Les Maladies ont-elles une Odeur?

Les Maladies ont une Odeur

En bref -

  • Votre nerf olfactif pénètre près de la base de votre cerveau où les odeurs sont initialement traitées, dans une zone commune avec la mémoire et les émotions; cela peut expliquer pourquoi les odeurs peuvent réveiller des souvenirs profonds et pourquoi la perte de l’odorat pourrait prédire le déclenchement de problèmes neurologiques dans les cinq années suivantes.
  • L’incapacité à détecter les odeurs a été associée à un risque quatre fois plus important de mourir dans les cinq années suivantes; la perte de l’odorat pourrait être liée à une carence en zinc.
Taille du texte:

Dr. Mercola

Votre sens olfactif, ou votre capacité à sentir fait partie intégrante de votre santé. A l'intérieur de vos voies nasales se trouvent deux paquets de cellules destinées à détecter les odeurs.

Ils sont composées de près de 6 millions de cellules olfactive réceptrices qui vous permettent de détecter et de différentier des milliers d'odeurs différentes. Bien qu'impressionnant, d'autres animaux disposent d'un sens de l'odorat encore plus aigu car souvent leur survie dépend de leur capacité à sentir les ennemis ou leur nourriture.

Votre odorat est étroitement lié à vos émotions, vos souvenirs, votre sens du goût et même l'attirance sexuelle. Les recherches démontrent que votre odorat peut atteindre son apogée à l'âge de 8 ans.

D'après différentes études, vous pouvez commencer à perdre votre sensibilité aux odeurs entre l'âge de 15 ans et le début de votre vingtaine. Néanmoins, cette perte de sensibilité aux odeurs n'est pas uniforme d'une personne à l'autre puisque certaines personnes âgées de 80 ans ont un sens de l'odorat aussi vif que celui d'un jeune adulte.

Une partie de la détérioration de votre sens de l'odorat, et par conséquent de votre capacité à goûter la nourriture peut être liée à la pollution de l'air.

L'association des solvants, des pesticides, des désinfectants, des médicaments et des parfums peut avoir un effet négatif au fil des années sur votre capacité à distinguer les odeurs et sur votre sensibilité à l'odeur. La perte de cette aptitude peut influer sur votre capacité à vous remémorer des souvenirs du passé.

Les recherches montrent que les odeurs constituent un rappel efficace du vécu, pouvant être liées à la manière dont votre cerveau traite les odeurs et les souvenirs.

Les chercheurs ont également découvert que votre sens de l'odorat peut prévoir votre durée de vie , et que vous pourriez être en mesure de sentir l'odeur des maladies. Autrement dit, le lien existant entre votre odorat et votre santé est une voie à double sens.

La Maladie a une Odeur

Dès les débuts de l'exercice de la médecine, les médecins ont utilisé l'odorat et le goût afin de déterminer si leurs patients étaient malades.

On trouve des exemples au cours de la fin des années 1600, lorsque le médecin anglais Thomas Willis observa le lien entre l'urine au goût sucré et le diabète, jusqu'aux médecins qui peuvent aujourd'hui remarquer une odeur fruitée à l'haleine d'un diabétique dont la glycémie est trop élevée.

Depuis des années les médecins ont délaissé l'odorat et le goût pour utiliser des méthodes plus fiables de diagnostic.

Néanmoins, un odorat développé peut encore donner aux médecins un avantage particulier. Certaines maladies ont une odeur particulière. Il est même possible que vous ayez identifié l'odeur d'une sinusite à l'haleine d'un proche.

Les chercheurs ont décrit plusieurs odeurs associées à des maladies, notamment l'odeur du pain cuit sur une personne atteinte de fièvre typhoïde, du choux bouilli sur une personne incapable de métaboliser la méthionine, et une odeur de boucherie sur une personne souffrant de fièvre jaune.

Il semble que les animaux utilisent cette faculté pour maintenir la santé du groupe. Par exemple, la souris peut déterminer par l'odeur si une autre est malade, lui permettant donc de l'éviter.

Après avoir effectué des tests sur ce comportement, les chercheurs ont conclu qu'une réaction inflammatoire dans le corps de la souris avait une incidence profonde sur le comportement social de l'individu, diminuant la motivation à s'engager dans des rapports sociaux.

Dans le même temps, les indices olfactifs liés à la maladie d'une souris malade ont inhibé les recherches au sein du groupe par des membres en bonne santé, affectant par conséquent la transmission de la maladie.

Les chercheurs ont testé cette même réaction sur le comportement humain et ont déterminé qu'il est vraisemblablement possible de sentir si une réaction immunitaire avait été activée. Les chercheurs ont injecté aux participants une endotoxine et découvert en quelques heures qu'ils avaient une odeur-corporelle plus repoussante que lorsque qu'ils étaient exposés à un placebo.

