Comment les exercices de haute intensité peuvent considérablement réduire votre risque de cécité

L’exercice réduit la cécité

En bref -

  • S’il est inévitable de vieillir, perdre la vue ne l’est pas, car votre vue dépend en grande partie de votre hygiène de vie, et non de votre âge chronologique
  • Le risque de glaucome, l’une des causes les plus fréquentes de cécité chez les adultes, peut être réduit jusqu'à 73 % en pratiquant une activité physique quotidienne modérée à vigoureuse, telle que définie par les paramètres d'une étude
Taille du texte:

Dr. Mercola

S'il est inévitable de vieillir, certaines maladies, souvent considérées comme étant liées à l’âge, ne le sont pas nécessairement.

L’un des problèmes auxquels les personnes s'attendent souvent en vieillissant, est d'avoir la vue qui baisse. Pourtant, contrairement à ce que l’on pense généralement, la vue dépend en grande partie de l’hygiène de vie, et non de l’âge chronologique.

Les raisons les plus fréquentes de baisse de la vue lorsque l’on vieillit sont la cataracte, et la rétinopathie diabétique, tandis que la dégénérescence maculaire et le glaucome sont deux des principales causes de cécité.

À la suite d'une enquête menée par l’Université John Hopkins, les scientifiques ont découvert que près de la moitié des américains considèrent la perte de la vue comme le « pire » des problèmes de santé dont une personne puisse souffrir. Les personnes craignaient plus l’idée de perdre la vue que de contracter le VIH/SIDA, de devenir sourd ou de perdre un membre.

Plusieurs mesures de bon sens peuvent contribuer à protéger votre vue, notamment arrêter de fumer, normaliser votre glycémie et réduire ou stopper votre consommation d'aspartame et d'acides gras trans artificiels.

Le soutien nutritionnel agit sur les yeux, mais une récente recherche a démontré que la pratique d'une activité physique modérée à vigoureuse peut également réduire jusqu'à 73 % votre risque de glaucome.

La structure et la fonction de vos yeux

Vos yeux sont des globes complexes, qui convertissent la lumière en couleurs et en formes que votre cerveau interprète sous forme d’images. Chaque œil ajuste en permanence la quantité de lumière qu'il laisse pénétrer, fait la mise au point sur les objets proches et éloignés, et transmet les informations presque instantanément à votre cerveau.

L’œil est composé de nombreuses structures différentes, qui assurent la fonction visuelle.

La première étape de la vision est le passage de la lumière au travers de la cornée, cette surface transparente en forme de dôme qui couvre le devant de l’œil.

Votre cornée est chargée de courber les rayons de lumière afin qu’ils atteignent la rétine, tandis que votre iris, la partie colorée de votre œil, régule la taille de la pupille, déterminant ainsi la quantité de lumière qui y pénètre. Juste derrière la pupille se trouve le cristallin, un corps transparent qui complète la focalisation de la lumière sur la rétine.

Votre rétine, située à l'arrière de l’œil, est recouverte d'un fin tissu photosensible composé de cellules photoréceptrices qui convertissent la lumière en signaux électriques.

Ces signaux partent de la rétine et passent par le nerf optique pour arriver directement dans le cortex visuel de votre cerveau, où ils sont traités et interprétés en couleurs, formes, mouvements et reliefs.

Votre nerf optique est semblable à un câble à fibre optique, et contient environ 1 million de fibres nerveuses qui transmettent ces informations. Votre vue peut être affectée à tout stade de ce processus.

Les personnes daltoniennes, par exemple, présentent un plus petit nombre de photorécepteurs dans certains champs de couleurs spécifiques, et leur cerveau est donc incapable d'interpréter correctement les couleurs à partir des signaux électriques, dont certains sont manquants.

Chez les personnes myopes, c’est un défaut de réfraction du cristallin qui est en cause. En d'autres termes, le cristallin ne courbe pas les rayons de lumière de façon à ce que l'image se forme sur la rétine, mais les courbe ou réfracte la lumière de telle sorte que l’image se forme devant la rétine.

La conséquence est que vous voyez les objets proches de vous de façon nette, mais ceux qui sont éloignés vous apparaissent flous.

L’exercice réduit le risque de glaucome

Une équipe de chercheurs de l’université de Californie a utilisé les données d'une enquête menée à l’échelle nationale dans le cadre du National Health and Nutrition Examination Survey (NHANES - programme d’enquêtes nationales sur la santé et la nutrition) pour comparer le risque de glaucome des personnes les moins actives à celui des personnes les plus actives.

Le NHANES est une vaste étude qui suit l'évolution de la santé et de l'alimentation des adultes depuis 1960, et est unique en ce sens que les participants subissent également des examens de santé ainsi que des interrogatoires réguliers.

On pensait depuis de nombreuses années que l’hygiène de vie n’affectait pas la pression intra-oculaire, mais une étude a récemment démontré que l’exercice influe sur le flux sanguin vers l’œil, ainsi que sur la pression intra-oculaire.

