marchés fermiers locaux, des magasins et restaurants qui vendent des produits provenant d'animaux nourris à l’herbe.

Fondation Weston A. Price

La fondation Weston A. Price dispose d’antennes locales dans la plupart des états, et nombre d’entre elles sont en relation avec des coopératives de consommateurs, dans lesquelles vous trouverez des aliments bio, notamment des produits laitiers d'animaux nourris à l’herbe, comme du lait et du beurre.

Grassfed Exchange

Le site Grassfed Exchange propose une liste de producteurs à travers tout le pays, qui vendent de la viande bio et nourrie à l’herbe.

Local Harvest

Ce site vous aidera à trouver des marchés fermiers, des fermes familiales et d'autres sources d'aliments produits de façon durable dans votre région, dans lesquels vous pourrez acheter des fruits, des légumes, des viandes nourries à l’herbe et de nombreuses autres bonnes choses.

Farmers' Markets

Une liste nationale des marchés fermiers.

Eat Well Guide: Wholesome Food from Healthy Animals (Le guide du bien manger : des aliments sains provenant d'animaux sains)

Le ‘Eat Well Guide’ est un répertoire en ligne gratuit qui permet de trouver des viandes, volailles, produits laitiers et œufs produits de façon durable et vendus dans des fermes, des magasins, des restaurants, des hôtels, et dans des boutiques en ligne, aux États-Unis et au Canada.

Community Involved in Sustaining Agriculture (CISA - ‘Communauté impliquée dans l’agriculture durable’)

Le CISA se consacre à l'agriculture durable et à la promotion des produits de petites exploitations.

FoodRoutes

La carte proposée par le site FoodRoutes, « Find Good Food » (« Trouvez de bons aliments ») peut vous aider à trouver des fermiers locaux chez lesquels vous trouverez les aliments les plus frais et savoureux qui soient. Grâce à leur carte interactive, vous pouvez trouver une liste de fermiers locaux, de CSA (associations pour le maintien de l'agriculture paysanne), et de marchés près de chez vous.

L’institut Cornucopia

L’institut Cornucopia tient à jour des outils en ligne qui évaluent toutes les marques, certifiées bios, d’œufs, de produits laitiers, et autres, sur la base de leurs choix éthiques de fournisseurs, et de leurs pratiques authentiques d'agriculture, et qui distinguent la production « bio » provenant de CAFO des véritables pratiques biologiques.

RealMilk.com

Si vous ne savez pas où trouver du lait cru, consultez les sites Raw-Milk-Facts.com et RealMilk.com. Ils peuvent vous renseigner sur les lois en vigueur dans votre état, et vous fournir une liste de fermes qui produisent des produits laitiers crus dans votre région. Vous trouverez également de nombreuses informations sur le lait cru sur leur page « facts about real raw milkInformations à propos du véritable lait cru »).

Le Farm Consumer Legal Defense Fund (Fond de Défense Juridique des Consommateurs et Fermiers) propose également un recensement des lois sur le lait cru, classées par état. Les habitants de Californie pourront trouver des vendeurs de lait cru en consultant le site suivant, qui répertorie les magasins : www.OrganicPastures.com.