Les chercheurs ont estimé que cette identification chimiosensorielle peut représenter la première preuve expérimentale que les maladies ont des odeurs.

Les chercheurs ont également noté que les individus qui étaient malades ne transpiraient pas plus. L'odeur émanant de leur corps était non seulement plus forte mais avait aussi une odeur différente.

L'odeur provenant de votre corps émane d'une multitude d'endroits différents, pas uniquement de la transpiration ou de votre haleine. L'odeur qui vous semble «normale» dépendra de votre âge, de vote alimentation, de votre métabolisme, de votre santé et de votre sexe.

Le docteur Mats Olsson, chercheur principal analysant les changements d'odeur chez les êtres humains après leur exposition à une endotoxine, a poursuivi ces travaux et déterminé que les sentiments de dégoût que les personnes éprouvaient après avoir senti des odeurs désagréables activaient une légère réaction immunitaire.

Cela peut, à son tour, vous aidez à vous protéger des maladies. Il a également étudié d'autres sources d'odeurs telles que l'haleine et l'urine, et découvert qu'une réaction inflammatoire était indiquée par ces odeurs et était une bon indicateur de certaines maladies.

Comment la Maladie Influe-t-elle sur Votre Odeur-Corporelle?

Au cours de la première recherche, les participants de l'étude d'Olsson ont noté la senteur del'odeur-corporelle, ou la senteur que le corps produit après qu'une bactérie présente sur la peau décompose les protéines de la transpiration en acides.

Votre seule transpiration est quasiment inodore, mais la bactérie présente sur votre peau qui se multiplie rapidement en présence de sueur, et la décomposition consécutive de la sueur en acides est ce qui déclenche l'odeur. Votre sueur vous est particulière, ce qui explique pourquoi les chiens et les autres animaux peuvent identifier différentes personnes.

Les gènes contrôlant votre réponse immunitaire influencent également votre odeur-corporelle et la production d'odeur. Une réponse immunitaire activée peut également modifier votre sécrétion de sous-produits métaboliques qui peuvent également changer votre odeur-corporelle.

Par exemple, sous le stress, votre taux de cortisol est plus élevé, et au cours d'une réaction immunitaire, votre excrétion d'androgènes est plus faible.

Un autre exemple de la modification de l'odeur-corporelle en raison de taux d'hormones différents au sein de votre corps est la sueur liée au stress. Vous avez sûrement déjà vécu ce phénomène à un moment de votre vie— votre odeur-corporelle devient étonnamment différente et encore pire lorsque vous êtes stressé.

En même temps que la cortisol et l'adrénaline, libérées lorsque vous êtes stressé, inondent votre corps, elles peuvent causer une augmentation de la production de sueur.

Néanmoins, ce type de sueur est libéré depuis deux types différents de glandes sous vos bras. Les glandes eccrines sécrètent de la sueur lorsque vous êtes trop chaud, tandis que les glandes apocrines apportent de la sueur lorsque vous êtes stressé.

La différence est que la sueur sécrétée par vos glandes apocrines contient un taux plus élevé des nutriments dont la bactérie sur votre peau a besoin pour croître et se multiplier. Cet apport de nutriments augmente le sous-produit du métabolisme bactérien et change l'odeur et l'intensité de l'odeur provenant de votre sueur.

De la même manière que «l'odeur de maladie» déclenche une réaction immunitaire chez les autres, ce type de sueur modifie la manière dont vous êtes perçu.

Le Meilleur Ami de l'Homme Peut Aider à Détecter la Maladie

Les chiens ont été utilisé pour aider les gens ayant le diabète a détecter des taux de glycémie anormalement élevés ou faibles avant qu'ils ne le ressentent et à prévoir les crises avant qu'elles ne se produisent.

Aujourd'hui, les chercheurs travaillent avec des canidés pour aider à détecter l'odeur du cancer. Voici plusieurs exemples de la manière dont les chiens sont utilisés pour détecter les changements au plan médical, notamment pour diagnostiquer le cancer.

L'odorat du chien est bien plus développé que celui de l'humain. Alors que vous disposez de 6 millions de cellules réceptrices olfactives, les chiens en ont 300 millions, et la partie du cerveau consacrée à l'analyse de ces odeurs est proportionnellement 40 fois plus importante que la vôtre.

Les chiens de l'étude réalisée en Grande-Bretagne ont détecté des cancers de la vessie et de la prostate dans 90 pour cent ou plus des cas. Dans une autre étude, les chiens ont pu détecter le cancer des poumons avec une précision de 85 pour cent.

Dans un autre exemple encore, un Labrador a été entraîné à détecter l'odeur du cancer colorectal à partir de l'haleine et d'échantillons de selles avec une précision supérieure à 90 pour cent. En utilisant des échantillons d'haleine, le chien a pu détecter le cancer avec 91% de précision et a obtenu un taux extraordinaire de 97% de précision avec des échantillons de selles.