Le Dr. Victoria Tseng, auteure principale de l’étude, et ses confrères, ont utilisé les données du NHANES pour analyser les différences de risque en fonction de l’intensité de l’exercice.

Jusqu’en 2003, l’étude utilisait les données auto-rapportées pour déterminer le niveau d'activité, mais depuis cette date, les participants utilisent un dispositif portable qui mesure leur activité physique.

En utilisant les données de ces dispositifs, le Dr. Tseng a défini le niveau d'activité sur la base du nombre de pas réalisés en une minute, et de la vitesse de marche. Il a été estimé que faire 7.000 pas par jour équivalait à pratiquer 30 minutes d’exercice modéré, cinq fois par semaine.

Le Dr. Tseng et ses confrères ont découvert que les participants les plus actifs, pratiquant une activité modérée à vigoureuse, d'après les paramètres définis par l’étude, voyaient leur risque de souffrir d'un glaucome réduit de 73 %.

Les résultats de l’étude ont été présentés lors de la 121ème réunion annuelle de l’Académie Américaine d’Ophtalmologie (AAO), qui s’est tenue à la Nouvelle Orléans.

Qu’est-ce que le glaucome ?

La recherche a montré que l’exercice réduit la pression intra-oculaire, le principal symptôme du glaucome, qui provoque des dommages et, à terme, la cécité.

La maladie se caractérise par l'accumulation de fluide dans l’œil, et l’augmentation de la pression intra-oculaire, ce qui endommage le nerf optique. Dans un œil sain, un liquide clair, l’humeur aqueuse, circule dans la chambre antérieure de l’œil, entre l’iris et la cornée.

Ce liquide est sécrété continuellement en petite quantité, et circule dans cette chambre. Afin que la pression reste constante, la même quantité de liquide est évacuée de cette zone à travers deux structures.

Le réseau trabéculaire draine jusqu'à 85 % de l’humeur aqueuse, et joue un rôle essentiel dans la modulation de la quantité de fluide qui est drainé ou maintenu à l’intérieur de la chambre antérieure de l’œil.

Des changements physiques, ou une altération des voies de signalisation dans le réseau trabéculaire, peuvent déclencher une augmentation de la pression dans la partie antérieure de l’œil, ce qui entraine ensuite une pression sur la chambre postérieure, et à terme, sur le nerf optique.

Les cellules du réseau trabéculaire font et préservent sa structure, offrant une résistance naturelle à l’écoulement de l’humeur aqueuse. Il a été prouvé que ce processus est endommagé chez les personnes atteintes d'un glaucome primitif à angle ouvert, un type de glaucome qui représente 90 % des cas.

Le terme ‘à angle ouvert’ signifie que l'angle situé entre l’iris et la cornée est normalement large et grand ouvert. Dans ce type de glaucome, les dommages progressent lentement, et ils n'apparaissent, tout comme les symptômes, que lorsque vous commencez à perdre la vue.

Pour détecter ce type de glaucome de façon précoce, il est nécessaire de faire mesurer votre pression oculaire régulièrement par un professionnel qualifié.

Le glaucome aigu par fermeture de l’angle, ou glaucome à angle fermé, est beaucoup moins courant, apparaît de façon brutale, et nécessite une intervention médicale immédiate.

Il est provoqué par l’obstruction de l’évacuation de l’humeur aqueuse, ce qui entraine une augmentation rapide de la pression intra-oculaire. Les symptômes sont bruyants et nécessitent une intervention immédiate, afin d’éviter une cécité irréversible.

Quels sont vos risques ?

Plusieurs facteurs augmentent votre risque de développer un glaucome. D'après l’AAO, voici certains de ces facteurs :

L'âge

Votre risque augmente à partir de 40 ans si vous êtes Afro-Américain, et à partir de 60 ans pour les autres groupes.

L’état de santé

Si vous avez des antécédents d'affections oculaires, que vous êtes myope ou hypermétrope, cela augmente votre risque de développer un glaucome. D'autres problèmes médicaux peuvent également augmenter ce risque, notamment le diabète, l’hypertension artérielle et les maladies cardiaques. La prise prolongée de corticoïdes pour traiter d'autres troubles peut également être un facteur.

Le kératocône

Il s’agit de l’amincissement progressif de la cornée, qui touche environ 1 personne sur 2000. C’est un trouble qui se manifeste généralement vers l’âge de 20 ans. Bien que la cause en soit inconnue, les chercheurs pensent qu’il peut être déclenché par une prédisposition génétique ainsi que par des influences environnementales. À mesure que la cornée s’amincit, la chambre antérieure de l’œil se déforme, ce qui accroit le risque d'augmentation de la pression.

La dégénérescence du nerf optique

Également appelée atrophie du nerf optique, cette maladie provoque un glaucome en affectant directement l’état du nerf optique. La dégénérescence peut être accompagnée ou non d’une augmentation de la pression intra-oculaire, mais peut provoquer un dommage mécanique à l’endroit où le nerf optique pénètre l’arrière de l’œil. Une diminution du flux sanguin vers le nerf peut être un facteur contribuant à la dégénérescence du nerf optique. Certains pensent que dans les cas de glaucome à pression normale, l’altération du flux sanguin peut jouer un rôle important.

Les gènes

Les personnes dont un membre de la famille au premier degré a souffert d'un glaucome ont un risque plus élevé que la moyenne. Le glaucome à angle ouvert lié à l’âge présente plusieurs mutations génétiques qui confèrent un risque de développer la maladie. Toutefois, les choix d'hygiène de vie peuvent avoir un impact sur l’expression de ces gènes.

Les meilleures options pour conserver une bonne santé oculaire

Équilibrez votre exposition à la lumière bleue

La lumière bleue fait partie du spectre de lumière visible, elle possède une longueur d’onde très courte mais produit une grande quantité d’énergie. Les scientifiques savent qu’elle pénètre profondément dans les yeux. Avec le temps, l’exposition à cette lumière peut endommager votre rétine. Bien qu’elle ne soit pas spécifiquement liée au glaucome, limiter votre exposition, en particulier après le coucher du soleil, peut contribuer à réduire votre risque de dégénérescence maculaire liée à l’âge, une autre cause importante de cécité chez les seniors.

Normalisez votre glycémie

Un excès de sucre dans le sang associé à une résistance à l’insuline peut assécher votre cristallin, affectant votre vue et votre capacité à faire la mise au point. À long terme, une glycémie trop élevée et le diabète peuvent endommager les vaisseaux sanguins situés dans votre rétine, réduisant le flux sanguin et entrainant une baisse irréversible de votre vue.

La lutéine et la zéaxanthine

Il s'agit de composés végétaux aux puissants effets antioxydants. On trouve de la lutéine dans les légumes verts feuillus, tels que les épinards et le chou kale, ainsi que dans d'autres légumes colorés, tels que les carottes, les brocolis, les poivrons rouges et jaunes, les tomates et certaines épices. Nombre de ces aliments sont également riches en zéaxanthine.

L’astaxanthine

Ce nutriment est produit par des micro-algues en cas de sécheresse, les protégeant des rayons ultra-violets. Vous en aurez un certain apport en consommant du saumon sauvage d’Alaska, mais un supplément peut être nécessaire pour tirer tous les bienfaits de ce nutriment. L'astaxanthine est un caroténoïde, et sans doute l’un des nutriments les plus importants pour vous protéger de la cécité.

La vitamine C

Bien que ce puissant antixoydant ne protège pas du glaucome, il peut vous protéger de la cataracte, la seconde cause de baisse de la vue. D'après l’Institut National de l’Œil aux États-Unis, plus de 50 % des américains développent une cataracte avant l’âge de 80 ans.

Acides gras oméga-3 d’origine animale

La rétinopathie diabétique est une complication grave du diabète de type 2 caractérisée par l’obstruction du flux sanguin vers la rétine. Au cours d'une étude du magazine de l’Association Médicale Américaine, les chercheurs ont découvert que les personnes d’âge moyen et les personnes âgées atteintes de diabète de type 2, qui consommaient deux portions de poisson riche en oméga-3 par semaine, soit l’équivalent de 500 milligrammes d'acides gras oméga-3 par jour, présentaient une impressionnante diminution du risque de rétinopathie diabétique, de l’ordre de 48 %.

En règle générale, je conseille de manger uniquement de l'authentique saumon sauvage d’Alaska, ou de plus petits poissons ayant un cycle de vie court, tels que des sardines, des harengs, des maquereaux ou des anchois. Ce sont de bonnes sources d'acides gras oméga-3, qui permettent d’éviter un maximum de toxines.

Les bienfaits de l’exercice vont au-delà de la santé physique

Bien que l’activité physique soit bénéfique à d’innombrables égards pour votre santé physique, améliorant votre mobilité, votre santé cardiaque et oculaire, permettant de contrôler votre poids, votre glycémie, et réduisant votre risque de contracter certains cancers, pour ne citer que quelques-uns de ses bienfaits, il est important de penser également à ses bienfaits mentaux et émotionnels.

Ces bienfaits peuvent contribuer à vous motiver à poursuivre sur la voie de la santé.

L’exercice est l’une des méthodes les plus efficaces pour améliorer votre santé mentale et pour vous motiver. L’exercice aide à diminuer le stress, à lutter contre la dépression et l’anxiété, améliore le sommeil et permet de renforcer son estime de soi.

Chacun de ces facteurs contribuent à vous motiver à continuer à faire de l’exercice, à faire de bons choix d'hygiène de vie, ils améliorent votre productivité et votre créativité et peuvent améliorer vos performances professionnelles.

Si l’exercice offre donc de puissants bienfaits pour votre santé, à long terme, il peut donc également être un facteur essentiel pour vous aider à faire d'autres choix d’hygiène de vie, qui auront un impact sur votre vie quotidienne.