Même sans entrainement, les chiens peuvent détecter des différences chez leurs propriétaires et les avertir des problèmes qui les menacent.

Au cours d'une étude portant sur 212 propriétaires de chien ayant été médicalement diagnostiqués avec le diabète de type 1ype 1, les chercheurs ont découvert que 65 pour cent d'entre eux avaient rapporté que leur chien non entrainé les avait prévenu d'un évènement hypoglycémique qui les menaçaient en aboyant et en grognant.

Les chercheurs ont dû savoir que les tumeurs malignes dégagent des petites quantités de dérivés d'alcane et de benzène que l'on ne retrouve pas dans les tissus sains.

Dans une autre étude employant des chiens pour détecter des cancer du poumon ou du sein, les chercheurs ont découvert que les animaux obtenaient des taux de détection de 88 pour cent pour le cancer du sein et de 99 pour cent pour le cancer des poumons avec aucun faux résultat positif.

Cependant, bien que les chiens fournissent un moyen non-intrusif de dépister la maladie, beaucoup de professionnels de la santé trouvent la pratique controversée.

Toutes les études ne démontrent pas le même taux de précision, même si l'odeur peut être masquée par d'autres odeurs présentes au même endroit, telles que les odeurs propres à l'hôpital lorsque les tests sont effectués à l'hôpital.

L'exactitude est aussi légèrement différente entre des chiens particuliers, pratiquement de la même manière que ce qu'il se produit pour les comportements entre la plupart des animaux entrainés. Certains chercheurs sont intéressés par l'idée d'isoler les substances exactes détectées par les chiens de façon à ce que l'entraînement puisse être standardisé.

Nez de Chien de Nouvelle Génération

Puisque certaines études n'ont pas été en mesure de reproduire les résultats obtenus, et que les animaux n'arrivent pas à obtenir les mêmes résultats en permanence, les scientifiques ont étudié l'utilisation de nez électroniques.

Le concept est similaire aux appareils créés afin de détecter les composants explosifs utilisés dans la fabrication des bombes. Les premières utilisations de nez électroniques ont été réalisées par des services de police afin d'identifier et d'évaluer la consommation d'alcool chez les conducteurs.

Néanmoins, pour que les appareils électroniques fonctionnent, les chercheurs doivent identifier les substances chimiques de la maladie qui causent l'odeur. Les scientifiques estiment que ceci peut standardiser le processus et améliorer le diagnostic en utilisant des méthodes non-intrusives.

L'utilisation d'une méthode électronique peut également contrer le scepticisme des médecins qui pourraient ne pas vouloir que des chiens participent au diagnostic d'une maladie, mais pourraient être plus à l'aise avec un appareil électronique similaire à celui utilisé depuis 1967 pour tester le taux d'alcoolémie à partir de votre haleine.

Même si les appareils électroniques peuvent sembler plus acceptables au sein de la communauté médicale pour le diagnostic, les chiens constituent toujours un complément important au traitement de plusieurs troubles métaboliques et neurologiques

L'Importance de l'Odeur pour Votre Santé et pour Prévoir la Mort

Votre odorat peut également avoir des valeurs prémonitoires dans la détermination de votre durée de vie, et des changements dans votre odorat peuvent indiquer les stades précoces de la démence.

L'odeur est inextricablement liée aux souvenirs constitués dans la zone limbique de votre cerveau. Au cours d'une étude sur environ 3000 personnes âgées de 57 à 85 ans, les chercheurs ont découvert que presque tous les participants qui ne pouvaient identifier qu'une ou deux odeurs parmi cinq odeurs différentes présentaient des signes de démence cinq ans après que le test ait été effectué.

Le nerf olfactif est localisé profondément à la base du cerveau. Lorsque vous ave des problèmes d'odeur, cela peut indiquer une probabilité plus importante que vous puissiez développer la maladie de Parkinson ou d'autres troubles neurologiques tels que la maladie d'Alzheimer.

Les chercheurs espèrent qu'en employant un test simple et peu coûteux pour une identification précoce, les patients pourraient s'économiser les frais d'une IRM et se voir proposer une intervention anticipée pour ralentir la progression de la maladie.

Au cours d'une analyse de données similaires provenant du projet du « National Social Life, Health and Aging Project », les chercheurs ont découvert que l'inaptitude à ressentir les odeurs était associée à un risque quatre fois plus important de décéder dans les cinq années suivantes comparé aux personnes qui disposaient d'un odorat sain.

Les chercheurs ont pris en compte de possibles facteurs confondants tels que l'alimentation, le tabagisme, les fonctions cognitives et l'abus d'alcool. Les chercheurs ont conclu que vos sens olfactifs étaient des meilleurs indicateurs de mortalité dans les cinq ans. La perte de l'odorat est également un symptôme d'une carence en zinc.